L'Autopilote des Tesla plus sûr que la conduite manuelle
D'après une enquête commandée par une société d'assurances

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Après avoir commandé une enquête au HLDI (Highway Loss Data Institute), l’IIHS (Insurance Institute for Highway Safety) est parvenue à la conclusion selon laquelle la fonctionnalité Autopilot de Tesla, qui est censée permettre au conducteur d’éviter des accidents, se traduit par « moins de dommages matériels et moins de dommages corporels » qu’une conduite en mode manuelle (c’est-à-dire sans l’assistance du pilote automatique).

Le HLDI a étudié les allégations faites sur tous les véhicules de la série S entre 2012 et 2014, avant que Tesla n’introduise le pilote automatique et toutes les caractéristiques de sécurité actives telles que l’alerte de collision, le freinage d’urgence automatique et les avertissements sur l’angle mort, et les a comparées aux modèles de véhicules S sortis entre 2014 et 2016.

Par conséquent, l’étude n’a couvert que la première génération de pilote automatique depuis que Tesla a introduit l'Autopilot 2.0 en 2016.

En outre, il est important de noter que Tesla a progressivement lancé et amélioré les fonctionnalités de sécurité apportées par Autopilot entre 2014 et 2016 et que toutes les fonctionnalités n'étaient pas disponibles pendant toute la période.

Après avoir analysé les réclamations pendant ces périodes, le groupe a constaté des réductions significatives des réclamations pour dommages à la propriété et des réclamations pour dommages : « Les caractéristiques combinées de l’aide à la conduite sur la Model S de 2014 à 2016 ont réduit de 11% la fréquence des réclamations en couverture de dommages matériels (DM) et de 21% la fréquence des réclamations en responsabilité civile corporelle (RCC) par rapport au Model S sorti entre 2012 et 2014 qui ne disposait pas de cette technologie ».

Lorsqu’on parle des dommages matériels, il s’agit ici des dommages causés par un conducteur fautif à un autre véhicule. Quant aux dommages corporels, il s’agit des blessures causées par un conducteur fautif aux occupants d’autres véhicules ou à d’autres personnes sur la route.

En ce qui concerne les types de blessures couverts en première partie, HLDI a constaté une augmentation de 29% de la fréquence des réclamations sous couverture médicale (CouvMed) et une augmentation de 39% de la fréquence des réclamations de protection contre les blessures (PCB).

CouvMed couvre les blessures subies par un conducteur fautif ou des passagers dans le véhicule de ce conducteur, tandis que la couverture PCB est vendue dans les États dotés de systèmes d’assurance sans égard à la responsabilité. Cette couverture couvre les blessures des occupants du véhicule assuré, peu importe qui est en faute.

Le pilote automatique étant une fonctionnalité facultative, les analystes ne pouvaient pas déterminer quels véhicules étaient dotés d’un pilote automatique et si celui-ci, ainsi que d’autres fonctions d’aide au conducteur disponibles, était activé au moment de l’accident. Cette limitation a contraint HLDI à comparer les pertes du modèle S avec la version hardware 1 avant et après l'activation du pilote automatique au lieu de comparer les véhicules avec et sans le système sur une période donnée. La période pré-pilote automatique ne comprenait que les neuf mois de données après que Tesla a activé l'avertissement de collision et avant qu’il n’ait intégré le pilote automatique.


Dans cette analyse limitée, HLDI a constaté que la fréquence des réclamations déposées sous DM, RCC, CouvMed et PCB n’avait pas changé une fois que le pilote automatique était activé, mais que la fréquence des réclamations lors de collisions avait diminué de 13%.

« Pour avoir une meilleure idée de l'impact du pilote automatique sur les réclamations, nous avons besoin de plus de données sur le nombre de Teslas équipés du pilote automatique et leur fréquence d'utilisation », explique Matt Moore, vice-président senior de HLDI. « La réduction de la fréquence des réclamations de dommages matériels et de dommages corporels causés par des tiers avec le matériel de la version 1 de Tesla est conforme aux avantages que HLDI a documentés pour des systèmes comparables d'autres fabricants ».

Moore ajoute que « Lorsque nous avons évalué Teslas avec le matériel de la version 1 après le déploiement du logiciel Autopilot, nous avons constaté une réduction significative de la fréquence des réclamations de collision, mais aucun autre changement ».

Selon un rapport de la NHTSA basé sur des données fournies par le constructeur, Tesla a fait valoir que son taux d’accidents avait été réduit de 40% après l’introduction du pilote automatique.

Plus tôt cette année, le PDG Elon Musk a déclaré que Tesla allait publier un rapport trimestriel sur la sécurité des pilotes automatiques. Néanmoins, un trimestre plus tard, il n’est toujours pas disponible. Quoi qu’il en soit, Elon Musk a affirmé que la neuvième version de l’autopilote de Tesla sera lancée au courant de ce mois.

Jusqu'à maintenant, les développeurs chez Tesla se sont concentrés sur l'aspect sécuritaire du programme d'autopilotage. Avec cette neuvième version, Tesla va commencer à activer les fonctionnalités de conduite automatique. En effet, malgré l'utilisation très répandue du terme « autopilote », le véhicule nécessite la présence et la concentration du conducteur du véhicule. Un abus de langage relevé par des associations de consommateurs, qui ont poursuivi Tesla en justice pour « Pratiques trompeuses et injustes dans la publicité et le marketing ».


Autopilot Tesla

Néanmoins, le système utilise un ensemble de 8 caméras, 12 capteurs à ultrasons et un radar orienté vers l'avant pour détecter les objets et les obstructions sur la route. Tout ce matériel est associé à la vision par ordinateur et au système neuronal de Tesla, ce qui permet à la voiture d'apprendre et de s'améliorer continuellement, notamment grâce aux milliards de kilomètres de données collectées par l'ensemble des véhicules de la marque.

Rappelons que, d'après les résultats d’un sondage réalisé auprès de plus de 1000 conducteurs dont les résultats ont été publié en mai 2018 par l'American Automobile Association (AAA), une association à but non lucratif représentant les automobilistes, 73% des conducteurs américains ont peur de rouler dans un véhicule autonome. Ce chiffre est en hausse de 10% par rapport à la fin de l'année dernière.

Certaines des principales conclusions étaient les suivantes:
  • un conducteur américain sur cinq (20%) ferait confiance à un véhicule autonome et 7 % ne savent pas s’ils feraient confiance à un véhicule autonome ;
  • les femmes (83%) ont plus tendance à avoir peur que les hommes (63%) ;
  • les deux tiers (64%) des conducteurs de la génération millénaire auraient trop peur de disposer d'un véhicule entièrement autonome, contre 49% à la fin de 2017. Cela représente la plus forte augmentation de toute génération interrogée.

« En dépit de leur potentiel à rendre nos routes plus sûres à long terme, les consommateurs ont des attentes élevées en matière de sécurité », a déclaré Greg Brannon, directeur de l'ingénierie automobile et des relations industrielles chez AAA. « Nos résultats montrent que tout incident impliquant un véhicule autonome est susceptible d'ébranler la confiance du consommateur, qui est un élément essentiel à l'acceptation généralisée des véhicules autonomes ».

Sources : IIHS, Tesla

Et vous ?

Pensez-vous que cela contribue à rassurer l'opinion publique qui, selon des sondages, s'est montré réticente à l'idée d'essayer des véhicules autonomes ?
Les résultats de cette enquête, malgré sa limite, vous semblent-ils pertinents ?
Que pensez-vous de la méthodologie adoptée (notamment se baser sur les rapports d'accidents) pour déterminer l'efficacité de la technologie ?

Voir aussi :

Tesla devrait abandonner les puces d'IA de NVIDIA pour ses véhicules autonomes et basculer sur ses propres puces d'IA dès l'année prochaine
Les véhicules autonomes d'Uber de retour sur les routes publiques de Pennsylvanie quatre mois après un accident mortel, mais en mode manuel
Le rêve des véhicules sans conducteur est-il en train de mourir ? Fiabilité de la technologie, lois en vigueur, quels sont les obstacles ?
Les Américains font moins confiance aux véhicules autonomes suite aux accidents mortels essuyés par Uber et Tesla, d'après des sondages
Le véhicule autonome d'Uber impliqué dans l'accident mortel aurait vu sa victime, mais l'a ignorée, à cause d'une défaillance de son système


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de squizer squizer - Membre habitué https://www.developpez.com
le 13/08/2018 à 14:52
D'un côté on a un nombre très élevés de personnes qui ont peur d'une conduite autonome et de l'autre on peut se poser la question: combien de personnes rentre en voiture avec un conducteur éméché.
Et la réponse à la question est: beaucoup trop. Il ne faut pas rêver, quand l'un rentre en voiture les autres suivent et ne disent pas "je prend le taxi"

Il n'y a pas photo, la conduite autonome c'est clairement l'avenir de l'automobile en terme de sécurité et régulation du trafic.
Avatar de Anselme45 Anselme45 - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 13/08/2018 à 17:08
L’Autopilote des Tesla plus sûr que la conduite manuelle,
d'après une enquête commandée par une société d'assurances
Surtout que lorsque c'est l'auto-pilote le responsable de l'accident, l'assurance pourra éviter de passer à la caisse et mettre la responsabilité sur Tesla en lieu et place de son assuré... Donc oui, oui, oui, les assurances du monde entier vous le confirment: l'auto-pilote de Tesla est plus sûr que la conduite manuelle... Si ce n'est pour la santé du conducteur, ce le sera pour leurs bénéfices!
Avatar de BenoitM BenoitM - Membre expert https://www.developpez.com
le 14/08/2018 à 8:21
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Surtout que lorsque c'est l'auto-pilote le responsable de l'accident, l'assurance pourra éviter de passer à la caisse et mettre la responsabilité sur Tesla en lieu et place de son assuré... Donc oui, oui, oui, les assurances du monde entier vous le confirment: l'auto-pilote de Tesla est plus sûr que la conduite manuelle... Si ce n'est pour la santé du conducteur, ce le sera pour leurs bénéfices!
Tu auras toujours une assurance personnel même si tu n'es pas responsable.
Elle sera lier au risque.

Comme une assurance hospitalisation/dentaire/...
Tu n'es pas forcément responsable mais c'est toi qui débourse

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil