Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les régulateurs ont « provisoirement approuvé » un correctif logiciel pour le Boeing 737 Max
Qui améliorera le système de prévention des décrochages

Le , par Stan Adkens

594PARTAGES

8  0 
Les crashs du vol 610 de Lion Air et du vol 302 d'Ethiopian Airlines ont ébranlé l'industrie aéronautique, déclenché de nombreuses enquêtes et entraîné l'immobilisation de centaines de Boeing 737 Max dans le monde. D’après les enquêtes, l'accident du 10 mars dernier du vol 302 d'Ethiopian Airlines présentait des similitudes avec l’autre accident mortel du vol 610 de Lion Air survenu en Indonésie en octobre 2018, et selon les enquêteurs, les deux accidents étaient liés au même problème : un système automatisé conçu pour empêcher l'avion de décrocher.

Selon le Wall Street Journal, la Federal Aviation Administration, l’agence gouvernementale chargée des réglementations et des contrôles concernant l'aviation civile aux États-Unis, a « provisoirement approuvé des changements radicaux apportés au logiciel et à la formation des pilotes » pour l’avion 737 MAX de Boeing. Le Wall Street Journal rapporte que ce correctif pourrait permettre aux pilotes d'exercer un meilleur contrôle sur le système automatisé qui aurait été à l’origine de l’accident mortel en Ethiopie plutôt ce mois, et par conséquent, pourrait permettre aux compagnies de piloter à nouveau l'avion immobilisé au sol depuis le dernier accident.

Boeing a déployé l'avion 737 MAX en 2017 en tant que concurrent éconérgétique de l'Airbus A320, après avoir apporté des mises à jour, dont quelques modifications de la conception du fuselage 737 (avec les moteurs et le modèle améliorés). Mais ces mises à jour avaient tendance à pousser le nez de l'avion vers le haut. Pour remédier à cette défaillance, Boeing a mis en place le MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System), qui abaisserait automatiquement le nez de l’avion.


Selon un article du New York Times publié le jeudi dernier, l’enquête préliminaire sur le crash de l’avion de la compagnie indonésienne avait permis de mettre en lumière un dysfonctionnement du système de stabilisation en vol destiné à éviter un décrochage de l’avion, le MCAS. Le MCAS peut mettre l’avion en « piqué » lorsqu’il décroche afin de lui permettre de regagner de la vitesse. Ce système de surveillance et de contrôle se sert de capteurs d’angle d’attaque pour déterminer si l’avion est sur le point d’atteindre cette condition de décrochage et corriger sa trajectoire. Son dysfonctionnement peut, à l’inverse, causer le décrochage et le crash d’un avion.

Malgré le fait que le Boeing 737 MAX dispose de plusieurs capteurs d’angle d’attaque pour les besoins de redondance, le système MCAS ne se fierait qu’aux relevés fournis par un seul capteur pour son fonctionnement, même si les données fournies par ce dernier s’avéraient erronées, a rapporté le New York Times.

Comme le MCAS ne reposait que sur l’un des capteurs d’angle d’attaque de l’aéronef, les indicateurs d’angle d’attaque et lumineux auraient permis aux pilotes de se rendre compte de la défaillance du système MCAS afin de le désactiver. Mais ces deux systèmes de sécurité étaient vendus en option par Boeing et de nombreuses compagnies aériennes à rabais n’ont pas jugé utile de les intégrer lors de leurs achats puisque les organismes de réglementation ne les exigent pas.

Les enquêtes concernant les deux crashs continuent, mais les enquêteurs pensent que c'est la défaillance de ce système MCAS qui a fait s'écraser les avions en Éthiopie et en Indonésie, et cela a soulevé des questions sur la façon dont Boeing a géré la divulgation du système et formé les pilotes à son utilisation, d’après le Wall Street Journal. En effet, Boeing avait jugé que le 737 Max était suffisamment semblable au 737 existant pour que les pilotes n'aient pas besoin de suivre une formation de recyclage approfondie.

Toutefois, le Wall Street Journal indique que les mises à jour logicielles temporairement approuvées par les régulateurs américains réduiront le MCAS en redéfinissant sa conception « afin de ne pas surpasser les autres commandes du poste de pilotage ou rater l’allumage des indicateurs à cause des lectures erronées d'un seul capteur » et ne seront activées qu'une fois, pendant une courte période en cas d'incident.

La Federal Aviation Administration a « provisoirement approuvé » la mise à jour, mais elle doit passer par des simulations et des essais en vol, d’après le journal. Si elle fonctionne et est formellement approuvée, la mise à jour pourrait être publiée dans « les prochaines semaines ». L'agence n'a pas fait de commentaires au journal sur les détails des changements. De plus, l’avionneur américain a déclaré qu'il inclura un voyant d'avertissement conçu pour avertir les pilotes qui faisait auparavant partie d'un ensemble facultatif que les transporteurs pouvaient acheter.

Par le passé, un autre dysfonctionnement survenu sur l’un des avions de Boeing faisait également perdre le contrôle de l’avion. En 2015, il a été découvert qu’un bogue informatique pouvait empêcher les pilotes de garder le contrôle du Boeing 787, possiblement en plein vol, avait informé à l’époque la Federal Aviation Administration dans une directive destinée à toutes les compagnies aériennes qui utilisaient cet avion. Le bogue qui n’était rien d’autre qu’un problème classique de débordement d’entier était situé au niveau du contrôle des générateurs de l’avion. Il était déclenché lorsque les générateurs sont laissés allumés durant 248 jours (8 mois).

Ce bogue informatique avait contraint le Boeing 787 à être redémarré tous les 248 jours pour éviter une interruption totale du système électrique. Selon les propres registres de Boeing à l’époque, tous les avions 787 en service avaient été arrêtés et redémarrés dans le cadre de leur maintenance. Boeing avait également informé que les opérateurs devront continuer à redémarrer leurs avions de façon périodique pendant des intervalles de temps déterminés jusqu’à la disponibilité d’un correctif logiciel.

Source : The Wall Street Journal

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Que pensez-vous des correctifs logiciels approuvés temporairement par la FAA ?
Le problème à l’origine des accidents a-t-il été bien localisé, selon vous ?

Lire aussi

Un bogue informatique avait contraint le Boeing 787 à être redémarré tous les 248 jours, pour éviter une interruption totale du système électrique
Boeing révèle l'arrivée d'un avion de chasse autonome l'année prochaine, qui pourrait mener des missions de reconnaissance auprès d'autres avions
Le chasseur américain F-35 Lightning II aurait plus à craindre du piratage informatique, que des armes ennemies
Boeing étudie la possibilité de remplacer ses pilotes par l'intelligence artificielle, dans ses vols commerciaux
La moitié des voitures dotées de systèmes d'entrée sans clé en 2019 reçoivent une mauvaise cote de sécurité, pour leur vulnérabilité aux vols

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de stef-13013
Membre actif https://www.developpez.com
Le 29/06/2019 à 16:52
Ils suivent "juste" la tendance actuelle qui est de ne pas/plus payer les gens... (Et ce n'est pas propre à l'IT)

Quelques phrases "magiques" (tout est véridique, ca vient de ma boite) :
"Le codage, franchement, aujourd'hui c'est pas compliqué, tu vas sur internet, tu te tapes des tuto. et hop, voila hein, pas de quoi en faire un plat"
"Les informaticiens, pfff, vous êtes les sidérurgistes de demain"

Et ma préférée :
"Pour les projets à venir, on va recruter des stagiaires, il doit bien y en avoir 2 ou 3 de bons dans le lot"
26  0 
Avatar de Fleur en plastique
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 29/03/2019 à 10:40
Citation Envoyé par redcurve Voir le message
je ne vois pas personnellement de problème dans la conception de cet avion.
Mort de rire.

Tu as un avion qui a été conçu il y a 30 ans suivant des spécifications, et en particulier un poids et un encombrement moteur donné. Une compagnie aérienne américaine importante menace Boeing de passer à Airbus s'ils ne font pas un nouveau modèle. Boeing répond qu'un nouvel avion prendrait dix ans. La compagnie aérienne lui dit de le faire en beaucoup plus court sinon elle change de crèmerie.

Du coup, au lieu de concevoir un nouvel avion, ils ont pris le même modèle et mis des nouveaux moteurs. Mais ils sont plus lourds et plus encombrants, du coup ils déséquilibrent l'appareil. Mais pas le temps de revoir l'ensemble de l'appareil, donc plutôt que de revoir la conception défectueuse (car non conçue pour des moteurs de cette taille et poids) on ajoute un logiciel pour corriger automatiquement la trajectoire faussée par la conception même de l'appareil.

Comment peut-on affirmer qu'il n'y a aucun problème de conception de l'avion quand on sait qu'on a un logiciel embarqué complexe destiné justement à compenser les défauts matériels de conception ?

En plus je rappelle que Boeing s'est arrangé pour certifier lui-même son appareil. Juge et partie à la fois. Ce n'est pas ce que quelqu'un aurait fait quand on a quelque chose d'énorme à cacher ?

Pour moi, cela serait vite réglé : les responsables de Boeing et de la FAA devant un mur, yeux bandés (j'ai quand même un cœur), et tous fusillés.
15  0 
Avatar de kremvax
Membre averti https://www.developpez.com
Le 30/06/2019 à 0:13
L'article de Bloomberg met l'accent sur les problèmes liés à l'outsourcing, mais ce serait un peu facile de dédouaner les problèmes de *conception* qui semblent avoir été à la base de tout, en amont du développement. Le fait de faire l'impasse sur la redondance des sondes, ce n'est ni une décision de développeur, ni un bug.
13  0 
Avatar de tpericard
Membre averti https://www.developpez.com
Le 29/06/2019 à 19:41
Ils suivent "juste" la tendance actuelle qui est de ne pas/plus payer les gens... (Et ce n'est pas propre à l'IT)

Quelques phrases "magiques" (tout est véridique, ca vient de ma boite) :
"Le codage, franchement, aujourd'hui c'est pas compliqué, tu vas sur internet, tu te tapes des tuto. et hop, voila hein, pas de quoi en faire un plat"
"Les informaticiens, pfff, vous êtes les sidérurgistes de demain"

Et ma préférée :
"Pour les projets à venir, on va recruter des stagiaires, il doit bien y en avoir 2 ou 3 de bons dans le lot"
Effectivement ça fait longtemps que les développements se font principalement au forfait. Et qui forfait dit baisse maximum des coûts par les sociétés qui développent.

L'article ne parle pas de l'aspect "Tests" qui est toujours le mouton noir ... "quoi des tests ? Inutiles, c'est tellement bien écrit" ou aussi, entendu chez un client cette fois "pas la peine de tester ce cas de figure, ça n'arrivera jamais en prod" ... devinez ce qui arriva quelques jours plus tard après la mise en production ... cas véridique qui s'est passée sur une application critique dans une très grande entreprise.

Pour conclure, quand un donneur d'ordres ne veut mettre que le minimum financier, il n'aura qu'une qualité au mieux moyenne.
12  0 
Avatar de yoyo3d
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 30/06/2019 à 21:37
Les centaines de millions (milliards ?) de perte suite à cette affaire devraient leur faire sérieusement réviser leur jugement.
malheureusement non, je ne croix pas, ce n'est pas la première entreprise à faire une connerie parce qu’un "col blanc" à décider de ne faire des économies... le Titanic en est un bon exemple, avec ses rivets fondus dans un acier de mauvaise qualité...ses canots sous dimensionnés en nombre, sa volonté de battre des records de vitesse pour "la gloire"... etc
l'histoire industrielle, agroalimentaire, militaire, sanitaire est pleine de décisions "à la con" pour la gloire, de mauvais choix techniques ou financiers par incompétence extrême...voir pire, d'égo démesuré.

Le fait de faire l'impasse sur la redondance des sondes, ce n'est ni une décision de développeur, ni un bug.
tu as 100% raison et cela confirme ma pensée...
9  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/03/2019 à 10:29
Qu'en pensez-vous?
Que c'est le parfait exemple que le tout automatique n'est pas la solution à tout!

Pour rappel, le vol Rio-Paris de Air France qui a fini au fond de la mer avec l'ensemble de ses passagers en juin 2009 avait pour origine une défaillance des sondes Tau (des capteurs placés à l'extérieur de l'avion dont les mesures servent à régler automatiquement le vol de l'avion): Fausses mesures, faux réglages automatiques, mise en erreur des pilotes qui n'arrivent pas à reprendre la main.

