Les régulateurs ont « provisoirement approuvé » un correctif logiciel pour le Boeing 737 Max
Qui améliorera le système de prévention des décrochages

Le , par Stan Adkens

186PARTAGES

8  0 
Les crashs du vol 610 de Lion Air et du vol 302 d'Ethiopian Airlines ont ébranlé l'industrie aéronautique, déclenché de nombreuses enquêtes et entraîné l'immobilisation de centaines de Boeing 737 Max dans le monde. D’après les enquêtes, l'accident du 10 mars dernier du vol 302 d'Ethiopian Airlines présentait des similitudes avec l’autre accident mortel du vol 610 de Lion Air survenu en Indonésie en octobre 2018, et selon les enquêteurs, les deux accidents étaient liés au même problème : un système automatisé conçu pour empêcher l'avion de décrocher.

Selon le Wall Street Journal, la Federal Aviation Administration, l’agence gouvernementale chargée des réglementations et des contrôles concernant l'aviation civile aux États-Unis, a « provisoirement approuvé des changements radicaux apportés au logiciel et à la formation des pilotes » pour l’avion 737 MAX de Boeing. Le Wall Street Journal rapporte que ce correctif pourrait permettre aux pilotes d'exercer un meilleur contrôle sur le système automatisé qui aurait été à l’origine de l’accident mortel en Ethiopie plutôt ce mois, et par conséquent, pourrait permettre aux compagnies de piloter à nouveau l'avion immobilisé au sol depuis le dernier accident.

Boeing a déployé l'avion 737 MAX en 2017 en tant que concurrent éconérgétique de l'Airbus A320, après avoir apporté des mises à jour, dont quelques modifications de la conception du fuselage 737 (avec les moteurs et le modèle améliorés). Mais ces mises à jour avaient tendance à pousser le nez de l'avion vers le haut. Pour remédier à cette défaillance, Boeing a mis en place le MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System), qui abaisserait automatiquement le nez de l’avion.


Selon un article du New York Times publié le jeudi dernier, l’enquête préliminaire sur le crash de l’avion de la compagnie indonésienne avait permis de mettre en lumière un dysfonctionnement du système de stabilisation en vol destiné à éviter un décrochage de l’avion, le MCAS. Le MCAS peut mettre l’avion en « ;piqué ;» lorsqu’il décroche afin de lui permettre de regagner de la vitesse. Ce système de surveillance et de contrôle se sert de capteurs d’angle d’attaque pour déterminer si l’avion est sur le point d’atteindre cette condition de décrochage et corriger sa trajectoire. Son dysfonctionnement peut, à l’inverse, causer le décrochage et le crash d’un avion.

Malgré le fait que le Boeing 737 MAX dispose de plusieurs capteurs d’angle d’attaque pour les besoins de redondance, le système MCAS ne se fierait qu’aux relevés fournis par un seul capteur pour son fonctionnement, même si les données fournies par ce dernier s’avéraient erronées, a rapporté le New York Times.

Comme le MCAS ne reposait que sur l’un des capteurs d’angle d’attaque de l’aéronef, les indicateurs d’angle d’attaque et lumineux auraient permis aux pilotes de se rendre compte de la défaillance du système MCAS afin de le désactiver. Mais ces deux systèmes de sécurité étaient vendus en option par Boeing et de nombreuses compagnies aériennes à rabais n’ont pas jugé utile de les intégrer lors de leurs achats puisque les organismes de réglementation ne les exigent pas.

Les enquêtes concernant les deux crashs continuent, mais les enquêteurs pensent que c'est la défaillance de ce système MCAS qui a fait s'écraser les avions en Éthiopie et en Indonésie, et cela a soulevé des questions sur la façon dont Boeing a géré la divulgation du système et formé les pilotes à son utilisation, d’après le Wall Street Journal. En effet, Boeing avait jugé que le 737 Max était suffisamment semblable au 737 existant pour que les pilotes n'aient pas besoin de suivre une formation de recyclage approfondie.

Toutefois, le Wall Street Journal indique que les mises à jour logicielles temporairement approuvées par les régulateurs américains réduiront le MCAS en redéfinissant sa conception « afin de ne pas surpasser les autres commandes du poste de pilotage ou rater l’allumage des indicateurs à cause des lectures erronées d'un seul capteur » et ne seront activées qu'une fois, pendant une courte période en cas d'incident.

La Federal Aviation Administration a « provisoirement approuvé » la mise à jour, mais elle doit passer par des simulations et des essais en vol, d’après le journal. Si elle fonctionne et est formellement approuvée, la mise à jour pourrait être publiée dans « les prochaines semaines ». L'agence n'a pas fait de commentaires au journal sur les détails des changements. De plus, l’avionneur américain a déclaré qu'il inclura un voyant d'avertissement conçu pour avertir les pilotes qui faisait auparavant partie d'un ensemble facultatif que les transporteurs pouvaient acheter.

Par le passé, un autre dysfonctionnement survenu sur l’un des avions de Boeing faisait également perdre le contrôle de l’avion. En 2015, il a été découvert qu’un bogue informatique pouvait empêcher les pilotes de garder le contrôle du Boeing 787, possiblement en plein vol, avait informé à l’époque la Federal Aviation Administration dans une directive destinée à toutes les compagnies aériennes qui utilisaient cet avion. Le bogue qui n’était rien d’autre qu’un problème classique de débordement d’entier était situé au niveau du contrôle des générateurs de l’avion. Il était déclenché lorsque les générateurs sont laissés allumés durant 248 jours (8 mois).

Ce bogue informatique avait contraint le Boeing 787 à être redémarré tous les 248 jours pour éviter une interruption totale du système électrique. Selon les propres registres de Boeing à l’époque, tous les avions 787 en service avaient été arrêtés et redémarrés dans le cadre de leur maintenance. Boeing avait également informé que les opérateurs devront continuer à redémarrer leurs avions de façon périodique pendant des intervalles de temps déterminés jusqu’à la disponibilité d’un correctif logiciel.

Source : The Wall Street Journal

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Que pensez-vous des correctifs logiciels approuvés temporairement par la FAA ?
Le problème à l’origine des accidents a-t-il été bien localisé, selon vous ?

Lire aussi

Un bogue informatique avait contraint le Boeing 787 à être redémarré tous les 248 jours, pour éviter une interruption totale du système électrique
Boeing révèle l'arrivée d'un avion de chasse autonome l'année prochaine, qui pourrait mener des missions de reconnaissance auprès d'autres avions
Le chasseur américain F-35 Lightning II aurait plus à craindre du piratage informatique, que des armes ennemies
Boeing étudie la possibilité de remplacer ses pilotes par l'intelligence artificielle, dans ses vols commerciaux
La moitié des voitures dotées de systèmes d'entrée sans clé en 2019 reçoivent une mauvaise cote de sécurité, pour leur vulnérabilité aux vols

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de mood8moody
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 25/03/2019 à 12:49
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Des choses vont changer :
Boeing a fini de corriger le système antidécrochage du 737 Max qui pourrait être à l'origine des crashs

Ça semble compliqué de développer un avion.
Je crois que l'armée américaine a dépensé des milliards dans le F-35 et qu' au final il est très mauvais comme avion.
Le F35 n'est pas un mauvais avion, depuis quelques années, dans les entrainements il gagne plus de 9 fois sur 10 sur le F16 en dernière version, l'avion qu'il est censé remplacé d'ailleurs. F16 qui est lui la plus grande réussite commerciale occidentale dans le domaine de l'aviation.

D'ailleurs chaque fois qu'il y a eu un accrochage aérien malheureusement trop frequent ces dernieres années, un F16 était impliqué et c'est l'autre en face qui tombait. Turquie/ Russie, Inde/Pakistan, Israel/syrie, Kosovo...

Par contre le F35 est clairement un gouffre financier pour le moment et a eu beaucoup de problème techniques ainsi que de grosses difficultés à tenir toutes ses promesses, il peut se le permettre vu la liste de pays ayant fait des promesses d'achats.

Mais dans l'environnement actuel avec des armes anti-aeriennes Russes et Chinoises de plus en plus performantes et vendu en open-bar sur les marchés internationaux (S300, S400...). Il faut un avion furtif comme le F35 qui peut evoluer dans des milieux non securisés.

De plus avec sa version à decollage/atterissage court, cela permet à des pays de ne pas investir dans des portes avions pour projeter leurs avions, un simple porte hélicoptère suffit.

Et en cas de conflit majeur, ce type d'avion peut par exemple se poser sur des terrains non prevus pour cela comme une autoroute par exemple pour être ravitaillé (type d'entrainement frequent par l'OTAN).
Avatar de andry.aime
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 25/03/2019 à 13:32
Les régulateurs ont « provisoirement approuvé » un correctif logiciel pour le Boeing 737 Max
Qui améliorera le système de prévention des décrochages
Ce FAA va-t-il revoir toutes les mises à jours (ou rafistolage) apportées à ce modèle ou seulement ce logiciel?

Une compagnie a déjà annulé toutes ses commandes:
Les passagers de Garuda en Indonésie ont perdu confiance et ont peur de voler sur cet appareil

:source: https://www.courrierinternational.co...e-de-737-max-8
Avatar de omen999
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 25/03/2019 à 14:18
une nouvelle manière de voler et surtout définitive...
Avatar de a028762
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 25/03/2019 à 15:15
Comparer le vol d'un avion civil avec un avion de chasse, faut oser !
Un avion de chasse, c'est un fer à repasser qui va tlé tlé vit !
Avatar de mood8moody
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 25/03/2019 à 15:22
Citation Envoyé par omen999 Voir le message
une nouvelle manière de voler et surtout définitive...
J'avoue l'interieur est beau avec les éclairages bleus au dessus, cela me fait un peu penser à la machine Sarco dans le design mais en mode collectif.
Avatar de R6502
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 26/03/2019 à 9:15
C'est évident que le prix de l'avion est déterminant pour une compagnie mais elle prend aussi en compte les coûts d'exploitation (consommation en carburant, maintenance) et les coûts de formation. Si un constructeur dit qu'il n'y a pas besoin d'envoyer les pilotes x heures en simulateur ça peut effectivement faire pencher la balance...

Par contre il y a un autre point que personne n'évoque: la FAA certifie les avions américains et a autorité sur les USA. L'OACI régente l'aviation au niveau mondial. Le fait qu'un de ses membres (en l’occurrence la FAA) certifie l'avion implique-t-il nécessairement que celui-ci soit autorisé à voler partout dans le monde? Les autorités locales ont-elles la possibilité d'examiner le dossier de certification voire de mettre un véto? Après c'est clair qu'il n'est pas certain qu'un pays tel que l'Ethiopie ait les moyens techniques et financiers pour effectuer ces vérifications. On rappellera quand même que l'avion a été interdit de vol partout dans le monde avant que la FAA ne le fasse donc il y a une marge de manœuvre mais laquelle?
Avatar de andry.aime
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 27/03/2019 à 6:17
Etats-Unis: atterrissage d'urgence d'un Boeing 737 MAX lors d'un convoyage
Peut-être que c'est un simple problème isolé pour l'avion concerné mais ça va faire mal à Boeing. J’espère qu'ils ne vont pas mettre ça sur le dos de Poutine.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/03/2019 à 16:15
Boeing 737 Max. Crash de Lion Air : les pilotes ont appuyé plusieurs fois sur le bon bouton, mais…
C’était le bon bouton, donc. Celui qui est destiné à désactiver le logiciel MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System, Système d’amélioration des caractéristiques de manœuvrabilité), qui force l’avion à plonger vers l’avant. Logiciel qui s’est déclenché sur la foi de fausses informations, laissant à penser que l’avion est en perte de vitesse, qu’il va décrocher et tomber comme une pierre. Pour rattraper la portance, il faut prendre de la vitesse. Donc piquer.

Pourquoi cet interrupteur, activé plus d’une douzaine de fois par les pilotes, est-il resté sans effet ;? Parce que la procédure complète impose trois autres actions, rapportent le New York Times et Business Insider. Ce que les pilotes ignoraient. Ceux de Lion Air, tout comme ceux du vol d’Ethiopian Airlines, lors du crash similaire survenu le 10 mars.

L’enregistrement audio du cockpit indique que, pendant les neuf dernières minutes du vol, avant le crash, le copilote de Lion Air a essayé de trouver la solution dans le manuel d’instruction de l’appareil ;– ;en vain.
Avatar de Fleur en plastique
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 27/03/2019 à 17:03
Voilà, là cela a le mérite d'être clair. C'est l'incompétence des pilotes qui est en cause. Ignorer le fonctionnement n'est pas une excuse (c'est comme ignorer la loi). Ils ont été formés, donc s'ils ne savent pas comment réagir dans une situation, ils sont donc responsables du génocide des passagers. Ils doivent être jugés de manière posthume pour crime contre l'humanité.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/03/2019 à 7:55
Citation Envoyé par Fleur en plastique Voir le message
Ils ont été formés
Je crois que la compagnie n'a pas payé cette formation spécifique. Ou Boeing ne l'a pas proposé, ou quelque chose comme ça.
Mais en gros les pilotes n'avaient jamais vu cette situation.
Citation Envoyé par andry.aime Voir le message
Faux, Boeing savait que la formation était coûteux, et que pour appâter les clients, il disait que ce n'était pas nécessaire. Pour ne pas se montrer coupable, on nous sort: "Boeing jugeait que des formations n'étaient pas nécessaire" (Comme je le disais plus haut).
Ce problème est arrivé à d'autres pilotes qui ont eu réussi à réaliser la manœuvre correctement.

Boeing doit faire des efforts sur la formation et sur le mode d'emploi.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web