Un lycéen s'administre des vaccins contre l'avis de sa mère qui s'appuyait sur une source : Facebook
Un cas qui n'est probablement pas isolé

215PARTAGES

16  2 
Ethan Lindenberger, un lycéen américain de 18 ans originaire de l'Ohio, a témoigné mardi devant le Comité sénatorial de la santé, de l'éducation, du travail et des retraites. Il s'est fait des vaccins contre l'avis de sa mère qui, selon lui, n'est basé que sur une idéologie anti-vaccin propagé sur Facebook.

Devant le Comité, il a souligné l'importance de disposer d'une information « crédible ». En revanche, a-t-il déclaré, les médias sociaux ont contribué à développer les fausses croyances profondément ancrées dans sa mère, à savoir que les vaccins étaient dangereux. Plus précisément, a-t-il dit, elle s'est tournée vers les groupes anti-vaccinaux sur les médias sociaux pour obtenir des preuves qui allaient appuyer son point de vue.

Il a expliqué :

Citation Envoyé par Ethan
J'ai passé toute ma vie sans des vaccins contre des maladies comme la rougeole, la varicelle ou même la polio. Cependant, en décembre 2018, j'ai commencé à rattraper mes vaccinations manquées malgré la désapprobation de ma mère, ce qui a finalement mené à cette histoire, me permettant d'en parler devant vous.


Dans un entretien accordé au Washington Post mardi, Lindenberger a déclaré que Facebook, ou des sites Web liés à Facebook, étaient vraiment la seule source d'information sur laquelle sa mère se fie pour ses informations anti-vaccin.

Selon Lindenberger, le plus important était l’impact des communautés anti-vaccin de Facebook sur sa famille.

« J’ai le sentiment que si ma mère n’interagissait pas avec ces informations et qu’elle ne se laissait pas influencer par ces arguments et ces histoires, cela pourrait tout changer », a-t-il déclaré. « Toute ma famille aurait pu être vaccinée ».


Lindenberger a déclaré qu'il pensait que ses frères et sœurs plus âgés, qui sont venus avant l’ère Facebook, avaient été vaccinés. Il a déclaré que ses frères et sœurs plus jeunes n’avaient pas été vaccinés.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies forment ensemble la principale agence fédérale des États-Unis en matière de protection de la santé publique. Les centres produisent des informations dans le but d'améliorer les décisions gouvernementales en matière de santé. Ces centres déclarent explicitement qu’il n’y a pas de lien entre les vaccins et l’autisme, et préviennent également des informations erronées qui se propagent facilement et sont disponibles en ligne.

« Je n’étais pas d’accord avec tout ce qu’il a dit », a déclaré Jill Wheeler, la mère de Lindenberger, à Associated Press. « Ils ont fait de lui le porte-drapeau de l'industrie pharmaceutique ».

Le Washington Post avait déjà fait état de la manière dont Facebook avait servi de lieu de refuge pour les parents qui rejetaient les bienfaits de la vaccination. Les législateurs et les professionnels de la santé ont exercé des pressions sur la plateforme pour disséminer des informations erronées sur les vaccins, notamment des publicités ciblées et du matériel anti-vaccination destiné aux femmes des régions où le nombre de cas de rougeole signalés était élevé.

« Nous avons pris des mesures pour réduire la diffusion d'informations fausses sur la santé sur Facebook, mais nous savons que nous avons encore beaucoup à faire », a déclaré Facebook dans un communiqué. La plateforme a déclaré qu'elle envisageait de réduire l'apparition de matériel anti-vaccination dans les résultats de recherche et les « groupes auxquels vous devriez adhérer ».

Facebook a été cité à plusieurs reprises dans le témoignage de Lindenberger devant le Congrès mardi.
  • Votre mère reçoit-elle la plupart de ses informations en ligne ? A demandé le sénateur Johnny Isakson (R-Ga.).
  • Oui, principalement Facebook.
  • Et où obtenez-vous la plupart de vos informations ?
  • Pas de Facebook. De la CDC, de l’Organisation mondiale de la Santé, des revues scientifiques, en gros des sources accréditées.

Il a témoigné que sa mère avait exprimé sa position anti-vaccination tout au long de sa vie et qu'au fil du temps, il avait commencé à remarquer que les avantages de la vaccination étaient supérieurs aux risques perçus. Cela est devenu évident lorsque sa mère partageait des vidéos et que des personnes contestaient ses affirmations dans les réponses.

« C'était vraiment frustrant pour moi », a déclaré Lindenberger à The Post. « Je savais que si je continuais à me disputer et à faire valoir mes arguments, même s’ils étaient bons, je n'irais nulle part ».


Dans son témoignage, il a déclaré avoir approché sa mère à plusieurs reprises pour tenter d'influencer son point de vue. Dans un cas, il a cité le CDC, lui faisant comprendre que celle-ci à clairement fait savoir qu'il n'y a pas de lien entre les vaccins et l'autisme. Sa mère a répondu : « C’est ce qu’ils veulent que vous pensiez ».

Dans des disputes avec sa mère, Lindenberger a déclaré qu’elle réfutait ses arguments en s’appuyant sur des informations de Facebook qui n’avaient ni réelle attribution ni soutien de la communauté scientifique. Certains des supposés faits sont des théories du complot, y compris une affirmation selon laquelle la CDC est financée par Big Pharma, qui paie l'agence pour pousser la population à se faire vacciner.

« Elle ne faisait confiance à aucune source », a-t-il déclaré au Post. « Elle pensait que les vaccins étaient un complot du gouvernement visant à tuer des enfants ».

Lindenberger a déclaré que le cas de sa mère n'était pas unique et que beaucoup étaient influencés par des informations faussement présentées sur Facebook. Ces données non fondées sont souvent complétées par des graphiques et des diagrammes qui donnent à penser que les affirmations semblent factuelles.

Le vaccin contre la rougeole ne cause pas l'autisme, même chez les enfants à haut risque

Une étude danoise suggère que le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) n’est pas associé à un risque accru d’autisme, même chez les enfants à risque élevé parce qu’ils ont un frère ou une sœur atteints de ce trouble.

Les préoccupations concernant un lien potentiel entre le vaccin ROR et l'autisme persistent depuis deux décennies, puisqu'un document controversé et finalement retiré de 1998 affirme qu'il existe un lien direct. Même si des études ultérieures n’ont pas établi de lien entre l’inoculation et l’autisme, la peur du risque pèse si lourdement sur les parents dans plusieurs communautés d’Europe et des États-Unis que les taux de vaccination ont été trop bas pour prévenir une flambée de rougeole.


Ces travaux ont été menés dans l’espoir de rassurer les personnes, de plus en plus nombreuses, qui se méfient des vaccins, alors que se multiplient les épidémies de rougeole à travers le monde.

Dans la présente étude, les chercheurs ont examiné des données sur 657 461 enfants. Au cours de cette période, 6 517 enfants ont été diagnostiqués autistes.

Les enfants qui ont reçu le vaccin ROR étaient 7% moins susceptibles de développer l’autisme que les enfants qui n’ont pas été vaccinés, ont rapporté des chercheurs dans Annals of Internal Medicine.

« Les parents ne devraient pas oublier le vaccin par crainte de l'autisme », a déclaré le Dr Anders Hviid, auteur principal de l'étude, du Statens Serum Institut de Copenhague, au Danemark.

« Les dangers de la non-vaccination comprennent une recrudescence de la rougeole, comme nous le voyons aujourd'hui sous la forme d'épidémies », a déclaré Hviid par courrier électronique.

La rougeole est un virus très contagieux qui peut être fatal. Cela commence par une fièvre qui peut durer quelques jours, suivie d'une toux, d'un nez qui coule et d'un œil rose. Une éruption cutanée se développe sur le visage et le cou, puis se propage au reste du corps. Dans les cas graves, une pneumonie et une encéphalite, une inflammation du cerveau, peuvent se développer.

Sources : Washington Post, Reuters

Et vous ?

Pensez-vous que les réseaux sociaux contribuent à alimenter ce type d'idéologie ?

Voir aussi :

Mark Zuckerberg va réorienter Facebook vers le chiffrement et la confidentialité, et les gens communiqueront dorénavant en groupe restreint
Facebook vous suit toujours sur les applications Android comme Yelp, Duolingo ou Indeed, même si vous n'avez pas de compte Facebook
Les utilisateurs américains de Facebook quittent le réseau social par millions, selon un sondage d'Edison Research
Presque tous ceux qui croient en la théorie de la Terre plate ont commencé sur YouTube, selon une étude

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de earhater
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 07/03/2019 à 15:29
Voilà un jeune homme qui a le sens des responsabilité, une méthodologie scientifique basée sur des faits et des actes forts malgré son jeune âge. Il devrait être interdit d'interdire à des enfants d'être vacciné, dans tous les pays du monde.
Avatar de eldran64
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 07/03/2019 à 15:40
Le soucis de FB, Youtube & consor c'est la volonté de ces groupes à garder leurs utilisateurs sur leurs services le plus longtemps possible. Pour y parvenir, les posts ou les vidéos vont dans le sens des gouts et des idées de ces personnes.
Ainsi, si on est anti-vax, on a toutes les chances de voir des vidéos anti-vax.
Pour couronner le tout, les gens font des recherches allant dans le sens de leurs opinions. C'est ce qu'on appel le biais de confirmation.
Si je suis persuadé d'avoir vu un ovni, j'irai demandé des réponses aux ufologues... qui en déduiront un ovni.
L'exemple est simpliste mais ça fonctionne trop souvent comme cela.

Je suis contre toute interdiction. Y compris celle d'interdire quoi que se soit aux parents.

Par contre, il serait surement bénéfique d'enseigner l'esprit/la pensée critique au plus grand nombre.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/03/2019 à 16:07
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Lindenberger a déclaré qu'il pensait que ses frères et sœurs plus âgés, qui sont venus avant l’ère Facebook, avaient été vaccinés. Il a déclaré que ses frères et sœurs plus jeunes n’avaient pas été vaccinés.
Il y a un problème quelque part, si le gars a 18 ans il a du naître en 2000, Facebook est apparu en 2004 et c'est devenu un gros truc des années plus tard.
Et même, à 4 ans aux USA t'as déjà fais plein de vaccins.
Donc avant l'apparition de facebook sa mère était déjà sceptique envers les vaccins.

Recommended Child and Adolescent Immunization Schedule for ages 18 years or younger, United States, 2019
Si j'en crois ce site et que j'ai bien compris le tableau, en 19 mois il est conseillé de prendre (en 2000 c'était peut-être moins, mais ce n'était pas null) :
  • Hepatitis B (3 doses)
  • Rotavirus (2 doses)
  • Diphtheria, tetanus, & acellular pertussis (4 doses)
  • Haemophilus influenzae type b (3 ou 4 doses)
  • Pneumococcal conjugate (4 doses)
  • Inactivated poliovirus (3 doses)
  • Influenza (1 ou 2 doses par an)
  • Measles, mumps, rubella (première dose)
  • Varicella (1 dose)
  • Hepatitis A (premier d'une série de 2)


Le titre de l'article ne correspond pas au texte de l'article : "sa mère qui s'appuyait sur une seule source : Facebook" c'est différent de "Votre mère reçoit-elle la plupart de ses informations en ligne ? Oui, principalement Facebook." principalement ce n'est pas synonyme d'exclusivement. (principalement ça sous entend qu'il y a d'autre source, c'est pas une seule source)

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Pensez-vous que les réseaux sociaux contribuent à alimenter ce type d'idéologie ?
Personnellement j'ai vu beaucoup plus de publications pro vaccins que de publications qui critiquaient certains aspects des vaccins.
Mais forcément ce type de message se trouve plutôt sur internet qu'à la TV, à la radio ou dans les journaux... Michel Cymes rigole pas avec les vaccins.
Avatar de Conan Lord
Membre expert https://www.developpez.com
Le 07/03/2019 à 16:11
Le domaine médical est particulièrement problématique dans ces cas-là. Même si, chose incroyable, on arrivait à enseigner l'esprit critique à tout le monde, ça n'empêcherait pas que les parents pourraient imposer leurs choix (après avoir fait tourner leur esprit critique) aux mineurs concernés (qui auront eux aussi fait tourner leur esprit critique). C'est tentant, pour un parent, d'imposer. C'est pourquoi, dans certains cas, ça ne devrait pas être autorisé. Je trouve que la mise en place des centres de planification familiale avec information et protection des mineurs a bien fonctionné en France pour le cas de la contraception et de l'IVG. On a pu permettre de cette façon aux adolescents de faire leur choix en dépit des convictions de leurs parents. Peut-être pourraient-ils envisager un système similaire dans les pays où la vaccination n'est pas obligatoire.
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/03/2019 à 16:13
Je crains malheureusement qu'on se sert de lui pour attaquer le medium, le support sur lequel cette croyance s'est propagée, au lieu de s'attaquer aux réels problèmes, qui sont les phénomènes de formation et de radicalisations de tels groupes, indépendamment de la plateforme sur lesquels ils se constituent.

Ce n'est pas une question de véracité de l'information, mais de capacité à e.g. prendre du recul face à de telles informations.
Le risque est de se tromper de combat pour finir, malgré des intentions louables, à promouvoir des mesures démocratiquement dangereuses.
Avatar de FraisDesRiques
Membre actif https://www.developpez.com
Le 07/03/2019 à 17:14
C'est un problème humain d'amalgame:
On découvre une brebis galeuse dans un domaine et on considère ensuite que tout ce domaine est foireux.

Avec la médecine moderne et l'énorme marché financier derrière, autant dire que l'étique et le serment d'hippocrate sont souvent baffoués (il faut vraiment vivre hors des réalités pour l'ignorer).
Donc, trouver des études soi disant scientifiques qui ne sont que l'émanance d'une idéologie financière n'est pas très compliqué.

De là, sur le sujet des vaccins, tout n'est pas rose. Il n'y a qu'à voir les résultats des vaccins contre la grippe.
Maintenant, doit-on jeter à la poubelle le concept de vaccin lui même ? Certainement pas. C'est plus la manière de gérer les administrations qui est problématique, douteuse et pas obligatoirement adaptée ou optimale.
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/03/2019 à 17:34
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Je crains malheureusement qu'on se sert de lui pour attaquer le medium, le support sur lequel cette croyance s'est propagée, au lieu de s'attaquer aux réels problèmes, qui sont les phénomènes de formation et de radicalisations de tels groupes, indépendamment de la plateforme sur lesquels ils se constituent.

Ce n'est pas une question de véracité de l'information, mais de capacité à e.g. prendre du recul face à de telles informations.
Le risque est de se tromper de combat pour finir, malgré des intentions louables, à promouvoir des mesures démocratiquement dangereuses.
Tiens, il est rare que je sois à 100% d'accord avec toi, mais cette fois-ci, oui. Facebook n'est qu'un media, comme si le concept même d'imprimerie était coupable de toutes les horreurs qui ont pu être imprimées.

Fermez facebook, et les âneries passeront par d'autres médias. Après tout, les enlèvements par des extra-terrestres, c'était du n'importe quoi aussi, et ça a circulé avant facebook.
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/03/2019 à 18:02
Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message
Le domaine médical est particulièrement problématique dans ces cas-là. Même si, chose incroyable, on arrivait à enseigner l'esprit critique à tout le monde, ça n'empêcherait pas que les parents pourraient imposer leurs choix (après avoir fait tourner leur esprit critique) aux mineurs concernés (qui auront eux aussi fait tourner leur esprit critique). C'est tentant, pour un parent, d'imposer. C'est pourquoi, dans certains cas, ça ne devrait pas être autorisé. Je trouve que la mise en place des centres de planification familiale avec information et protection des mineurs a bien fonctionné en France pour le cas de la contraception et de l'IVG. On a pu permettre de cette façon aux adolescents de faire leur choix en dépit des convictions de leurs parents. Peut-être pourraient-ils envisager un système similaire dans les pays où la vaccination n'est pas obligatoire.
C'est cela confions à l'état l'intégralité de l'éducation de nos chères têtes blondes, nous avons pu voir dans l'histoire contemporaine ce que cela a donné.

D'ailleurs grâce à l'état tout puissant bienveillant protecteur, on a l'IVG ET la Crise des retraites ET des émeutes de quartier tout les jours. Tu fais confiance à l'état toi ? Etat qui n'a pas été capable de mettre en vente le seul vaccin obligatoire, pendant plus de 10 ans ? AH AH rire sombre.

Sinon, je ne vois qu'un jeune qui s'oppose à sa mère au risque de se faire engueuler, quel drame. Mais quand je lis ceci

"As the title explains, my parents think vaccines are some kind of government scheme. It’s stupid and I’ve had countless arguments over the topic. But, because of their beliefs I’ve never been vaccinated for anything, god knows how I’m still alive. But, i’m a senior in high school now with a car, a license, and money of my own I’d assume that I can get them on my own but I’ve just never had a conversation with anyone about the subject."
J'ai envie de rigoler. D'autant que le taux de mortalité de la rougeole est anecdotique aux états unis depuis les années 40. Le véritable risque encouru était une encéphalite à l'âge adulte (0.1% des cas) ou chez les jeunes enfants (idem).
Avatar de Conan Lord
Membre expert https://www.developpez.com
Le 07/03/2019 à 18:12
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Tu fais confiance à l'état toi ? AH AH rire sombre.
Non, et pourtant j'envoie mes enfants à l'école publique en toute confiance .
Normalement, ce serait plutôt l'ordre des médecins qui s'occuperait de ça (bien que l'État ait tendance à s'immiscer, les toubibs sont un peu comme les profs, ils aiment n'en faire qu'à leur tête). L'idée, c'est que ce soit une possibilité pour les ados, pas une obligation. Sans ça, certains en seraient encore à interdire la contraception à leur marmaille dans l'espoir qu'elle attende le mariage.
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/03/2019 à 18:57
Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message
Non, et pourtant j'envoie mes enfants à l'école publique en toute confiance .
Normalement, ce serait plutôt l'ordre des médecins qui s'occuperait de ça (bien que l'État ait tendance à s'immiscer, les toubibs sont un peu comme les profs, ils aiment n'en faire qu'à leur tête). L'idée, c'est que ce soit une possibilité pour les ados, pas une obligation. Sans ça, certains en seraient encore à interdire la contraception à leur marmaille dans l'espoir qu'elle attende le mariage.
Surtout que les médecins font le serment d’Hippocrate et sont responsable de la vie de leur patient, et n'ont de devoir qu'envers lui. L'état et la sécurité sociale bons princes leur prennent 90 jours de carences, mieux vaut donc ne pas tomber malade quand on est médecin. Certains prêtent même serment sur l'original, traduit du grec.

Et le mariage pas avant 40 ans pour la marmaille, ils ne sont pas murs avant.

Au fait, as-tu bien pris ton vaccin contre l'hépatite B comme préconisé par l'état à l'époque ?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web