Le pire dans ces affaires est que pour des raisons de pognons, les responsables essaient toujours de mettre en cause les pilotes comme le montre le cas du vol Rio-Paris. Air France et Airbus, tous deux mis en examen pour « homicides involontaires » dans ce dossier instruit à Paris depuis près de dix ans, se sont empressés de payer un collège d'experts pour mettre la responsabilité du crash sur le dos des pilotes.

http://www.leparisien.fr/faits-diver...18-7911435.php

Boeing fera pareil:

1. le constructeur n'est responsable de rien

2. le constructeur a pris les mesures correctives et cherche les coupables

3. le constructeur a trouvé le responsable: un informaticien, lampiste de son état, qui a mal fait son travail !

Rien de nouveau, VW nous a déjà fait le coup avec le scandale de ses moteurs diesel: Les dirigeants n'étaient au courant de rien, ce sont les méchants ingénieurs qui ont trafiqué le logiciel de gestion des moteurs sans rien dire à leur hiérarchie
8  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 16/05/2019 à 21:18
Punaise mais les pauvres pilotes que Boeing cherche à faire trinquer pour une de leurs erreur de conception. Heureusement qu'ils ont enregistré la réunion avec ces dangereux industriels.
8  0 
Avatar de CaptainDangeax
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 27/06/2019 à 14:44
Le problème avec ce MCAS, c'est que depuis le premier 737-100 et ses moteurs JT8D, l'avion a été tellement transformé, étiré, agrandi, remotorisé, que l'étude dynamique initiale (faite à la règle à calcul, faut-il le rappeler) est devenue complètement caduque. D'où le MCAS bricolé vite fait mal fait pour maintenir l'avion dans son enveloppe de vol...
Il faut aussi savoir que Boeing et Airbus ont une approche totalement différente des commandes de vol. Chez airbus, le pilote donne une consigne à l'ordinateur de bord qui l'applique. Chez Boeing, le pilote donne une consigne à l'avion et l'ordinateur de bord essaie de corriger.
Alors chez Airbus, quand on descend moteur réduit et roues sorties, l'ordinateur de bord comprend "je suis en train de me poser" et pose l'avion dans la forêt d'Absheim. Quand, au dessus de l'atlantique, que les sondes pitot gèlent et que le pilote met l'avion en montée, l'avion fini par décrocher. Ce n'est pas infaillible.
Mais là chez Boeing, c'est un bidule rajouté sur un modèle de commande qui n'est pas prévu pour à la base. La seule solution, c'est de démonter complètement le MCAS et de refaire l'étude aéro de l'avion, pour qu'il soit de nouveau viable à voler sans béquille électronique.
8  0 
Avatar de jpouly
Membre averti https://www.developpez.com
Le 30/06/2019 à 13:50
Citation Envoyé par kremvax Voir le message
L'article de Bloomberg met l'accent sur les problèmes liés à l'outsourcing, mais ce serait un peu facile de dédouaner les problèmes de *conception* qui semblent avoir été à la base de tout, en amont du développement. Le fait de faire l'impasse sur la redondance des sondes, ce n'est ni une décision de développeur, ni un bug.
Comme je le dis souvent, on ne résout pas un problème fonctionnel par de la technique. On résout du fonctionnel par du fonctionnel.

Ici c'est la même chose. le fait d'avoir mis de nouveaux moteurs a complètement changé l'équilibre de l'avion. C'est pas un bout de code qui va résoudre ce problème, et Newton a été clair sur le sujet ().

Il vallait mieux, même si ça coûte, revoir l'équilibre de l'avion et son aérodynamisme.
8  0 
Avatar de champomy62
Membre averti https://www.developpez.com
Le 30/06/2019 à 17:07
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
Les informaticiens peuvent s'estimer heureux d'être payés, même 9$ de l'heure.

Tout ceci ne serait sans doute jamais arrivé si le code du 737 Max avait été open source, avec une communauté de bénévoles corrigeant toutes les failles sur leur temps libre.
LOL
8  0