Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook constitue une « menace majeure pour la santé publique », conclut un rapport,
La désinformation sur la santé ayant été vue 3,8 milliards de fois sur le réseau social l'année dernière

Le , par Stan Adkens

320PARTAGES

3  0 
La désinformation sur la santé sur Facebook a été vue plus de 3,8 milliards de fois tout au long de l'année dernière, atteignant son pic et son trafic maximum pendant la crise du covid-19, selon un rapport préparé par l'organisation civile Avaaz. L'algorithme de Facebook lui-même, ainsi que les mesures laxistes de vérification des médias protégeraient les mouvements de déni de la pandémie sur sa plateforme de réseau social. Le réseau social est considéré comme « une menace majeure pour la santé publique », a conclu le rapport, donnant un sérieux coup à la réputation de nous présenter des informations factuelles sur la santé du géant américain de la technologie.

L’organisation non gouvernementale de cybermilitantisme assure que - en permettant la désinformation sur sa plateforme populaire - le réseau social dirigé par Mark Zuckerberg représente une « grande menace » pour la santé publique aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne et en Italie - où l'étude a été réalisée -, mais ils pourraient avoir franchi ces frontières et influencé d'autres pays, tels que l'Espagne. Le rapport vient alors que Facebook a été boycotté par ses annonceurs ces derniers temps pour abriter des groupes suprémacistes blancs et des fausses nouvelles qui jouent contre la lutte contre le coronavirus, entre autres.

Dans le cadre de ses recherches, Avaaz a découvert que « les réseaux de diffusion de désinformation sur la santé mondiale » avaient généré environ 3,8 milliards de visites pour leur contenu sur Facebook. Le pic de cette désinformation s'est produit en avril 2020, lorsque plus de 460 millions de visites ont été enregistrées sur Facebook.

« Cela suggère que juste au moment où les citoyens avaient le plus besoin d'informations crédibles sur la santé, et alors que Facebook tentait d'augmenter de manière proactive le profil des institutions de santé faisant autorité sur la plateforme, son algorithme était potentiellement en train de saper ces efforts et de contribuer à augmenter le contenu des sites Web diffusant des informations erronées sur la santé à un rythme stupéfiant », a déclaré le rapport.


En avril dernier, Facebook a déclaré qu'il allait informer les utilisateurs qui "Likaient" ou réagissaient aux informations erronées et nuisibles sur le coronavirus. Cependant, Avaaz a constaté que Facebook ne place pas d'étiquettes d'avertissement à côté des informations erronées sur la santé. Ce qui suggère que la société n'a pas une vision claire de la quantité d'informations erronées disponibles sur son réseau social. Selon le rapport, 84 % des articles/posts qu'Avaaz a utilisés dans ses échantillons ne comportaient pas d'avertissement. Seulement 16 % de toutes les informations erronées analysées dans l'étude portaient une étiquette d'avertissement.

Le cœur des réseaux mondiaux de désinformation étudiés dans ce rapport est constitué par 82 sites Web connus pour la diffusion de désinformation sur la santé, dont les articles sont amplifiés sur Facebook via des pages, des groupes et des profils individuels. L’organisation a identifié que 42 pages Facebook, classées comme "moteurs clés de l'engagement" pour les principaux sites de diffusion de la désinformation sur la santé, sont suivies par 28 millions d'adeptes et bénéficient d'environ 800 millions de vues.

Il est également inquiétant de constater que les dix premiers sites Web diffusant des informations erronées sur la santé ont reçu « quatre fois plus de visites » sur le réseau social que les dix principales institutions de santé comme l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Le tableau ci-dessous présente ces dix premiers sites Web, qui à eux seuls ont atteint près de 1,5 milliard de visites estimées au cours de l'année écoulée, ce qui représente près de 40 % des 3,8 milliards de visites estimées de l'ensemble des réseaux.


Facebook s'est engagé à réprimer les théories de conspiration et les contenus trompeurs liés au covid-19, car des informations inexactes se répandaient sans contrôle sur la plateforme. Un porte-parole de l'entreprise s’est opposé au rapport en déclarant que ses conclusions ne « reflètent pas les mesures que nous avons prises pour empêcher sa diffusion sur notre service », a rapport BBC News.

