Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Qwant, le faux espoir de la French Tech ? Le moteur de recherche « souverain », mais dépendant à plus de 60 % de Bing,
Est au coeur d'un scandale d'État

Le , par Michael Guilloux

745PARTAGES

34  1 
Qwant, le moteur de recherche français axé sur le respect de la vie privée, a été présenté par le gouvernement comme l'un des piliers pour atteindre la « souveraineté » technologique, encore inexistante avec la domination des géants américains de la Silicon Valley. Il a bénéficié d'une subvention de plus de 20 millions d'euros de la Caisse des Dépôts pour lui permettre de concurrencer Google, et est aujourd'hui le moteur de recherche par défaut dans les administrations publiques. Une enquête publiée le 18 mai par Le Média révèle toutefois que Qwant ne mériterait pas la couverture médiatique qui le présente comme un modèle de success-story. Mais ce serait plutôt les relations de ses actionnaires et dirigeants avec des personnalités au plus haut de l'État qui lui ont permis d'avoir son statut actuel.

« Sur le papier, cela pourrait passer pour une success-story. Mais en réalité, Qwant ne marche pas, ou mal. Ses résultats sont tirés principalement du moteur de recherche Bing, de Microsoft ; ils sont souvent datés, peu fiables, peu pertinents, limités en nombre. C’est le constat tiré par la Direction interministérielle du numérique (DINUM) dans une note confidentielle datée du mois d'août 2019, que s’est procuré Le Média », explique le Marc Endeweld du site Le Média.

La note a été rédigée par des agents de la direction interministérielle du numérique (ex Dinsic), de l’ANSSI (l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information), du ministère des Armées et de l’École normale supérieure. Tous ont été chargés de réaliser un audit d’une journée chez Qwant, en vue de son installation sur les ordinateurs de l’administration publique.

Suite à l'audit, la DINUM a évoqué plusieurs limitations dont souffre le moteur de recherche, à savoir : « une difficulté à passer à l’échelle, notamment en termes de nombre de pages web traitées ; une difficulté à gérer un rafraîchissement fréquent des pages web déjà visitées pour en capturer les modifications ; une impossibilité d’utiliser l’index en temps réel pour les recherches des utilisateurs ».

La note s’interroge ensuite sur « l’utilisation de Bing, [le moteur de recherche de Microsoft], en sous-traitance de Qwant ». Qwant s’appuie principalement sur la technologie Bing de Microsoft pour son propre moteur de recherche. La dépendance de Qwant à Bing et de manière générale la performance de l’index de Qwant dérangent la DINUM. Elle ne peut pas « exclure un scénario dans lequel l’essentiel des réponses viendrait in fine de Bing ».

Les incohérences découvertes par les auditeurs les laissent en effet penser à une probable « situation dans laquelle les résultats de recherche [de Qwant] soient composés quasi exclusivement de résultats Bing depuis plusieurs mois ». C'est une conclusion assez déconcertante pour un moteur de recherche qui se dit « souverain ». La DINUM conseille alors de conditionner l'utilisation de Qwant dans l’administration à une série de changements dans le cœur du moteur de recherche, c'est-à-dire migrer vers une version 2, qui corrigerait toutes ces lacunes.

Un second audit de la DINUM permet d'en dire plus sur la dépendance de Qwant à Bing. L'indicateur d’autonomie suivi montre que le taux de dépendance de Qwant à l’égard du moteur de recherche de Microsoft est encore très élevé. Ainsi, en juillet 2019, sept ans après sa création, le moteur de recherche annoncé comme « souverain » utilisait Bing dans plus de 75 % de cas. Fin septembre, ce taux de dépendance avait baissé à 65 %. Autrement dit, près des deux tiers des requêtes web auprès de Qwant étaient encore traitées par Bing de Microsoft.


Les auditeurs se montrent toutefois moins sévères à cause de l'évolution positive de l'indicateur d'autonomie. En plus, Qwant est « en cours de migration de son moteur d’une première version limitée techniquement vers une nouvelle version plus aboutie ». Ils recommandent alors « la signature de la note généralisant l’installation par défaut de Qwant au sein de l’administration à trois conditions : 1. une vérification dans les locaux de Qwant des affirmations de remise en place de l’indexeur et de la mesure de 60 % de dépendance à Bing, ainsi qu’une vérification de la méthode de calcul de cette dépendance ; 2. la transmission quotidienne à la DINSIC du taux de dépendance à Bing ; 3. l’acceptation d’une clause de revoyure lors de la mise en place de la version 2 du moteur aux environs de janvier 2020 », accompagnée par un nouvel audit ».

En mai 2020, au moment de l'audit, cette seconde version du moteur est encore « à l’état de prototype », comme le révèle Le Média. Entre-temps, en janvier, le secrétaire d’État Cédric O a annoncé la généralisation de Qwant sur les postes informatiques de l’administration publique, faisant ainsi fi des recommandations de l'audit.

Il est important de souligner que les auditeurs ont reconnu à Qwant sa capacité à préserver la vie privée des utilisateurs - contrairement à Google. Ils semblent toutefois ne pas être assez impressionnés. Ils rappellent en effet que « d'autres moteurs de recherche pourraient revendiquer la satisfaction du premier critère de respect de la vie privée ». Et eux ne bénéficient pas de fonds publics... Ajoute Le Média. Marc Endeweld explique cela dans son enquête par les relations des actionnaires et dirigeants de Qwant avec des personnalités au plus haut de l'Etat, y compris Macron. C’est ce que montre la vidéo suivante.


Source : Le Média

Et vous ?

Que pensez-vous des révélations de cette enquête ?
Avez-vous déjà utilisé Qwant ? Comment jugez-vous la pertinence de ses résultats de recherche ?

Voir aussi :

Après avoir occupé le poste de directeur général de Qwant entre septembre et décembre 2019, Tristan Nitot quitte la société : « Le cœur n'y était plus »
Qwant se prépare à changer de direction sous la pression des investisseurs, Eric Léandri va quitter la présidence et Qwant va devenir le moteur de recherche par défaut de l'administration française
Le français Qwant qui rêve de détrôner le moteur de recherche de Google est dans la tourmente, les actionnaires du groupe exigeraient une nouvelle équipe managériale pour conduire sa transformation
Qwant : enquête sur les déboires du « Google français » : hauts salaires, déficit, subventions, utilisation de Bing et Bing Ads

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Nym4x
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 20/05/2020 à 7:05
Qwant ou l’histoire d’une escroquerie : ce moteur de recherche «souverain» n’est qu’un proxy vers bing. Le jour où on comprendra que les gafa ont été fait par des passionnés de technologie et non des financiers / politiques, la france aura peut être une chance de prétendre concurrencer les états unis. En france un développeur n’est vu que comme une variable d’ajustement ou un mal nécessaire devant être si possible externalisé dans un centre de sévices... euh.., services, mis sous contrôle et dépossédé de toute initiative ou possibilité d’influence sur ce qu’il produit. Il est symptomatique de voir que Macron voulant une souveraineté digitale soit conseillé par des gens incapables d’écrire une ligne de code... idem pour les directions du digital dans le secteur privé..,
39  2 
Avatar de strato35
Membre averti https://www.developpez.com
Le 20/05/2020 à 8:40
Pour avoir testé Qwant, il a toujours été incapable de me donner des résultats aussi pertinents que google lors de recherches complexes (comme bing et tout autre moteurs de recherche qui en dépendes en fait ...), mais pour des recherches "simples", ça va encore.

Citation Envoyé par Nym4x Voir le message
Il est symptomatique de voir que Macron voulant une souveraineté digitale soit conseillé par des gens incapables d’écrire une ligne de code... idem pour les directions du digital dans le secteur privé..,
Sans être forcément capable d'écrire une ligne de code, les conseillés de Macron (ou tout autre politicien d'ailleurs) devraient au moins savoir et comprendre réellement comment fonctionne le monde de l'informatique et du numérique, ce serait déjà une bonne avancée...

