Boeing lève le voile sur les mises à jour logicielles qui cible le système de vol de ses 737 MAX
à quoi faut-il s'attendre ?

426PARTAGES

7  0 
Les réactions et annonces du fabricant américain d’avions Boeing sont minutieusement scrutées par l’ensemble des parties prenantes de l’industrie aéronautique et le grand public depuis la survenue à quelques mois d’intervalle de deux crashs mortels impliquant un modèle d’avion spécifique produit par l’avionneur américain qui ont fait 346 morts au total.

Il faut dire que Boeing se trouve dans une position assez délicate en ce moment : le système de vol de son 737 MAX est mis en cause dans les deux catastrophes aériennes (en Indonésie et en Éthiopie) qui ont frappé la compagnie indonésienne Lion Air le 29 octobre 2018 et Ethipian Airlines le 10 mars 2019. Sans parler des soupçons de collusion entre Boeing et la FAA (Federal Aviation Administration) qui ont commencé à faire surface vu le temps qu’il a fallu à l’agence gouvernementale chargée de la réglementation et des contrôles concernant l’aviation civile aux États-Unis pour prendre les mesures de sécurité d’urgence qui s’imposaient. La lenteur de la réaction des autorités compétentes côté USA contrastait fortement avec celle des autorités chinoises et européennes qui ont rapidement décidé de clouer au sol tous les Boeing 737 MAX en raison des similitudes existant entre les deux tragédies précédemment citées.

Hier, Boeing a lancé sa première grande offensive pour reconquérir la confiance du grand public et obtenir des régulateurs l’autorisation de faire voler à nouveau ses 737 MAX qui restent depuis la mi-mars interdits de vol. l’avionneur a réuni dans son fief de Renton à Seattle des journalistes, pilotes et dirigeants de compagnies aériennes afin de leur présenter les modifications tant attendues qu’il a apportées au système de vol de son 737 MAX. Boeing assure que l’implémentation de ces changements rendra le système de vol de son 737 MAX « plus solide », sans que cela sous-entende un éventuel défaut de conception initial de cet avion.

Grâce à cette mise à jour logicielle, l’avionneur américain promet que le fonctionnement du MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) sera plus transparent pour l’équipage et assure que les pilotes pourront plus facilement le contourner en cas de problème. Par ailleurs, la nouvelle mouture du logiciel devrait permettre au pilote d’établir rapidement un dysfonctionnement du MCAS grâce à un système d’alerte lumineux, baptisé « AOA disagree », indiquant que les deux capteurs d’angle d’attaque embarqués fournissent des données contradictoires. Ce système d’alerte lumineux sera dorénavant partie prenante du modèle de base de l’appareil et non plus facturé en option.


Il faut rappeler que l’enquête préliminaire sur le crash du 737 MAX de la compagnie indonésienne Lion Air a permis de mettre en lumière un dysfonctionnement du système de stabilisation en vol qui doit permettre d’éviter un décrochage de l’avion, le MCAS. Le MCAS peut mettre l’avion en « piqué » lorsqu’il décroche afin de lui permettre de regagner de la vitesse. Ce système de surveillance et de contrôle utilise des capteurs d’angle d’attaque pour déterminer si l’avion est sur le point d’atteindre cette condition de décrochage et corriger sa trajectoire. Son dysfonctionnement peut, à l’inverse, causer le décrochage et le crash d’un avion.

Malgré le fait que le 737 MAX dispose de plusieurs capteurs d’angle d’attaque pour les besoins de redondance, le système MCAS ne se fiait jusqu’à présent qu’aux relevés fournis par un seul capteur pour son fonctionnement, même si les données fournies par ce dernier s’avéraient erronées. Comme le MCAS ne reposait que sur l’un des capteurs d’angle d’attaque de l’aéronef, les indicateurs d’angle d’attaque et lumineux vendus en option auraient permis aux pilotes des avions disparus de se rendre compte de la défaillance du système MCAS, de procéder à sa désactivation et d’éviter le pire. Mais ces deux systèmes de sécurité étaient vendus en option par Boeing et de nombreuses compagnies aériennes n’ont pas forcément jugé utile de les intégrer lors de leurs achats puisque les organismes de réglementation ne les exigent pas.

La ministre américaine des Transports Elaine Chao a demandé à Boeing pourquoi la compagnie avait fait le choix de faire passer des dispositifs de sécurité cruciaux, en l’occurrence les indicateurs d’angle d’attaque et lumineux vendus en option, comme des équipements optionnels sur son meilleur avion en termes de ventes, alors qu’ils auraient vraisemblablement permis d’éviter la catastrophe. Boeing s’est défendu en assurant : « la procédure que nous observons avec les régulateurs sur la conception des avions a toujours conduit à des appareils plus sûrs ».

D’après Boeing, la nouvelle version du logiciel a été soumise plus tôt cette année « à des centaines d’heures d’analyses, de tests en laboratoire, de vérifications dans un simulateur de vol et à deux vols d’essai, y compris un vol de certification avec des représentants de la FAA à bord comme observateurs ». En parallèle, un porte-parole de la FAA a déclaré à Reuters que son agence n’avait pas encore examiné ou certifié la mise à jour du logiciel. De plus, comme l'a rapporté Reuters, le responsable de la FAA doit déclarer devant la commission sénatoriale du Commerce que le Boeing 737 MAX sera de nouveau autorisé à voler « seulement lorsque l'analyse des faits et des données techniques par la FAA indiquera que c'est approprié ».

Cela n’empêche pas Boeing d’affirmer que cette mise à jour devrait permettre de « réduire la charge de travail de l’équipage dans des situations anormales et d’empêcher le MCAS de s’activer à cause de données erronées ». La société a également prévu de mieux former les pilotes de ligne aux subtilités du MCAS et du 737 MAX. La balle est désormais dans le camp des autorités de régulation, y compris la FAA, qui doivent examiner ces modifications avant de les certifier, de les invalider ou d’exiger des révisions.

Signalons au passage que la FAA, l’organisme chargé de donner son feu vert à tout ce qui vole aux États-Unis - celui-là même qui jusque-là servait de référence dans une bonne partie du monde, avait délégué une partie du travail de certification du 737 MAX à Boeing. Il serait donc logique de dire que la FAA est d’une certaine manière impliquée dans l’approbation du MCAS de première génération du 737 MAX.

L’Allied Pilots Association qui représente les pilotes de l’American Airlines Group s’est dite satisfaite des progrès réalisés par Boeing. Toutefois, elle a averti que le processus de certification ne devait pas être précipité. Elle préconise une réévaluation et une révision complètes des solutions qui sont ou seront apportées au Boeing 737 MAX en tenant compte de toute information supplémentaire provenant de l’enquête en cours sur le second crash d’Ethiopian Airlines.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Boeing étudie la possibilité de remplacer ses pilotes par l'intelligence artificielle dans ses vols commerciaux
Un bogue informatique avait contraint le Boeing 787 à être redémarré tous les 248 jours pour éviter une interruption totale du système électrique
Elles n'avaient pas acheté les DLC : les dispositifs de sécurité vendus en option par Boeing qui auraient permis d'éviter le crash des Boeing 737 MAX
Les régulateurs ont « provisoirement approuvé » un correctif logiciel pour le Boeing 737 Max qui améliorera le système de prévention des décrochages

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de stef-13013
Membre actif https://www.developpez.com
Le 29/06/2019 à 16:52
Ils suivent "juste" la tendance actuelle qui est de ne pas/plus payer les gens... (Et ce n'est pas propre à l'IT)

Quelques phrases "magiques" (tout est véridique, ca vient de ma boite) :
"Le codage, franchement, aujourd'hui c'est pas compliqué, tu vas sur internet, tu te tapes des tuto. et hop, voila hein, pas de quoi en faire un plat"
"Les informaticiens, pfff, vous êtes les sidérurgistes de demain"

Et ma préférée :
"Pour les projets à venir, on va recruter des stagiaires, il doit bien y en avoir 2 ou 3 de bons dans le lot"
24  0 
Avatar de Fleur en plastique
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 29/03/2019 à 10:40
Citation Envoyé par redcurve Voir le message
je ne vois pas personnellement de problème dans la conception de cet avion.
Mort de rire.

Tu as un avion qui a été conçu il y a 30 ans suivant des spécifications, et en particulier un poids et un encombrement moteur donné. Une compagnie aérienne américaine importante menace Boeing de passer à Airbus s'ils ne font pas un nouveau modèle. Boeing répond qu'un nouvel avion prendrait dix ans. La compagnie aérienne lui dit de le faire en beaucoup plus court sinon elle change de crèmerie.

Du coup, au lieu de concevoir un nouvel avion, ils ont pris le même modèle et mis des nouveaux moteurs. Mais ils sont plus lourds et plus encombrants, du coup ils déséquilibrent l'appareil. Mais pas le temps de revoir l'ensemble de l'appareil, donc plutôt que de revoir la conception défectueuse (car non conçue pour des moteurs de cette taille et poids) on ajoute un logiciel pour corriger automatiquement la trajectoire faussée par la conception même de l'appareil.

Comment peut-on affirmer qu'il n'y a aucun problème de conception de l'avion quand on sait qu'on a un logiciel embarqué complexe destiné justement à compenser les défauts matériels de conception ?

En plus je rappelle que Boeing s'est arrangé pour certifier lui-même son appareil. Juge et partie à la fois. Ce n'est pas ce que quelqu'un aurait fait quand on a quelque chose d'énorme à cacher ?

Pour moi, cela serait vite réglé : les responsables de Boeing et de la FAA devant un mur, yeux bandés (j'ai quand même un cœur), et tous fusillés.
15  0 
Avatar de tpericard
Membre averti https://www.developpez.com
Le 29/06/2019 à 19:41
Ils suivent "juste" la tendance actuelle qui est de ne pas/plus payer les gens... (Et ce n'est pas propre à l'IT)

Quelques phrases "magiques" (tout est véridique, ca vient de ma boite) :
"Le codage, franchement, aujourd'hui c'est pas compliqué, tu vas sur internet, tu te tapes des tuto. et hop, voila hein, pas de quoi en faire un plat"
"Les informaticiens, pfff, vous êtes les sidérurgistes de demain"

Et ma préférée :
"Pour les projets à venir, on va recruter des stagiaires, il doit bien y en avoir 2 ou 3 de bons dans le lot"
Effectivement ça fait longtemps que les développements se font principalement au forfait. Et qui forfait dit baisse maximum des coûts par les sociétés qui développent.

L'article ne parle pas de l'aspect "Tests" qui est toujours le mouton noir ... "quoi des tests ? Inutiles, c'est tellement bien écrit" ou aussi, entendu chez un client cette fois "pas la peine de tester ce cas de figure, ça n'arrivera jamais en prod" ... devinez ce qui arriva quelques jours plus tard après la mise en production ... cas véridique qui s'est passée sur une application critique dans une très grande entreprise.

Pour conclure, quand un donneur d'ordres ne veut mettre que le minimum financier, il n'aura qu'une qualité au mieux moyenne.
11  0 
Avatar de kremvax
Membre averti https://www.developpez.com
Le 30/06/2019 à 0:13
L'article de Bloomberg met l'accent sur les problèmes liés à l'outsourcing, mais ce serait un peu facile de dédouaner les problèmes de *conception* qui semblent avoir été à la base de tout, en amont du développement. Le fait de faire l'impasse sur la redondance des sondes, ce n'est ni une décision de développeur, ni un bug.
10  0 
Avatar de Anselme45
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 28/03/2019 à 10:29
Qu'en pensez-vous?
Que c'est le parfait exemple que le tout automatique n'est pas la solution à tout!

Pour rappel, le vol Rio-Paris de Air France qui a fini au fond de la mer avec l'ensemble de ses passagers en juin 2009 avait pour origine une défaillance des sondes Tau (des capteurs placés à l'extérieur de l'avion dont les mesures servent à régler automatiquement le vol de l'avion): Fausses mesures, faux réglages automatiques, mise en erreur des pilotes qui n'arrivent pas à reprendre la main.

Le pire dans ces affaires est que pour des raisons de pognons, les responsables essaient toujours de mettre en cause les pilotes comme le montre le cas du vol Rio-Paris. Air France et Airbus, tous deux mis en examen pour « homicides involontaires » dans ce dossier instruit à Paris depuis près de dix ans, se sont empressés de payer un collège d'experts pour mettre la responsabilité du crash sur le dos des pilotes.

http://www.leparisien.fr/faits-diver...18-7911435.php

Boeing fera pareil:

1. le constructeur n'est responsable de rien

2. le constructeur a pris les mesures correctives et cherche les coupables

3. le constructeur a trouvé le responsable: un informaticien, lampiste de son état, qui a mal fait son travail !

Rien de nouveau, VW nous a déjà fait le coup avec le scandale de ses moteurs diesel: Les dirigeants n'étaient au courant de rien, ce sont les méchants ingénieurs qui ont trafiqué le logiciel de gestion des moteurs sans rien dire à leur hiérarchie
8  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 16/05/2019 à 21:18
Punaise mais les pauvres pilotes que Boeing cherche à faire trinquer pour une de leurs erreur de conception. Heureusement qu'ils ont enregistré la réunion avec ces dangereux industriels.
8  0 
Avatar de yoyo3d
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 30/06/2019 à 21:37
Les centaines de millions (milliards ?) de perte suite à cette affaire devraient leur faire sérieusement réviser leur jugement.
malheureusement non, je ne croix pas, ce n'est pas la première entreprise à faire une connerie parce qu’un "col blanc" à décider de ne faire des économies... le Titanic en est un bon exemple, avec ses rivets fondus dans un acier de mauvaise qualité...ses canots sous dimensionnés en nombre, sa volonté de battre des records de vitesse pour "la gloire"... etc
l'histoire industrielle, agroalimentaire, militaire, sanitaire est pleine de décisions "à la con" pour la gloire, de mauvais choix techniques ou financiers par incompétence extrême...voir pire, d'égo démesuré.

Le fait de faire l'impasse sur la redondance des sondes, ce n'est ni une décision de développeur, ni un bug.
tu as 100% raison et cela confirme ma pensée...
8  0 
Avatar de pierre-y
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 29/03/2019 à 9:03
Citation Envoyé par redcurve Voir le message
Faisant de l'aéromodélisme et ayant fait dans études en dessin industriel juste pour pouvoir concevoir moi même mes machines, je ne vois pas personnellement de problème dans la conception de cet avion. ?
C'est plus que lègé pour dire que la conception de l'avion n'a pas de problème. Déja les contraintes lié a un vrai appareil et a une maquette ne sont pas du tout les même et il faut au minimum avoir accès au plan et spécificité technique de l'appareil pour avoir ne serai ce qu'une base de travail fiable.
7  0 
Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 29/03/2019 à 13:24
Pour une fois que je suis d'accord avec l'un de tes messages...

Cela me fait penser à un chef qui nous avait demandé de trouver une solution logicielle pour un problème de conception électronique/mécanique (très cher de faire revenir tous les produits et de faire corriger les cartes et la partie mécanique associée)...
A un moment donné faut comprendre que le logiciel est pas fait pour faire le café à la place du matériel ! Ou alors on fait du café virtuel.
7  0 
Avatar de yann84
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 16/05/2019 à 22:22
Punaise, alors là ce n'est plus la même si c'était volontaire de la part de Boeing... je suis sidéré...
7  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web