« Nous partageons l'objectif d'Avaaz de limiter la désinformation. Grâce à notre réseau mondial de vérificateurs de faits, d'avril à juin, nous avons apposé des étiquettes d'avertissement sur 98 millions de pièces de désinformation covid-19 et retiré 7 millions de pièces de contenu qui pourraient entraîner un préjudice imminent ». « Nous avons dirigé plus de deux milliards de personnes vers les ressources des autorités sanitaires, et lorsque quelqu'un essaie de partager un lien sur le covid-19, nous lui montrons une fenêtre contextuelle pour le mettre en contact avec des informations crédibles sur la santé », a déclaré le porte-parole.

Les pages Facebook publiques, l'un des principaux facteurs de contenu trompeur, avec 43 % du total estimé des vues

Damian Collins, ancien président du comité restreint de la culture et cofondateur du service de vérification des faits Infotagion, a déclaré que les conclusions étaient « une autre accusation accablante de la capacité de Facebook à amplifier des informations fausses ou trompeuses sur la santé pendant la pandémie ».

Selon le rapport, parmi les pires informations erronées identifiées par le groupe figure un article (8,4 millions de vues) affirmant qu'un programme de vaccination contre la polio soutenu par Bill Gates a conduit à la paralysie de près d'un demi-million d'enfants en Inde. Un autre article prétendait à tort que l'American Medical Association encourageait les médecins et les hôpitaux américains à surestimer le nombre de décès dus au covid-19. Un article contenant de faux remèdes pour des maladies mortelles, comme l'argent colloïdal pour le virus Ebola, a bénéficié de 4,5 millions de vues. Une publication affirmant que la quarantaine nuit à la santé publique a été vu 2,4 millions de fois par les utilisateurs de Facebook.

Avaaz a déclaré que les pages Facebook publiques restaient l'un des principaux facteurs de contenu trompeur, représentant 43 % du total estimé des vues. Parmi ces pages publiques, l’organisation a identifié 42 pages Facebook "super-diffuseurs" qui ont généré au moins 100 000 interactions sur des messages liés aux 82 sites Web de diffusion de désinformation sur la santé. Ces pages ont également agi comme un porte-voix pour une grande partie de leur contenu en partageant et en dirigeant les utilisateurs vers ce contenu de manière répétée. Selon le rapport, ces pages ont généré à elles seules 800 millions de vues estimées et ont constitué plus des trois quarts (76 %) des vues estimées de tous les sites Web provenant des pages Facebook.


Fadi Quran, militant senior chez Avaaz, a clairement déclaré que « l'algorithme de Facebook est une menace majeure pour la santé publique. Mark Zuckerberg a promis de fournir des informations fiables pendant la pandémie ». « Malgré cela, son algorithme sabote ces efforts en poussant une grande partie des 2,7 milliards d'utilisateurs de Facebook vers des réseaux de désinformation sur la santé. Cette infodémie aura de graves effets sur la pandémie si Facebook ne détoxifie pas son algorithme et ne fournit pas de corrections à tous ceux qui sont exposés à ces mensonges viraux », a souligné Quran.

Les recommandations d’Avaaz

Le professeur Frank Ulrich Montgomery, qui préside la World Medical Association, a déclaré que « Cette pandémie devrait nous rappeler avec force à quel point les vaccins ont été efficaces », selon BBC News. « Mais au lieu de cela, les anti-vaxxers utilisent Facebook pour répandre des mensonges toxiques et des théories de conspiration ».

Le Dr Joao Miguel Grenho, secrétaire général de l'Union européenne des médecins spécialistes, a déclaré : « Mark Zuckerberg doit prendre des mesures immédiates pour se tenir à nos côtés afin de mettre fin à cette infodémie. Sinon, le nombre de personnes empoisonnées contre la prise d'un vaccin sera trop élevé pour que nous puissions vaincre cette pandémie ».

Avaaz a présenté une solution en deux étapes que Facebook pourrait utiliser pour « mettre en quarantaine cette infodémie » et réduire la désinformation de près de 50 %. La première étape consiste à fournir à chaque utilisateur de Facebook, qui a vu des informations erronées, des « corrections vérifiées de manière indépendante ». La deuxième étape est baptisée « détoxification de l'algorithme » et demande à Facebook de déclasser les messages de désinformation et les acteurs dans les fils d’actualité.

Source : Rapport d’Avaaz

Et vous ?

Que pensez-vous du rapport ? Quel commentaire faites-vous des chiffres évoqués ?
Pensez-vous vous aussi que Facebook est une réelle menace pour la santé publique ?
Quel commentaire faites-vous des recommandations d’Avaaz pour mettre la désinformation sur Facebook en quarantaine ?

Voir aussi :

Bill Gates blâme en partie les réseaux sociaux pour la propagation du coronavirus aux USA, à cause des théories du complot qui ont circulé sur ces plateformes
Alors que la désinformation sur le coronavirus inonde Facebook et Twitter, pour Elon Musk « la panique autour du coronavirus est stupide »
Facebook décide de mettre en quarantaine les campagnes anti-vaccins qui circulent sur sa plateforme, après la médiatisation de l'affaire Lindenberger
Facebook vient d'échouer à son tout premier audit sur les droits civils, l'entreprise n'est pas prête à s'attaquer à la "haine vitriolique" sur sa plateforme, d'après les militants des droits civils

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de tanaka59
Membre expert https://www.developpez.com
Le 21/08/2020 à 14:03
Bonjour,

Que pensez-vous du rapport ? Quel commentaire faites-vous des chiffres évoqués ?
Le nombre de personnes exposéesà des informations erronées est juste délirant ... Cela n'est autre qu'un effet de "buzz", histoire à qui racontera le plus de bobards ... Au vu de l'incurie des gouvernements à gérer la situation, il en résulte une forme d'hystérie a racontera la plus grosse, et au plus c'est gros au plus le truc passe ...

Pensez-vous vous aussi que Facebook est une réelle menace pour la santé publique ?
Facebook n'est pas en soit un "danger" , c'est plutôt les groupes de personnes , organismes et sites web qui arrivent à faire prendre proportion inimaginable à leur idéaux foireux ... Résultat la modération de Facebook est dépassée pour endiguer le phénomène ... A moins d'avoir une armada de modérateurs humains qui contrôles tout et dans chaque contexte ... Difficile pour Facebook d'arriver à suivre en terme de modération qui c'est bien fait avoir au passage ...

Le problème dans cette affaire c'est que Facebook étant :

un "réseau social" qui relaye des sujets de toutes natures
un site à forte audience
beaucoup d'inscrit
un modération difficile à maintenir

Et la on peut faire croire n'importe quoi à un groupe bien ciblé et ce de manière massive ...

C'est la ou cela devient dangereux ...

L'autre problème aussi , c'est l'automatisation à outrance de la modération des contenus. Le font du problème est qu'une machine peut difficilement avoir une idée du "contexte d'une idée" ... Donc au final , beaucoup de faux positif , et des vrais sujets de fond nocifs qui demandent une vraie attention spécifique, qui passent entre les mailles du filet .

Quel commentaire faites-vous des recommandations d’Avaaz pour mettre la désinformation sur Facebook en quarantaine ?
1) que facebook embauche des modérateurs de manière massive (dont je doute que le coup soit prohibitif, si ce n'est impossible financièrement)
2) l'automatisation des contrôles est contre productive, car trop de faux positif

Le jeu dangereux est que facebook, demande à des machines d'avoir un raisonnement humain sur des sujets ou "l'on" doit juger à partir de sensibilité. Cela ne pourra jamais se traduire informatiquement ...

Si emmerder Mr lambda qui parle d'un sujet sérieux en le censurant et ne pas réussir à détecter les vrais boots et vraies rumeurs ...
0  0 
Avatar de abriotde
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 21/08/2020 à 14:24
Je trouve que c'est un peu une vision du verre a moitié vide. N'oublions pas qu'aussi Facebook permet aussi de diffuser des information rassurante. Il permet même mieux un contre-pouvoir. Qui dis contre-pouvoir dis aussi une certaine visibilité aux erreurs. Mais les réseaux sociaux plus que de de diffuser des idées sont surtout un révélateurs d'idées qui existaient autrement. Y appliquer une censure est donné du crédit aux régimes totalitaire. Cela permet une dérive lente mais sûr vers une censure et donc vers un état totalitaire.
0  0