IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le gouvernement indien bloque 43 applications mobiles chinoises, y compris AliExpress,
Pour s'être livrées à des activités préjudiciables à l'ordre public et à la souveraineté du pays

Le , par Stan Adkens

224PARTAGES

6  0 
Mardi, Alibaba Workbench, AliExpress, Alipay Cashier, CamCard, WeDate et 38 autres applications mobiles chinoises ont vu leur accès en Inde bloquer par les autorités du pays, pour avoir porté atteinte à la souveraineté, l'intégrité et la défense de la nation. C’est la troisième campagne du pays contre les applications mobiles développées par des entreprises chinoises cette année. Les décisions de blocage sont prises en vertu de la section 69A de la loi sur les technologies de l'information. La première vague de bannissement concernait, entre autres, l’application populaire de partage de vidéos TikTok.

Le ministère indien de l'Electronique et des Technologies de l'information (MEITY) a émis un ordre de blocage de l'accès à ces applications par les utilisateurs en Inde, sur la base des rapports détaillés reçus du Centre indien de coordination de la cybercriminalité du ministère de l'Intérieur (MHA), selon un communiqué officiel publié mardi. Les 43 applications mobiles concernées auraient toutes des liens avec la Chine. Voici, ci-dessous, ce que dit le communiqué du gouvernement :

« Le ministère de l'Electronique et des Technologies de l'information du gouvernement indien a publié aujourd'hui un décret en vertu de la section 69A de la loi sur les technologies de l'information bloquant l'accès à 43 applications mobiles. Cette mesure a été prise sur la base des données relatives à ces applications qui les s'engagent dans des activités préjudiciables à la souveraineté et à l'intégrité de l'Inde, à la défense de l'Inde, à la sécurité de l'État et à l'ordre public », lit-on.


En parlant de l'interdiction, Akash Karmakar, un associé du cabinet d'avocats à New Delhi, Panag & Babu, a déclaré : « Bien que le MEITY ait invoqué ses pouvoirs pour bloquer ces applications pour les mêmes raisons que celles mentionnées précédemment (souveraineté et intégrité de l'Inde, défense de l'Inde, sécurité de l'État et ordre public), ces termes peuvent être interprétés de manière large. L'absence de paramètres bien définis, par opposition à une définition élastique, pourrait nuire à la crédibilité de l'Inde en tant que destination d'investissement pour les entreprises technologiques étrangères, d'une manière similaire à la façon dont la définition vague de "l'ordre public" a été utilisée précédemment pour résister à l'exécution des sentences arbitrales étrangères. Le MHA définissant ses attentes et le MEITY conduisant les procédures en cours contre les applications interdites de manière transparente et limitée dans le temps pourraient aider à éviter une telle perception négative sur la facilité de faire des affaires en Inde ».

Pour Kazim Rizvi, directeur fondateur de The Dialogue, « Il est crucial de légiférer sur une loi solide de protection des données et une stratégie nationale de cybersécurité actualisée pour relever les nouveaux défis présentés par un voisin technologiquement avancé. Il est tout aussi important de suivre la procédure en vigueur tout en réglementant les applications qui ont un impact sur la vie privée des utilisateurs et la sécurité nationale », a-t-il déclaré.

La liste complète des applications interdites se trouve ci-dessous :

  1. AliSuppliers Mobile App
  2. Alibaba Workbench
  3. AliExpress - Smarter Shopping, Better Living
  4. Alipay Cashier
  5. Lalamove India - Delivery App
  6. Drive with Lalamove India
  7. Snack Video
  8. CamCard - Business Card Reader
  9. CamCard - BCR (Western)
  10. Soul- Follow the soul to find you
  11. Chinese Social - Free Online Dating Video App & Chat
  12. Date in Asia - Dating & Chat For Asian Singles
  13. We Date-Dating App
  14. Free dating app- Singol, start your date!
  15. Adore App
  16. TrulyChinese - Chinese Dating App
  17. TrulyAsian - Asian Dating App
  18. ChinaLove: dating app for Chinese singles
  19. DateMyAge: Chat, Meet, Date Mature Singles Online
  20. AsianDate: find Asian singles
  21. FlirtWish: chat with singles
  22. Guys Only Dating: Gay Chat
  23. Tubit: Live Streams
  24. We Work China
  25. First Love Live- super hot live beauties live online
  26. Rela - Lesbian Social Network
  27. Cashier Wallet
  28. MangoTV
  29. MGTV- HunanTV official TV APP
  30. WeTV - TV version
  31. WeTV - Cdrama, Kdrama&More
  32. WeTV Lite
  33. Lucky Live- Live Video Streaming App
  34. Taobao Live
  35. DingTalk
  36. Identity V
  37. Isoland 2: Ashes of Time
  38. BoxStar (Early Access)
  39. Heroes Evolved
  40. Happy Fish
  41. Jellipop Match- Decorate your dream island!
  42. Munchkin Match: magic home building
  43. Conquista Online II

L’interdiction de certaines applications serait-elle un geste stratégique pour stimuler l'écosystème des applications indiennes ?

Le 29 juin dernier, le gouvernement avait déjà interdit 59 applications mobiles, dont l’application populaire de partage de vidéo développée par l'entreprise chinoise ByteDance, et le 2 septembre, 118 autres applications, dont le jeu d'action populaire PUGB, ont été interdites en vertu de l'article 69A de la loi sur les technologies de l'information.

Dans sa déclaration de mardi, on peut lire que « Le gouvernement s'est engagé à protéger les intérêts des citoyens ainsi que la souveraineté et l'intégrité de l'Inde sur tous les fronts et il prendra toutes les mesures possibles pour y parvenir ».

Cette fois, le populaire site chinois de commerce électronique AliExpress a été l'un des rares à ne pas avoir échappé à la dernière prise du gouvernement indien. C'est un coup dur pour le groupe AliBaba de Jack Ma, qui est déjà en proie à une controverse après que la Chine a interrompu, au début du mois, l'introduction en bourse de Ant Group, une autre société dont il est l'actionnaire majoritaire.


« L'interdiction des applications chinoises a fait prendre conscience des menaces cachées qui se présentent lorsque des données sont partagées et téléchargées par un hôte étranger, car les applications locales garantissent la sécurité de l'information et assurent une meilleure protection des clients que ces applications chinoises. Pendant plusieurs années, le marché indien a été dominé par les applications chinoises. Ces entreprises aux poches bien garnies dépensaient de manière extravagante pour des activités de marketing auxquelles les startups technologiques indiennes ne pouvaient pas faire face », a expliqué Kapil Jain, fondateur et directeur général de Graphitto Labs.

Selon une publication indienne Business Today, l'interdiction des applications chinoises au cours des derniers mois a entraîné une augmentation soudaine du nombre d'applications produites en Inde. La décision du gouvernement indien d'interdire certaines applications populaires est considérée comme un geste stratégique pour stimuler l'écosystème des applications indiennes, selon la publication. Pour elle, l'interdiction a ouvert de formidables opportunités pour les applications et l'écosystème des jeux indiens, leur permettant d'aligner leurs activités sur la stratégie "Atmanirbhar Bharat" du gouvernement.

« De telles mesures donneront à l'Inde une longueur d'avance pour devenir une économie Atmanirbhar et finiront par être utiles aux hommes d'affaires indiens du secteur technologique. L'interdiction de l'AliExpress de Jack Ma est un coup majeur porté à l'aspiration chinoise d'exploiter le marché indien du commerce électronique et d'offrir simultanément aux entreprises indiennes de commerce électronique de meilleures applications et des offres compétitives », a ajouté Jain.

Selon le site d'information indien Firstpost, Aditya Narang - cofondateur et directeur général de SafeHouse Technologies, une société de cybersécurité, - a soutenu l'interdiction en déclarant :

« Avec l'interdiction de 43 applications supplémentaires, le gouvernement a prouvé une fois de plus que la sécurité et l'hygiène dans l'écosystème indien des smartphones et des applications doivent être maintenues. Le plus grand problème de sécurité est que beaucoup d'applications sur vos smartphones collectent des quantités massives de données qui n'ont rien à voir avec le service qu'elles fournissent. Il faut plusieurs autorisations de sécurité et d'intrusion que l'utilisateur ne comprend pas, mais finit par accepter. Comme la menace qui pèse sur la sécurité des données des utilisateurs augmente, ces derniers doivent s'assurer que leurs téléphones portables sont protégés, sécurisés et chiffrés ».

Source : Gouvernement indien

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
L’Inde a bloqué les applications pour avoir porté atteinte à la souveraineté, l'intégrité et la défense de la nation. Quel est votre avis sur cet argument des autorités indiennes ?
Pensez-vous que l’Inde bannit certaines applications comme un geste stratégique pour stimuler l'écosystème des applications locales ?

Voir aussi :

L'Inde prévoit de lancer son propre app store comme alternative à Google, Apple et Now, le magasin ne facturerait pas les frais de 30 % pour héberger des applications contrairement à Google ou Apple
L'Inde bannit plus de 100 applications développées par des entreprises chinoises parmi lesquelles PUBG et WeChat, après avoir banni TikTok et 58 autres applications chinoises
L'Inde décide de bloquer TikTok ainsi que 58 autres applications chinoises, évoquant un comportement malveillant quant à la collecte des données de ses citoyens
TikTok ordonne aux modérateurs de supprimer les publications des gens laids ou pauvres, selon des documents internes de l'entreprise

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de epsilon68
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/11/2020 à 1:06
... pendant ce temps en Europe ...
1  1