Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Twitter tente d'empêcher les internautes de partager des articles qu'ils n'ont pas lus
Dans le cadre d'une expérience qui évitera de susciter des réactions sur le RS uniquement sur la base du titre

Le , par Patrick Ruiz

302PARTAGES

9  0 
Procéder au partage d’un article sur une plateforme en ligne est susceptible de déclencher de vifs échanges entre internautes. Problème : bon nombre d’initiateurs de ces débats n’ont pas lu le contenu qu’ils partagent . Ils se sont limités à la lecture d’un titre, ce qui est de nature à plomber la qualité des échanges. Twitter teste une fonctionnalité pour changer la donne… Elle ne touche qu’aux utilisateurs de la plateforme Android ; du moins, pour le moment.


Le test consiste en l’affichage d’un message qui rappelle à l’internaute que « les gros titres ne racontent pas toute l’histoire. » Celui-ci a ensuite le choix entre lire l'article, le retweeter ou le retweeter en ajoutant un commentaire.


Sur l’efficacité de l’approche, il semble qu’il ne s’agisse que d’une fenêtre de plus à ignorer. En effet, le choix des deux dernières options devrait permettre de partager le contenu sans en prendre connaissance. Toutefois, ce serait déjà ça que d’introduire un frein dans le processus de partage. La manœuvre devrait permettre aux utilisateurs de repenser leurs actions sur le réseau social. Néanmoins, une approche plus simple consisterait à apposer un drapeau sur un partage ou un commentaire afin de signaler que le lien n’a pas reçu de clic de la part de l’initiateur d’un débat. Ainsi, des tiers prêts à réagir prendraient alors la publication avec des pincettes. Une mesure complémentaire serait de mettre sur pied un moyen d’empêcher les internautes de commenter sur des articles qu’ils n’ont pas lus.

Grosso modo donc, l’objectif est de pousser les utilisateurs du réseau social à s'informer avant de partager ou de réagir à des publications sur la plateforme surtout quand on sait que 59 % des liens postés sur Twitter ne font pas l’objet de clics. C’est en tout cas ce que révèle une étude (publiée il y a 4 ans) de chercheurs de l’INRIA et de Microsoft.

Ce test n'est que le dernier en date de Twitter dans un effort pour freiner la désinformation et encourager des discussions constructives sur la plateforme. Le mois dernier, Twitter a lancé un autre qui permet aux utilisateurs de limiter le nombre de personnes pouvant répondre à leurs tweets sur Android, iOS et l'application web de l'entreprise. À l'heure actuelle, certains utilisateurs peuvent limiter les réponses à tout le monde, aux personnes qu'ils suivent ou à celles qu'ils mentionnent. Ces derniers mois, Twitter a mis en place des fonctionnalités supplémentaires, comme la possibilité de cacher des réponses spécifiques aux tweets. Le réseau social teste également une interface plus propre pour les fils de conversation de la plateforme.

Source : support Twitter

Et vous ?

Vous arrive-t-il de procéder aux partages d’articles en ligne sans les avoir lus ? Si oui (ou non) pour quelle raison ?
Que pensez-vous de l’approche de la plateforme de réseau social dans la résolution du problème qu’elle met en avant ? Quelle solution proposeriez-vous en tant que développeur web ?

Voir aussi :

Google, Facebook et Twitter ont été réprimandés pour n’en avoir pas fait assez dans la lutte de l’UE contre les fake news
Fake news : les humains auraient tendance à plus les répandre que les bots sur Twitter, d’après des chercheurs du MIT
Ingérence électorale : Facebook et Twitter ont comparu devant le Congrès US pour défendre les améliorations sécuritaires apportées à leurs services
Twitter annonce le déploiement de ses outils anti hoax et anti trolls, trois nouvelles mesures sont prises
Fake news : Facebook admet avoir recommandé du contenu issu de la propagande russe à certains utilisateurs lors des élections présidentielles des USA

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !