IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La santé mentale des adolescents est en chute libre et les médias sociaux en sont une cause majeure,
Une étude de Jonathan Haidt

Le , par Bruno

178PARTAGES

9  0 
Jonathan Haidt, psychologue social qui étudie la psychologie morale et le développement moral depuis 1987 déclare : « J'ai commencé à remarquer que quelque chose allait mal dans la santé mentale et le comportement social des étudiants autour de 2014, ce qui m'a conduit à collaborer avec Greg Lukianoff pour écrire un article pour Atlantic en 2015 intitulé The Coddling of the American mind ».

Jonathan Haidt et Greg Lukianoff ont étendu leurs recherches et ont publié un livre portant le même titre en 2018. Jonathan Haidt a également travaillé avec Jean Twenge, professeur de psychologie à l'université d'État de San Diego, et auteur de iGen pour regrouper les recherches universitaires sur la santé mentale des adolescents et sa relation avec l'utilisation des médias sociaux dans deux grandes revues collaboratives, réalisées dans des Google Docs ouverts à d'autres chercheurs. Ce sont ces deux études collaboratives qui constituent la base de son témoignage aujourd'hui.

Cette étude a examiné les tendances nationales de la prévalence sur 12 mois des épisodes dépressifs majeurs (EDM) chez les adolescents et les jeunes adultes en général et dans différents groupes sociodémographiques, ainsi que les tendances du traitement de la dépression entre 2005 et 2014.

les raisons de l'opinion selon laquelle la santé mentale des jeunes se détériore


Les données ont été tirées des enquêtes nationales sur la consommation de drogues et la santé de 2005 à 2014, qui sont des enquêtes transversales annuelles menées auprès de la population générale des États-Unis. Les participants comprenaient 172 495 adolescents âgés de 12 à 17 ans et 178 755 adultes âgés de 18 à 25 ans. Les tendances temporelles de la prévalence à 12 mois de l'utilisation des services de traitement.

Les résultats de cette étude montrent que la prévalence des MDE sur 12 mois est passée de 8,7 % en 2005 à 11,3 % en 2014 chez les adolescents et de 8,8 % à 9,6 % chez les jeunes adultes (P < 0,001 dans les deux cas). L'augmentation était plus importante et statistiquement significative uniquement dans la tranche d'âge de 12 à 20 ans. Les tendances sont restées significatives après ajustement pour les troubles liés à la consommation de substances et les facteurs sociodémographiques. Dans l'ensemble, les contacts avec les services de santé mentale n'ont pas changé au fil du temps ; toutefois, le recours aux prestataires spécialisés en santé mentale a augmenté chez les adolescents et les jeunes adultes, et la consommation de médicaments sur ordonnance et les hospitalisations ont augmenté chez les adolescents.

Les chercheurs sont arrivés à la conclusion selon laquelle, la prévalence de la dépression chez les adolescents et les jeunes adultes a augmenté au cours des dernières années. Dans un contexte où les traitements de santé mentale ont peu évolué, les tendances de la prévalence se traduisent par un nombre croissant de jeunes souffrant de dépression non traitée. Les résultats appellent à des efforts renouvelés pour étendre la capacité des services afin de répondre au mieux aux besoins en soins de santé mentale de ce groupe d'âge.

Deux études publiées en janvier 2019 suggèrent qu'il y a peu ou pas d'association entre l'utilisation des médias sociaux et les résultats néfastes pour la santé mentale : Orben & Przybylski (2019) et Heffer, Good, et al. (2019). Une troisième étude publiée en janvier a suggéré qu'il existe un lien plus substantiel : Kelly, Zilanawala, Booker, & Sacker (2019). Ces trois études, toutes publiées dans des revues réputées le même mois, attiraient l'attention des journalistes, laissant de nombreux parents et décideurs confus quant à ce qu'ils devaient croire.

« Nous (Haidt & Twenge) avons donc pensé qu'il serait utile de rassembler en un seul endroit les résumés des études auxquelles il est souvent fait référence dans ces débats. »

Les études ont été divisées en trois catégories en fonction de la méthode qu'elles utilisent :

  • les études corrélationnelles transversales ;
  • les études longitudinales ou à décalage temporel ;
  • les véritables expériences.

Chaque méthode répond à une question différente. Trouver des réponses à ces trois questions pourrait permettre de répondre à la question qui préoccupe tout le monde : les médias sociaux contribuent-ils à l’augmentation de l'anxiété, de la dépression, de l'automutilation et du suicide chez les adolescents ? Les réponses seront peut-être trop provisoires pour servir de base à une législation, mais pas pour servir de base à des conseils aux parents, dont des millions se posent des questions telles que : dois-je laisser mon enfant de 11 ans avoir un compte Instagram ou Snapchat ? Si ce n'est pas maintenant, alors quand ? Si oui, dois-je imposer des limites de temps ? Ces questions sont importantes et au premier plan dans l'esprit de nombreux parents.

Épisode dépressif majeur au cours des 12 derniers mois, par groupe d'âge et par sexe


Les propres recherches internes de Facebook divulguées par la lanceuse d'alerte Frances Haugen aux journalistes du Wall Street Journal montrent qu'ils savent depuis 2018 qu'Instagram nuit à de nombreuses adolescentes. L'année dernière, Facebook a annoncé la suspension de ses plans de lancement d'Instagram Kids, une version de son application de partage de photos destinée aux enfants de moins de 13 ans, après que des législateurs et d'autres personnes ont exprimé des inquiétudes quant aux effets de la plateforme de partage de photos sur la santé mentale des jeunes.

Adam Mosseri, le responsable d'Instagram, application appartenant à Facebook, a déclaré que le service de réseaux sociaux mettait en pause ses travaux afin de pouvoir écouter les préoccupations et faire davantage pour démontrer la valeur de la version pour enfants, qui devait être dépourvue de publicité et permettre aux parents de surveiller l'activité des enfants. Adam aurait nié que la décision de « mettre en pause » le travail de développement sur Instagram Kids était un aveu que le concept était une mauvaise idée. Il a également ajouté que c'était toujours la « bonne chose à faire » de construire une application autonome qui offre aux parents plus de contrôle et de supervision.

« Je reste fermement convaincu que c'est une bonne chose de créer une version d'Instagram qui est fiable pour les préadolescents, mais nous voulons prendre le temps de parler aux parents, aux chercheurs et aux experts en sécurité et parvenir à un consensus sur la manière d'aller de l'avant », avait déclaré Adam Mosseri.

Ce que les enfants font avec leurs appareils, comment ils le font, qui ils sont et surtout comment cela affecte leurs relations compte plus que le temps qu'ils y passent. Malheureusement, presque toutes les recherches publiées demandent simplement aux adolescents ou aux parents d'estimer le nombre d'heures par jour ou par semaine que l'adolescent consacre à diverses activités sur écran, et ces estimations sont souvent inexactes.

L'utilisation des médias sociaux peut imposer des coûts externes même à ceux qui ne les utilisent pas. L'hypothèse testée dans la plupart des études serait qu'il existe une relation dose-effet : plus d'heures par semaine, au-delà de la quantité "sûre", cause plus de tort à l'individu qui consomme plus. « Si les médias sociaux sont en partie responsables de l'augmentation du nombre de dépressions et d'anxiétés chez les adolescents qui a commencé vers 2012, le lien de causalité ne doit pas nécessairement passer par les utilisateurs individuels », déclare Jonathan Haidt.

Il se peut que la communauté d'un collège change lorsque beaucoup ou la plupart de ses membres obtiennent des comptes Instagram ou Snapchat. Les enfants peuvent devenir plus cruels, craintifs, superficiels, commères ou obsédés par l'apparence, ce qui pourrait rendre de nombreux élèves plus déprimés et anxieux, même s'ils n'utilisent pas les médias sociaux ou s'ils ne les utilisent que légèrement. Ainsi, le fait que la plupart des études ci-dessous ne puissent expliquer qu'une petite partie de la variance des résultats ne signifie pas que les médias sociaux n'ont que des effets infimes. Les effets de réseau, de groupe ou émergents peuvent être très importants, et ils ne seraient pas détectés par des études dont la variable indépendante est le nombre d'heures que chaque enfant déclare passer par semaine sur des « plateformes de réseaux sociaux ».


Presque tous les chercheurs s'accordent aujourd'hui sur l'existence de corrélations entre (la mesure brute du) temps passé à utiliser les médias sociaux et (la mesure brute de l'auto-évaluation des) problèmes de santé mentale, mais l'ampleur et l'importance de ces effets suscitent de vifs désaccords. Certains chercheurs pensent que les corrélations sont de l'ordre de r = 0,04 et qu'elles n'ont aucune importance pratique ; d'autres estiment que les corrélations se situent entre r = 0,10 et r = 0,20, ce qui correspond à la taille de nombreuses autres menaces pour la santé publique.

Bien que le temps que les adolescents passent avec les technologies numériques ait suscité des préoccupations généralisées selon lesquelles leur utilisation pourrait être associée négativement au bien-être mental, ces influences délétères potentielles n'ont pas été rigoureusement étudiées.

