IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le comité de surveillance de Facebook confirme la suspension des comptes Facebook et Instagram de Donald Trump pour violation des normes communautaires
Mais n'est pas d'accord avec sa durée indéfinie

Le , par Patrick Ruiz

500PARTAGES

9  0 
Donald Trump est sous le coup d’une suspension à durée indéterminée de ses comptes Facebook et Instagram. Le tableau soulève un certain nombre de questions : les réseaux sociaux ont-ils plus de pouvoir que les États ? Sont-ils à leur solde ? Sont-ils des États à part entière ? Quid de la liberté d’expression sur ces derniers ? Le comité de surveillance de Facebook vient de prendre position : il confirme la suspension desdits comptes, mais marque son désaccord sur sa durée indéfinie.

« Le comité a confirmé la décision prise par Facebook le 7 janvier 2021 de restreindre l'accès de l'ex-président, Donald Trump, à ses comptes Facebook et Instagram.

Cependant, il n'était pas approprié pour Facebook d'imposer la sanction indéterminée et sans norme d'une suspension indéfinie. Les sanctions normales de Facebook comprennent la suppression du contenu en infraction, l'imposition d'une période de suspension limitée dans le temps ou la désactivation permanente de la page et du compte.

La Commission insiste pour que Facebook examine cette affaire afin de déterminer et de justifier une réponse proportionnée et cohérente avec les règles appliquées aux autres utilisateurs de sa plateforme. Facebook doit terminer son examen de cette question dans les six mois suivant la date de la présente décision. La Commission a également formulé des recommandations de politique générale que Facebook doit mettre en œuvre pour élaborer des politiques claires, nécessaires et proportionnées qui favorisent la sécurité publique et respectent la liberté d'expression », résume-t-il.

Le comité de surveillance s'est appuyé sur l'évaluation des actions de Donald Trump menée par Facebook. Celle-ci s'est faite sur la base d'un test mondialement accepté pour distinguer l'incitation à la haine et à la violence de ce qui devrait être protégé comme un discours libre.

Celui-ci prend en compte le contexte et l'intention du discours, l'orateur, le contenu lui-même, sa portée et l'imminence du préjudice. Trump, président à l'époque, a dit aux manifestants dans une vidéo Facebook qu'ils étaient « très spéciaux », ce, pendant que certains prenaient encore d'assaut le Capitole.

La commission a conclu que Donald Trump a fait usage de l'autorité de communication de la présidence pour soutenir les assaillants et que sa violation des politiques de Facebook était grave en termes d'atteintes aux droits de l'Homme.

Néanmoins, le comité a reproché à la plateforme de ne pas avoir mis en place une procédure permettant d'appliquer à nouveau ce test ou un autre pour déterminer quand les privilèges de Trump devraient être rétablis. Facebook dispose de six mois pour décider du statut de Donald Trump sur la plateforme. En sus, le comité exhorte l'entreprise à élaborer une politique permettant de gérer les crises pour lesquelles les options existantes ne permettent pas une gestion adéquate


Le comité de surveillance de Facebook vient donc de prolonger le bannissement de l’ancien président américain de Facebook et Instagram. Avec la prolongation viennent les questions de fond : comment veiller à ce que ces plateformes demeurent ouvertes à la liberté d’expression tout en évitant qu’elles ne soient des vecteurs de diffusion des discours haineux ou d’incitation à la violence ? Quelle solution au dilemme de gestion des droits de l’Homme en matière de discours politique ? C’est autant de questions sur lesquelles Facebook devra se pencher en sus de l’examen du cas de l’ex-président américain. « L’entreprise devra faire davantage pour se préparer à des situations politiques explosives », souligne le comité de surveillance.

Les politiques de l'entreprise sur ces questions revêtent une importance considérable non seulement aux États-Unis, mais dans le reste du monde. Le cas Trump est une première en ceci que c’est la première fois que Facebook bloque un président, un Premier ministre ou un chef d'État en exercice. En mars, l'entreprise avait exclu le président du Venezuela, Nicolas Maduro, pour une durée de 30 jours. Motif : diffusion de fausses informations sur la pandémie de coronavirus. À date, les efforts de modération en lien aux publications des leaders politiques constituent l’un des pans sur lesquels la plateforme est le plus critiquée.

Donald Trump répond aux bannissements en lançant sa propre plateforme de réseau social

Après avoir promis pendant des mois la création de son propre réseau de médias sociaux, l'ancien président Donald Trump a lancé mardi une nouvelle section de son site Web qui n'est essentiellement qu'un blog WordPress. La « nouvelle plateforme » ressemble à une version générique de Twitter, mais est hébergée sous la forme d'un blog de commentaires de Trump. Les internautes peuvent s'inscrire pour recevoir des alertes sur la plateforme par le biais de leur adresse électronique et de leur numéro de téléphone et sont censés pouvoir les aimer, bien que cette fonction ne semble pas fonctionner pour le moment. Les utilisateurs sont également autorisés à partager les messages de Trump sur Facebook et Twitter. L'option de partage sur Twitter n’est pas encore, mais celle de Facebook permet aux gens de partager les publications de Trump.


Indications sur l’orientation de la nouvelle « plateforme de réseau social »

Au cours des quatre dernières années, mon administration a répondu aux besoins des Américains de toutes origines comme jamais auparavant. Sauver l'Amérique consiste à construire sur ces réalisations, à soutenir les conservateurs courageux qui définiront l'avenir du mouvement America First , l'avenir de notre parti et l'avenir de notre pays bien-aimé. Save America, c'est aussi s'assurer que nous gardons toujours l'Amérique en premier, dans notre politique étrangère et intérieure. Nous sommes fiers de notre pays, nous enseignons la vérité sur notre histoire, nous célébrons notre riche patrimoine et nos traditions nationales, et bien sûr, nous respectons notre grand drapeau américain.

  • Nous nous engageons à défendre la vie innocente et à faire respecter les valeurs judéo-chrétiennes de nos fondateurs.
  • Nous croyons en la promesse de la Déclaration d'indépendance, à savoir que nous sommes tous égaux aux yeux de notre Créateur et que nous devons tous être traités de la même manière par la loi.
  • Nous savons que nos droits ne viennent pas du gouvernement, mais de Dieu, et qu'aucune force terrestre ne pourra jamais nous les retirer. Cela inclut le droit à la liberté religieuse et le droit de détenir et de porter des armes.
  • Nous croyons qu'il faut reconstruire notre armée précédemment épuisée et mettre fin aux guerres sans fin dans lesquelles nos politiciens ratés du passé nous ont entraînés pendant des décennies.
  • Nous embrassons la libre pensée, nous accueillons les débats robustes et nous n'avons pas peur de nous opposer aux dictats oppressifs du politiquement correct.
  • Nous savons que l'État de droit est la sauvegarde ultime de nos libertés et nous affirmons que la Constitution signifie exactement ce qu'elle dit TEL QU'ÉCRIT.
  • Nous sommes en faveur d'un commerce équitable, de faibles taxes et de moins de réglementations néfastes pour l'emploi, et nous savons que l'Amérique doit toujours avoir l'armée la plus puissante de la planète.
  • Nous croyons en la loi et l'ordre, et nous croyons que les hommes et les femmes chargés de faire respecter la loi sont des HÉROS qui méritent notre soutien absolu.
  • Nous croyons en la LIBERTÉ DE PARLER et en des élections équitables. Nous devons garantir des élections justes, honnêtes, transparentes et sûres à l'avenir – où chaque VOTE LÉGAL compte.

Source : comité de surveillance

Et vous ?

Que pensez-vous du positionnement du comité de surveillance de Facebook ?
Comment veiller à ce que ces plateformes demeurent ouvertes à la liberté d’expression tout en évitant qu’elles ne soient des vecteurs de diffusion des discours haineux ou d’incitation à la violence ?
Quelle solution au dilemme de gestion des droits de l’Homme en matière de discours politique ?
Voyez-vous la plateforme de réseau social de Donald Trump comme un modèle en matière de modération des contenus dans le futur ?

Voir aussi :

Twitter suspend définitivement le compte de Donald Trump, le réseau social estime que les messages qu'il a publiés récemment représentent un risque d'incitation à la violence
Voici le plan de Donald Trump pour réglementer les médias sociaux : une réécriture des dispositions fondamentales de l'article 230 de la Communications Decency Act (CDA)
L'administration Trump propose de réduire les protections juridiques pour les grandes entreprises technologiques, via un projet de loi visant à réviser l'immunité offerte par l'article 230 de la CDA

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pcdwarf
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 14/06/2021 à 13:58
Qu'on aime trump ou pas, je trouve cette suspension scandaleuse.
Elle démontre que les grands acteurs du numérique ne sont pas aussi neutres qu'ils le prétendent.
3  0 
Avatar de Jules34
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 18/02/2022 à 14:43
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Clearview AI est une start-up qui a mis au point Clearview, une application de reconnaissance faciale. Sur son site, l'entreprise indique que c'est un nouvel outil de recherche utilisé par les organismes judiciaires pour identifier les auteurs et les victimes de crimes. « La technologie de Clearview a aidé les forces de l'ordre à traquer des centaines de criminels en général, notamment des pédophiles, des terroristes et des trafiquants sexuels ».
je me suis arrêté la. Quand on vous explique qu'il faut dix milliards de tronche pour coincer des "centaines de criminels" il faut fuir en courant. Mention spéciale pour les pédophiles et les trafiquants sexuels, qui sont pour certains tous notoirement connus. Quelle arnaque. Le truc ne va servir qu'a arrêter des écologistes et des activistes, et a des choses bien pire dans les pays moins démocratiques que les notres.

La belle affaire.

Comme l'a noté le Post, « Clearview a construit sa base de données en prenant des images à partir de réseaux sociaux et d'autres sources en ligne sans le consentement des sites Web ou des personnes photographiées. Facebook, Google, Twitter et YouTube ont exigé que l'entreprise cesse de prendre des photos de leurs sites et supprime celles qui ont été précédemment prises. Clearview a fait valoir que sa collecte de données est protégée par le premier amendement ».
C'est incroyable ce qu'il se passe dans notre dos...
3  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/06/2021 à 17:12
À l'avenir, les politiciens Libéraux qui pensent exactement comme nous seront traités mieux que tout le reste... Voila je crois que là ça se rapproche plus de la réalité 😎
3  1 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 05/06/2021 à 8:34
Il faudrait déja que facebook trait de manière égale tout le monde. C'est tres loin d'être le cas.
2  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 09/06/2021 à 11:52
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Créer des réseaux sociaux dédiés à la politique et à la religion . Ces 2 thématiques n'ont strictement rien à faire sur un réseau social lambda censé être orienté "loisir" .
Où as-tu vu que Facebook était un réseau orienté loisir ?
Cela n'a jamais été dans l'ambition de FB, y compris lors de sa création.

Et puis, comment comptes-tu séparer la politique de la religion de la société et de la vie quotidienne ?
Quand tu as des sujets tels que la PMA, c'est autant sociétal que politique et religieux.

De même, la plupart de nos loisirs ont également une portée politique et/ou religieuse.
Quand on participe à une reconstitution d'une bataille napoléonienne, bien évidement que c'est ludique et historique mais cela a aussi une grande signification politique.
Du coup, on communique dessus sur quel réseau ?

Même chose avec la littérature où la plupart des œuvres ont une portée philosophique, politique et religieuse.
Tolkien était un fervent catholique et on retrouve pas mal de références à la religion dans le Seigneur des Anneaux.
Si on veut communiquer sur les livres, films et jeux autour de cet univers, on le fait sur quel canal ?

A vouloir mettre chaque chose dans une case, c'est le meilleurs moyen pour ne jamais parler de rien dans son ensemble et surtout pas ensemble.

Ce que tu proposes n'est ni plus ni moins que du communautarisme.
2  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 05/10/2021 à 11:26
mr trump confond pas mal de concepts.

Personne ne l'empêche d'avoir un débat politique PUBLIC et ouvert (lui ou tout autre conservateur, d'ailleurs), en revanche il ne leur sont pas autorisés à violer des CGU d'entreprises PRIVEES auxquelles ils ont eux-même souscrits en s'inscrivant.
Libre à lui (ou tout autre) de s'exprimer sur d'autre médias, sur d'autres plateformes...

Quand à l'argument "on défavorise la prise de parole conservatrice sur ces plateformes"...
Heu, oui, et ? c'est pareil pour toutes les plateformes, on va pas demander à fox news d'être pro-démocrates ou à france soir d'être pro-sciences ou au daily star d'être pro-journalisme (ni même neutres), chacun a ses règles, ses lignes éditoriales, ses raisons économiques, bref, ses raisons de favoriser un discours plutôt qu'un autre.
Encore une fois, libre à eux d'aller sur des médias plus proches de leurs discours, voire d'en créer eux-mêmes.

Au contraire, je trouve que les réseaux sociaux ont été extrêmement tolérants avec des gens (et je ne limite pas ici la remarque à trump ni même aux républicains) qui se torchaient avec leurs règles sous couvert de politique, jusqu'à présent.

Après (j'anticipe les remarques idiotes) j'insiste sur un point : je parle ici de s'exprimer dans un média orienté avec un discours opposé et de se chouiner parce que ça marche pas bien.
Il est évident que, dans un pays démocratique, il est fondamental que chaque opinion, quel que soit le camp et aussi stupide ou extrême soit-elle, puisse être exprimée (tant que ça ne nuit pas aux droits de chacun), ne serait-ce que pour pouvoir être analysées et critiquées par le camps adverse.
3  1 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/10/2021 à 21:50
Mais Twitter préfère les Talibans à l'ex-Président des USA :
https://www.franceinter.fr/monde/afg...core-la-parole
3  1 
Avatar de tanaka59
Inactif https://www.developpez.com
Le 05/10/2021 à 23:28
Bonsoir,

Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Mais Twitter préfère les Talibans à l'ex-Président des USA :
https://www.franceinter.fr/monde/afg...core-la-parole
Mon commentaire en fera bondir plus d'un au plafond ...

Tant que des organisations politico-religieuses, comme les talibans, n'ont pas de discours de haine et j'en passe , bah on est bien emmerdé pour les jarter des Twitter et consort.

Que de dire Kim Jong Un ou du président iranien ...

Avec Trump , c'est l’hôpital que se fout de la charité ma parole.

Les agissements idéologique ne se voient pas ...
2  0 
Avatar de seedbarrett
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 05/01/2022 à 17:00
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
S'il y avait pas les réseaux sociaux on aurais pas en France :
- les antivax
- les climatosceptiques
- les gilets jaunes, avoir sur un barrage un rsa qui veux plus de rsa et un petit commerçant qui veux moins de charges donc des choses opposées, ca prouve que ce mouvement est débile, puisqu'en vrai le petits commerçant devrait voter pour un parti libéral anti impôts et anti charges, et le rsa pour un parti ultra socialiste qui paye les gens à ne rien faire, donc avec plus d'impôts et de charges.
- Les partis communistes avec Poutou et FI, car il ne font que diffuser des fakes news, tout est faux et stupide. En fait ces deux partis devraient être constitutionnellement interdits, vu que c'est basé sur le vol, le sabotage et les destructions, donc illégal.


Les antivax c'est aussi vieux que les vaccins, se sont des gens qui ne comprennent pas comment ça marche. Déjà à l'époque de pasteur on disait que c'était contre lé volonté de dieux, ou que les vrai mecs tombaient malade plutôt que de se prendre une piqure
Les climatoseptiques ça date des années 90, bien avant les réseau sociaux. J'ai particulièrement en tête les chemtrail, qui est une théorie du complot débile partagée à travers le monde depuis près de 30 ans. Sur le web certes, mais pas de facebook.
Les gilets jaunes voulaient tous la même chose : une meilleurs qualité de vie. Tu n'est pas sans savoir que les riches deviennent de plus en plus riche, creusant un écart avec la population. Ecart si grand qu'au bout d'un moment ça pète. Mais c'est un sujet compliqué, qui va être étudiés encore longtemps je pense. Parce qu'ils ont réussi a s'unir malgré des ambitions différentes.
Les parti de gauche ne font pas plus de fake news que les autres. Je te rappelle toutes les merdes que notre gouvernement adoré à pu raconter ? A droite, tu crois qu'ils ne partagent que la vérité ? Et niveau sabotage du pays, on a pas besoin de la gauche pour que l'UMP vende notre or, nos turbines nucléaires, ou même notre patrimoine. C'est pas du sabotage, destruction et vol ?
4  2 
Avatar de solstyce39
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 18/02/2022 à 22:07
Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
je me suis arrêté la. Quand on vous explique qu'il faut dix milliards de tronche pour coincer des "centaines de criminels" il faut fuir en courant. Mention spéciale pour les pédophiles et les trafiquants sexuels, qui sont pour certains tous notoirement connus. Quelle arnaque. Le truc ne va servir qu'a arrêter des écologistes et des activistes, et a des choses bien pire dans les pays moins démocratiques que les notres.
oui mais là en plus y a pas moyen de fuir, les gars ils construisent leur base de données à partir de tout ce qu'ils trouvent en ignorant totalement le droit à l'image, t'ira leur faire une demande de droit à l'oubli à ceux-là ...
2  0