Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un groupe anti-vaccins poursuit Facebook, affirmant que la vérification des faits est une « censure »,
Et une fraude électronique pour nettoyer les publicités anti-vaccins

Le , par Stan Adkens

285PARTAGES

12  0 
Un groupe anti-vaccins a intenté un procès contre Facebook, affirmant que leurs droits au premier amendement ont été violés lorsque le géant des médias sociaux a placé des vérifications de faits sur leurs affirmations scientifiques ou médicales. La plainte déposée la semaine dernière par Children's Health Defense (CHD) – une organisation fondée et dirigée par Robert F. Kennedy Jr, un anti-vaxxer réputé - allègue également que Facebook et les organisations de vérification des faits se sont entendus pour commettre une fraude électronique en « nettoyant le terrain » des publicités anti-vaccins.

La plainte déposée devant la Cour fédérale de San Francisco cite comme défendeurs Facebook, son fondateur et PDG Mark Zuckerberg, et une poignée d'organisations indépendantes de vérification des faits (Science Feedback, Poynter et PolitiFact) que Facebook utilise pour rétrograder la désinformation sur sa plateforme de réseau social. Selon la CHD, ces acteurs ont agi « conjointement ou de concert avec des agences du gouvernement fédéral » pour enfreindre les droits aux premier et Cinquième amendements de la CHD.

Robert F. Kennedy Jr., fondateur de Children's Health Defense

Dans un communiqué de presse, la CHD a déclaré que Facebook a des « conflits insidieux avec l'industrie pharmaceutique et ses agences de santé captives ». « Facebook censure actuellement la page de Children's Health Defense, visant sa purge contre les informations factuelles sur les vaccins, la 5G et les agences de santé publique », a ajouté l’organisation.

En avril, confronté à un afflux de contenu covid-19 faux et trompeur, le géant des médias sociaux a commencé à avertir les utilisateurs lorsqu'il interagissait avec des informations erronées relatives à la pandémie, y compris les "Likes", les réactions ou les commentaires. Ces faux messages comprenaient des mesures "panacées" (remèdes universels), de fausses méthodes pour prévenir la contagion et des théories de conspiration, comme le lien entre les vaccinations, covid-19 et la 5G.

Au cours des derniers mois, les contenus de conspiration ont été diffusés par des groupes anti-vaccins, y compris des allégations de liens entre la 5G et la propagation du covid-19, des programmes de micropuces pour la population et la création du coronavirus comme arme biologique. Les avertissements du programme de Facebook comprenaient des alertes et des avis de vérification des faits pour les contenus trompeurs et les allégations réfutées, ainsi que des liens vers les pages du Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Mark Zuckerberg, sa société et ses vérificateurs des faits sont accusés de « présentation frauduleuse et diffamatoire de la CHD ». « Il s'agit d'un cas important du Premier Amendement qui teste les limites de l'autorité gouvernementale pour censurer ouvertement les critiques non désirées des politiques gouvernementales et des produits pharmaceutiques et de télécommunications sur les plateformes Internet privées », a ajouté Kennedy dans une déclaration écrite. En plus d'afficher des alertes sur le contenu de l’organisation, Facebook a également supprimé le bouton de don du groupe et a rejeté les offres publicitaires, lit-on dans la plainte.

Robert F. Kennedy a déjà fait parler de lui sur les médias sociaux en tant qu’anti-vaxxer

Kennedy, par l'intermédiaire de l’organisation CHD et d'un groupe affilié appelé World Mercury Project, était responsable de plus de la majorité des publicités anti-vaccins sur Facebook lorsqu'elles étaient autorisées, ont constaté des chercheurs l'année dernière. Cela s'est terminé en 2019, au milieu d'une épidémie de rougeole, lorsque Facebook a mis à jour ses politiques suite aux pressions de Centers for Disease Control et des législateurs.

Selon une étude publiée le 13 novembre 2019 dans la revue Vaccine, deux organisations seulement étaient responsables de la majorité des publicités anti-vaccins sur Facebook avant que Facebook ne restreigne ce contenu en mars de la même année. Sur les 145 publicités anti-vaccins diffusées sur Facebook entre le 31 mai 2017 et le 22 février 2019, selon l’étude, le World Mercury Project et un groupe appelé Stop Mandatory Vaccination en ont diffusé ensemble 54 %. Le World Mercury Project, qui a diffusé le plus grand nombre de publicités, est une organisation étroitement liée au groupe anti-vaccins Children's Health Defense, et tous les deux sont dirigés par Robert F. Kennedy Jr.

Les publicités vantant de fausses déclarations sur les vaccins ont été interdites, et les pages et groupes qui font la promotion de la désinformation sur les vaccins voient leur contenu déprécié dans la recherche et les recommandations. La plainte de 115 pages soutient essentiellement que les actions de Facebook équivalent à de la censure et de la diffamation parce que le CHD n'aime pas que son contenu soit qualifié de désinformation.

Selon l’organisation, la réputation de l'organisation « dépend de la crédibilité de ses articles de recherche scientifique », a écrit dans sa plainte la CHD, « qui explore les risques connus et actuellement inconnus pour la santé publique des vaccins et de la technologie 5G et sans-fil ».


Le programme de vérification des faits de Facebook détourne le trafic du site de CHD et réduit « encore plus ses revenus et ses dons »

Facebook « a intégré les définitions de "canular sur les vaccins" de l'OMS et du CDC dans les algorithmes et l'apprentissage machine par lesquels ils ont identifié le contenu de CHD, qui est souvent signalé simplement parce qu'il critique ces mêmes organismes comme étant "biaisés", "peu fiables" et "dépassés" », d’après le procès. Il a jouté que Facebook et les vérificateurs de faits se sont entendus pour « étiqueter le contenu [de CHD] comme "faux" alors qu'il est critique pour la sécurité du vaccin ou du réseau 5G, accomplissant cette censure par les machinations bidons des modérateurs de contenu et des vérificateurs des faits indépendants ».

Ces actions « ont déjà fait du tort » à CHD, affirme le procès, « et auront pour effet de faire davantage du tort à [CHD] en nuisant à sa réputation commerciale et à sa bonne volonté, ainsi qu'à celles de [ses] auteurs, en détournant le trafic de son site et en réduisant encore plus ses revenus et ses dons ».

Si les actions de Facebook ont effectivement déprécié le contenu anti-vaccins de la CHD et détourné l'attention, comme le prétend la plainte elle-même, alors le programme fonctionne exactement comme prévu. La CHD a aussi cité le gouvernement américain comme étant associé à la censure de son contenu. La CHD affirme dans sa plainte que Facebook et le gouvernement américain se sont associés pour censurer le discours, et que la société ne devrait pas être protégée en tant que présumé contrevenant au Premier Amendement - qui ne s'applique généralement pas aux sociétés privées - car le couple a « privatisé » la loi.

En mai, le président Donald Trump a signé un décret sur « la prévention de la censure en ligne ». « Une petite poignée de monopoles des médias sociaux contrôle une grande partie de toutes les communications publiques et privées aux États-Unis», a déclaré Trump. « Ils ont eu le pouvoir incontrôlé de censurer, restreindre, éditer, façonner, cacher, modifier, pratiquement toute forme de communication entre les particuliers et le grand public », a commenté le président Trump en mai avant de a signé un décret destiné à mettre les entreprises de médias sociaux comme Facebook, Twitter et autres au pas.

Il faut noter également qu’en juillet, le New York Times a découvert que Facebook classait le déni du changement climatique, basé sur de fausses affirmations, dans la catégorie "opinion" et l'exemptait du processus de vérification des faits même si le personnel reconnaissait qu'il était partiellement faux.

La CHD a fait valoir que son contenu anti-vaccins devrait également être traité comme "opinion", tout comme le déni du changement climatique. « En utilisant les options prérenseignées de Facebook pour mal étiqueter les articles et les vidéos de CHD, Science Feedback et Facebook disent intentionnellement au public que le plaignant présente de fausses informations, alors qu'ils savent que les informations présentées sont, tout au plus, des opinions et non des faits erronés », a déclaré la CHD. L’organisation demande des dommages et intérêts supérieurs à 5 millions de dollars.

Source : La plainte de CHD

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Quel commentaire faites-vous des arguments de la CHD pour poursuivre Facebook ?
Quelle issue prévoyez-vous pour ce procès ?

Voir aussi :

Un lycéen s'administre des vaccins contre l'avis de sa mère qui s'appuyait sur une source : Facebook, un cas qui n'est probablement pas isolé
La censure ne peut pas être la seule réponse à la désinformation anti-vaccin, plutôt s'attaquer aux algorithmes au cœur du problème, affirme l'EFF
  Facebook décide de mettre en quarantaine les campagnes anti-vaccins qui circulent sur sa plateforme, après la médiatisation de l'affaire Lindenberger
Trump vs Twitter : le Président américain signe son décret contre les réseaux sociaux, qu'il accuse de censure et biais politiques

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 26/08/2020 à 15:38
Ces gens là militent pour le droit de laisser mourir leurs enfants - et ceux des autres.
13  3 
Avatar de lvr
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/08/2020 à 15:41
Citation Envoyé par Sodium Voir le message
Tu n'as toujours pas fourni de sources pour étayer tes propos....
Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
Bref critiquer les labo pharmaceutique, c'est être complotiste donc car ils ne se feraient pas d'argent la dessus et que dire le contraire c'est être forcement anti vaccins.
Cette dispute vire à l'hors-propos complet (le sujet vire au débat pro-vaccins ou anti-vaccins....)
Alors que le fond, ici, c'est la censure d'une vision alternative à la vision officielle, sur un sujet important comme les vaccins.

A partir de quand peut-on/doit-on censurer un autre discours que l'officiel ?
Cela s'applique à pelin d'autres sujet. Exemple, doit-on censurer tout discours anti-masque covid-19 ?

On tent vers une normalisation du discours. Il y a LE message à tenir. Vaccins, covid, metoo, racisme, ... Tous les sujets ont leur ligne officiele. Tout autre vue est prohibée. Stigmatisée. Cela empêche toute forme d'empathie. De discussion où chacun s'écoute, écoute les arguments des autres, leurs craintes, leurs espoirs.
Et forcément cela conduit vers l'escalade, la radicalisation des points vue, ... Et vers une impossibilité de concilier les points de vue.
3  1 
Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/08/2020 à 10:54
Citation Envoyé par lvr Voir le message
A partir de quand peut-on/doit-on censurer un autre discours que l'officiel ?
Cela s'applique à pelin d'autres sujet. Exemple, doit-on censurer tout discours anti-masque covid-19 ?
Les fausses informations qui tuent des gens doivent être régulées. Ce n'est pas la liberté d'expression qui pose problème, chacun a le droit de ce qu'il veut, mais la manière donc cette information circule. Les réseaux sociaux permettent aux fausses informations de circuler rapidement et de semer le doute, et causent des morts. Que les gens se tuent encore pourquoi pas, mais ils mettent en danger leurs enfants ainsi que ceux des autres.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/08/2020 à 16:21
Citation Envoyé par lvr  Voir le message
Alors que le fond, ici, c'est la censure d'une vision alternative à la vision officielle, sur un sujet important comme les vaccins..

Tant qu'il n'y a pas une loi équivalente à la loi Fabius-Gayssot, mais pour les vaccins, les gens auront le droit de critiquer les excès de la vaccination.
Il y a un concept qui s'appelle "liberté d'expression" et ça donne le droit aux gens de dire n'importe quoi (tant que ça n'appelle pas à la haine et la violence (loi Pleven)).
Il y a également un concept qui s'appelle "liberté d'opinion" donc les gens sont libre de penser ce qu'ils veulent, tant qu'ils respectent la loi Fabius-Gayssot et la loi Pleven.

Bon après les pro vaccins vont dire que c'est important pour la survie de l'humanité que les nourrissons se fassent injecter un maximum de vaccin car le risque est tellement faible qu'il est négligeable et qu'il y a toujours un peu de bénéfice.
Donc c'est important que 100% des nourrissons se fassent vacciner d'urgence contre l'hépatite B. (de toute façon c'est obligatoire)

Ce serait une pratique dictatoriale d'interdire les gens de penser autre chose que la version officielle.
De toute façon les groupes "anti-vaccins" peuvent bien faire le lobbying qu'ils veulent ça ne changera jamais rien, de plus en plus de vaccins seront obligatoire.
Aujourd'hui c'est 11, demain ce sera 16, après ce sera peut-être 24, 32, on ne sait pas.

En tout cas dans les gouvernements il y a souvent des agents de l'industrie pharmaceutique (Roselyne Bachelot, Agnès Buzyn, Jérôme Salomon, etc). [Covid-19: les conseillers du pouvoir face aux conflits d’intérêts]
Ce n'est pas 3 clampins qui achètent 2 pubs sur Facebook qui vont battre le lobby pharmaceutique...
Les vaccins sont obligatoire si on ne se fait pas vacciner on est des sous citoyens, donc personne n'a le choix.

On est peu à peu en train de sombrer dans la dictature de la bien-pensance.
Mais là les gens se disent que ce n'est pas grave, car c'est important d'être à jour au niveau de sa vaccination, mais la censure grandira petit à petit et à la fin on sera peut-être sanctionnés pour avoir critiqué le gouvernement.
Ça commence comme ça et ça fini comme en Chine... On n'est pas si loin du score social.

Cela dit, il y a des vaccins obligatoire ailleurs et pas encore obligatoire en France :
Pic de gastro-entérites : pourquoi la vaccination n’est-elle pas recommandée en France ?
Pourquoi le vaccin n'est-il pas recommandé en France ?

À plusieurs reprises, il y a eu des discussions au niveau du comité technique des vaccinations pour savoir s’il devait l'être ou pas. Il l’a été pendant très peu de temps, il y a au moins 5 ans. Mais à cause des effets secondaires, il y a eu une pression très forte pour que la recommandation de ce vaccin soit enlevée.

Il y a plusieurs années, deux décès de nourrissons ont été attribués au vaccin contre le rotavirus. Cela a-t-il joué dans le fait de ne plus le recommander ?

Bien sûr. C’est difficile de savoir concrètement ce qu’il s’est passé sans le dossier médical sous les yeux, mais il semblerait que pour l’un des deux décès, l’AMM n’ait pas été respectée. Pour le deuxième, je pense que c’est un concours de circonstances dramatique : au départ, il y a eu le vaccin, mais aussi d’autres choses après. Le vaccin a sûrement joué, mais ce n’était pas la seule cause.

Peut-être qu'un jour on sera contraint de se faire vacciner contre la nouvelle version de la grippe chaque année.
2  1