IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Plus de 80% des NFT créés gratuitement sur OpenSea sont des plagiats ou des spams, selon la plateforme.
Elle avait décidé de revoir à la baisse la limite du nombre de NFT gratuits pouvant être créés

Le , par Stéphane le calme

121PARTAGES

8  0 
Après avoir revu à la baisse la limite du nombre de NFT gratuits qu'un utilisateur peut créer, OpenSea a déclaré que la décision était due au nombre de fraudes et de spams.

Pour mémoire, un jeton non fongible (NFT, de l'anglais non-fungible token) est un type spécial de jeton cryptographique qui représente un objet numérique tels une image, une vidéo, un fichier audio, auquel est rattachée une identité numérique qui est reliée à un ensemble non vide de propriétaires. Contrairement aux cryptomonnaies, ils ne peuvent pas être négociés ou échangés à l'équivalence. C'est la raison pour laquelle ils sont dits non fongibles. Cela diffère des jetons fongibles comme les cryptomonnaies, qui sont identiques les uns aux autres et, par conséquent, peuvent être utilisés comme support de transactions commerciales. En gros, les NFT sont des jetons cryptographiques uniques qui existent sur une blockchain et ne peuvent être reproduits.

Les NFT ont gagné en popularité depuis l'année dernière. Les gens sont prêts à payer des millions de dollars juste pour prouver qu'ils possèdent un objet numérique qui ne valait rien auparavant. Ces entrées numériques, stockées sur une blockchain, permettent aux acheteurs de prouver qu'ils sont des propriétaires légitimes. Bien que ce soit différent d'un droit d'auteur, les propriétaires de NFT sont des titulaires de droits dans un sens.

OpenSea a dominé l'industrie NFT au cours des six derniers mois avec un volume de transactions en hausse, et connaît actuellement un mois record alors même que la concurrence acharnée émerge et que les prix de cryptomonnaie chutent. Cependant, en conséquence d'une décision controversée, la plateforme Ethereum NFT a bouleversé de nombreux créateurs en limitant le nombre de NFT pouvant être créés à l'aide de son propre contrat de vitrine de collection interne.

Alors que le marché NFT a explosé, le nombre de vols et de fraudes qui y sont associés a également explosé. Les artistes sont désormais familiarisés avec l'expérience de trouver leurs propres créations dans la galerie numérique d'OpenSea, exposés par un inconnu anonyme. OpenSea a révélé à quel point l'activité NFT sur sa plateforme est rythmée par la contrefaçon et le vol, et c'est énorme. En fait, selon la société, presque tous les NFT créés gratuitement sur sa plateforme sont soit des spams, soit des plagiats.

En décembre 2020, dans un billet de blog, OpenSea a parlé du lazy minting qui permettrait aux utilisateurs de créer des NFT gratuitement :

« Depuis un mois, nous testons une nouvelle technique de création de jetons non fongibles (NFT) sur OpenSea qui élimine le besoin pour les créateurs de payer des frais. C'est le premier fabricant de NFT vraiment gratuit, et aujourd'hui, il fonctionne directement sur Ethereum.

« Bien que nous disposions déjà de certains outils existants pour les développeurs et d'un minter NFT sans code, les utilisateurs devaient payer des frais pour déployer un contrat intelligent, puis payer pour éditer chaque NFT(...).

« Aujourd'hui, nous annonçons le Collection Manager sur OpenSea, vous permettant de créer vos propres NFT entièrement gratuitement ».

Le 27 janvier, le compte d'assistance Twitter d'OpenSea a indiqué que la plateforme avait « mis à jour les limites de notre contrat de vitrine de collection » pour n'autoriser que cinq collections (apparemment par portefeuille ou utilisateur NFT) et un maximum de 50 articles ou objets de collection NFT dans chaque collection.

Le soi-disant « lazy minting » sur le site permet aux utilisateurs de ne pas payer de frais d'utilisation de la blockchain lorsqu'ils créent un NFT sur OpenSea (l'acheteur finissant par payer les frais au moment de la vente). C'est donc une option populaire, en particulier pour les personnes qui ne disposent pas de suffisamment de fonds pour se lancer dans la conquête de leur empire de l'art numérique.


Cette décision a déclenché une tornade, certains projets se plaignant qu'il s'agissait d'un obstacle inattendu pour eux, car ils avaient encore besoin de mint (créer) des NFT, mais ne le pouvaient soudainement plus.

La communauté NFT a répondu en force dans les heures qui ont suivi le tweet original, avec un large éventail de créateurs et de personnalités de l'industrie de la cryptographie critiquant la plateforme pour avoir inhibé les collections qui utilisent le propre contrat intelligent NFT d'OpenSea. Un contrat intelligent est un morceau de code qui exécute des instructions définies, et dans ce cas, un contrat de mint gère la propriété et la transférabilité.

La modification d'OpenSea à son contrat « limite l'intégration des collections de nouveaux créateurs et constitue une mise à jour inutile du point de vue de la communauté », a déclaré le créateur de Twin Flames, Justin Aversano.

Les créateurs pouvaient toujours choisir d'utiliser leur propre contrat intelligent NFT externe pour contourner les limites. Par exemple, Manifold, la startup de contrats intelligents soutenue par Andreesen qui travaille avec Steve Aoki et pplpleasr, permet aux utilisateurs de posséder et de déployer leurs propres contrats de mint NFT personnalisables. Les créateurs pourraient également passer par un marché NFT concurrent, tel que Rarible.

Cependant, comme l'ont noté certains créateurs, tels que le cofondateur d'Uglydoll, David Horvath, le changement a également un impact sur les collections existantes qui utilisaient le contrat NFT d'OpenSea. Pour les créateurs qui ont déjà créé 50 NFT ou plus dans une collection existante, ils ne peuvent plus continuer à ajouter des éléments à cette collection. Et ils sont également limités à cinq collections au total.

Horvath avait progressivement ajouté des œuvres d'art NFT en édition unique aux collections OpenSea au cours de l'année écoulée aux côtés de sa femme et collaboratrice Sun-Min Kim. Il a tweeté qu'il était désormais « empêché de créer de nouveaux travaux ou collections sur OpenSea » en raison des changements.

« Je me sens mal pour tous les créateurs indépendants qui ont quitté leur emploi après avoir vu le potentiel des [NFT] changer leur propre vie, et peut-être être le moyen de subvenir à leurs besoins pour la première fois », a déclaré Horvath, « et je me sens encore plus mal pour ceux qui ont peut-être juste sauté le pas et ont ressenti de l'espoir pour la première fois depuis longtemps ».

Même si OpenSea change finalement de cap ou modifie les limites, Horvath a déclaré qu'il en avait assez vu. Il est enthousiasmé par le lancement prochain de la plateforme NFT de Coinbase et prévoit d'explorer la communauté là-bas une fois qu'elle sera en ligne.

« C'est probablement la pire réponse à une compétition assez merveilleuse qui émerge et à d'autres qui s'ouvrent juste au coin de la rue. Très triste à voir », a-t-il déclaré à propos d'OpenSea. « Pour moi personnellement, je m'en ficherais même s'ils inversaient leur décision une heure plus tard. Le fait qu'ils publient ça et laissent les gens être déboussolé n'aurait pas eu lieu d'être. J'en ai fini avec eux ».

OpenSea revient sur ses pas

Face au tollé qui a accompagné la mesure annoncée, OpenSea a fait marche arrière et a annoncé qu'il avait annulé la décision de limiter les collections créées avec son contrat intelligent. OpenSea a attribué la décision initiale à une « utilisation abusive » croissante de la fonctionnalité, notamment à la création d'œuvres d'art plagiées et de fausses collections. « Nous vous avons entendus et nous sommes désolés », peut-on lire sur le fil de discussion Twitter. La plateforme prévoit d'explorer d'autres solutions pour atténuer les abus et a écrit qu'elle partagerait les changements futurs à l'avance avant de les adopter.

Selon la plateforme, l'outil de création gratuit est utilisé presque exclusivement à des fins de fraude ou de spam.

« Chaque décision que nous prenons, nous la prenons en pensant à nos créateurs. Nous avons initialement construit notre contrat de vitrine partagée pour faciliter l'intégration des créateurs dans l'espace », a déclaré OpenSea dans le même fil de discussion. « Cependant, nous avons récemment constaté une augmentation exponentielle de l'utilisation abusive de cette fonctionnalité. Plus de 80 % des éléments créés avec cet outil étaient des œuvres plagiées, de fausses collections et du spam ».

C'est un chiffre très important, et qui n'est probablement pas surprenant pour les artistes dont le travail a été volé en masse et monnayé dans des NFT. Le fait qu'OpenSea risquerait sa réputation avec une décision aussi soudaine et percutante nous donne également un aperçu indirect de l'ampleur du problème de fraude que la création gratuite cause à OpenSea lui-même.

« En plus d'annuler la décision, nous travaillons sur un certain nombre de solutions pour nous assurer que nous soutenons nos créateurs tout en dissuadant les mauvais acteurs », a déclaré OpenSea sur Twitter, ajoutant qu'il échangera sur d'éventuelles décisions futures avec les utilisateurs avant de les mettre en œuvre.

Pour l'instant, cependant, il semble qu'OpenSea soit coincé entre le marteau et l'enclume.

D'autres acteurs de l'espace NFT pouvaient tenter de combler le vide si OpenSea s'en tenait à sa décision. Le nouveau rival LooksRare a tweeté qu'il prévoyait de créer des capacités de mint directe sur son marché récemment lancé, bien que « le livrer prendra du temps », a-t-il tweeté. Pendant ce temps, le cofondateur de Manifold, Richerd Chan, a tweeté que la société examinait comment elle pourrait potentiellement permettre aux utilisateurs de migrer les NFT d'un contrat OpenSea vers un contrat appartenant au créateur.

Sources : OpenSea (annonce, collection manager)

Et vous ?

Que pensez-vous des NFT en général ?
Êtes-vous surpris de voir une fonctionnalité de création gratuite être autant abusé pour créer de la fraude sur un marché émergent ?
Que pensez-vous de la mesure prise par OpenSea de limiter l'utilisation de cet outil ?
La plateforme a-t-elle bien fait lorsqu'elle a effectué un rétropédalage de cette décision ? Pourquoi ?
Quel serait, selon vous, le meilleur moyen de protéger des œuvres NFT ?

Voir aussi :

La Chine va créer sa propre industrie NFT basée sur une infrastructure blockchain soutenue par l'État, selon Red Date Technology, le développeur principal du projet
Les NFT (jetons non fongibles) sont-ils une escroquerie ? Oui, selon Stephen Diehl, un ingénieur logiciel
Environ 90 % des NFT n'auront plus de valeur dans 3 à 5 ans, prévient Fred Ehrsam le cofondateur de Coinbase
The NFT Bay vous propose de télécharger « tous les NFT d'Ethereum et Solana » sous forme de torrent. Les critiques de la NFT estiment que ce projet prouve que les NFT n'ont aucune valeur

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !