IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Donald Trump poursuit Twitter, Google et Facebook pour « censure »,
L'ancien président estime que ces entreprises ont violé le droit à sa liberté d'expression

Le , par Bruno

221PARTAGES

18  0 
L'ancien président américain Donald Trump a intenté une action en justice contre les géants de la technologie Google, Twitter et Facebook, affirmant qu'il est victime de censure. Les poursuites, déposées devant le tribunal de district américain de Miami, allèguent que les plateformes de réseaux sociaux basées en Californie ont violé le droit à la liberté d'expression garanti par le premier amendement de la Constitution américaine.Selon nos informations, Trump cherche à obtenir le statut de recours collectif pour les poursuites, ce qui signifie qu'il représenterait les intérêts d'autres utilisateurs de Twitter, Facebook et YouTube de Google qui prétendent avoir été injustement réduits au silence.

Rappelons que Donald Trump qui aura été jusqu'ici le président américain qui a le plus utilisé Twitter avait fini par être banni à vie de la plateforme. Celui-ci a affirmé lors de l'échange que : lorsqu'un utilisateur, quel que soit sa nature ou son titre, est retiré de la plateforme, il le reste pour toujours. Indiquant ainsi Donald Trump qui a été retiré de Twitter le 8 janvier dernier le restera à vie. Le directeur financier de Twitter, Ned Segal, a confirmé que l'exclusion de Donald Trump de la plateforme était permanente, même si l'ancien président décide de briguer à nouveau une fonction publique. Dans une interview accordée mercredi à Becky Quick de "Squawk Box" sur CNBC, Segal a déclaré que toute personne « incitant à la violence » sur Twitter ne serait pas autorisée à revenir. Il a poursuivi en disant que Trump « a été retiré lorsqu'il était président, et il n'y aurait aucune différence pour toute personne qui est un fonctionnaire public une fois qu'elle a été retirée du service ».


Dans le même temps, suite à l’invasion du Capitole par des partisans de Donald Trump le 6 janvier dernier, les comptes Facebook et Instagram de Donald Trump étaient suspendus. Facebook a annoncé qu’il pourra revenir sur la plateforme, ainsi que sur Instagram, le 7 janvier 2023. Au début de l'année, Facebook avait procédé au blocage des comptes Facebook et Instagram de Donald Trump sur une durée de 24 heures. Le lendemain, Facebook s'est ravisé en optant pour un blocage d'une durée indéterminée et pendant « au moins les deux prochaines semaines, jusqu'à ce que la transition pacifique du pouvoir soit terminée », selon les propos du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg. Ce dernier avait alors expliqué : « Les événements choquants des dernières 24 heures démontrent clairement que le président Donald Trump a l'intention d'utiliser le temps qu'il lui reste pour saper la transition pacifique et légale du pouvoir à son successeur élu, Joe Biden.

« Sa décision d'utiliser sa plateforme pour tolérer plutôt que condamner les actions de ses partisans au Capitole a à juste titre dérangé les gens aux États-Unis et dans le monde. Nous avons supprimé ces déclarations hier parce que nous avons estimé que leur effet – et probablement leur intention – serait de provoquer de nouvelles violences ».

L'Oversight Board (un groupe indépendant financé par Facebook pour examiner ses décisions les plus épineuses en matière de contenu) avait alors confirmé la sanction, estimant que les circonstances sans précédent justifiaient la mesure exceptionnelle qui a été prise. Cependant, il a précisé qu’elle ne pouvait pas être indéfinie. L'Oversight Board a critiqué la nature illimitée de la suspension, déclarant « qu'il n'était pas approprié que Facebook impose la peine indéterminée et sans norme de suspension indéfinie », rappelant que « dans les six mois suivant cette décision, Facebook doit réexaminer la sanction arbitraire qu'il a infligée le 7 janvier et décider de la sanction appropriée ».

YouTube avait également temporairement interdit le président Donald Trump de mettre sur sa chaîne de nouvelles vidéos ou des flux en direct après que des contenus antérieurs ont violé les politiques d'incitation à la violence, avait déclaré la société en début d’année. YouTube a pris des mesures à l'encontre du président Donald Trump, rejoignant un chœur de sociétés de médias sociaux limitant la présence du président sur leurs plateformes à la suite de l’émeute meurtrière qui a envahi le Capitole la semaine dernière. Le réseau social avait retiré une vidéo mise en ligne sur le compte du président Trump pour avoir violé les politiques de contenu de la société en matière d'incitation à la violence. Le compte a également été mis en "grève" et a perdu sa capacité à mettre en ligne de nouveaux contenus pendant une certaine période.

Les actions en justice de l'ancien président américain contiennent des allégations similaires. Une contre Facebook et son PDG Mark Zuckerberg, une contre Twitter et son PDG Jack Dorsey, et une contre Google et son PDG Sundar Pichai. « Nous allons remporter une victoire historique pour la liberté américaine et, en même temps, la liberté d'expression, a déclaré Trump lors d'une conférence de presse sur son terrain de golf de Bedminster, dans le New Jersey. Trump a été rejoint lors de l'annonce par d'anciens responsables de l'administration Trump qui ont depuis créé l'institut à but non lucratif America First Policy Institute.


Selon Twitter, les tweets qui ont entraîné le bannissement de Trump pour "glorification de la violence" datent du 8 janvier, soit deux jours après les émeutes dans la capitale du pays. L'émeute faisait suite à ses affirmations répétées, sans preuve, que l'élection avait été truquée en faveur de Joe Biden. Il a écrit que les "grands patriotes" qui ont voté pour lui "devaient faire entendre leur voix" et "ne seront pas méprisés ou traités injustement de quelque manière que ce soit". Dans un autre message, il avait déclaré qu'il n'assisterait pas à l'investiture du président Joe Biden.

« Il est difficile de donner un sens à cette plainte », a déclaré Paul Gowder, professeur de droit à l'université Northwestern. Pour Gowder, rien dans les poursuites « ne s'approche même de la transformation des sociétés de réseaux sociaux en acteurs gouvernementaux ». La semaine dernière, un juge fédéral de Floride a bloqué une loi récemment adoptée par l'État, qui visait à autoriser ce dernier à pénaliser les sociétés de réseaux sociaux lorsqu'elles bannissent des candidats politiques, le juge ayant déclaré que la loi était susceptible de violer le droit à la liberté d'expression.

Et vous ?

Quel est votre avis sur l'initiative de Trump ?

Voir aussi :

Twitter confirme que Donald Trump ne tweetera plus jamais, l'ancien président américain est banni à vie de la plateforme même s'il décide de briguer à nouveau une fonction publique

Les comptes Facebook et Instagram de Donald Trump suspendus jusqu'au 7 janvier 2023, mais la sanction pourrait être prolongée

YouTube supprime la vidéo de Trump et suspend la mise en ligne de nouvelles vidéos pendant au moins 7 jours, les commentaires sous les vidéos seraient également indéfiniment désactivés

Facebook va mettre fin au traitement spécial réservé aux hommes politiques après l'interdiction de Trump, à l'avenir les politiciens seront traités comme tout le monde

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de kedare
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 09/07/2021 à 11:15
Citation Envoyé par Ehma Voir le message
Malgré tout le mal que je pense du personnage, je trouve que sur le fond il a parfaitement raison. En quoi une entreprise se donne-t-elle de droit de censure ? C'est une parfaite atteinte à la démocratie !
C'est pas de la censure, c'est des données hébergées sur des infrastructure privées, encore heureux qu'une entreprise peut choisir de bloquer un utilisateur de ses systèmes, ça fait partie des CGU que Trump à accepté quand il a créé son compte, ce n'est qu'un utilisateur parmi d'autres..
5  1 
Avatar de JackIsJack
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 10/07/2021 à 9:24
Quel parasite ce Trump... Il a fondamentalement besoin de ces réseaux sociaux pour exister mais lui et ses accolytes n'ont aucune compétence pour créer une alternative (sauf un vieux wordpress).

Il se nourrit de la liberté d'expression et de l'intelligence tout en étant le premier a les détruire ensuite.
1  1 
Avatar de Ehma
Membre averti https://www.developpez.com
Le 12/07/2021 à 8:31
Citation Envoyé par kedare Voir le message
C'est pas de la censure, c'est des données hébergées sur des infrastructure privées, encore heureux qu'une entreprise peut choisir de bloquer un utilisateur de ses systèmes, ça fait partie des CGU que Trump à accepté quand il a créé son compte, ce n'est qu'un utilisateur parmi d'autres..
C'est, quelque part, jouer avec les mots.
Quand on voit l'ampleur de ces réseaux sociaux et l'implication qu'ils ont dans la vie réel, la puissance de frappe acquise, ça ne devrait plus être en roue libre, car il y a des enjeux démocratiques importants (les récentes polémiques le confirment). De ce fait, ça devrait passer par un organe de contrôle, comme le sont les chaînes la presse, la publicité, ... Ce n'est pas parce que l'on détient un medium que l'on peut faire ce que l'on veut. D'ailleurs, dans beaucoup de cas de la vie de tous les jours, il en est ainsi : ce n'est pas parce que vous propriétaire d'un logement que vous pouvez le louer à vos conditions, elles restent soumisent à la législation locale. De plus, les réseaux sociaux étant fortement orientés public, ils devraient encore être plus contrôlés (comme les bistrots,restos et grandes surfaces par exemple).

En résumé, ces plateformes ont bien trop de portée pour qu'on les laisse pratiquement libre d'agir comme bon leur semble.
1  1 
Avatar de Ehma
Membre averti https://www.developpez.com
Le 08/07/2021 à 21:31
Malgré tout le mal que je pense du personnage, je trouve que sur le fond il a parfaitement raison. En quoi une entreprise se donne-t-elle de droit de censure ? C'est une parfaite atteinte à la démocratie !

Même si dans les faits, ils ont bien fait.

S'il y avait eu une requête du tribunal, je ne dis pas. Mais là c'est au nom de conditions d'utilisation tout aussi obscure qu'opaque ! Ces conditions ne devraient pas être à la libre convenance des fournisseurs, mais bien établi par le législateur. Hélas ce dernier n'a que trop peu investi le terrain et c'est bien dommage !

L'Oversight Board (un groupe indépendant financé par Facebook pour examiner ses décisions les plus épineuses en matière de contenu)
Ca ça me choque particulièrement, ça devrait être une institution de contrôle officielle, avec séparation des pouvoirs comme la justice (ou une branche qui en dépend). Aussi, permettre que le citoyen (par des représentants) ait un droit de regard sur ces décisions.
3  4