Perso je travail dans le secteur privé, et j'ai la chance d'avoir des employeurs qui ont été codeurs à leurs début, et qui donc comprennent à la fois les besoins des devs, et le métier lui même. Hélas ils ne codent plus aujourd'hui à leurs grand regrets, mais ils ont gardés leur logique et pensée de dev lorsqu'ils effectuent leurs devoirs de commerciaux, et ont conservés leur capacité d'apprentissage et de remise en question. Je doit admettre que c'est très plaisant d'avoir des commerciaux qui ne promettent pas la lune dans des délais intenables.
18  1 
Avatar de qwanturank
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 19/05/2020 à 21:29
Pour être tout à fait sincère je ne connaissais pas vraiment le moteur avant de participer au concours de référencement qwanturank.
Après 6 mois de tests intensifs le constat est pathétique : indexation lente, dépendance à Bing, résultats obsolètes, facilité à truquer les résultats, etc.
En un mot à fuir ...
15  2 
Avatar de redcurve
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 19/05/2020 à 21:38
Qwant a toujours été une farce sans aucun modèle économique ce qui est juste la chose la plus importante pour une entreprise
13  2 
Avatar de defZero
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 20/05/2020 à 20:39
Il a bénéficié d'une subvention de plus de 20 millions d'euros de la Caisse des Dépôts pour lui permettre de concurrencer Google, et est aujourd'hui le moteur de recherche par défaut dans les administrations publiques.
Une enquête publiée le 18 mai par Le Média révèle toutefois que Qwant ne mériterait pas la couverture médiatique qui le présente comme un modèle de success-story.
Mais ce serait plutôt les relations de ses actionnaires et dirigeants avec des personnalités au plus haut de l'État qui lui ont permis d'avoir son statut actuel.
...
Que lis-je ? Le gouvernement Français aurait fait preuve de favoritisme, collusion et autre copinage pour attribuer 20 millions d'argent à public ?
...C'est bien la première fois que j’entends parlé d'une telle tartufferies au niveau des plus hautes sphères de l'État.

Non, plus sérieusement, c'est cher payés le proxy Bing qui ne scale même pas, vous ne trouvez pas ?

A la limite ils joueraient avec leurs pognons, mais là ils jettent littéralement 20 millions à la poubelles pour un truc que personne n'avait même suggéré.
C'est fous que pour des postes soit dit en à forte responsabilités (enfin ils justifies leurs haut salaire comme ça), personnes ne soient poursuivis pour détournements de fond public, collusion ou autre.
10  1 
Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 20/05/2020 à 17:00
Citation Envoyé par Alexandre T Voir le message
Je ne savais pas que cela venait de duckduckgo. En même temps, si personne ne reprend une idée, il n'existerait qu'un seul moteur de recherche. Enfin, j'avoue que cela me navre en plein Covid de lire cela. Tout le monde parle de relocaliser les industries essentielles. Et là, on déboîte une société parce qu'elle a reçu des subventions de l’État et qu'elle n'a pas réussi à détrôné Google. Quand on compare les subventions de l’État au CA hebdomadaire de Google... Je partage plutôt l'idée des audits : détecter les lacunes, essayer d'améliorer ce qui ne va pas. Les commentaires me rappellent ceux qui veulent jeter le code du prédécesseur parce qu'il aurait fait quelques choix différents.
Qwant se fait débiner parce que le moteur se contente dans la plupart des cas (au moins 2 recherches sur 3) de remonter les résultats de Bing. C'est comme si t'avais un simple client tiers de Bing Search qui s'appellerait "Qwant". Je ne sais pas toi mais ce n'est pas l'idée que je me fais d'un moteur de recherche.

Citation Envoyé par Nym4x Voir le message
Il est symptomatique de voir que Macron voulant une souveraineté digitale soit conseillé par des gens incapables d’écrire une ligne de code... idem pour les directions du digital dans le secteur privé..,
La souveraineté commencerait déjà par envoyer bouler les commerciaux de chez Microsoft et autres lobbyistes pro-GAFAM, et ce au profit de solutions équivalentes françaises ou européennes à défaut. Pour n'en citer qu'un : on avait tout sous la main avec Mandriva mais on les a laissé crever au lieu de les aider.
8  1 
Avatar de alexetgus
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 20/05/2020 à 21:21
C'est pas la première fois qu'on jette de l'argent public par les fenêtres.
Les mecs recrutés étaient de beaux fainéants et/ou incompétents pour créer un simple proxy entre nous et Bing...

Ceci dit, je m'en fous un peu (sauf pour l'argent, ça s'appelle une escroquerie et il faut récupérer tout ce blé)
Voilà quelques années que j'utilise un proxy similaire à Qwant, c'est Startpage qui utilise Google.

Le principe est le même, sauf que les gars annoncent clairement utiliser Google.
Avec Qwant, on est dans la dissimulation et ça doit se payer ! Impossible de laisser les mecs partir dans la nature avec notre tiroir caisse !
7  1 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 20/05/2020 à 8:44
Citation Envoyé par Nym4x Voir le message
Le jour où on comprendra que les gafa ont été fait par des passionnés de technologie et non des financiers
Oui et non.
Aux USA l'argent pleut via les circuits de financement. Les GAFA (sauf apple peut-etre c'est trop vieux) ont fait des pertes colossales pendant des années, tu peux y faire des dizaines de Qwant avec. Les USA n'ont pas du tout les mêmes règles, la vente à perte c'est leurs spécialitées alors que ça nous est interdit. Mais à coté de ca, il est vrai qu'il n'hésite pas à sortir le chéquier pour payer les techos, chose impensable en France.
6  1 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/05/2020 à 21:55
Citation Envoyé par alexetgus Voir le message
(sauf pour l'argent, ça s'appelle une escroquerie et il faut récupérer tout ce blé)
Ça sera jamais "remboursé", Qwant est déficitaire, il font juste un peu de recettes pub via le système de pub de Microsoft, mais comme Microsoft prends une commission, et que somme toute grâce a Qwant Microsoft à un peu plus de revenus pubs, la magouille Qwant ça reviens à ce que l'état donne de l'argent aux USA via Microsoft, donc c'est bien un scandale total, et une escroquerie.

Ça continuera tant que l'état va payer, et pendant ce temps les dirigeants vont gagner des salaires indécents tout ça sans rien foutre (vu que c'est Bing qui fait le job). Très bon poste pour finir sa carrière pourrie quand on a fait déjà couler plusieurs startups, donc gagner sa vie en étant incompétent et feignant mais bien payé. Il faut juste savoir faire de la lèche, en option organiser de la corruption, et mentir.

L’objectif est notamment de sortir Qwant du rouge : l’entreprise aurait perdu 10 millions d’euros en 2017, et jusqu’à 11,2 millions d’euros en 2018. En mai 2020, la société n’avait toujours pas publié ses comptes de 2018, dérogeant à toutes les règles comptables habituelles.
6  1 
Avatar de alexetgus
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 20/05/2020 à 22:00
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
Ça sera jamais "remboursé", Qwant est déficitaire, il font juste un peu de recettes pub via le système de pub de Microsoft, mais comme Microsoft prends une commissions, et que somme toute grâce a Qwant Microsoft à un peu plus de revenus pubs, la magouille Qwant ça reviens à ce que l'état donne de l'argent aux USA via Microsoft, donc c'est bien un scandale total, et une escroquerie.

Ça continuera tant que l'état va payer, et pendant ce temps les dirigeants vont gagner des salaires indécent tout ça sans rien foutre (vu que c'est Bing qui fait le job). Très bon poste pour finir sa carrière pourrie quand on a fait déjà couler plusieurs startups, donc gagner sa vie en étant incompétent et feignant mais bien payé. Il faut juste savoir faire de la lèche, en option organiser de la corruption, et mentir.

Au minimum, il faut saisir la justice.
C'est hors de question que les mecs partent dans la nature avec notre blé ! Hors de question !!!

D'autant plus qu'ils ont "créé" un moteur foutage de gueule pour faire plaisir à l'administration !
4  0