IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Après 20 mois d'interdiction de vol, le Boeing 737 Max effectue son premier vol commercial sur le territoire américain,
Plusieurs améliorations ont été apportées à l'aéronef

Le , par Olivier Famien

449PARTAGES

4  0 
Après son premier vol commercial effectué au Brésil avec la compagnie Gol Airlines au début du mois de décembre, l’aéronef 737 Max de Boeing vient de reprendre du service sur le territoire américain. En effet, ce mardi 29 décembre, la compagnie American Airlines a transporté plusieurs passagers de Miami à New York avec le Boeing 737 Max. Avant le décollage, le capitaine du vol américain, Sean Roskey, a déclaré aux passagers qu’il avait également sa femme sur le vol, comme pour dire qu’il n’a aucune crainte pour ce qui concerne la sécurité et la fiabilité de l’appareil. Sur le même vol se trouvait également la mère du copilote, Moraima Maldonado, selon les déclarations de la compagnie aérienne. Après ce premier vol de Miami à New York, l’aéronef a effectué le même trajet dans le sens contraire sans accrocs.


Jusqu’à lundi prochain, American Airlines prévoit d’utiliser le 737 Max pour les vols quotidiens entre l’aéroport international de Miami et l’aéroport de La Guardia. Après cette première étape, la fréquence des vols du Max sera augmentée pour passer à un maximum de 38 vols par jour jusqu’à la mi-février. Après cette seconde étape, la compagnie aérienne prévoit d’effectuer 91 vols par jour avec le 737 Max entre la mi-février et le début du mois de mars. Avant que l’avion ne soit immobilisé, American Airlines a effectué plus de 18 000 vols en utilisant le Max. Il compte 31 de ces appareils dans sa flotte, avec 69 qui sont en commande.

À l’instar d’American Airlines, d’autres compagnies américaines ont également programmé des vols avec le 737 Max. United Airlines, l’une des plus importantes compagnies américaines, a annoncé qu’elle prévoyait de remettre le 737 Max en service le 11 février, au départ de Denver et de Houston. Alaska Airlines devrait utiliser l’avion pour certains vols sur la côte ouest-américaine à partir du 1er mars. La compagnie Southwest Airlines, un client majeur de Boeing, qui exploite une flotte entière de 737, a déclaré qu’elle ne prévoyait pas d’utiliser l’avion avant le deuxième trimestre. Delta Airlines pour sa part n’utilise pas l’avion.

Comme on peut le constater, la reprise du 737 Max sur le sol américain est effective. Du côté des passagers, les compagnies se montrent assez flexibles pour l’instant. American Airlines, par exemple, permet, à ceux qui sont craintifs, de réserver leur vol en évitant l’avion ou d’annuler leur vol avec le max et de recevoir en échange des crédits de voyage. En sus, il est possible de changer d’itinéraire dans un rayon de 500 miles sans frais supplémentaires avec la même compagnie.

Cette levée de boucliers pour le Max intervient après 20 mois d’interdiction de vol dans le monde entier. En novembre dernier, la FAA a donné son accord pour le retour du Boeing 737 Max en service commercial. Cela a été possible en améliorant plusieurs fonctionnalités de l’appareil. Comme éléments améliorés, nous avons entre autres le MCAS qui avait été mis en cause dès les premières heures des crashs des deux vols Lion Air 610 et Ethiopian Airlines 302 qui ont coûté la vie à 346 personnes. À l’origine, Boeing proposait un seul capteur d’angle d’attaque en standard et facturait en option un second capteur ainsi qu’un indicateur lumineux signifiant que les données des capteurs sont erronées. Et avant d’être amélioré, le MCAS s’appuyait sur les informations du seul capteur d’angle d’attaque (AOA) pour surveiller l’angle de l’avion. Dans les deux accidents de l’appareil, un seul capteur AOA a donné des informations incorrectes au MCAS, ce qui a provoqué son activation. Dans les deux cas, le MCAS s’est engagé à plusieurs reprises lorsque le capteur a continué à signaler de manière incorrecte un AOA élevé. Désormais, le MCAS contient plusieurs protections améliorées :

  • Les mesures de deux capteurs d’angle d’attaque (AOA) seront comparées ;
  • chaque capteur soumettra ses propres données à l’ordinateur de contrôle de vol de l’avion ;
  • le MCAS ne sera activé que si les deux capteurs sont d’accord ;
  • le MCAS ne sera activé qu’une seule fois ;
  • le MCAS n’annulera jamais la capacité du pilote à contrôler l’avion en utilisant uniquement la colonne de commande.


En plus du MCAS qui a connu une amélioration, d’autres mises à jour supplémentaires sans rapport avec les accidents ont également été apportées. Il s’agit notamment de la modification de certains câblages pour répondre aux exigences de la FAA, ce qui a nécessité d’installer deux mises à jour logicielles supplémentaires. Par ailleurs, eu égard aux améliorations apportées à l’appareil, les pilotes des compagnies aériennes qui disposent du 737 Max doivent effectuer une formation avant de prendre à nouveau les commandes de l’appareil. En outre, chaque avion Max sera soumis à une inspection interne et à un vol de préparation avant de transporter des passagers. Ce sont toutes ces mesures ainsi que d’autres qui ont permis à la FAA d’accorder son autorisation pour la remise en service du 737 Max. Elle a depuis été rejointe par des régulateurs au Brésil. Les responsables de l’aviation canadienne et européenne devraient suivre avec des approbations d’ici quelques semaines.

Cependant, pour les familles des personnes tuées à bord des deux vols mortels, le Max est toujours inapte à voler. Dans une lettre adressée aux législateurs américains la semaine dernière, plusieurs proches des personnes tuées ont déclaré que « l’ensemble du processus de recertification est suspect », après qu’un comité sénatorial a publié un rapport cinglant ce mois-ci, critiquant Boeing et la FAA pour leurs échecs en matière de sécurité et de surveillance.

Mais ces critiques n’ont pas empêché Boeing d’enregistrer de nouvelles commandes pour le Max ces dernières semaines. Ryanair, la compagnie aérienne européenne à bas prix, a accepté d’acheter 75 jets Max, et Alaska Airlines a augmenté sa commande de près de deux douzaines d’avions. L’un des avantages du 737 Max est qu’il est nettement plus économe en termes de consommation de carburant que ses prédécesseurs. De même, en tant qu’avion monocouloir plus petit, c’est le type d’avion que les compagnies aériennes ont privilégié ces dernières années pour répondre à la demande croissante des vols intérieurs et certains vols internationaux sans escale.

Source : American Airlines, FAA, Boeing

Et vous ?

Que pensez-vous de la remise en service du Boeing 737 Max ?

Avec les autorisations délivrées par les régulateurs du monde au 737 Max, seriez-vous prêt à voyager à nouveau dans cet appareil ?

Voir aussi

Boeing retarde la livraison du correctif logiciel ciblant le système de vol de son 737 MAX, après qu’un audit de la FAA ait révélé d’autres problèmes
Boeing lève le voile sur les mises à jour logicielles qui cible le système de vol de ses 737 MAX, à quoi faut-il s’attendre ?
Boeing étudie la possibilité de remplacer ses pilotes par l’intelligence artificielle dans ses vols commerciaux
Elles n’avaient pas acheté les DLC : les dispositifs de sécurité vendus en option par Boeing qui auraient permis d’éviter le crash des Boeing 737 MAX

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Christ D
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 28/01/2021 à 23:35
Tous les journalistes mettent tout sur le dos du système MCAS.
Evidement oui, c'est lui qui a décidé lors des accidents de faire baissez le nez d' l'avion si brutalement que cela a aboutit à 2 crashs.
Mais le vrai problème n'est pas là.
Le vrai problème est que Boeing a eu besoin d'installer un tel système de contrôle d'incidence.
La raison est simple : le 737 , best-seller de Boeing date des années 1970.
De base, sa cellule est "basse sur patte" parce qu'à l'origine, les moteurs montés étaient des simples flux de faible puissance et fort consommateurs de pétrole dont l'encombrement est faible.
Boeing n'a cessé de modernisé le 737 pour bénéficier de la bonne image auprès des clients (comme vW le fait avec la Golf) et économiser l'argent nécessaire au développement d'un nouvel appareil.
Petit à petit, la puissance a doublé, des doubles flux ont été monté, ils avaient installé des nacelles spéciales dont la base est presque plate pour éviter que les nacelles moteurs ne trainent par terre (ça passait tout juste). Jusque là tout allait bien.
Puis ils ont voulu monter les tout derniers moteurs, les plus économes en carburant et aussi les plus puissant (comme Airbus l'a fait sur le 330 et le 350... mais pas sur le 320).
Mais la soufflante de ces moteurs est si immense, qu'il était impossible de les monter là où se trouve normalement les moteurs du 737.
Donc ils ont avancé (et pas qu'un peu) le pylône pour rehausser la fixation des moteurs, ce qui coûte bien moins cher que de modifier le train donc son logement dans le fuselage donc le fuselage et ainsi de suite jusqu'à la production d'un nouvel avion.
Ils ont donc complètement déplacer le centre de poussée , multiplié par 2 la puissance ce qui peut génèrer un couple cabreur ingérable.
On obtient un avion mal né, qui ne peut pas volé sans être contrôlé par de l'informatique. Et de là vient l'installation du système MCAS disposant de la puissance nécessaire pour contrer ce couple cabreur. Couple qu'un humain ne pourrait pas contrer tout comme il ne peut pas contrer le système MCAS lorsque celui-ci prend une décision erronée.
Si un avion est mal conçus, l'informatique n'y pourra rien.
Le 737 MAX aurait pu être un magnifique nouveau best-seller 7X7 si boeing avait voulut y mettre le prix

1ère version du 737 avec ces simples flux :
https://static01.nyt.com/images/2019...y=90&auto=webp

version modernisée avec des SNECMA CFM 56 double flux avec nacelles spéciales :
https://i.ebayimg.com/images/g/7WQAA...54l/s-l500.jpg

737-MAX
https://www.lesuricate.org/wp-conten...06/ryanair.jpg

Airbus fait des avions disposant d'automatismes de sécurité depuis 40 ans mais pas des avions ne pouvant pas voler sans eux. Boeing si
14  0 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 15/10/2021 à 16:57
C'est étonnant: on a affaire à une entreprise d'où la culture de la sécurité a disparu et où la fraude semble systémique, et pourtant le discours de la justice donne l'impression que le gars a agit seul sans complices!
9  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/09/2021 à 10:58
La France, via la DGAC, serait bien inspirée d'annoncer la suspension définitive les autorisations de vols de cet avion, ce qui en achèverait sans doute sa carrière et porterait un coup très dur à Boeing. Quite à forcer la main des autres autorités d'aviation civiles en europe.

Après tout, Boeing a fait une donation pour la campagne de Joe. Et ensuite on verra si Joe et ses coreligionnaires la ramènent encore.
5  0 
Avatar de damthemad
Membre actif https://www.developpez.com
Le 24/09/2021 à 9:11
le capitalisme dans toute sa beauté.
Il serait souhaitable qu'au lieu de faire payer uniquement le lampiste de service, les dirigeants et vrais responsables soient mis en cause. D'autant plus si il y a de la corruption des autorités de régulation
4  0 
Avatar de Tagum
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 03/01/2021 à 16:35
Ce n'est plus tant la qualité technique de l'appareil qui m'inquiète - elle a sans doute été corrigée - mais le fait que Boeing ait pu sacrifier la sécurité impunément et avec la complicité de l'administration pour une grosse poignée de dollars. La presse a relaté des manquements similaires sur d'autres de leurs modèles. En conséquence et à titre de punition personnelle, je ne mettrai plus les pieds dans un Boeing.
3  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 08/01/2021 à 12:42
C'est quand même hallucinant de lire des choses comme ça et l'avion se remet a voler comme si de rien n'était...
3  0 
Avatar de edrobal
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 08/01/2021 à 14:55
Citation Envoyé par inge3000 Voir le message
Le ministère de la Justice des USA est-il complotiste ?
Non, seulement soumis aux valeurs capitalistes dont la vie humaine ne fait pas partie.
3  0 
Avatar de pemmore
Membre actif https://www.developpez.com
Le 29/01/2021 à 9:56
ce scandale me fait penser au premières Mercédès A qui se retournaient comme des crêpes et compensées en urgence par les premiers ESP pratiquement jamais utilisé jusque la au lieu d'abandonner la fabrication.
Un temps plus tard ils ont découvert que les pneus basiques d'origine insuffisamment rigides latéralement en étaient la cause.
Comme quoi électronique et informatique servent maintenant à cacher les tares sous le tapis.
En principe ESP et ABS peuvent se débrayer pour affronter le verglas, encore faut'il savoir ou appuyer le bouton.
3  0 
Avatar de edrobal
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 08/01/2021 à 11:08
Citation Envoyé par pemmore Voir le message
C'est un peu à côté du sujet, mais il faut reconnaître que en électricité et électronique, la qualité du matériel et des raccordements aux USA est toujours approximative et très éloignés de notre culture.
C'est en général construit à minima, les Allemands aussi font de même confondant ferraille et cuivre , d'ou les anciens conflits entre airbus Allemagne et France.
Mais j'aurais jamais pensé que dans des métiers aussi liés à la sécurité de masse, ils se seraient attachés à une informatique à minima sous-traitée à bas prix.
La leçon est tombée, mais ils n'ont pas l'élégance de destiner ces coucous mal nés au transport du fret et passer à autre chose.
Même dans un transport de fret, il y a au moins un équipage et risquer la vie même de ces personnes est déjà criminel.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/01/2021 à 12:05
Citation Envoyé par edrobal Voir le message
ce n'est pas une question de centre de gravité mais de perturbation du flux d'air sur les ailes.
Il y a des gens qui pensent que le déplacement du centre de gravité est un problème :
Boeing 737 Max - Similarité de ces accidents
Pour l'avocat Ralph Nader, défenseur des droits des consommateurs américains ayant perdu leur nièce dans le crash d'Ethiopian Airlines, le problème du 737 MAX réside dans sa conception : Boeing aurait voulu, selon lui, placer rapidement de nouveaux moteurs « trop lourds pour le fuselage », ce qui aurait modifié son centre de gravité et le rendrait davantage susceptible de décrocher. Pour cette raison, il a été accompagné d'un système anti-décrochage destiné à réduire ce déséquilibre. L'avion aurait été « instable dès sa conception ».

Pour le développement de cette 4e génération du Boeing 737, un avion qui date de 50 ans, entièrement analogique avec des commandes de vol mécano-hydrauliques, Boeing a décidé d'installer de nouveaux moteurs LEAP, qui ont un diamètre plus grand (pour augmenter le taux de dilution, facteur clé pour diminuer la consommation). En raison de la configuration de l'avion dont les ailes sont très près du sol, il a été décidé d'avancer les moteurs, ce qui a entraîné une modification aérodynamique de l'avion touchant la stabilité en tangage. En effet, les nacelles moteurs étant placées en avant du centre de gravité, elles sont déstabilisantes en tangage. Il a été également nécessaire de rehausser le train d’atterrissage avant[réf. souhaitée] pour augmenter l'angle d'assiette au sol, afin que les nouveaux moteurs ne touchent pas le sol. Les vols de test se sont cependant révélés très inquiétants et ont dû être interrompus. En particulier, en vol à grande incidence (en montée après le décollage), l'avion avait tendance à trop cabrer dès que les volets étaient rentrés, en raison de ce problème aérodynamique. Dans un contexte de retard dans le développement de l'avion, il a été décidé d'opter pour un correctif logiciel pour pallier ce problème, le MCAS.
2  0