En utilisant un plan préétabli pour analyser les données recueillies auprès d'un échantillon représentatif d'adolescents anglais (n = 120 115), ils ont obtenu des preuves que les liens entre le temps passé devant un écran numérique et le bien-être mental sont décrits par des fonctions quadratiques. De plus, nos résultats ont montré que ces liens varient en fonction du moment où les technologies numériques sont utilisées (c'est-à-dire en semaine ou le week-end), ce qui suggère que pour bien comprendre l'impact de ces activités récréatives, il faudra examiner leur fonctionnalité parmi d'autres activités quotidiennes.

Plusieurs études récentes suggèrent une association négative entre l'utilisation de Facebook et la santé mentale. Pourtant, les preuves empiriques de cette association sont mitigées, ce qui soulève la question de savoir dans quelles conditions l'utilisation de Facebook est liée à des résultats négatifs, tels qu'une diminution du bien-être. Dans une première étude, les chercheurs ont exploré les relations uniques entre ces construits en utilisant une analyse de réseau de pointe.

Par la suite,ils ont mené une étude de réplication préenregistrée. Dans les deux études, la comparaison sociale et l'estime de soi occupaient une position centrale dans le réseau, reliant l'utilisation des médias sociaux aux indicateurs de psychopathologie. Ces résultats soulignent le rôle prépondérant de la comparaison sociale et de l'estime de soi dans le contexte de l'utilisation des médias sociaux et du bien-être. Des études longitudinales et expérimentales seront nécessaires pour approfondir ces relations.


Les adolescents qui consacrent plus de temps à la communication électronique et aux écrans (par exemple, les médias sociaux, Internet, les textos, les jeux) et moins de temps aux activités hors écran (par exemple, les interactions sociales en personne, le sport/exercice, les devoirs, la participation à des services religieux) ont un bien-être psychologique plus faible. Les adolescents consacrant peu de temps à la communication électronique étaient les plus heureux.

Le bien-être psychologique était plus faible les années où les adolescents passaient plus de temps sur les écrans et plus élevé les années où ils passaient plus de temps à des activités sans écran, les changements d'activités précédant généralement les baisses de bien-être. Les indicateurs économiques cycliques tels que le chômage n'étaient pas significativement corrélés au bien-être, ce qui suggère que la Grande Récession n'est pas à l'origine de la baisse du bien-être psychologique, qui pourrait plutôt être due, du moins en partie, à l'adoption rapide des smartphones et à l'évolution subséquente de l'emploi du temps des adolescents.

Dans l'ensemble, les données indiquent qu'une utilisation modérée des technologies numériques n'est pas intrinsèquement nuisible et peut être avantageuse dans un monde connecté. Les résultats de cette étude permettent de recommander aux adolescents de limiter l'utilisation de la technologie.

Source : Testimony of Jonathan Haidt

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Pensez-vous que les enfants qui utilisent les médias sociaux s'en sortent moins bien que ceux qui ne les utilisent pas ?

Quelles solutions selon vous, face aux éventuels dangers des réseaux sociaux chez les enfants ?

Voir aussi :

Le cofondateur de WhatsApp qui a vendu la société à Facebook pour 19 milliards de dollars dit aux étudiants de supprimer leur compte Facebook à Stanford

La société mère de Facebook, Meta, ne figure plus dans le Top 10 des entreprises les plus valorisées. Meta a perdu 513 milliards de dollars de capitalisation boursière en quelques mois

Facebook, Twitter et Instagram peuvent être interdits en Inde aujourd'hui pour non-conformité, voici pourquoi

Facebook suspend son projet de lancer Instagram Kids, cette décision fait suite aux préoccupations concernant les effets sur la santé mentale des moins de 13 ans

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de BleAcheD
Membre averti https://www.developpez.com
Le 06/05/2022 à 16:38
Pas étonnant quand on voit ce qu'il y a sur Tiktok, Instagram etc
Les vidéos, images... et autres postes idiots sponsorisés rendent addict et pour ceux qui participe et publie ce contenu c'est encore pire...
Toujours à la recherche du buzz, les yeux rivés sur son écran pour faire parler de sois et bien sur sans réfléchir une seul seconde sur le faite qu'ils s'exposent au "monde entier".
Et puis viennent les critiques, le harcèlement etc
Luxure, narcissisme, addiction, jalousie, déception...

J'ai supprimé tout ça récemment, je pense que c'est mieux pour notre santé mental
3  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/05/2022 à 17:03
de ce que je comprends du graphique, les jeunes filles sont presque 3 fois plus dépressives que les jeunes hommes ? je m'attendais à un chiffre assez proche comme quoi
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 06/05/2022 à 23:13
Citation Envoyé par BleAcheD Voir le message
Pas étonnant quand on voit ce qu'il y a sur Tiktok, Instagram etc
Les vidéos, images... et autres postes idiots sponsorisés rendent addict et pour ceux qui participe et publie ce contenu c'est encore pire...
Toujours à la recherche du buzz, les yeux rivés sur son écran pour faire parler de sois et bien sur sans réfléchir une seul seconde sur le faite qu'ils s'exposent au "monde entier".
+1000

Et puis viennent les critiques, le harcèlement etc
Luxure, narcissisme, addiction, jalousie, déception...
Ces problèmes sont symptomatique de la société actuel, et sont responsable de plein de problèmes.
Baudelaire en parlais déjà dans Les Fleurs du Mal.
1  0 
Avatar de sanderbe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 07/05/2022 à 22:13
Bonsoir

La santé mentale des adolescents est en chute libre et les médias sociaux en sont une cause majeure, une étude de Jonathan Haidt

Quel est votre avis sur le sujet ?
C'est l'excès qui pose problème ... comme les addictions aux jeux d'argent, à l'alcool, au tabac , aux drogues ... Les réseaux sociaux ont aussi des côtés positifs, comme l'échanges entre communautés distantes ... la mise en relation entre personne.

Pensez-vous que les enfants qui utilisent les médias sociaux s'en sortent moins bien que ceux qui ne les utilisent pas ?
Pas du tout ... S'en sortir est "relatif". On peut être le meilleur des communiquant et la pire bille en travaux manuels ^^

Quelles solutions selon vous, face aux éventuels dangers des réseaux sociaux chez les enfants ?
Savoir avec un oeil dessus de la part des parents. Sinon c'est du menfoutimse ou de la negligence.

Citation Envoyé par BleAcheD
J'ai supprimé tout ça récemment, je pense que c'est mieux pour notre santé mental
C'est clairement cela , savoir faire un genre de detox
1  0 
Avatar de Falquiero
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 09/05/2022 à 9:10
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
de ce que je comprends du graphique, les jeunes filles sont presque 3 fois plus dépressives que les jeunes hommes ? je m'attendais à un chiffre assez proche comme quoi
Sans vouloir faire le réac sexiste de base, je pense qu'il est aussi important de prendre en compte le fait qu'on pourrait expliquer cette disparité de part le fait que les hommes ont plus de mal à s'avouer ce genre de problème que les femmes.

Les femmes sont deux fois plus sujettes aux dépressions. Cela a-t-il à voir avec le fait que beaucoup d'hommes ne vont pas consulter ou bien que les femmes ont effectivement plus de chances de devenir dépressives ? Surement un peu des deux. Mon commentaire ne se base sur pas grand chose mis à part sur mon expérience. Mais j'ai grandi, moi et mon entourage proche ou éloigné, avec "Man Up" rabâché à outrance. A contrario je pense qu'on invite plus les filles, adolescentes et jeunes femmes à parler de leur problème, au moins sur un plan émotionnel. Totalement proscrit pour les adolescents et jeunes hommes.
1  0 
Avatar de totozor
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/05/2022 à 12:53
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Et vous ?
Pensez-vous que les enfants qui utilisent les médias sociaux s'en sortent moins bien que ceux qui ne les utilisent pas?
Quelles solutions selon vous, face aux éventuels dangers des réseaux sociaux chez les enfants?
A mon époque le fléau était les jeux vidéo et la télé.
Ils ont été destructeurs pour certains, désociabilisassions, suicide, fuite dans un idéal utopique (Téléréalité) etc...
Ils ont été émancipateurs pour d'autres, streameurs et joueurs pro, Star de la télé réalité
Qu'est ce qui décide la branche que quelqu'un prend?
Pour ma part c'est l'accompagnement de mes parents : limiter les jeux vidéos, prise de recul sur les films/pubs/informations

Aujourd'hui ce sont les réseaux sociaux, demain ça sera ???
Internet et les réseaux sociaux sont des risques potentiels pour les enfants.
On peut les interdire, au risque de les isoler de leurs amis.
On peut leur laisser carte blanche au risque qu'ils tombent sur du contenu inadapté qu'ils n'arrivent pas à gérer.
On peut les accompagner et les aider à prendre du recul.
Chaque solution à ses risques et ses opportunités, à chaque parent de choisir la voie qu'il souhaite/peut prendre.
Une des clés est probablement qu'ils les découvrent au bon moment, quand ils sont capable de voir ce qu'il se passe et avant qu'ils aillent à l'encontre tout ce que disent leurs parents.
1  0 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/05/2022 à 21:58
Rétablissons une facturation au temps ou au volume consommé, et ça devrait régler le problème.
1  0