IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Malaisie saisit 1720 machines de minage de bitcoins dans le cadre de la répression du vol d'électricité
La quantité d'électricité volée augmente dans des proportions alarmantes

Le , par Stéphane le calme

132PARTAGES

14  1 
La police malaisienne a mis fin à une opération de minage de bitcoins et saisi 1 720 machines de minage de bitcoins dans le cadre d'une importante répression de vol d'électricité à la suite de plaintes du public. « La police a inspecté 75 locaux autour du district et 30 d'entre eux se sont révélés être en train de mener des activités illégales d'extraction de bitcoins et de voler de l'électricité ».

Depuis janvier 2021, le cours du bitcoin a explosé, passant d’une valorisation à moins de 30 000 dollars à plus de 60 000 dollars, avant de s’écrouler, jusqu’à replonger sous le seuil symbolique 30 000 dollars en juin 2021. Pour mémoire, en octobre 2020, il y a donc tout juste un an, un bitcoin ne valait « que » 12 000 dollars : il s’agit donc d’une augmentation de plus de 400 % en un an. Le bitcoin a atteint les 66 923 $ ce 20 octobre 2021, marquant une reprise complète après un marasme de plusieurs mois.

Le cycle continu de minage de blocs incite les gens du monde entier à exploiter Bitcoin. Comme l'exploitation de minage peut fournir un solide flux de revenus, les gens sont très disposés à utiliser des machines énergivores pour en obtenir une partie.

C'est dans ce contexte que la police malaisienne a réprimé une importante affaire de vol d'électricité impliquant l'extraction de bitcoins, ont rapporté les médias locaux. Le chef de la police de Perak, Datuk Mior Faridalathrash Wahid, a déclaré lors d'une conférence de presse jeudi au siège de la police du district de Manjung que la répression avait été menée à la suite de plaintes du public.

Notant que l'opération impliquait le Tenaga Nasional Berhad (TNB) et la caserne de pompiers et de secours de Sitiawan, le chef de la police a expliqué : « Cette opération est le plus gros succès avec TNB cette année ».

Il a noté que selon la TNB, le vol d'électricité valait environ 2 millions de Ringgits malais (423 197 €).

« La police a inspecté 75 locaux autour du district et 30 d'entre eux se sont révélés être en train de mener des activités illégales d'extraction de bitcoins et de voler de l'électricité », a expliqué le chef de la police, ajoutant : « Nous avons saisi 1*720 machines de minage de bitcoins ».

En outre, « 15 moniteurs, 22 unités centrales de traitement (CPU), 16 claviers, sept souris, 56 modems et un ordinateur portable » ont également été saisis, a détaillé le chef de la police. Il a ajouté : « Une Toyota Hilux, 44 ventilateurs d'extraction, cinq alarmes et sept caméras de télévision en circuit fermé (CCTV) ont également été saisis ».

Mior Faridalathrash a expliqué qu'une enquête plus approfondie est en cours pour identifier le cerveau derrière l'opération minière illégale de bitcoin et établir depuis combien de temps elle dure.

La police a également arrêté un gardien des locaux d'Ayer Tawar, âgé de 28 ans, soupçonné d'avoir mené des activités illégales d'extraction de bitcoins et d'être impliqué dans le vol d'électricité. Le chef de la police a noté : « L'homme arrêté a été placé en détention provisoire pendant quatre jours et fait l'objet d'une enquête en vertu des articles 379 et 427 du Code pénal et de la loi de 1990 sur l'approvisionnement en électricité ».

En Malaisie, le minage de cryptomonnaies n’est pas interdit, mais des sanctions sévères sont prévues pour le vol d’électricité. Selon l’article 37 de la loi malaisienne sur l’approvisionnement en électricité, ceux qui abusent les réseaux électriques du pays sont passibles d’une amende allant jusqu’à 23 700 dollars et d’une peine de prison de cinq ans. Selon le Centre de financement alternatif de Cambridge, la Malaisie contribue à plus de 4,5 % de la puissance de minage mondiale.


En juin 2021, la police malaisienne a effectué une série de perquisitions sur quatre sites crypto à George Town, dans l’État de Penang et a saisi plus de 400 dispositifs de minage de bitcoins. Les installations ont volé de l’électricité d’une valeur d’environ 90 000 euros, selon les données de Tenaga Nasional, entreprise privée de production et de distribution d’électricité.

Le mois suivant, après que trois maisons ont été incendiées en raison d’un vol d’électricité de 1,76 million d’euros, une opération similaire s’est déroulée sur l’île de Bornéo, dont les régions du nord appartiennent à la Malaisie et au Brunei. Cette fois-là, la police malaisienne a imaginé un moyen spectaculaire d'afficher sa détermination dans la lutte contre le vol d'électricité en détruisant au rouleau-compresseur plus d'un millier de machines de minage de bitcoin (1 069), activité très énergivore, qui avaient été saisies lors de descentes de police.

Ces machines, d'une valeur estimée à 5,3 millions de ringgit (1,1 million d'euros), avaient été découvertes lors de plusieurs opérations de police sur l'île de Bornéo entre février et avril.

Au total, huit personnes ont été arrêtées pour avoir volé l'équivalent de 1,7 million d'euros d'électricité en branchant illégalement ces machines très gourmandes en énergie sur le réseau général, selon la police. « Les mineurs de cryptomonnaies volent l'électricité », a dénoncé Hakemal Hawari, un haut responsable de la police de la ville de Miri, dans le nord de la partie malaisienne de Bornéo. « Leurs agissements sont dangereux, non seulement pour les vies humaines, mais aussi d'un point de vue matériel, car ils peuvent provoquer des coupures de courant ».

Six des personnes arrêtées ont été condamnées pour vol d'électricité et incarcérées pour six mois.

Les jetons issus du minage ont été confisqués un peu plus tard.

Quel genre de travail les mineurs effectuent-ils ?

De nouveaux ensembles de transactions (blocs) sont ajoutés à la blockchain de Bitcoin environ toutes les 10 minutes par de prétendus mineurs. Lorsqu'ils travaillent sur la blockchain, ces mineurs ne sont pas obligés de se faire confiance. La seule chose à laquelle les mineurs doivent faire confiance est le code qui exécute Bitcoin. Le code comprend plusieurs règles pour valider les nouvelles transactions. Par exemple, une transaction ne peut être valide que si l'expéditeur possède réellement le montant envoyé. Chaque mineur confirme individuellement si les transactions respectent ces règles, éliminant ainsi le besoin de faire confiance aux autres mineurs.

L'astuce consiste à faire en sorte que tous les mineurs se mettent d'accord sur le même historique de transactions. Chaque mineur du réseau est constamment chargé de préparer le prochain lot de transactions pour la blockchain. Un seul de ces blocs sera sélectionné au hasard pour devenir le dernier bloc de la chaîne. La sélection aléatoire dans un réseau distribué n'est pas facile, c'est donc là qu'intervient la preuve de travail. Dans la preuve de travail, le bloc suivant provient du premier mineur qui en produit un valide. C'est plus facile à dire qu'à faire, car le protocole Bitcoin rend très difficile pour les mineurs de le faire. En fait, la difficulté est régulièrement ajustée par le protocole pour garantir que tous les mineurs du réseau ne produiront qu'un seul bloc valide toutes les 10 minutes en moyenne. Une fois qu'un des mineurs parvient enfin à produire un bloc valide, il en informera le reste du réseau. Les autres mineurs accepteront ce bloc une fois qu'ils auront confirmé qu'il respecte toutes les règles, puis rejetteront le bloc sur lequel ils avaient travaillé eux-mêmes. Le mineur chanceux est récompensé par un montant fixe de jetons, ainsi que les frais de transaction appartenant aux transactions traitées dans le nouveau bloc. Le cycle recommence alors.

Le processus de production d'un bloc valide est en grande partie basé sur des essais et des erreurs, où les mineurs font de nombreuses tentatives chaque seconde pour essayer de trouver la bonne valeur pour un composant de bloc appelé « nonce », et en espérant que le bloc terminé résultant correspondra aux exigences ( car il n'y a aucun moyen de prédire le résultat). Pour cette raison, l'exploitation de minage est parfois comparée à une loterie où vous pouvez choisir vos propres numéros. Le nombre de tentatives (hachages) par seconde est donné par le taux de hachage de votre équipement de minage. Cela sera généralement exprimé en Gigahash par seconde (1 milliard de hachages par seconde).

Sources : loi malaisienne sur l'électricité, Centre de financement alternatif de Cambridge

Voir aussi :

Le bitcoin est largement contrôlé par un petit groupe d'investisseurs et de mineurs, selon une étude du National Bureau of Economic Research
Le bitcoin a consommé plus de 134 TWh en 2021 ce qui est comparable à l'énergie électrique consommée par un pays comme l'Argentine
Le bitcoin établit un nouveau record dans son histoire en franchissant la barre des 66 000 dollars porté par le lancement d'un produit financier à Wall Street lié à la cryptomonnaie
Le bitcoin pourrait consommer autant d'énergie électrique que l'ensemble des centres de données dans le monde, avec une empreinte carbone équivalente à celle de Londres

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !