IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook veut faire de la religion un nouveau business en permettant aux groupes religieux de facturer 10 $ par mois aux utilisateurs pour du contenu exclusif
Comme des messages de leurs évêques

Le , par Patrick Ruiz

193PARTAGES

9  0 
La pandémie de coronavirus impose un recours plus important aux moyens de cette époque (ordinateurs, réseaux informatiques, plateformes de collaboration en ligne) dans toutes les sphères d’activité. Les églises, mosquées, temples bouddhistes n’échappent pas à la nécessité de trouver des moyens d’exister par ces temps. Facebook leur met à disposition des outils dont certains permettent aux groupes religieux de faire payer aux utilisateurs pour l’accès à du contenu exclusif. L’éthique de la plateforme se retrouve de nouveau remise en question.

Facebook peut sembler être un partenaire inhabituel pour une organisation religieuse. Pourtant, ces dernières années, l'entreprise a développé des partenariats avec un large éventail de communautés religieuses, des congrégations individuelles aux grandes dénominations. La connexion avec les églises, mosquées, temples bouddhistes s’est accentuée avec la survenue de la pandémie de coronavirus.

La société vise à devenir la maison virtuelle des communautés religieuses et souhaite que les églises, les mosquées, les synagogues et autres intègrent leur vie religieuse dans sa plateforme. Elle développe donc de nouveaux produits pour la filière.

Facebook a lancé un outil dit « de prière » à l’intention de ces communautés depuis le mois de mai. Ce dernier testé pendant de longs mois auparavant par certaines communautés religieuses est utile pour demander à des membres de groupes privés des prières sur des sujets spécifiques. Des participants répondent en cliquant sur un bouton avec la mention « j’ai prié. » Ces derniers voient ensuite leurs noms d’utilisateurs paraître dans un listing visible de l’utilisateur qui formule la demande de prière.


L'Église presbytérienne des États-Unis a reçu une invitation à devenir un partenaire de foi de Facebook en décembre. Elle a accepté dans un contrat qu'elle ne serait pas propriétaire des produits qu'elle aide Facebook à concevoir. Les dirigeants de l'Église de Dieu en Christ, une dénomination pentecôtiste afro-américaine en majorité et comptant environ six millions de membres dans le monde ont pour leur part reçu un accès anticipé à plusieurs des fonctions de monétisation de Facebook, leur offrant de nouvelles sources de revenus.

« Ils ont décidé d'essayer deux outils Facebook : des abonnements où les utilisateurs paient, par exemple, 9,99 dollars par mois et reçoivent du contenu exclusif, comme des messages de l'évêque. De plus, un autre outil permet aux fidèles qui regardent les services en ligne d'envoyer des dons en temps réel. Les dirigeants se sont prononcés contre une troisième fonctionnalité : les publicités pendant les flux vidéo », rapporte le New York Times à ce propos.

Facebook comme mur de monétisation pour la « parole de Dieu » ? C’est ce que suggère le tableau à controverse. En effet, l’idée pour des tiers de devoir payer pour accéder à du contenu religieux fut-il exclusif passe mal. L’éthique du réseau social se retrouve à nouveau sous le feu de remises en question.

La religion est depuis longtemps un moyen fondamental pour les humains de former des communautés et désormais les entreprises de médias sociaux s’invitent à la table. Toutefois, cette collaboration entre le réseau social et les communautés religieuses soulève des questions pratiques, mais en sus des questions philosophiques et morales. La modération des contenus dits haineux reste une équation de taille à résoudre pour la plateforme comme l’a mainte fois souligné l’Union européenne. Une question fait alors surface : Facebook n’est-il pas en train de donner son feu vert à l’extrémisme religieux en ligne au travers de cette collaboration avec les communautés religieuses ?

Les éternelles inquiétudes liées à la vie privée des utilisateurs demeurent, car les gens partagent certains des détails les plus intimes de leur vie avec leurs communautés spirituelles. La possibilité pour Facebook de recueillir des informations est comme d’habitude l’un des principaux sujets d’inquiétudes. Le problème se pose surtout pour des membres âgés qui peuvent ne pas comprendre comment ils pourraient être ciblés par des publicités ou d’autres messages basés sur leur engagement religieux. Facebook rassure quant à ceci que les données recueillies auprès des communautés religieuses seront traitées de la même manière que celles des autres utilisateurs.

Sources : Reuters, NYT, Twitter

Et vous ?

Que pensez-vous de ce mariage entre réseaux sociaux et communautés religieuses ?
Que pensez-vous du fait de devoir payer pour accéder à du contenu religieux ? Les solutions Facebook introduisent-elles vraiment une nouveauté à ce propos ?

Voir aussi :

Facebook s'est engagé à verser 130 millions de dollars sur six ans pour financer sa « Cour suprême », une institution qui sera chargée de jouer les modérateurs entre Facebook et ses utilisateurs
Une ex-modératrice de Facebook porte plainte pour stress post-traumatique, après avoir été exposée à des contenus choquants
Un employé de Facebook est congédié pour avoir restauré des comptes publicitaires bannis par la société, en échange de milliers de dollars de pots-de-vin
Les actionnaires de Facebook en ont assez de Marc Zuckerberg, mais ne peuvent rien faire contre lui, en voici les raisons
Google, Facebook et Twitter privilégient l'utilisation de l'IA pour les activités de modération et préviennent que des erreurs peuvent survenir, leurs employés étant priés de rester chez eux

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de vanquish
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 27/07/2021 à 14:11
Matthieu 10:8 - Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.
2  0 
Avatar de xp-op
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 27/07/2021 à 15:16
Avec l'aide son IA et des employés, Facebook pourra enfin contrôler les religions et les faire évoluer correctement. Que pourrait-il se passer de mal ?
1  1 
Avatar de Ramram1
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 27/07/2021 à 21:44
ils ne savent plus quoi inventer pour faire du profit, allez au diable !
0  0 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 31/07/2021 à 18:47
Bonsoir,

Que pensez-vous de ce mariage entre réseaux sociaux et communautés religieuses ?
C'est ce que je craignais (et martèle déjà depuis un moment) ... Les contenus religieux/théologiques et politiques n'ont pas leur place sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter ...

Facebook ou Twitter ont au départ été pensé pour le divertissement. Cela englobe : les hobbies (bricolage, déco, mode , tendance, sport, loisir ...) les films, la musique, les jeux vidéos ...

Que pensez-vous du fait de devoir payer pour accéder à du contenu religieux ?
C'est honteux et ignoble

Les solutions Facebook introduisent-elles vraiment une nouveauté à ce propos ?
Une dangereuse nouveauté ...

---

Je repose la "question magique" :

Quel est le point commun entre la baguette de pain, le service banque en ligne, la messe et le discours politique du parti communiste ?

La baguette de pain et le service de banque en ligne vous consommez du bien/service. Le discours religieux/théologique / politique vous ne consommez rien c'est de l'idéologie ...

Temps qu'on fera fit de cette différence, les discours dangereux politico-religieux pourront encore cavaler longtemps sur ces plates formes ...

Le plus sage, serait de dédier des sites exprès aux discours politico-religieux . Une sorte de "Facebook ou Twitter" de la politique / théologie . La on verrait qui assume réellement ce qu'il dit / pense ... Les discours seraient plus mesurés , moins démago .

Qu'on ne vienne pas parler de censure , c'est tribune libre. Dans le respect de chacun .
0  0