IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Salesforce est en pourparlers pour racheter Slack, une annonce qui a fait grimper l'action de Slack d'environ 38 %,
Un accord pourrait être annoncé dès la semaine prochaine

Le , par Bill Fassinou

127PARTAGES

6  0 
Slack a eu un mauvais parcours depuis son introduction en bourse l'année dernière, six ans après sa création en 2013. Mais les choses pourraient s'arranger si la société venait à être effectivement rachetée par Salesforce, car le prix de son action a fait un bond de près de 38 % à la clôture mercredi, après que le Wall Street Journal (WSJ) a annoncé que la société a été approchée par Salesforce en vue d'un rachat. Toutefois, les investisseurs semblaient peu impressionnés par cette acquisition, car l'action de Salesforce a chuté d'environ 3,5 % à la suite de l'annonce et 5 % à la clôture.

Salesforce pourrait sauver Slack face à la concurrence agressive de Microsoft Teams

Slack, détenue par Slack Technologies Limited, est un service de communication et de collaboration d’entreprise qui permet la messagerie individuelle, ainsi que les discussions de groupe et les salles plus structurées où les utilisateurs peuvent se joindre ou être invités à chatter. Il fournit de nombreuses fonctionnalités qui lui ont permis d’être populaire auprès de plusieurs clients gratuits et il compte plus de trois millions de clients payants. Le service Slack se décline plusieurs versions : la version gratuite permet aux utilisateurs de rechercher un nombre limité de messages.

Les versions payantes, tarifées par utilisateur, offrent une recherche illimitée, des appels de groupe et certains avantages en matière de sécurité. Enfin, les grandes entreprises, les ministères ou d'autres organisations peuvent opter pour une version d'entreprise dédiée, qui est conçue pour regrouper plusieurs espaces de travail Slack. Cependant, avec l'introduction de Teams par Microsoft en 2017, Slack a subi le feu de Microsoft au cours des derniers trimestres, alors que le géant du logiciel basé à Redmond a versé des ressources dans son service concurrent Teams.

Teams remet en effet en question l'outil de chat de Slack et les fonctionnalités vidéo de Zoom et a connu une énorme croissance de sa clientèle au cours des derniers trimestres. En juillet dernier, Slack a même porté plainte contre Microsoft auprès de Bruxelles pour pratiques anticoncurrentielles, l'accusant d'avoir illégalement lié son produit Teams à sa suite Office pour éliminer ses concurrents. Avant ça, en mai, le PDG de Slack, Stewart Butterfield, a accusé Microsoft d'user de pratiques malsaines : « Microsoft a peut-être la préoccupation malsaine de chercher à nous tuer, et Teams est le véhicule pour le faire ».

Ainsi, les analystes estiment que trouver à Slack un siège social parmi les plus grands acteurs technologiques pourrait garantir que Microsoft n'écrase pas Slack sous la majeure partie de son léviathan de vente de logiciels d'entreprise. De même, Salesforce, parfois allié de Microsoft, ne verrait pas un inconvénient à ajouter Slack, qui connaît une croissance plus rapide dernièrement, à ses propres revenus logiciels en expansion. À ce stade, la question se résume au prix. Les investisseurs de Slack ne voudront pas vendre à un prix inférieur à une bonne prime sur le prix par action avant l'introduction en bourse, qui semble maintenant plutôt dépassé.


La transaction ne serait pas uniquement profitable à Slack, qui semble n'avoir plus de cartes à jouer pour faire face à l'agressivité de Microsoft Teams, elle devrait l'être également pour le géant des logiciels SaaS, Salesforce. « Ce serait un changement de cap pour Benioff & Co. qui pourrait renforcer son moteur de collaboration et l'empreinte de ses produits, alors que les dépenses liées au cloud computing s'accroissent dans toute l'entreprise », a déclaré Dan Ives de Wedbush Securities, une société privée de services financiers et d'investissement, basée à Los Angeles, à CNBC, en référence au PDG de Salesforce, Marc Benioff.

Quels avantages Salesforce pourrait-il tirer de l'acquisition de Slack ?

En effet, Salesforce, le leader mondial des outils de relation client, s'est lancé dans une série d'acquisitions, profitant de l'augmentation de sa capitalisation boursière ces dernières années pour racheter des entreprises en pleine croissance. Elle a acquis MuleSoft, une société de logiciels basée à San Francisco qui fournit des logiciels d'intégration pour connecter des applications, des données et des appareils, pour 6,5 milliards de dollars en 2018. Cela représentait la plus grosse opération jamais réalisée par la société à l'époque, pour aider à connecter les applications dans le cloud.

L'année suivante, elle a dépensé plus du double de ce montant, soit 15,3 milliards de dollars, pour racheter Tableau Software, une société de visualisation de données. Pour cette fois, l'on ne sait pas encore combien vaudra l'opération. La capitalisation boursière de Slack a augmenté à plus de 20 milliards de dollars à la suite du rapport initial du WSJ. Toutefois, ce qui est certain, c'est que le montant de l'acquisition de Slack dépassera, peut-être largement, celui de Tableau Software et deviendrait ainsi la plus importante acquisition de Salesforce à ce jour si les entreprises vont jusqu'au bout.

Selon les experts, la raison pour laquelle Salesforce, une énorme société de logiciels avec une forte position sur le marché du CRM, et qui aspire à devenir un acteur encore plus important de la plateforme, voudrait acheter Slack n'est pas immédiatement claire, bien qu'il y ait des avantages possibles. Il y a notamment la possibilité de vendre les produits des deux sociétés à la clientèle de l'autre, ce qui pourrait permettre aux deux parties de se développer. Slack détient une large part de marché au sein de startups à croissance rapide, par exemple, tandis que les produits de Salesforce se trouvent dans une multitude de mégacorps.

Par ailleurs, alors que Salesforce a racheté Quip pour 750 millions de dollars en 2016, ce qui lui a permis de bénéficier une suite d'outils et de logiciels de productivité de type cloud computing et de groupware, Salesforce Chatter a été le seul outil social de l'arsenal de l'entreprise. L'achat de Slack donnerait au géant de la gestion de la relation client une solide base de discussion et probablement beaucoup de synergie entre les clients et les outils. Cela dit, Slack n'a pas toujours été qu'un simple client de chat, ses cas d'utilisation peuvent être étendus.

Par exemple, Slack permet, entre autres, aux entreprises d'intégrer des flux de travail, et cela s'intégrerait bien dans la famille de produits Salesforce, qui couvre les ventes, le service, le marketing et bien d'autres choses encore. En outre, il permettrait également aux entreprises de travailler à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de l'écosystème Salesforce, en créant des flux de travail fluides et intégrés. Bien qu'il soit théoriquement possible de le faire maintenant, si les deux étaient combinés, il est certain que les intégrations seraient beaucoup plus étroites.

De plus, Holger Mueller, un analyste de Constellation Research, affirme que cela donnerait à Salesforce une source de revenus difficile à trouver, ce qu'elle recherche constamment pour maintenir son moteur de revenus. « Slack pourrait être un bon candidat pour renforcer sa plateforme, mais surtout pour accroître l'utilisation et la "viscosité" des produits Salesforce, car la collaboration n'est pas seulement importante pour le CRM, mais aussi pour la plateforme "work.com" en pleine expansion du fournisseur », a déclaré Holger Mueller. Il a ajouté que ce serait une façon de rivaliser avec Microsoft, qui est devenu un ami et un ennemi.

Les avantages paraissent évidents, mais les investisseurs semblent septiques

Les experts s'accordent à dire que Salesforce pourrait faire de l'ombre à Teams s'il venait à racheter Slack. En fait, Microsoft est déjà en concurrence avec Salesforce pour les logiciels de suivi des clients. En 2016, TechCrunch a indiqué que Microsoft envisageait de racheter Slack pour un montant pouvant atteindre 8 milliards de dollars, mais aucun accord n'a été conclu. Plus tard dans l'année, Microsoft a lancé l'application de communication Teams et, depuis 2017, s'est lancé dans une concurrence sans précédent avec Slack.

« Notre principal concurrent est actuellement Microsoft Corporation », a déclaré Slack lorsqu'il a cherché à devenir une société publique en 2019. Microsoft a une large base de clients qu'elle a pu convertir en Teams, et Salesforce pourrait donner à Slack un avantage similaire. Slack a déclaré pour la dernière fois en octobre 2019 qu'il comptait plus de 12 millions d'utilisateurs actifs par jour. En octobre, Microsoft a annoncé que Teams avait enregistré 115 millions d'utilisateurs actifs par jour, ce qui est un record lorsqu'on s'aperçoit que Teams n'a que 3 ans.

Au sujet d'u possible de rachat de Slack, les porte-paroles de Salesforce et de Slack n'étaient pas immédiatement disponibles pour commenter. Toutefois, dans la journée d'hier les actions des deux sociétés ont connu des variations, positivement pour l'un et négativement pour l'autre. Depuis l'article du WSJ, les actions de Slack ont grimpé d'un peu moins de 25 % dans l'après-midi du mercredi et de 38 % à la clôture. Aux alentours de 18h hier, Slack valait 36,95 dollars par action, ce qui la valorisait à environ 20,8 milliards de dollars.

La célèbre ancienne licorne ne valait pas plus de 15,10 dollars par action l'année dernière et sa valeur a atteint désormais 40,07 dollars. À l'inverse, les actions de Salesforce se négociaient à la baisse dans les médias hier dans l'après-midi, avec une chute d'environ 3,5 %. Selon les experts, les investisseurs du pionnier du SaaS basé à San Francisco n'ont pas été impressionnés par l'idée de la fusion avec Slack, ou bien se sont inquiétés du prix qui devrait être exigé pour l'introduction en bourse de 2019. Enfin, selon un rapport de CNBC, les actions de Microsoft ont également légèrement baissé dans la journée d'hier.

Source : The Wall Street Journal

Et vous ?

Que pensez-vous de l'acquisition de Slack par Salesforce ?
Selon vous, quels changements cette acquisition pourrait-elle apporter à Slack ?
Salesforce a-t-il fait un bon choix en misant sur Slack pour consolider et renforcer sa position ?

Voir aussi

Slack permet aux clients payants de contrôler leurs clés de chiffrement en version entreprise, avec la possibilité de les révoquer en cas de besoin

Slack affiche un ralentissement de ses ventes trimestrielles, les actions des entreprises ont chuté de 16 % dans le domaine du commerce élargi

Slack porte plainte contre Microsoft auprès de Bruxelles pour pratiques anticoncurrentielles, l'accusant d'avoir illégalement lié son produit Teams à sa suite Office pour éliminer ses concurrents

Slack bat des records d'utilisation et atteint les 12 millions d'utilisateurs actifs par jour à cause du COVID-19 et la demande pour le travail à distance continue d'augmenter

Les actions de Slack plongent après qu'il ait prédit une perte plus importante. Toutefois, le PDG a déclaré qu'il faudrait du temps pour que le marché comprenne son entreprise

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de eikofee
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 26/11/2020 à 12:24
2019 : « Notre principal concurrent est actuellement Microsoft Corporation »

Mai 2020 : Le PDG de Slack, Stewart Butterfield, a déclaré plus tôt ce mois-ci que Microsoft Teams n'était pas un concurrent de Slack. Dans un entretien, Butterfield a révélé qu’au sein de sa structure, la société estime que « Microsoft a peut-être la préoccupation malsaine de chercher à nous tuer, et Teams est le véhicule pour le faire ».

Juillet 2020 : Slack porte plainte contre Microsoft auprès de Bruxelles pour pratiques anticoncurrentielles

'va falloir se décider un moment ou un autre.

Par rapport à l'acquisition, si ça peut les faire bouger et innover plutôt que jouer les victimes, ça peut être une bonne chose.
1  0 
Avatar de Jeff_67
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 26/11/2020 à 13:47
Je n'ai jamais bien compris l'intérêt de Slack. Je n'utilise pas non plus les fonctions avancées de Teams. La seule chose qui m'intéresse dans ce logiciel, c'est de pouvoir organiser des conf calls sans que ses interlocuteurs n'aient besoin d'autre chose qu'un navigateur récent sur leur poste.
0  0 
Avatar de Digi07
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 26/11/2020 à 13:52
Salesforce now a days are more in demand as compare to the other tech things. Now a days looking for the institute who deal in providing the training in Sales force and Good placement.
0  1