Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Tesla lance en version bêta le mode Full self-driving,
La réaction des conducteurs montre que Tesla semble avoir fait un grand pas vers la conduite "entièrement" autonome

Le , par Bill Fassinou

135PARTAGES

5  0 
La conduite “entièrement” autonome sera sans doute le plus grand défi de cette décennie de l’industrie automobile. De nombreux constructeurs sont engagés, dont de grands noms comme Tesla, Nissan, General Motors, etc. Tesla vient de publier une version bêta du “Full self-driving”, la fonction permettant à ses voitures de proposer un mode de conduite entièrement autonome, pour un nombre limité de clients. La bêta permettrait aux véhicules Tesla de circuler de manière autonome dans la grande majorité des situations routières courantes et d'effectuer de nombreux trajets du début à la fin.

Plusieurs vidéos YouTube montrent des résultats de tests réalisés afin de mettre en évidence les capacités du mode Full self-driving (FSD) de Tesla. Avant tout, l’entreprise a annoncé qu’il ne s’agit que d’une version bêta et qu’il n’est pas encore destiné à un fonctionnement totalement autonome. Ainsi, les conducteurs sont censés garder les yeux sur la route et les mains sur le volant à tout moment. Dans les vidéos, l’on peut remarquer combien il est important de surveiller le logiciel, car le FSD commet souvent des erreurs graves et s'engage parfois dans des manœuvres pouvant entraîner une collision avec d’autres voitures.


Selon les critiques, d’une part, il est impressionnant de voir que Tesla est allé aussi loin qu'il l'a fait. D'autre part, il est clair que le logiciel a encore un long chemin à parcourir avant de se rapprocher des niveaux humains de performance de conduite. En effet, un conducteur humain expérimenté peut conduire pendant des milliers de kilomètres sans commettre d'erreur grave, le nouveau logiciel de Tesla est loin d'atteindre ce niveau. Dans une vidéo publiée vendredi par exemple, on peut voir une voiture Tesla, avec le FSD activé, foncer droit vers une autre voiture pour créer une collision.


« Cette voiture allait si vite », a déclaré Brandon, l’auteur de la vidéo. « J'ai dû débrayer sur place parce qu'il [FSD, ndlr] n'a pas détecté cette voiture pour une raison quelconque ». Dans la vidéo, la Tesla de Brandon tournait à gauche, mais n'était pas assez précise pour éviter de heurter une voiture garée de l'autre côté de la rue transversale. « Oh Jeeeesus », dit Brandon en saisissant le volant pour le tourner vers la gauche. « C'était un bon exemple de ce qui est encore bêta et de l'importance d'avoir le contrôle à tout moment », conclut-il. « Il s'est juste dirigé directement vers l'arrière de cette voiture garée, et il n'allait pas freiner ».


Les critiques ajoutent tout de même que pour être juste envers Tesla, il est difficile d’affirmer si l'une ou l'autre de ces erreurs aurait forcément conduit à un accident. Le logiciel aurait-il réalisé son erreur et freiné à la dernière seconde ? Si oui, s’agit-il vraiment là d’une bonne expérience de conduite ? Autant d’interrogations sans réponse. En outre, malgré ses petits incidents, Brandon s’est dit content des améliorations apportées au FSD par le constructeur. Selon lui, « les améliorations par rapport aux deux versions précédentes du logiciel sont incroyables ».


Les autres pilotes de Tesla ayant partagé une vidéo de leurs essais ont eu une expérience semblable à celle de Brandon, c’est-à-dire mitigée. Ils ont été impressionnés par la rapidité avec laquelle le FSD s'est amélioré, mais chacun est intervenu plusieurs fois lorsque le comportement du logiciel les a rendus nerveux. « C'est fou, c'est effrayant, et c'est vraiment bon », a déclaré Zeb Hallock, propriétaire de Tesla, dans une vidéo publiée dimanche. Hallock venait de prendre les commandes alors que sa voiture dépassait un cycliste à un endroit où la route était en virage.


Alors que la voiture s'est déplacée pour laisser la place au cycliste, Hallock a déclaré que « la route était sinueuse, et c'était un virage, et je n'étais pas sûr. Même si c'était complètement sûr, ça pourrait effrayer quelqu'un avec tout ce zigzag ». Dans une vidéo, Electrek a déclaré que l’accélération du nouveau FSD est nettement améliorée par rapport à la précédente version. Le média estime également que « la transition est incroyablement douce » et que le changement de voie du FSD semble maintenant plutôt bon. Cela dit, il note certaines choses sur lesquelles le constructeur devra encore travailler.

En premier, Electrek estime que le nouveau FSD oublie parfois de mettre le clignotant avant de tourner. Ensuite, il a également observé que le FSD se déplace un peu trop agressivement vers un dos-d’âne.

Tesla face à la concurrence grandissante dans le secteur

Une analyse de Customer Reports le mois dernier a révélé que Tesla est désormais talonné par de sérieux concurrents. Plus encore, l’Autopilot de la société serait inférieur à la fonction d’aide à la conduite de Cadillac, le Super Cruise. Ainsi, dans son classement de 2020 des systèmes d’aide à la conduite, CR a accordé 69 points au Super Cruise, le plaçant à la première place, contre 57 points pour l’Autopilot qui est deuxième du classement. D’autres constructeurs suivent Tesla de près dans ce classement, mais ils ne proposent pas encore une fonction de conduite entièrement autonome.

Sur ce point, Tesla est directement concurrencé par Waymo, une division du groupe Alphabet. Depuis 2017, Waymo exploite un service de taxis autoguidés dans la banlieue de Chandler à Phoenix, avec des chauffeurs de sécurité au volant de presque tous les véhicules. Au début de ce mois, après plus de trois ans de tests, Waymo a enfin commencé à proposer des courses de taxi sans chauffeur au grand public. Mais ce fut le lancement le plus prudent que l'on puisse imaginer. Le service est limité à un coin de 50 miles carrés de la zone métropolitaine de Phoenix.

La société propose initialement moins de 100 courses sans chauffeur par semaine, et les courses sont étroitement surveillées par le personnel du centre d'opérations de Waymo à Chandler, en Arizona. Il y a aussi General Motors avec Cruise. GM tend à adopter une approche similaire à celle de Waymo et prévoit de lancer un service de taxis à faible vitesse dans un seul quartier de San Francisco avant la fin de cette année. Ce modèle économique est différent de celui de Tesla. Ce dernier vend des voitures au lieu de gérer un service de taxis.

Tesla s’est basé sur une stratégie d'essai radicalement différente. Au lieu d'essayer de passer directement à un service entièrement autonome, la société a commencé par un système de maintien de la trajectoire de base et a progressivement ajouté des capacités au cours des quatre dernières années. Cette stratégie a abouti la semaine dernière à la mise en service d'un service de conduite entièrement autonome qui permet aux voitures Tesla d'effectuer la plupart des trajets de bout en bout. Mais, même si Tesla insiste sur le fait de rester concentré sur la route, certains conducteurs pourraient facilement faire confiance au FSD et cesser de prêter attention à la route.

Cette situation pourrait entraîner des accidents de la route, comme c’est déjà le cas avec l’Autopilot. Beaucoup de conducteurs voient déjà le système d’aide à la conduite de Tesla comme une fonction de conduite entièrement autonome et se permettent de regarder des vidéos au volant, créant ainsi des accidents. Certains rapports estiment que le nom de la fonctionnalité, l'Autopilot, induit les conducteurs en erreur, il serait ambigu et n’exprimerait pas très clairement le rôle de la fonctionnalité. Alors, à quoi doit-on s’attendre avec le FSD qui a un nom plus osé ?

La nouvelle version du FSD coûte maintenant 10 000 dollars, soit 2000 de plus qu’auparavant. L'augmentation des prix ne concerne actuellement que les États-Unis. Notons que le prix de l'option FSD a augmenté régulièrement au cours des deux dernières années. Il est passé de 5000 à 6000 dollars en mai de l'année dernière, à 7000 dollars en novembre, puis à 8000 dollars en juin. Mais ces hausses de prix ne représentent qu'une infime partie du prix que Musk pense que les propriétaires de Tesla finiront par payer pour cette technologie, qui pourrait, selon lui, dépasser les 100 000 dollars.

Source : Vidéos

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Consumer Reports : le Super Cruise de Cadillac surpasse l'Autopilot de Tesla, des concurrents se rapprochent davantage des performances de l'Autopilot

Waymo ouvre son service de voiture entièrement sans conducteur au grand public dans la région de Phoenix en Arizona dans un rayon d'environ 129 kilomètres carrés

Waymo lance son premier service commercial de voiture sans conducteur le mois prochain, marquant un grand pas en avant pour les voitures autonomes

Ford, General Motors et Toyota vont former un consortium axé sur la sécurité des véhicules autonomes afin de dissiper les inquiétudes du Congrès US

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !