Boeing étudie la possibilité de remplacer ses pilotes par l'intelligence artificielle
Dans ses vols commerciaux

Le , par Christian Olivier, Chroniqueur Actualités
Boeing étudie la possibilité de remplacer les pilotes à bord de ses vols commerciaux par l’intelligence artificielle. Elle aurait la charge de toutes les activités liées au pilotage de l’appareil au sol et pendant le vol.

Dans un premier temps, des simulations de vol devraient être effectuées cette année en remplaçant les pilotes par l’intelligence artificielle. À partir de l’année prochaine, il est prévu de réaliser des vols expérimentaux réels, mais sans aucun passager à bord de l’avion, en utilisant l’intelligence artificielle à la place des pilotes.

Avant le début de la conférence Paris Air Show, Mike Sinnett, vice-président de la division innovation et technologie du futur chez Boeing a déclaré : « il va y avoir une transition partant du pilote expérimenté indispensable dans le poste de pilotage de l’avion pour atteindre l’étape du véhicule entièrement piloté par un système autonome, les éléments de base de la technologie sont clairement disponibles. »


Pour justifier son choix de l’intelligence artificielle à la place des pilotes, l’entreprise Boeing avance l’argument de l’augmentation du trafic aérien sur le long terme. Dans les 20 prochaines années, Boeing devra doubler sa flotte actuelle et procéder à l’acquisition d’environ 40 000 nouveaux avions commerciaux : « où est-ce que Boeing va trouver tous les pilotes expérimentés qui vont avec ? », a demandé Mike Sinnett.

En 15 janvier 2009, le Commandant Chesley Sullenberger a dû faire face à une situation sans précédent à bord de son avion qui transportait 155 personnes alors qu’il volait au-dessus de New York. Deux minutes après le décollage de son Airbus A320 depuis l’aéroport international de LaGuardia, des oiseaux sauvages vont heurter la carlingue et les réacteurs provoquant l’arrêt de ces derniers. Trois minutes après, le Commandant Chesley Sullenberger réussit à poser l’avion sans trop de dommages, trains rentrés, sur les eaux gelées du fleuve Hudson évitant ainsi le pire des scénarios envisageables.

Les actions entreprises par le pilote dans les secondes qui ont suivi le début l'incident jusqu’à sa résolution ont permis de sauver la vie de toutes les personnes présentes à bord de l’avion ce jour-là. Ces actions sont considérées, aujourd’hui, comme un cas d’école. Il ne faut pas oublier que l’objectif dans l’industrie de l’aviation civile a toujours été « zéro mort », et non pas la réduction du nombre de victimes potentielles comme avec la sécurité routière par exemple. « Tout cela ne pourra être envisageable qu’à condition de garantir le même niveau de sécurité qui existe actuellement. Mais ce n’est pas encore gagné », a ajouté Sinnett.

Pour Mike Sinnett, le challenge serait de réussir à programmer une intelligence artificielle pour qu’elle puisse se comporter exactement de cette manière : « Si on n’y arrive pas, on devra laisser tomber ».

Il faut rappeler que les ordinateurs bénéficient d’une intégration très avancée au sein de l’industrie aéronautique. Il existe déjà des machines qui assistent les pilotes en vol, effectuent des atterrissages automatiques ou contrôlent le vol de l’appareil dans le mode pilotage automatique sans nécessiter l’intervention du pilote. Il serait même capable d’effectuer des décollages automatiques, mais cette procédure n’est pas autorisée.

Sinnett a indiqué que le premier pas vers la certification d’un avion commercial, aujourd’hui, passe par la création d’un système fonctionnant de manière déterministe : les mêmes causes produisent les mêmes effets. Mais comme personne n’est capable de prédire à 100 % la tournure des évènements durant les différentes phases d’un vol, une machine volante autonome a l’obligation de pouvoir adopter un fonctionnement non déterministe pour faire face à une situation qui n’a pas été préprogrammée.


« C’est pourquoi nous explorons les voies de l’apprentissage automatique et de l’intelligence artificielle, je ne sais pas comment nous allons y parvenir, mais nous étudions le sujet et essayons de développer des algorithmes », a-t-il déclaré.

Lorsque les régulateurs lui ont dit qu’ils ne pouvaient pas certifier un système non déterministe, Sinnett leur a répondu qu’ils peuvent le faire puisqu’ils certifient déjà les pilotes humains.

Source : The Seattle Times

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Des hackers peuvent contrôler un avion en exploitant une vulnérabilité présente dans un système de divertissement pour avions de ligne
Qui devra être tenu pour responsable si une intelligence artificielle fait un mauvais diagnostic induisant un médecin en erreur ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Issam Issam - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 10/06/2017 à 2:59
je pense qu'ils sont complétement fous chez Boeing !
Avatar de Jipété Jipété - Expert éminent https://www.developpez.com
le 10/06/2017 à 8:52
Citation Envoyé par Issam  Voir le message
je pense qu'ils sont complétement fous chez Boeing !


plus le fait que certains décideurs complètement abrutis :
Citation Envoyé par Christian Olivier  Voir le message
l’entreprise Boeing avance l’argument de l’augmentation du trafic aérien sur le long terme. Dans les 20 prochaines années, Boeing devra doubler sa flotte actuelle et procéder à l’acquisition d’environ 40 000 nouveaux avions commerciaux.

s'imaginent encore vivre dans un monde où la croissance à l'infini est une règle absolue.
Avatar de pierre-y pierre-y - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 10/06/2017 à 9:06
A vouloir économiser des bouts de chandelle ça risque de leur revenir dans le nez.
Avatar de RyzenOC RyzenOC - Inactif https://www.developpez.com
le 10/06/2017 à 11:28
c'est pas absurde, les pilotes ne font plus grand chose dans les avions de ligne, l'autopilote se débrouille très bien et meme mieux parfois que les pilotes... (certains accidents sont du à une mauvaise compréhension des pilotes)
Les erreurs de pilotage représentent la moitié des causes d'accident

Et en cas de panne que se passe t'il ?
Ben déjà faut savoir que tout est triplé dans les avions, la probabilité de panne est donc extrêmement faible... Mais suffit de former une hôtesse pour ce genre de situation.

Cela dit dans un avion c'est pas le pilote qui coûte le plus cher, sauf si il fait 300kg

Pour le consommateur il y'a un avantage cependant, les IA ne font pas gréve. Y'a rien de plus frustrant que d’être bloqué dans un aéroport/gare/arrêt de bus à cause d'une gréve, et perso j'ai peur des greves, la sncf m'en a tellement fait baver quand j'étais étudiants, que aujourd'hui j'ai très peur quand je monte dans les transports en commun (c'est pas un troll, je suis sérieux).
Avatar de pierre-y pierre-y - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 10/06/2017 à 11:33
C'est assez relatif les accidents. Il est arrivé que ce soit le pilote qui sauve l'avion avec son expérience de l'appareil et c'est aussi arrivé que ce soit l'autopilote ou le matériel qui soit à l'origine de l'accident. L'IA n'a pas que des qualités.
Avatar de NSKis NSKis - En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
le 10/06/2017 à 14:04
Citation Envoyé par Issam  Voir le message
je pense qu'ils sont complétement fous chez Boeing !

Mais non... Ils sont tout simplement cons!

Non seulement cons, mais arrogants! Ils croient dominer la technologie, mais ils ont juste oublier une chose, c'est le passager!!!

Je ne pense pas qu'en l'état actuel les passagers soient d'accord de voler dans un avion sans pilote: Même si ce dernier ne fait plus grand chose dans les avions de ligne actuels, sa présence donne confiance au passager
Avatar de marsupial marsupial - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 10/06/2017 à 15:19
La futur fin de la grève des personnels naviguant chez Air France ?

Je viens de finir de regarder sur LCP l'histoire d'Air France sur une phrase de son PDG :

"Je ne sais pas si Air France peut mourir, mais il faut faire comme si Air France pouvait mourir."
Est-ce que chez Air France, ils ont conscience de faire partie d'une classe privilégiée comparativement à 15% de la population active ?
C'est un propos hors sujet mais si Boeing en arrive à l'IA pour piloter des gros porteurs, un jour Air France en arrivera là. Ce n'est pas encore fait, mais c'est réalisable en conservant un "pilote" par sureté, peut-être superflu mais nécessaire au moins temporairement.

Si Boeing dit le faire, ils doivent être persuadés de sa réalisation. Il ne faut pas se leurrer. Si on peut faire une voiture autonome sur terre, il est encore plus aisé de faire un avion autonome dans les airs : moins de risque de collision donc nettement moins de paramètres aléatoires à gérer pour une prise de décision. De toutes les manières, il n'y a plus que l'atterrissage et le décollage qui sont gérés par un pilote et encore, sont ils assistés à 75% lors de ces manoeuvres.
Avatar de plegat plegat - Expert éminent https://www.developpez.com
le 10/06/2017 à 15:53
Citation Envoyé par Christian Olivier  Voir le message
Dans les 20 prochaines années, Boeing devra doubler sa flotte actuelle et procéder à l’acquisition d’environ 40 000 nouveaux avions commerciaux : « où est-ce que Boeing va trouver tous les pilotes expérimentés qui vont avec ? », a demandé Mike Sinnett.

Meuh c'est quoi cette traduction à l'emporte-pièce?
Boeing est un constructeur d'avions, ce n'est pas une compagnie aérienne. Ils ne vont jamais acquérir 40000 avions... ils "prévoient" une demande de 40000 avions!

Citation Envoyé par Christian Olivier  Voir le message
Il ne faut pas oublier que l’objectif dans l’industrie de l’aviation civile a toujours été « zéro mort », et non pas la réduction du nombre de victimes potentielles comme avec la sécurité routière par exemple.

Bizarrement, l'objectif "zéro mort" ne fait pas partie du jargon des constructeurs aéronautiques... on est plutôt piloté par l'objectif "pas plus d'un accident mortel par milliard d'heure de vol" (voir toute la doc de certification aéro, les FAR/CS-25 pour les gros porteurs civils et tout document associé).
L'accident est par nature imprévisible, souvent lié à un enchainement de circonstances statistiquement improbables... mais le risque 0 n'existe pas en statistiques, et encore moins en aéronautique. Comprendre par là que l'on plante des avions actuellement, et qu'on en plantera toujours avec une IA aux commandes (surtout qu'elle y est déjà partiellement).

Pour moi, même si la certification d'un tel système de pilotage ne va pas se faire "finger in ze nose", le plus gros problème est tout de même assis sur son siège en cabine... il va falloir que les passagers acceptent d'être piloté par une machine, et ça, c'est pas gagné... du coup, il y a tout de même de fortes chances qu'il y ait toujours un pilote dans l'avion (et pour contrer les dépressifs, qu'il y en ait même deux...)
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre émérite https://www.developpez.com
le 10/06/2017 à 16:02
Il y a beaucoup d'accidents à cause de la mécanique (usée, mal montée, montée à la va-vite, défaut de capteur, bug informatique ^^, erreur de contrôleurs aériens...).

Ce choix de passer essentiellement par la machine change complètement leur façon de faire.
Car chez Boeing c'est le pilote qui a le dernier mot sur une machine, tandis que j'ai Airbus c'est la machine qui a le dernier mot.
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre émérite https://www.developpez.com
le 10/06/2017 à 16:12
Citation Envoyé par pierre-y  Voir le message
C'est assez relatif les accidents. Il est arrivé que ce soit le pilote qui sauve l'avion avec son expérience de l'appareil et c'est aussi arrivé que ce soit l'autopilote ou le matériel qui soit à l'origine de l'accident. L'IA n'a pas que des qualités.

Je ne sais pas si l'IA aurait pû éviter le chat qui a traversé ma route!
Roulant à 80 km/h un chat traverse la route tout doucement alors que je suis à quelques mètres de lui.
Je ne l'ai vu qu'à ce moment.
Freinage d'urgence et petit coup de volant d'évitement à droite.
Ca a fait iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii tac tac tac (ABS)......
J'ai vu le chat qui me regardait dans le rétro , il a dû avoir la peur de sa vie. C'est un miracle
Rem: un chat gris foncé ligné. Sur la chaussée de Ath => surveillez votre chat!
Mes roues sont sûrement carrées maintenant
Contacter le responsable de la rubrique Accueil