IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Tim Cook défend la suspension de l'application Parler : « Nous ne considérons pas cela comme de la liberté d'expression ».
Parler reviendra sur l'App Store « s'ils reprennent leur modération »

Le , par Stan Adkens

362PARTAGES

6  0 
Apple a expulsé le réseau social Parler de l’App Store le samedi 9 janvier, en invoquant des menaces de violence et d'activités illégales sur l'application. Vendredi d’avant, c’est Google qui avait suspendu l’application de son magasin en ligne. Ces interdictions sont intervenues suite à l’attaque collective des émeutiers pro-Trump qui ont pris d’assaut le Capitole américain le 6 janvier afin d’empêcher la certification de l’élection de Joe Biden. Dans une interview accordée à une émission sur Fox, Tim Cook, le PDG d'Apple, a déclaré que les messages sur l'application sociale de droite Parler représentaient une « incitation à la violence » qui justifiait son retrait de l'App Store.

Interviewé par le présentateur Chris Wallace dans le cadre de l'émission "Fox News Sunday" diffusée dimanche dernier sur la chaîne Fox, Cook a déclaré qu'Apple « a examiné l'incitation à la violence qui y était présente et... nous ne considérons pas cela comme de la liberté d'expression ». Interrogé pour savoir si le fait qu'Apple a interdit Parler, qui était devenu populaire parmi les loyalistes de Trump comme alternative à Twitter et Facebook, ne servirait pas à rendre les utilisateurs de l'application "clandestins", Cook a répondu : « Eh bien, nous les avons seulement suspendus, Chris. Et donc, s'ils reprennent leur modération, ils seront de retour sur le site ».


Parler, le réseau social qui s'est positionné comme une alternative libre auprès des conservateurs, a connu un regain de popularité au cours des derniers mois. Mais la plateforme n'a pas réussi à contenir les discours violents et haineux, qui, selon les entreprises de Big Tech, pourraient conduire à une nouvelle attaque violente.

Bien qu'il ait supprimé certains contenus, comme un post du 7 janvier de l'avocat Lin Wood, pro-Trump, qui disait : « Préparez les pelotons d'exécution. Pence passe en PREMIER », la liberté relative de la plateforme a permis de mettre en scène des théories de conspiration extrémistes, comme QAnon, ainsi que des discussions publiques encourageant les "patriotes" à participer aux violences futures entourant l'investiture du président élu Joe Biden.

Apple et Google ont viré Parler de leurs boutiques d'applications, en invoquant des menaces de violence et d'activités illégales sur l'application, après l'émeute meurtrière au Capitole. Dans un courriel adressé à Parler le vendredi 8 janvier, l'Apple Review Board aurait déclaré que l'application contient des « contenus répréhensibles », notamment des menaces violentes, mais aucun mécanisme pour gérer les contenus potentiellement dangereux générés par les utilisateurs. Apple a donné à Parler 24 heures pour réécrire son règlement afin d'adhérer aux règles de l'App Store avant d'interdire officiellement l'application.

Samedi, Apple a expulsé Parler de son App Store. « Parler n'a pas pris les mesures adéquates pour faire face à la prolifération de ces menaces à la sécurité des gens », a déclaré Apple. Puis dimanche, la division AWS d'Amazon a retiré les services d'hébergement Web de Parler, affirmant qu'il « ne peut pas fournir de services à un client qui est incapable d'identifier et de supprimer efficacement le contenu qui encourage ou incite à la violence contre les autres ». Le géant du commerce électronique a cité près de 100 exemples de menaces violentes sur la plateforme de réseau social.

Parler a poursuivi Amazon en justice le lendemain lundi, alléguant qu'Amazon avait rompu son contrat et violé la loi antitrust en étant supposé être de connivence avec Twitter pour faire fermer l'application. Amazon, dans une plainte déposée au tribunal le 12 janvier, a déclaré : « Cette affaire n'a pas pour but de supprimer des discours ou d'étouffer des points de vue. Il ne s'agit pas d'une conspiration visant à restreindre le commerce ». « Cette affaire concerne plutôt la réticence et l'incapacité démontrées de Parler à retirer des serveurs d'Amazon Web Services (AWS) des contenus qui menacent la sécurité publique, comme l'incitation et la planification du viol, de la torture et de l'assassinat de fonctionnaires et de citoyens nommés ».

Pourtant, Parler ne manque pas d’outils pour nettoyer sa plateforme de contenu violent, selon la propriétaire du compte Twitter @donk_enby, qui a pu archiver tous les messages liés à l’insurrection du 6 janvier avant que l’application ne soit retirée. Les posts montrent aussi que Parler n’est pas aussi libre expression comme l’application l’a toujours revendiqué.

« Le manque de modération sur Parler n'est pas le problème. Ils ont en fait des outils de modération très robustes et tous les nouveaux utilisateurs sont bannis jusqu'à ce qu'un nombre suffisant de leurs messages soit approuvé par leurs modérateurs », a-t-elle écrit. « Ce n'est pas un réseau de publicité. Il s'agit d'un système où les utilisateurs les plus "influents" peuvent être payés pour publier des contenus sponsorisés d'apparence organique ».


« La big tech n'est pas un monolithe », selon Tim Cook

Le PDG de Parler, John Matze, a publié une déclaration qui a été relayée sur Twitter confirmant que la plateforme serait retirée de l'Internet pour « jusqu'à une semaine » car le site est reconstruit « à partir de zéro ». Matze a ajouté qu'il considérait la décision d'Apple et d'autres entreprises technologiques comme une « attaque coordonnée » contre la liberté d'expression et la concurrence sur le marché. « Nous avons eu trop de succès trop rapidement », a déclaré Matze dans sa déclaration.

Lorsque Wallace a voulu savoir si les grandes technologies ne limitent pas la liberté d'expression, Cook a répondu : « La Big Tech n'est pas un monolithe ». « Nous avons un app store qui contient environ 2 millions d'applications. Et nous avons des conditions de service pour ces applications. Nous ne contrôlons évidemment pas ce qui se trouve sur Internet, mais nous n'avons jamais considéré que notre plateforme devait être une simple réplique de l'Internet. Nous avons des règles et des règlements, et nous demandons simplement aux gens de les respecter », a-t-il ajouté.

Apple accueillera de nouveau Parler - à condition que Parler trouve un nouveau fournisseur de Cloud Computing pour héberger le réseau social - si l'application modère efficacement le discours des utilisateurs, a déclaré le PDG d'Apple. « Nous les avons seulement suspendus », a noté Cook. « S'ils arrivent à modérer ensemble, ils seront de retour ».

Si l'application de Parler reste indisponible dans les app stores, le site Web est de nouveau en ligne. « Bonjour le monde, ce truc n’est-il pas en marche ? » a demandé Matze dans un message daté de samedi, posté au-dessus d'une note de la société disant que la plateforme serait restaurée après la résolution des problèmes.

Cook était sur Fox News pour discuter de l'initiative d'Apple pour l'équité et la justice raciale, un ensemble de projets qui, selon le PDG, vise à offrir des opportunités aux communautés de couleur. Il a déclaré que le meurtre par la police de George Floyd, un homme noir non armé, l'année dernière, avait donné un caractère d'urgence au programme.

Cook a critiqué d'autres entreprises technologiques pour leur manque d'idéaux - y compris celui de sacrifier la vie privée des utilisateurs en poursuivant le profit. Mais Apple doit faire preuve de prudence. Forcer d'autres entreprises à se plier à sa volonté ne va pas faciliter l'argumentation d'Apple s’il se retrouve sous surveillance pour avoir prétendument abusé du pouvoir de monopole.

Pourtant, Cook a affirmé dimanche que diriger une entreprise de technologie ne se résume pas à gagner de l'argent. Il a déclaré qu'il pense que la mission d'Apple devrait être de résoudre certains des plus gros problèmes du monde. L'entreprise et ses employés essaient toujours de faire ce qui est juste, une mission qui le motive à venir travailler chaque matin. Cela a contribué à influencer sa décision concernant Parler - en particulier à la suite du siège du Capitole.

« Ce fut l'un des moments les plus tristes de ma vie de voir une attaque contre notre Capitole et une attaque contre notre démocratie », a déclaré Cook. « J'avais l'impression d'être dans une sorte de réalité alternative, pour être honnête avec vous. Cela ne pouvait pas arriver ».


Le PDG de Tesla, Elon Musk, a critiqué, il y a une semaine, la récente décision de la big tech de censurer le président Trump, en réponse à l'émeute du Capitole menée par les partisans du Trump la semaine dernière. « Beaucoup de gens vont être super mécontents des compagnies de haute technologie de la côte ouest comme arbitre de facto de la liberté d'expression », a répondu Musk à un tweet d'un article.

Musk s'était déjà élevé contre la censure de la big tech en juin dernier, après avoir interpelé Amazon pour avoir censuré la publication d'un livre sur le coronavirus. Musk a déclaré à l'époque qu'il était « temps de démanteler Amazon », ajoutant que « les monopoles ont tort ! » Pendant ce temps, on craint que la haute technologie pousse des contenus potentiellement dangereux dans des coins encore plus sombres de l'Internet, a déclaré Wallace.

Source : Vidéo YouTube

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
L’interdiction des contenus dangereux sur les médias sociaux pourrait les pousser sur l’Internet sombre. Qu’en pensez-vous ?
La big tech devrait être l’arbitre de facto de la liberté d'expression sur les plateformes Internet ?

Voir aussi :

Amazon, Apple et Google coupent l'accès au réseau social Parler, l'application sera mise hors ligne, à moins qu'elle ait trouvé un autre hébergeur jusqu'à dimanche
Parler a partagé des informations avec le FBI sur un suspect de l'émeute du Capitole, un numéro de téléphone lié à un compte a aidé à identifier l'utilisateur qui a publié des menaces
AWS déconnecte les serveurs de Parler suite à son implication supposée dans l'organisation des émeutes du Capitole. Le réseau social utilisé par les partisans de Trump n'est plus accessible
Des hackeurs ont procédé au téléchargement des données publiées sur Parler avant qu'AWS ne le déconnecte. Elles peuvent désormais être utilisées pour dénoncer et arrêter les émeutiers pro-Trump

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Fagus
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 20/01/2021 à 12:21
ça va bientôt être difficile de critiquer le système de censure sociale en Chine depuis l'occident.

- média non politiquement correct ou qui ne plait pas aux GAFAM : chute dans le classement des résultats puis coupure de l'app et du serveur
- expression d'une pensée non mainstream sur (twitter, facebook, autre) : mise en invisibilité du compte ou bannissement à vie, même pour un président, alors un justiciable de base...
- suspicion de ressemblance à quelqu'un sur une manifestation non autorisée : bannissement de tous les comptes numériques notamment les sites de rencontre.

Non en fait tout va bien, il suffit de devenir Amish pour retrouver une vie normale.
12  2 
Avatar de Steinvikel
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 23/01/2021 à 14:37
Aux USA, il n'y a pas de présemption d'inocence, et vous êtes jugé par les fournisseurs de services ...ensuite seulement il est possible d'attenter un procès. ^^'
Elle le découvre à ses dépends.
9  0 
Avatar de daerlnaxe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 18/01/2021 à 13:27
Très bien il faut un espace pour chacun

Pour Tim Cook, du coup ils ont viré Twitter de l'Apple store quand samuel Paty a été tué, vu que c'est parti de là ? Ou bien ils ont viré Facebook pour la page de la LDNA qui "n'enfreint pas les règles" ? Ah non laissez mois deviner ils ont viré les deux quand les groupes antifas s'organisaient en émeute et que ça amené des morts à Atlanta... ah non en fait, c'est juste une excuse.
10  2 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/01/2021 à 10:01
Citation Envoyé par pierro78 Voir le message
(désolé si cela est deja passé ) l ancien député libertarien "pro peace" Ron Paul bloqué aussi sur facebook : https://twitter.com/RonPaul/status/1...94943905308672 (article : https://www.zerohedge.com/technology...ut-suppressing )
je suppose qu il y a d autres personnes connues qui ont ete aussi bloquees ??
Des centaines, voir des milliers. Quand on a mis le doigt dans l'engrenage du politiquement correct, c'est comme un cancer, on ne peut s'en débarasser autrement qu'avec des rayons, il suffit de voir ce qui est arrivé à la fondation Mozilla.
Pourtant on ne peut pas dire que Ron Paul soit un extremiste, plutôt un libertarien et un des rares élus a avoir voté contre la guerre en Irak, ce qui le classe d'office dans la catégorie honorable. Nous avons donc la démonstration que les main stream médias d'internet et leurs alliés ont pour projet de détruire la république, ou comme le dit le même Ron Paul, war on terror has come home.

Même le président mexicain Andrés Manuel López Obrador pourtant classé bien à gauche, compare désormais les médias sociaux américains à l'inquisition espagnole, qui a laissé un assez mauvais souvenir dans les pays latins :
https://apnews.com/article/donald-tr...;utm_medium=AP



Et puisqu'on nous demande notre avis, nous n'avons aucun doute sur le rôle qu'aurait joué cette Amanda Spataro lors de la guerre d'indépendance de 1775 ou de l'occupation de la France. Elle aurait recu une médaille de la Kommandantur pour avoir dénoncé des terroristes.
9  1 
Avatar de emilie77
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 18/01/2021 à 8:30
Moi je veux fermer l'autoroute a tous les criminels...
7  2 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/01/2021 à 9:56
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous de la décision de Facebook ?
Facebook, Twitter, Wikipedia, bannissent certaines personnes, mais d'habitude ils font ça discrètement.
Il y a une stratégie qui consiste à rendre quelqu'un invisible, plus personne n'en parle, on l'empêche de s'exprimer, en espérant que les gens l'oublient. Je crois que ça s'appelle "omerta médiatique".

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
« Sa décision d'utiliser sa plateforme pour tolérer plutôt que condamner les actions de ses partisans au Capitole a à juste titre dérangé les gens aux États-Unis et dans le monde. Nous avons supprimé ces déclarations hier parce que nous avons estimé que leur effet - et probablement leur intention - serait de provoquer de nouvelles violences.
J'aimerais bien voir les messages en question, parce que ça ne colle pas cette histoire :
Donald Trump condamne l'attaque du Capitole et promet une transition sans accrocs

Trump n'a aucun intérêt à ce que des gens foutent le bordel, c'est contre productif. Ceux qui ont attaqués le Capitol ont renforcés le parti démocrate.
Les gens sont contents parce que Trump s'en va, mais on verra ce que ça va donner 4 ans de Biden, ça ne risque pas d'être génial.
8  3 
Avatar de daerlnaxe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 20/01/2021 à 11:12
De toute façon c'est de l'intox h24, ce matin encore sur CNEWS un mec disait que TRump avait soutenu les White Supremacist j'avais une vidéo ou on a les dates chronologiques de ces communiqués il n'a jamais soutenu et mieux à chaque interview il s'est dissocié mais l'interview d'après comme les chroniques politiques faisaient semblant qu'il ne l'avait pas fait. En fait c'est le même mensonge martelé à l'envi, pour en faire une vérité. Et quand on possède des journaux, des réseaux sociaux on arrive très bien à manipuler comme ça. Pas besoin d'ingérence de la Chine ou des USA.

Je reviens aussi sur cette manière de faire "disparaitre" les gens, ça a été mon cas quand j'ai voulu reprendre mon anonymat sur FB, il a détecté en un temps record, moins de 48h et m'a d'abord rendu invisible le compte et des mois plus tard me l'a sucré, je voulais faire progressivement ma transition. En effet historiquement j'étais sous le même pseudo quand j'avais créé mon premier compte c'est lui qui m'a obligé à mettre ma réelle identité, FB avait fait sa crise à un moment. Il était revenu dessus mais les gens qui ont été forcés, reçoivent un message d'erreur dès qu'ils veulent modifier leur identité pour un pseudo. Il y a ce flicage permanent, le pire c'est que je ne fait que publier en plus de ma vie, des articles de la presse mainstream sur de l'insécurité au quotidien, du Onfray.. pas des trucs du fin fond du Mississipi. J'ai aussi raconté la censure d'un post récent sur le covid alors que c'était la publication directe de la directrice du CDC.... En passant on reproche à Trump la gestion du Covid mais ce sont les démocrates qui ont gueulé quand il a commencé à vouloir bloquer certains pays touchés au niveau des frontières, ils ont gueulé contre le confinement y'a même Munsk (bon il était démocrate là il me semble mais en fait il change une année sur deux je crois) qui a piqué sa crise. Donc je me suis rendu compte qu'ils m'avaient fait ça sur une autre étude, en 2018 sans me prévenir.. Et renvoyant vers un "fact chek" du journal le monde. Juste le monde qui a de nombreuses reprises s'est ridiculisé en balançant des infox... donc il y a aussi un peu une connivence quelque part, pourquoi renvoyer vers un organe de presse précis, en cas de "fake news" (et ça n'en est pas une c'est une étude sur Lancet). Donc quelque part il y a des arrangements aussi sachant que le monde se charge de détruire les opposants de Facebook et Twitter en les affiliant régulièrement aux actes que certains membres ont fait. Si on regarde FB et Twitter, ne serait ce que mécaniquement en fait ils sont forcément associables alors à beaucoup de tueurs, violeurs, sans parler des terroristes, simplement parce que c'est là où il y a la masse... Mais la presse en parle bien moins quand en revanche elle adore bien le faire pour Télégram, Signal, Gab (bon gab je connais mal j'y suis depuis une semaine mais j'ai rien vu en fait), suppute pour Parler... etc.

Mais bref, pour FB hier je me suis rendu compte en fait que dans mes publications de 2018 plus d'une dizaine avaient été éviscérées. Il n'y a rien dedans.. des gens m'ont répondu, certains ont liké, donc il y a bien eu quelque chose... Mais Facebook a vidé le contenu tout en laissant le post, et n'a jamais prévenu. Tout ce contenu est en prime "privé", je ne suis pas du genre à faire des appels à la haine ou l'apologie de crimes, donc vraiment .... Mystère. Mais voilà donc ce que se permet de faire fb des données, des gens, en toute impunité... Quelque part il y a arnaque car celui qui vient dans son espace privé s'attend à conserver ce qu'il y poste, comme un marqueur dans sa vie, et ça a toujours été avancé ainsi et non comme éphémère.
7  2 
Avatar de Jesus63
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 22/01/2021 à 13:44
Je suis pas un expert dans le domaine, mais pour ce que j'en sais, un hébergeur n'est pas responsable du contenu qu'il héberge, a condition qu'il ne traite aucun de ses hébergés différemment l'un de l'autre notamment en matière de référencement (Auquel cas, il n'est pas simple hébergeur, mais éditeur de contenu)

Alors, AWS ? Éditeur ou hébergeur ? Youtube n'a pas été sanctionné pour les contenus nocifs sur sa plateforme, ce sont les régies publicitaires qui contrôlent ce sur quoi on voit leurs annonces, et qui ont fait pression. Pas de matière légale, ici, que du pognon.
6  1 
Avatar de redcurve
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/01/2021 à 14:51
Faudra m'expliquer en quoi Parler est un réseau d'extrême-droite... Parce qu'il est clairement moins extrême que Twitter, Facebook & co dont la clientèle islamiste et d'extrême-gauche elle a pignon sur rue.
10  5 
Avatar de TotoParis
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 27/01/2021 à 22:53
Et on va "déplateformer" les sites de l'extrême-gauche ultra-violente quand ?
A ce train, Parler va aller sur le DarkWeb.
7  2