IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon riposte au procès antitrust de Parler avec de nombreux exemples de son contenu violent,
Dont des menaces de mort contre les démocrates, le GOP, les PDG de sociétés technologiques et autres

Le , par Bill Fassinou

73PARTAGES

3  0 
Mis hors ligne par AWS à la suite de plusieurs avertissements de modérer efficacement les contenus violents postés sur sa plateforme ou trouver un autre hébergeur Web, Parler a porté plainte lundi contre le géant des services cloud. Parler a allégué que la suspension par AWS de ses services violait la loi antitrust et enfreignait un accord contractuel. Mardi, AWS a répondu à la plainte de Parler avec des exemples de contenus violents trouvés sur la plateforme du réseau social conservateur et a demandé au tribunal de maintenir Parler hors ligne.

Amazon condamne Parler et recommande qu'il reste hors ligne

Parler est un réseau social américain de microblogage lancé en août 2018. Il est initialement financé par le milliardaire américain Robert Mercer, co-CEO du hedge fund Renaissance Technologies, et sa fille Rebekah. Réputé pour être un réseau social conservateur et présenté par les médias comme un « clone de Twitter » ou encore « le Twitter de la droite », Parler se dit attaché à la liberté d'expression et accepte les propos racistes, antisémites et xénophobes ou complotistes. Ainsi, il a une base d'utilisateurs importante de partisans de Donald Trump, de conservateurs, de théoriciens du complot et d'extrémistes de droite.

Parler est hébergé par AWS et a été sommé à plusieurs reprises par ce dernier de modérer son contenu sous peine de voir ses services interrompus. Parler n'a pas donné suite à la requête d'AWS qui s'est vu dans l'obligation de suspendre le compte de Parler le week-end dernier, éliminant ainsi le réseau social d'Internet. Par la suite, Parler a entrepris une action en justice contre Amazon lundi, invoquant une rupture de contrat et une violation de la législation antitrust. Parler a été suspendu alors que la communauté cherchait à connaître son rôle dans l'organisation et la planification des attaques de mercredi dernier contre le Capitole américain.



Mardi, Amazon a déposé au tribunal sa réponse à la plainte antitrust de Parler, arguant que le refus du réseau social de retirer les contenus violents de sa plateforme violait son contrat, et que Parler n'avait pas réussi à prouver l'existence d'une plainte antitrust. Selon l'argumentaire du géant du cloud computing, le manque de modération du contenu de Parler a conduit à une "augmentation constante" du contenu violent sur le réseau, en violation des conditions d'utilisation d'AWS. Il n'est d'ailleurs pas le seul à avoir coupé l'accès à Parler, Google et Apple l'ont également supprimé de leur magasin d'application respectif.

« Cette affaire n'a rien à voir avec la suppression de discours ou l'étouffement de points de vue. Il ne s'agit pas d'une conspiration visant à restreindre le commerce », a déclaré Amazon dans le dossier du tribunal. « Il s'agit plutôt de la réticence et de l'incapacité démontrées de Parler à supprimer [...] des contenus qui menacent la sécurité publique, par exemple la planification et l'incitation au viol, la torture et l'assassinat de fonctionnaires et de citoyens nommés », a-t-il ajouté. La réponse met en lumière plus d'une douzaine d'exemples qu'Amazon a déclaré avoir rapportés à Parler.

Il y a notamment des appels à la guerre civile et la mort de législateurs démocrates ; les PDG d'entreprises technologiques, dont Jeff Bezos, Mark Zuckerberg et Jack Dorsey ; les membres de ligues sportives professionnelles ; l'ancienne secrétaire aux transports Elaine Chao ; et la police du Capitole américain, entre autres. Un exemple de contenu présenté par Amazon dans le document dit ceci : « Nous allons nous battre dans une guerre civile le 20 janvier, former des milices maintenant et acquérir des cibles. Les blancs doivent enflammer leur identité raciale et faire pleuvoir la souffrance et la mort comme un ouragan ».

Les utilisateurs de Parler ont également visé les personnes de couleur, les militants de Black Lives Matter, les Juifs, les enseignants, les médias et les ligues sportives professionnelles, notamment la NBA, la NFL, la MLB et la NHL. « Il n'y a aucune base juridique dans les accords avec les clients d'AWS ou autre pour obliger AWS à héberger des contenus de cette nature », a déclaré Amazon, ajoutant qu'il avait notifié Parler "à plusieurs reprises" à partir de la mi-novembre 2020 au sujet de contenus qui violaient les termes du contrat des deux sociétés, mais que Parler "ne voulait pas et ne pouvait pas" les retirer.

Amazon invoque le bouclier de responsabilité de la Big Tech

Parler a pris de l'importance au cours des derniers mois, alors que les principaux sites de médias sociaux ont été confrontés à une pression croissante pour réprimer les discours de haine, la désinformation et les appels à la violence. Après l'élection présidentielle américaine de novembre, les partisans de Trump ont afflué sur les réseaux sociaux alternatifs, dont Parler, pour planifier les protestations électorales après que Facebook et d'autres sites ont interdit les groupes qui prônent des conspirations sans fondement. Selon les données d'Apptopia, du 3 au 9 novembre, Parler a été téléchargé environ 530 000 fois aux États-Unis.

Alors qu'une foule pro-Trump s'est emparée violemment du Capitole américain mercredi lors d'une attaque qui a fait cinq morts, les émeutiers armés ont utilisé Parler et d'autres applications de médias sociaux à tendance conservatrice pour s'organiser. Apptopia a déclaré à Business Insider que les téléchargements de Parler ont atteint environ 323 % de leur volume hebdomadaire moyen à partir d'octobre. Mais alors que des révélations ont été faites sur la façon dont les insurgés ont utilisé Parler pour mener les attaques de la semaine dernière, les grandes entreprises technologiques, dont Apple et Google, ont été contraintes de couper les liens.

Parler a été forcé de migrer son hébergement Web vers Epik, un registraire de domaine connu pour héberger du contenu d'extrême droite, après avoir été viré d'AWS. Parler accuse Amazon d'agir sous les contraintes d'une force politique visant à l'éliminer du marché au profit de Twitter. Dans sa réplique mardi, Amazon a nié s'être immiscée dans les relations de Parler avec ses utilisateurs et a affirmé que les allégations antitrust de Parler ne remplissent pas le critère de base requis pour une plainte en vertu de la loi Sherman.

Parler a allégué que AWS conspire pour favoriser Twitter, qui utilise également AWS, mais contre lequel ce dernier ne prend pas de mesures similaires. En réponse, AWS a déclaré que le procès de Parler ne définit pas un marché pertinent ou ne précise pas comment la concurrence a été lésée. « AWS n'héberge pas le flux de Twitter, donc bien sûr il ne pouvait pas avoir suspendu l'accès au contenu de Twitter », a déclaré Amazon dans le dossier, notant que Twitter a finalement bloqué le contenu violent, alors que Parler a refusé de prendre des mesures similaires.

Amazon s'appuie également sur la section 230, la loi qui a été fortement critiquée par le président Donald Trump et qui accorde aux plateformes technologiques l'immunité pour leurs efforts de modération de contenu. Plus précisément, l'article 230 est une loi sur Internet aux États-Unis, adoptée dans le cadre du Communications Decency Act de 1996. L'article 230 accorde généralement l'immunité aux éditeurs de sites Web contre le contenu de tiers. « C'est précisément ce qu'AWS a fait ici : il a supprimé l'accès à des contenus qu'il considérait comme excessivement violents et harcelants », a déclaré AWS dans le dossier.

« Le litige pourrait donc devenir un test très médiatisé de la loi, qui a été examiné par les démocrates et les républicains », a continué AWS. Les avocats d'Amazon, Ambika Doran et Alonzo Wickers de Davis Wright Tremaine, ont demandé à la juge américaine Barbara Rothstein de Seattle de rejeter la requête de Parler pour une ordonnance de restriction temporaire à la lumière de la prolifération de contenus violents sur Parler, qui s'annonce comme une alternative non modérée, n'importe quoi, à Twitter.

« Obliger AWS à héberger un contenu qui planifie, encourage et incite à la violence serait sans précédent », ont écrit Doran et Wickers dans leur réponse. « De plus, il est peu probable que Parler l'emporte sur le fond de l'affaire. Parler ne peut pas tenir Amazon responsable [...] de l'application des termes exprès de l'accord », ont-ils écrit. En outre, les avocats d'Amazon ont écrit que Parler n'a fourni aucune preuve de ses allégations selon lesquelles Amazon aurait été de connivence avec des rivaux pour menacer son entreprise.

Source : Réponse d'Amazon à Parler

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

Parler poursuit Amazon, alléguant des violations de la législation antitrust, après que le géant du e-commerce a interdit l'application de médias sociaux d'extrême droite d'AWS

AWS déconnecte les serveurs de Parler suite à son implication supposée dans l'organisation des émeutes du Capitole, le réseau social utilisé par les partisans de Trump n'est plus accessible

Stripe s'ajoute à la liste des plateformes technologiques qui ont décidé de priver Donald Trump de leurs services suite aux actions violentes menées au Capitole

hLa suspension définitive du compte de Donald Trump par Twitter oppose la France et l'Allemagne à la plateforme qui se justifie par la nécessité de lutter contre l'incitation à la violence

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de earhater
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 13/01/2021 à 18:49
si effectivement parler n'a pas respecté les termes de son contrat, pourquoi amazon n'a t'il donc pas déposé une plainte auprès de la justice et dénoncé ce contrat plus tôt?
parce qu'il en a strictement rien à faire, il préfère appliquer sa justice, mais bon, on trouvera encore des gens pour le défendre ...
Bonjour,

Pour vous rappeler comment fonctionne un contrat, par exemple un contrat de travail, il y a des clauses dedans. Par exemple dans mon contrat de travail est m'est interdit de dénigrer mon entreprise, d'être salarié d'une autre entreprise etc. Si je ne respecte pas une clause du contrat que j'ai signé, le contrat est rompu unilatéralement, sans qu'il y ai besoin de passer par la justice. C'est si il y a un litige, par exemple si je trouve que j'ai respecté les clauses et que la rupture du contrat est sans fondement, que je dois faire intervenir la justice.

Pour en revenir à amazon, si une clause du contrat que Parler a signé n'est pas respectée, Amazon rompt unilatéralement le contrat c'est aussi simple que cela
9  1 
Avatar de Hypnocrate
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 13/01/2021 à 22:18
Et si on parlait de Twitter ou les messages haineux se comptent par millions.
Un ancien ministre malaisien avait même appelé au meurtre de millions de français sans que Twitter ne daigne le censurer.
Que dirait-on si Amazon décidait de débrancher Twitter?
7  1 
Avatar de sirthie
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 14/01/2021 à 11:21
Citation Envoyé par skaarj Voir le message
Après vous faites comme vous voulez, pro ou anti Trump, mais à un moment faut se sortir les doigts du derrière pour ne pas voir qu'il y a clairement prise de position pour un parti de la part des médias de masse et d'une élite pédo sata criminelle.
... et extraterrestre, vampire, reptilienne et anthropophage...
7  2 
Avatar de pierre-y
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 14/01/2021 à 9:01
Il faudrait que parler contre attaque aussi en montrant ce que amazon laisse passer sur twitch ou en montrant ces pratiques commercial aussi.
4  0 
Avatar de denisys
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 13/01/2021 à 20:11
stardeath
Le 13/01/2021 à 18:17
si effectivement parler n'a pas respecté les termes de son contrat, pourquoi amazon n'a t'il donc pas déposé une plainte auprès de la justice et dénoncé ce contrat plus tôt?
parce qu'il en a strictement rien à faire, il préfère appliquer sa justice, mais bon, on trouvera encore des gens pour le défendre ...
Ou …
Peut être, beaucoup plus pour appliquer ces tarifs et empocher les dividendes ?.
5  2 
Avatar de moldavi
Membre expert https://www.developpez.com
Le 16/01/2021 à 2:59
Bonjour.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
« Même le président n'est pas au-dessus des politiques que nous avons »
Donc vous êtes au dessus du peuple. C'est certainement le moment de vous expliquer vos devoirs, et la constitution.
3  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/01/2021 à 21:52
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Qui sont les dirigeants dans le cas présent ?
Qui aurait pu donner l'ordre à Twitter et YouTube d'attaquer Trump ?
Je ne vois pas très bien devant qui Google pourrait s'agenouiller, il ne doit pas y avoir beaucoup de choses plus puissantes que Google dans le monde d'aujourd'hui.

C'est bizarre que d'un coup Google et les réseaux sociaux s'affichent autant, d'habitude ils font ça discrètement.
Et pourquoi censurer Trump à une semaine de la fin de son mandat ?
Google & Cie veulent plaire au nouveau pouvoir (Biden et ses amis démocrates) parce que le monde politique parle depuis quelque temps de casser leur toute puissance.

Problème: En effaçant Trump du monde numérique, ils se sont tirés une balle dans le pied: Ils ont donné la preuve au monde entier qu'ils avaient le pouvoir de "tuer" le président de la 1ère puissance mondiale. Il serait très étonnant que les dirigeants du monde ne se sentent pas concernés... Ils vont tous se faire un plaisir de liquider la menace "Google &Cie".

Un gouvernant "éclairé" ne fait pas confiance aux traîtres: Il y a plus de 2000 ans (en 48 av. J.-C), Pompée et Jules César (celui d'Astérix) se sont combattus dans une guerre civile. Pompée fuit et lorsque Jules César le poursuit en Egypte, le pharaon Ptholémée lui offre la tête de Pompée qu'il a fait tuer pour faire plaisir à Jules César. Jules César décide de faire honneur à son ancien adversaire en organisant pour lui des funérailles dignes de lui. Il fait également exécuter tous ceux qui étaient liés de près ou de loin à l’assassinat et destitue Ptolémée au profit de sa sœur, la célèbre Cléopâtre.
4  2 
Avatar de 23JFK
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 13/01/2021 à 23:52
En premier lieu je me demande si Amazon avait le droit de consulter les données de son client ; en tout cas, cela changerait radicalement leur responsabilité globale. En second lieu, je m'interroge sur la possibilité de faire annuler "ces preuves" (il en existe autant à l'encontre de twitter) dans la mesure où elle pourrait avoir pour origine un piratage.
3  1 
Avatar de 23JFK
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 13/01/2021 à 23:39
Citation Envoyé par Hypnocrate Voir le message
...
Je dirais : "Tant mieux". Les pensées profondes écrites dans des chiottes pendant que l'auteur se concentre de toute ses forces sur un sphincter ne devrait jamais sortir de leur cabinet de naissance.
1  0 
Avatar de pierro78
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 15/01/2021 à 17:10
(désolé si cela est deja passé ) l ancien député libertarien "pro peace" Ron Paul bloqué aussi sur facebook : https://twitter.com/RonPaul/status/1348694943905308672 (article : https://www.zerohedge.com/technology...ut-suppressing )
je suppose qu il y a d autres personnes connues qui ont ete aussi bloquees ??
1  0