Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Waymo tire le rideau sur plus de 9,8 millions de km de données des voitures autonomes à Phoenix,
47 collisions et quasi-collisions pendant 21 mois, dont aucun n'a fait de blessés graves

Le , par Stan Adkens

109PARTAGES

5  0 
Alors que Waymo, l'unité de conduite autonome d'Alphabet, a annoncé en début octobre qu'elle allait ouvrir ses véhicules entièrement sans conducteur à tous les clients de son service de covoiturage à Phoenix, en Arizona, la société a publié récemment un rapport qui donne les détails de ses opérations réelles. En autres informations publiées, Waymo a déclaré avoir été impliqué dans 18 accidents et 29 quasi-accidents en 2019 et au cours des neuf premiers mois de 2020.

La plupart des sociétés de véhicules autonomes ont l’habitude de garder le contrôle sur les données mesurables et ne font que démontrer leur technologie au public dans les conditions les plus contrôlées. Mais dans deux articles publiés par Waymo, l'entreprise montre son travail. Les collisions rapportées par la société comprenaient des chocs arrière, des glissades de véhicules, et même un incident où un véhicule de Waymo a été percuté par une autre voiture à une intersection à près de 64 km/h. Selon l’entreprise, personne n'avait été gravement blessé et que « presque toutes » les collisions étaient dues aux autres conducteurs.


Waymo affirme que son intention est de gagner la confiance du public de la technologie des véhicules autonomes, mais ces articles servent également de défi aux autres concurrents du secteur.

« C'est une étape majeure, nous pensons, en matière de transparence », a déclaré Matthew Schwall, responsable de la sécurité sur le terrain chez Waymo, lors d'un briefing avec les journalistes mercredi dernier. Waymo affirme que c'est la première fois qu'une entreprise automobile autonome publie un aperçu détaillé de ses méthodologies de sécurité, y compris les données sur les accidents de véhicules, lorsqu'elles ne sont pas requises par une entité gouvernementale. « Notre objectif est de relancer un dialogue avec l'industrie sur la manière dont la sécurité est évaluée pour ces technologies », a déclaré Schwall.

Les données de Waymo représentent « plus de 500 ans de conduite pour le conducteur américain moyen titulaire d'un permis »

L’un des documents de Waymo fournit des informations détaillées sur les opérations de conduite autonome de la société à Phoenix, y compris le nombre de kilomètres parcourus et le nombre d'« événements de contact » que les véhicules de Waymo ont eu avec d'autres usagers de la route.

Selon le rapport, les données relatives aux essais routiers publics couvrent les opérations d'autopilotage de Waymo à Phoenix de janvier 2019 à septembre 2020. La société compte environ 600 véhicules dans sa flotte. Plus de 300 véhicules circulent dans une zone de service d'environ 161 kilomètres carrés qui comprend les villes de Chandler, Gilbert, Mesa et Tempe - bien que ses voitures entièrement sans conducteur soient limitées à une zone qui n'est que de la moitié de cette taille.

Waymo dit qu’entre janvier et décembre 2019, ses véhicules autonomes avec des conducteurs formés à la sécurité ont parcouru 9,8 millions de kilomètres. De plus, de janvier 2019 à septembre 2020, ses véhicules entièrement sans conducteur ont parcouru 104 607 kilomètres. Dans l'ensemble, la société affirme que cela représente « plus de 500 ans de conduite pour le conducteur américain moyen titulaire d'un permis », citant une étude de 2017 sur les tendances en matière de déplacements réalisée par l'Administration fédérale des autoroutes.

Sur les 47 collisions, dix-huit se sont produits dans la vie réelle, tandis que 29 étaient en simulation. « Presque toutes » ces collisions étaient la faute d'un conducteur humain ou d'un piéton, dit Waymo. L'entreprise affirme qu'elle compte également les événements dans lesquels ses conducteurs formés à la sécurité prennent le contrôle du véhicule pour éviter une collision.

Selon le rapport, les ingénieurs de Waymo simulent ensuite ce qui se serait passé si le conducteur n'avait pas désactivé le système de conduite autonome du véhicule afin de générer un scénario contre-factuel, ou « et si ». L'entreprise utilise ces événements, selon les documents, pour examiner comment le véhicule aurait réagi et utilise ensuite ces données pour améliorer son logiciel de conduite autonome. Waymo fait savoir que ces simulations contre-factuelles peuvent être « nettement plus réalistes » que les événements simulés qui sont générés « synthétiquement ».

Selon Waymo, la majorité de ses collisions ont été extrêmement mineures et à faible vitesse. Mais l'entreprise a mis en évidence huit incidents qu'elle considère comme « les plus graves ou potentiellement graves ». Trois de ces collisions se sont produites dans la réalité et cinq seulement en simulation. Des airbags ont été déployés dans les huit incidents. Dans le document, Waymo décrit comment les « violations du code de la route » des autres conducteurs ont contribué à chacune des huit collisions « graves ».


Cette utilisation de ces scénarios simulés distingue Waymo des autres opérateurs de voiture autonomes, a déclaré Daniel McGehee, directeur du National Advanced Driving Simulator Laboratories de l'Université de l'Iowa. C'est parce qu'il permet à Waymo d'approfondir toute une série de questions qui peuvent contribuer à un accident, telles que la fiabilité des capteurs ou l'interprétation d'images particulières par le logiciel de perception du véhicule. « Ils vont vraiment au-delà des données habituelles », a déclaré McGehee dans une interview. « Et c'est très nouveau et très unique ».

Le type d'accident le plus courant impliquant les véhicules de Waymo était les collisions par l'arrière, selon le document. Waymo a déclaré avoir été impliqué dans 14 accrochages réels et deux simulés, et dans tous les cas sauf un, c'est l'autre véhicule qui a fait l'accrochage arrière. Les véhicules de Waymo conduisent souvent avec une prudence excessive ou d'une manière qui peut contrarier un conducteur humain - ce qui peut entraîner des accrochages. Mais Waymo affirme que ses véhicules ne sont pas plus souvent percutés par l'arrière que le conducteur moyen. « Nous n'aimons pas les collisions par l’arrière », a déclaré Schwall. « Et nous cherchons toujours des moyens de réduire les chocs arrière ».

Selon le rapport, le seul accident impliquant un véhicule Waymo entièrement dépourvu de conducteur, sans conducteur de sécurité au volant, a également été un accident avec choc arrière. Le véhicule Waymo ralentissait pour s'arrêter à un feu rouge lorsqu'il a été percuté par un autre véhicule roulant à 45 km/h.

La sécurité des véhicules au centre de l’attention de Waymo

Dans le second document, Waymo a décrit une approche à plusieurs niveaux qui définit l'approche de la société en matière de sécurité en trois couches : le matériel, y compris le véhicule lui-même, la suite de capteurs, le système de direction et de freinage, et la plateforme informatique ; la couche comportementale du système de conduite autonome, qui consiste à éviter les collisions avec d'autres voitures, à effectuer des trajets en toute autonomie et à respecter le code de la route ; enfin les opérations, comme l'exploitation du parc automobile, la gestion des risques et un programme de sécurité sur le terrain pour résoudre les problèmes de sécurité potentiels.

La sécurité des véhicules à moteur a fait l'objet d'une attention particulière après le premier accident mortel en mars 2018, lorsqu'un véhicule Uber a heurté et tué un piéton à Tempe, en Arizona. À l'époque, le PDG de Waymo, John Krafcik, avait déclaré que les véhicules de son entreprise auraient évité cette collision mortelle.

Étant donné que la grande majorité des voitures sur les routes aujourd'hui sont contrôlées par des humains, dont beaucoup sont de mauvais conducteurs, les véhicules de Waymo continueront à être impliqués dans de nombreux autres accidents. « La fréquence des événements difficiles qui ont été induits par les comportements imprudents des autres conducteurs rappelle clairement les défis à relever pour éviter les collisions, tant que les véhicules autonomes partagent les routes avec des conducteurs humains », a déclaré Waymo dans son document.


Il n'existe pas d'approche standard pour l’heure pour évaluer la sécurité des véhicules autonomes. Une étude récente de RAND a conclu qu'en l'absence d'un cadre, les clients sont plus susceptibles de faire confiance au gouvernement - même si les régulateurs américains semblent se contenter de laisser le secteur privé dicter ce qui est sûr. Dans ce vide, Waymo espère qu'en publiant ces données, les décideurs politiques, les chercheurs et même d'autres entreprises pourront commencer à s'atteler à la tâche d'élaborer un cadre universel.

De nombreux concurrents de Waymo, dont Argo, Aurora, Cruise, Zoox, Nuro et bien d'autres, publient des articles de blog détaillant leur approche de la sécurité, soumettent des données à la Californie dans le cadre du programme de tests de l'État, mais ils ne vont pas plus loin. Avec ces publications, Waymo lance un défi au reste de l'industrie de véhicules autonomes, a déclaré McGehee de l'Université de l'Iowa.

« Je pense que cela va beaucoup contribuer à forcer les autres sociétés de conduite autonome à révéler ce genre de données à l'avenir », a-t-il déclaré, « de sorte que lorsque les choses tournent mal, elles fournissent un cadre de données qui est disponible au public ».

Le PDG de Tesla, Elon Musk, a récemment qualifié l'approche de Waymo en matière de conduite autonome « d'impressionnante, mais une solution hautement spécialisée ». La semaine dernière, sa société a publié une mise à jour bêta de la version de son logiciel appelée "Conduite autonome complète" à l'intention d'un groupe de clients sélectionnés. Elon Musk a affirmé qu'il était capable de conduire sans intervention humaine, mais quelques heures après la sortie de la mise à jour, des vidéos ont fait surface de la part des clients Tesla faisant des manœuvres pour, entre autres, éviter les voitures garées. Cependant la réaction de certains conducteurs montre que Tesla semble avoir fait un grand pas vers la conduite "entièrement" autonome.

Sources : Waymo (1 & 2)

Et vous ?

Que pensez-vous du travail accompli par Waymo ?
Pensez-vous que Waymo est plus proche de la conduite "entièrement" autonome que Tesla ?

Voir aussi :

Tesla lance en version bêta le mode Full self-driving, la réaction des conducteurs montre que Tesla semble avoir fait un grand pas vers la conduite "entièrement" autonome
Waymo lance son premier service commercial de voiture sans conducteur le mois prochain, marquant un grand pas en avant pour les voitures autonomes
Waymo ouvre son service de voiture entièrement sans conducteur au grand public dans la région de Phoenix en Arizona, dans un rayon d'environ 129 kilomètres carrés
Consumer Reports : le Super Cruise de Cadillac surpasse l'Autopilot de Tesla, des concurrents se rapprochent davantage des performances de l'Autopilot

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de jackk
Membre averti https://www.developpez.com
Le 03/11/2020 à 21:13
Il est bizarre ce titre.
"Tirer le rideau" sur quelque chose signifie cacher ce quelque chose, alors que j'ai l'impression que l'article montre le contraire, non?
5  0 
Avatar de DelphiManiac
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 04/11/2020 à 0:36
Oui il est bizarre, mais :

Tirez le rideau, c'est stopper quelque chose (comme au théâtre, à la fin, on tire le rideau).

Là, ca serais plutôt : levez le rideau : dévoiler quelque chose
4  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 03/11/2020 à 16:34
47 incidents pour 9.8M de kilomètre ca fait un incident pour 208K kilomètres. J'ai quasi exactement le même ratio avec 2 incidents non responsable en ~400K conduits.

Il serait intéressant d'avoir un ratio nombre de kilomètre/incident responsables pour voir si la conduite autonome fait mieux que l'humain moyen.

Le type d'accident le plus courant impliquant les véhicules de Waymo était les collisions par l'arrière
Ca c'est très clairement que le comportement des véhicules n'est pas forcément adapté à celui des humains qui l'entour.

J'ai pu tester une voiture avec pas mal d'aide du type maintien dans les lignes , maintien de distance ,freinage automatique , etc ... Et à chaque fois j'étais surpris par les comportements en grande partie car la voiture réagie à un événement mais ne s'adapte pas à la situation globale.
L'exemple le plus concret que j'ai eu : Plusieurs voitures devant moi , ca freine , je lève le pied. La file de voiture commence à repartir.

Sans aide , j'aurais laisser la voiture glisser sachant que ma simple décélération suffirait à maintenir une distance de sécurité avec la voiture de devant car le flux était entrain de repartir.
Avec aide : la voiture à simplement freinée pour maintenir une distance bien trop grande contenu de la vitesse et du flux qui se remettait en route. Quelqu'un derrière moi aurait très bien pu être surpris par ce "coup" de frein inutile.
1  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 03/11/2020 à 18:37
C'est vrai qu'a première vue les chiffres sont intéressant, maintenant, je ne pense pas que ça soit comparable avec ton expérience personnelle, en général les véhicules autonomes ne sont pas testé sur des route spécialement complexes, d'ailleurs les route américaines sont globalement plus simples que les routes Européennes.
1  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 03/11/2020 à 20:28
Citation Envoyé par Uther Voir le message
C'est vrai qu'a première vue les chiffres sont intéressant, maintenant, je ne pense pas que ça soit comparable avec ton expérience personnelle, en général les véhicules autonomes ne sont pas testé sur des route spécialement complexes, d'ailleurs les route américaines sont globalement plus simples que les routes Européennes.
Sans compter le climat. Il sont à Phoenix (ville dans le desert), pas à Seattle (ou le mauvais temps est proverbial).
1  0 
Avatar de pierre-y
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 04/11/2020 à 18:01
"ses véhicules entièrement sans conducteur ont parcouru 104 607 kilomètres. Dans l'ensemble, la société affirme que cela représente « plus de 500 ans de conduite pour le conducteur américain moyen titulaire d'un permis »"
105 km par ans, 8.7km par mois, 2.1km par semaine, 300 metres par jour c'est pas terrible pour un conducteur moyen, c'est plus un occasionnelle voir tres occasionnelle ça.

Il y a un coté paradoxe de Simpson la dedans, car au final pour se comparer a un conducteur moyen encore faut il conduire aussi sur les même route que ces personnes emploi en général et dans les même conditions.
0  0