IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'IIHS, une société d'assurances, évaluera les logiciels d'aides à la conduite comme l'Autopilot de Tesla et
La Super Cruise de General Motors

Le , par Bruno

157PARTAGES

3  0 
L'Insurance Institute for Highway Safety (IIHS) a annoncé le 20 janvier qu'il créait un système de notation pour les systèmes avancés d'aide à la conduite en mode mains libres tels que l'Autopilot de Tesla et le Super Cruise de General Motors. « L’IIHS est en train d'élaborer un nouveau programme de notation qui évalue les mesures de protection que les véhicules partiellement automatisés utilisent pour aider les conducteurs à rester concentrés sur la route », a déclaré l’IHS sur son site officiel.

L'IIHS prévoit de publier la première série d'évaluations en 2022. La date précise est incertaine, car les problèmes actuels de la chaîne d'approvisionnement dans l'industrie automobile ont rendu plus difficile l'obtention de véhicules pour les tests. « Les systèmes d'automatisation partielle peuvent donner l'impression que les longs trajets sont moins pénibles, mais rien ne prouve qu'ils rendent la conduite plus sûre, déclare David Harkey, président de l'IIHS. En fait, c'est peut-être le contraire qui se produit si les systèmes ne sont pas assortis de garanties adéquates. »


La nécessité de surveiller le conducteur et de lui rappeler son attention est devenue évidente pour de nombreux défenseurs de la sécurité. Consumer Reports a annoncé qu'il commencerait à attribuer des points aux systèmes de conduite partiellement automatisés, mais uniquement s'ils sont dotés de systèmes de surveillance du conducteur adéquats, et qu'il tiendrait compte des cotes de sécurité de l'IIHS lorsqu'elles seront disponibles.

Selon l’IHS, malgré les messages trompeurs de certains constructeurs, pour l'instant du moins, les voitures à conduite autonome ne sont pas disponibles pour les consommateurs. De nombreux véhicules sur le marché sont en revanche partiellement automatisés. Le conducteur humain doit encore s'acquitter de nombreuses tâches de routine pour lesquelles les systèmes ne sont pas conçus. Le conducteur doit également surveiller l'efficacité de l'automatisation et être toujours prêt à prendre le relais en cas de problème.

Bien que la plupart des systèmes d'automatisation partielle aient mis en place certains garde-fous pour s'assurer que les conducteurs sont concentrés et prêts, aucun d'entre eux ne répond à tous les critères de l'IIHS. En 2018, après avoir commandé une enquête au HLDI (Highway Loss Data Institute), l’IIHS (Insurance Institute for Highway Safety) est parvenue à la conclusion selon laquelle la fonctionnalité Autopilot de Tesla, qui est censée permettre au conducteur d’éviter des accidents, se traduit par « moins de dommages matériels et moins de dommages corporels » qu’une conduite en mode manuel (c’est-à-dire sans l’assistance du pilote automatique).

Les données dont nous disposions ces dernières années ne sont pas dignes de confiance. Pendant plusieurs années, Tesla et la NHTSA n'ont cessé de citer une statistique selon laquelle le système de maintien dans la voie du constructeur de voitures électriques rendait les voitures beaucoup plus sûres - mais cette affirmation s'est effondrée lorsqu'une tierce partie a réellement creusé les données.

L’IHS indique que : « les systèmes d'automatisation partielle actuels qui sont commercialisés sous différents noms, tels que l'Autopilot, Pilot Assist et Super Cruise utilisent des caméras, des radars ou d'autres capteurs pour "voir" la route. Ceux qui sont actuellement sur le marché combinent le régulateur de vitesse adaptatif (ACC) et le centrage sur la voie avec diverses autres fonctions d'assistance au conducteur ». « Le régulateur de vitesse adaptatif maintient la vitesse sélectionnée par le conducteur, mais il ralentit automatiquement pour garder une certaine distance par rapport à un véhicule plus lent, puis il accélère lorsque la voie est libre. Le centrage de voie ajuste en permanence la direction pour aider le conducteur à maintenir le véhicule centré sur la voie de circulation. Le changement de voie automatisé est également de plus en plus courant. », ajoute-t-il.

Exagération sir les systèmes autonomes

Jusqu'à présent, même les systèmes les plus avancés nécessitent une supervision active de la part du conducteur. Cependant, certains fabricants ont exagéré les capacités de leurs systèmes, incitant les conducteurs à traiter ces systèmes comme s'ils pouvaient conduire la voiture seuls. Dans des cas flagrants, des conducteurs ont été filmés en train de regarder des vidéos ou de jouer à des jeux sur leur téléphone portable, voire de faire une sieste, alors qu'ils roulaient à toute allure sur la voie rapide.

Au cours des derniers mois, Tesla a suscité l'intérêt des autorités de réglementation et des défenseurs de la sécurité en raison du déploiement difficile de son système bêta d'autoconduite intégrale, mais la société a jusqu'à présent réussi à éviter l'examen minutieux de sa décision d'ajouter discrètement la possibilité de jouer à des jeux vidéo pendant la conduite. Des vidéos montrant des critiques et des conducteurs accédant à un jeu en mouvement sont apparues sur YouTube et ont été remarquées en début décembre de l’année dernière.

Si la possibilité de jouer dans une Tesla n'est pas nouvelle (la société a commencé à ajouter des jeux de style arcade en 2019), le fait de le faire pendant que les véhicules ne sont pas garés l'est. Le constructeur automobile a ajouté les jeux dans une mise à jour logicielle qui a été envoyée à la plupart de ses voitures cet été. Ils peuvent être joués par le conducteur ou par un passager à la vue du conducteur, ce qui n’est pas sans soulever de nouvelles questions quant à savoir si Tesla compromet la sécurité alors qu'il s'empresse d'ajouter de nouvelles technologies et fonctionnalités dans ses voitures.

Suite à des vidéos montrant des conducteurs de Tesla accédant à un jeu en mouvement, le gouvernement américain a demandé à Tesla pourquoi il laisse les gens jouer à des jeux vidéo en conduisant. Trois jeux ont accompagné la mise à jour 2021.12.25.6 : Solitaire, Sky Force Reloaded, The Battle of Polytopia : Moonrise, qui sont venus s'ajouter à la bibliothèque existante de 11 jeux sur le système informatique embarqué. Alors que les premiers jeux ne pouvaient être joués que si la voiture était garée, plusieurs YouTubers ont montré la possibilité d'accéder aux nouveaux jeux tout en conduisant.

Fin décembre 2021, Tesla accepte de modifier le logiciel de ses voitures afin d'empêcher les conducteurs et les passagers de jouer à des jeux vidéo sur les écrans du tableau de bord lorsque le véhicule est en mouvement. La manœuvre intervient après l'ouverture par la National Highway Traffic Safety Administration d'une enquête officielle sur la fonctionnalité connue sous le nom de Passenger Play.

« Suite à l'ouverture d'une évaluation préliminaire de la fonctionnalité Passenger Play, Tesla a informé l'agence qu'elle procéderait à la modification de la fonctionnalité. Dans une nouvelle mise à jour logicielle, Passenger Play sera désormais verrouillé et inutilisable lorsque le véhicule est en mouvement », a déclaré la NHTSA.
L'un des accidents mortels les plus médiatisés à ce jour impliquait une Tesla Model X à Mountain View, en Californie, en 2018. Le National Transportation Safety Board a constaté que le conducteur était très probablement distrait par un jeu vidéo sur téléphone portable lorsque le système, Autopilot, du véhicule a accéléré dans un atténuateur de choc sur l'autoroute.

La mauvaise utilisation délibérée n'est pas le seul problème, explique Alexandra Mueller, chercheuse scientifique à l'IIHS, qui dirige le nouveau programme de notation. « La façon dont beaucoup de ces systèmes fonctionnent donne aux gens l'impression qu'ils sont capables d'en faire plus qu'ils ne le font réellement. Mais même lorsque les conducteurs comprennent les limites de l'automatisation partielle, leur esprit peut encore vagabonder. En tant qu'humains, il nous est plus difficile de rester vigilants lorsque nous regardons et attendons qu'un problème survienne que lorsque nous conduisons nous-mêmes. »

Source : IIHS

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Le Gouvernement américain demande à Tesla pourquoi les gens peuvent jouer à des jeux vidéo dans des voitures en mouvement, la fonctionnalité fait l'objet d'un examen

Les conducteurs de Tesla peuvent jouer à des jeux vidéo dans des voitures en mouvement, cette fonctionnalité soulève de nouvelles questions de sécurité liées à la distraction au volant

L'Autopilote des Tesla plus sûr que la conduite manuelle, d'après une enquête commandée par une société d'assurances

Les accusations de crime impliquent pour une première une technologie automatisée largement utilisée, l'accusé utilisait Autopilot de Tesla dans l'incident qui a tué deux personnes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !