IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Salesforce signe un accord définitif pour l'acquisition de Slack,
Une opération majeure dans l'industrie des logiciels de gestion

Le , par Stan Adkens

84PARTAGES

6  0 
Après une semaine de rumeurs qui a entraîné une forte hausse de la valeur de Slack sur le marché boursier, Salesforce, une société de services en ligne qui cible les entreprises, a annoncé mardi qu'elle allait acquérir le service de communication sur le lieu de travail Slack pour 27,7 milliards de dollars. L’accord officialisé par la société de gestion de la relation client, qui a récemment dépassé les 20 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel, est l'une des acquisitions les plus conséquentes de ces dernières années dans le secteur des logiciels de gestion et le plus gros achat jamais réalisé par Salesforce.

Chaque travailleur de chaque entreprise a besoin de communiquer, ce que Slack peut faire avec compétence. De plus, il facilite également la communication externe avec les clients et les partenaires, ce qui devrait être très utile pour une entreprise comme Salesforce et sa gamme d'offres. Si aucune des deux sociétés n'a encore annoncé en détail ce que cet accord signifiera pour les utilisateurs et les clients, un communiqué de presse publié mardi par Salesforce indique que « Slack sera profondément intégré dans chaque "Salesforce Cloud" ».


Le cofondateur et PDG de Salesforce, Marc Benioff, n'a pas mâché ses mots en parlant de l’accord : « Stewart et son équipe ont construit l'une des plateformes les plus appréciées de l'histoire des logiciels d'entreprise, avec un écosystème incroyable autour d'elle », a-t-il déclaré. « C'est un match fait au paradis. Ensemble, Salesforce et Slack façonneront l'avenir des logiciels d'entreprise et transformeront la façon dont chacun travaille dans le monde du travail entièrement numérique, où qu'il se trouve. Je suis ravi d'accueillir Slack au sein de Salesforce Ohana une fois la transaction conclue ».

« Salesforce a lancé la révolution du Cloud, et deux décennies plus tard, nous exploitons toujours toutes les possibilités qu'elle offre pour transformer notre façon de travailler. L'opportunité que nous voyons ensemble est énorme », a déclaré Stewart Butterfield, PDG de Slack. « Comme les logiciels jouent un rôle de plus en plus critique dans la performance de chaque organisation, nous partageons une vision de complexité réduite, de puissance et de flexibilité accrues, et finalement d'un plus grand degré d'alignement et d'agilité organisationnelle. Personnellement, je crois que c'est la combinaison la plus stratégique de l'histoire du logiciel, et j'ai hâte d'y aller ».

Le nouvel accord met Salesforce davantage sur un pied d'égalité - et en concurrence - avec son rival Microsoft, dont le produit Teams a directement défié Slack sur le marché. Microsoft, qui n'a pas pu acheter Slack dans le passé pour une fraction de ce que Salesforce paie aujourd'hui pour Slack, a fait de Teams une priorité essentielle ces derniers trimestres, détestant céder une partie du marché des logiciels d'entreprise à une autre société.

On peut lire dans le communiqué que « les actionnaires de Slack recevront 26,79 dollars en espèces et 0,0776 action ordinaire de Salesforce pour chaque action de Slack, ce qui représente une valeur d'entreprise d'environ 27,7 milliards de dollars sur la base du cours de clôture de l'action ordinaire de Salesforce le 30 novembre 2020 », d’après les termes de l'accord.

Slack était prêt pour une telle acquisition

Slack s'est transformé d'une startup en pleine expansion – créée en 2009 en tant que société de jeux vidéo – en un concurrent majeur de Microsoft avec plus de 12 millions d'utilisateurs actifs quotidiens en septembre de l'année dernière (et probablement beaucoup plus maintenant, bien que la société n'ait pas divulgué de chiffres concrets). La société a commencé principalement comme une alternative au courrier électronique qui s'adressait aux startups, aux sociétés de médias et à d'autres entreprises à la pointe de la technologie pour mieux gérer la communication entre les bureaux.

Mais Butterfield, aussi cocréateur de Flickr, et son équipe ont développé Slack pour en faire une suite complète de productivité avec des fonctions de réunion vidéo, d'hébergement de fichiers, d'administration informatique et toutes sortes d'autres fonctionnalités généralement proposées par les grandes entreprises. Au début de cette année, la société a étendu son partenariat avec IBM pour inclure l'ensemble des 350 000 employés de la société.

Cependant, Slack a également dû faire face à une concurrence féroce non seulement de la part de Microsoft, mais aussi de Facebook (Workplace) et d'autres entreprises qui ont lancé leurs propres versions de plateformes de productivité et de chat de bureau.

En 2020, Slack avait perdu environ 40 % de sa valeur depuis son entrée en bourse. Avant la fuite de l'accord Salesforce, la société ne valait que quelques dollars par action de plus que son prix de référence de cotation directe. Avec des pertes nettes de 147,6 millions de dollars au cours des deux trimestres se terminant le 31 juillet 2020, malgré la montée en flèche du travail à distance due à covid-19, l'évaluation publique peu inspirante de Slack et son chemin sinueux vers la rentabilité, la société était une cible facile pour une prise de contrôle comme celle-ci. La seule surprise ici est le prix.

En effet, l'évaluation actuelle de Slack, selon Yahoo et Google Finance, est d'un peu plus de 25 milliards de dollars, ce qui, étant donné sa très modeste variation de prix en dehors des heures de bureau, signifie que le marché a fixé le prix de la société de manière assez efficace. Mais l'évaluation de Slack sur le marché a fait un bond spectaculaire depuis que les rumeurs d'acquisition ont éclaté ; début novembre, les actions de la société étaient évaluées à seulement 24,10 dollars. Après la clôture du marché mardi, les actions ont atteint 43,84 dollars.

Quant à Salesforce, également un concurrent majeur de Microsoft, mais dans le secteur du Cloud Computing, il vaut près de 220 milliards de dollars et est devenu l'une des plus grandes sociétés de logiciels de la planète, grâce à son logiciel de gestion de la relation client qui aide les entreprises à gérer leurs ventes en ligne. Tant Salesforce que Slack n'ont fait que gagner en vitalité pendant la pandémie de coronavirus, car les entreprises du monde entier se sont miss au travail à distance et ont déplacé une grande partie de leurs activités en ligne.

Une acquisition qui renforce le portefeuille de services de Salesforce

Les avantages mutuels pour Slack et Salesforce en tant qu'entreprises sont évidents. Salesforce est en concurrence féroce avec Microsoft pour gagner les entreprises qui sont sur le marché des services et des produits basés sur le Cloud. Microsoft dirige sans doute le concurrent le plus important de Slack, Microsoft Teams, mais Salesforce n'a pas réussi à égaler ni Slack ni Teams avec une offre équivalente.

Cette combinaison promet de remédier à l’une des plus grandes faiblesses relatives de Slack dans sa concurrence avec son plus grand rival, Microsoft Teams. La technologie de collaboration de la société de Redmond bénéficie des relations existantes de Microsoft avec les grandes entreprises et organisations qui utilisent Windows, Azure, Office et Dynamics, à tel point que Slack allègue que Microsoft exploite injustement sa position sur le marché pour donner à Teams un avantage indu.

Ce qui a vraiment distingué Slack du lot, du moins au début, c'est sa capacité à s'intégrer à d'autres logiciels d'entreprise. En combinant cela avec des bots, ces assistants numériques intelligents, la société pourrait potentiellement fournir aux clients de Salesforce un lieu de travail central sans changer d'orientation, car tout ce dont ils ont besoin peut être fait dans Slack. L'acquisition de la société renforce ainsi le portefeuille de services de Salesforce, qui tente de conclure des accords avec des entreprises qui feraient de Salesforce un guichet unique pour ces entreprises.

« En tant que nouvelle interface pour Salesforce Customer 360, Slack transformera la façon dont les gens communiquent, collaborent et agissent sur les informations des clients à travers Salesforce ainsi que sur les informations provenant de toutes leurs autres applications et systèmes commerciaux pour être plus productifs, prendre des décisions plus intelligentes et plus rapides et créer des expériences clients connectées », lit-on dans l'annonce de Salesforce.

L'accord d'aujourd'hui intervient après l'achat de Quip par Salesforce en 2016 pour 750 millions de dollars. Quip a apporté au géant du SaaS un moyen de partager socialement des documents, et lorsqu'il est associé à l'acquisition de Slack, il donne à Salesforce un outil beaucoup plus solide que son option interne Chatter, une première tentative d'entreprise sociale qui n'a jamais vraiment pris.

Cependant, bien que Salesforce et Slack aient signé un accord de fusion définitif, l'opération n'est pas définitive. « La transaction devrait être conclue au cours du deuxième trimestre de l'exercice fiscal 2022 de Salesforce, sous réserve de l'approbation des actionnaires de Slack, de l'obtention des autorisations réglementaires requises et des autres conditions de clôture habituelles », a déclaré le communiqué de Salesforce. Le deuxième trimestre de l'année fiscale 2022 de Salesforce se terminera le 31 juillet 2021.

Source : Communiqué de presse

Et vous ?

Que pensez-vous du rachat de Slack par Salesforce ?
L’intégration de Slack dans Salesforce ouvre-t-elle la voie à la société pour prendre des parts de marché de Microsoft Teams et d’autres concurrents ?

Voir aussi :

Salesforce est en pourparlers pour racheter Slack, une annonce qui a fait grimper l'action de Slack d'environ 38 %, un accord pourrait être annoncé dès la semaine prochaine
Le rachat de Slack par Salesforce pourrait être annoncé ce mardi, un accord qui associerait deux féroces rivaux de Microsoft
Slack bat des records d'utilisation et atteint les 12 millions d'utilisateurs actifs par jour à cause du COVID-19, et la demande pour le travail à distance continue d'augmenter
Microsoft sous pression pour améliorer la vidéo de Teams afin d'empêcher les clients de basculer vers Zoom, la vue 2×2 actuelle ne convenant plus alors que le nombre de réunions en ligne augmente

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !