IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Fraude à la cryptomonnaie : le "roi du bitcoin" brésilien arrêté pour avoir prétendument détourné 300 millions de dollars,
Soutirés à un grand nombre d'investisseurs

Le , par Stan Adkens

307PARTAGES

12  0 
Celui qui s’est autoproclamé "roi du bitcoin" au Brésil a été arrêté pour avoir détourné 1,5 milliard de reals brésiliens (environ 300 millions de dollars) de ses clients par le biais d'un système de cryptomonnaie. Claudio Oliveira était le président du groupe bitcoin Banco, une société brésilienne de courtage en devises numériques. En 2019, il a affirmé que sa société avait été piratée et avait perdu plus de 7 000 bitcoins. Il aurait ensuite demandé et obtenu auprès des autorités brésiliennes un redressement judiciaire afin de réorganiser ses finances. Mais une enquête de trois ans, menée sur lui et son entreprise par les autorités policières, allègue que Oliveira et son groupe se sont engagés dans des escroqueries et des détournements de fonds. Ce qui a culminé avec sa récente arrestation, selon un communiqué de presse de la police.

La police fédérale de la ville de Curitiba, dans le sud du Brésil, a arrêté Oliveira aux côtés de certains des autres dirigeants du groupe bitcoin Banco. Dans un communiqué de presse publié lundi, la police a révélé qu'elle enquêtait sur le groupe en relation avec des allégations de blanchiment d'argent, de détournement de fonds, de délits de faillite et autres. Baptisée opération "Daemon" et menée par une équipe spéciale composée de 90 agents, l'enquête sur le bitcoin Banco Group a également donné lieu à 22 mandats de perquisition et de saisie. La police disposerait d'une décision de justice autorisant la saisie des biens liés à l'entreprise.


L'opération Daemon était en cours depuis un certain temps déjà, ayant débuté en 2019. Tout a commencé avec l'entreprise qui a bloqué les retraits des clients. Les investisseurs concernés se sont adressés aux autorités et l'enquête a commencé. Le "roi du bitcoin" a affirmé peu après que la société avait été victime d'un piratage et que plus de 7 000 bitcoins avaient été volés. Il n'a toutefois pas fourni de preuve tangible du piratage, même après qu'un tribunal le lui avait ordonné, ce qui a suscité encore plus d'interrogations. Coindesk est parmi les premiers à rapporter ces événements après une conférence de presse tenue lundi par les autorités.

En septembre 2019, l'entreprise avait été poursuivie par plus de 200 investisseurs, ce qui a poussé Oliveira à déposer une demande de redressement judiciaire. Il s'agit d'un arrangement, approuvé par un tribunal en vertu de la loi brésilienne, qui permet à une entreprise d'éviter de déposer le bilan en trouvant d'autres moyens de rembourser ses créanciers et de réorganiser ses finances.

Toutefois, au début de 2020, il a été constaté que le groupe ne respectait pas les obligations déterminées au moment du décret de redressement judiciaire et, pour promouvoir ses activités et attirer de nouveaux clients, il a continué à proposer au public des contrats d'investissement collectif sans être enregistré auprès de l'autorité de régulation du marché. Il a continué à recruter de nouveaux clients et a négligé son devoir de rembourser ses créanciers, comme l'exige le tribunal.

Bien que Oliveira ait précédemment affirmé qu'il n'était pas en mesure de rembourser les clients qui avaient perdu leur argent lors du prétendu piratage, des fuites de documents fiscaux ont montré qu'il détenait 25 000 bitcoins quelques mois seulement après le piratage, a rapporté Coingeek. Selon des experts fiscaux, les tribunaux brésiliens ont le pouvoir de lui ordonner de rembourser les investisseurs à partir de cette réserve, même s'il la détient à titre personnel.

La saga du groupe bitcoin Banco a touché plus de 20 000 investisseurs, bien que seulement environ 200 poursuites aient été engagées contre lui. La valeur de leurs dommages varie de 3 000 à 3 millions de dollars, selon les médias.

Lors de leurs investigations, la police a découvert que Claudio Oliveira avait déjà été mêlé à une situation similaire aux États-Unis. On peut lire dans le communiqué de presse : « Les investigations de la police ont également révélé que la personne faisant l'objet de l'enquête a également commis, dans le passé, des crimes de même nature aux États-Unis et peut-être dans d'autres pays européens. Le travail d'investigation sur le terrain a également permis d'identifier des personnes soupçonnées d'avoir participé à la perpétration des crimes faisant l'objet de l'enquête ».

« Les ordonnances judiciaires signifiées aujourd'hui visent non seulement la cessation des activités criminelles, mais aussi l'élucidation de la participation de toutes les personnes faisant l'objet de l'enquête, ainsi que la recherche des avoirs pour permettre, même partiellement, la réparation des dommages générés aux victimes », a ajouté le communiqué.

Autres récentes arnaques à la cryptomonnaie

Cette histoire est la dernière en date des activités frauduleuses liées à la cryptomonnaie. En avril, alors que le bitcoin montait en flèche, Ameer, le PDG d’Africrypt, une société d'investissement en cryptomonnaie, a informé les investisseurs que la société avait été victime d'un piratage. Il leur a conseillé de ne pas signaler l'événement aux autorités ou à leurs avocats, car cela ne ferait qu'entraver le processus de récupération, selon un rapport.

Le Sud-Africain Ameer a fondé Africrypt en 2019 avec son frère Raees. Les deux ont disparu avec 69 000 bitcoins dont la valeur avoisinait les 3,6 milliards de dollars au moment de la publication du rapport. L'arnaque présumée représente la plus grosse arnaque de l'histoire de la cryptomonnaie, encore plus importante que les 2 milliards de dollars qui ont disparu en Turquie dans le même mois d’avril.

Concernant cette dernière fraude à la cryptomonnaie, la plateforme d'échange de cryptomonnaies Thodex a suspendu ses transactions après avoir affiché un message mystérieux sur son site Web, indiquant qu'elle avait besoin de cinq jours pour traiter un investissement extérieur non spécifié, a rapporté la BBC à l’époque. Selon des informations de presse, la plateforme Thodex a fermé alors qu'elle détenait au moins deux milliards de dollars provenant de 391 000 investisseurs.

Alors que le fondateur turc de la plateforme a fui en Albanie avec les deux milliards de dollars d'actifs des investisseurs, Ankara a émis un mandat d'arrêt international à l’époque. La police turque a arrêté 62 suspects lors de raids menés dans huit villes, dont Istanbul, où est basée la plateforme. L'avocat des investisseurs a déclaré à l'AFP que des centaines de milliers d'utilisateurs n'avaient pas pu accéder à leurs portefeuilles numériques. « Nous avons entamé les procédures légales et déposé une plainte au bureau du procureur », a-t-il dit. Le parquet enquêtait sur l'homme d'affaires pour « fraude aggravée et fondation d'une organisation criminelle ».

Source : Communiqué de presse de la police

Et vous ?

Que pensez-vous de ce genre de fraude à la cryptomonnaie ?
Connaissez-vous quelqu’un qui en a été victime ?

Voir aussi :

Les fondateurs d'Africrypt, une plateforme d'investissement crypto, disparaissent avec 3,6 milliards $ en bitcoins. Il pourrait s'agir de la plus grosse fraude de l'histoire en matière de crypto
Le bitcoin émettrait moins de 2 % des émissions de carbone de l'industrie militaire mondiale, selon un rapport
La Chine expulse plus de la moitié des mineurs de bitcoins du monde, et un grand nombre d'entre eux pourraient migrer vers le Texas
L'interdiction du bitcoin fait chuter le prix des cartes graphiques de 66 % en Chine, après que la Mongolie intérieure, le Xinjiang et le Sichuan ont mis fin aux opérations minières

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de 23JFK
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 10/07/2021 à 23:05
L'un des principes fondateur de la cryptomonnaie est pourtant "On ne doit jamais faire confiance à personne", surtout quand un site se propose généreusement de stocker vos cryptomonnaies alors qu'il existe des portefeuilles externes comme le wallet d'origine du bitcoin.
2  0 
Avatar de asafaw
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 11/07/2021 à 13:32
Il sot cons ceux qui croient encors à ces crypto-mafia-sale-voleurs.
2  1