Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Modération des contenus : Facebook nomme les premiers membres du Conseil de surveillance indépendant,
Qui pourront annuler des décisions prises par la société ou le PDG, Mark Zuckerberg

Le , par Axel Lecomte

253PARTAGES

9  0 
Le 6 mai, Facebook a présenté la liste des premiers membres de son Conseil de surveillance, chargés de traiter les recours envoyés par les utilisateurs qui contestent les décisions prises par les modérateurs de la société. Ils se pencheront sur les cas les plus problématiques et seront même en mesure d’annuler les décisions déjà actées par les modérateurs Facebook ou le PDG de l’entreprise, Mark Zuckerberg. « Le Conseil est désormais opérationnel et peut commencer à travailler », explique Nick Clegg, vice-président en charge des affaires mondiales et des communications chez Facebook.

L’idée de créer cette instance est née en 2018. « Depuis lors, nous avons consulté des milliers d'universitaires, d'ONG et d'autres experts dans le monde entier. Nous avons publié une charte qui souligne notre engagement à ancrer le Conseil dans un ensemble de valeurs - authenticité, sécurité, vie privée, dignité et, surtout, liberté d'expression - guidées par les normes internationales en matière de droits de l'homme. Il en résulte un organisme indépendant, composé de personnes aux parcours et aux expériences professionnelles variés, qui défendra les intérêts de notre communauté », déclare de son côté Mark Zuckerberg.

Facebook a longtemps été la cible de critiques sur la façon dont elle autorise ou des contenus très médiatisés, comme celui montrant une jeune fille nue fuyant une attaque au napalm pendant la guerre du Viêt Nam.


Les membres

Le Conseil est actuellement composé de 20 membres, venant du monde entier et étant connus pour être des défenseurs de la liberté d’expression. « Les membres contractent directement avec le Conseil de surveillance, ne sont pas des employés de Facebook et ne peuvent pas être supprimés par Facebook », précise Nick Clegg.

Parmi ces membres, ont peut citer Tawakkol Abdel-Salam Karman, journaliste et lauréate du prix Nobel de la paix en 2011, Helle Thorning-Schmidt, ancienne première ministre du Danemark, ou Julie Owono, directrice de l’ONG française Internet sans frontières.

En outre, d’autres personnes vont rejoindre ce Conseil. Facebook poursuit ainsi son processus de sélection jusqu’à ce qu’il compte 40 membres.

Premières décisions attendues cet été

Le Conseil est basé à Londres et dispose d’un budget de 130 millions de dollars pour six ans. Cinq membres seront chargés d’examiner un dossier et l’un d’entre eux viendra du même continent que le plaignant.

Pour l’instant, seuls les écrits, photos et vidéos supprimés par Facebook et Instagram seront examinés par le Conseil. Mais à terme, ce dernier pourra traiter les refus de retrait des contenus sensibles.

Les premières décisions sont attendues cet été, sachant que l’examen des dossiers peut prendre environ 90 jours après que l’internaute ait fait appel de la décision des modérateurs.


De leur côté, certains internautes doutent déjà que cette instance soit « impartiale » et « diversifiée », en affirmant qu’un bon nombre des membres partagent les mêmes opinions politiques. Ils estiment ainsi que le Conseil de surveillance pourrait prendre des décisions inadéquates.

Source : Facebook, Conseil de surveillance de Facebook

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Partagez-vous l'avis des internautes ?

Voir aussi :

Facebook s'est engagé à verser 130 millions de dollars sur six ans pour financer sa « Cour suprême », une institution qui sera chargée de jouer les modérateurs entre Facebook et ses utilisateurs
Une ex-modératrice de Facebook porte plainte pour stress post-traumatique, après avoir été exposée à des contenus choquants
Un employé de Facebook est congédié pour avoir restauré des comptes publicitaires bannis par la société, en échange de milliers de dollars de pots-de-vin
Les actionnaires de Facebook en ont assez de Marc Zuckerberg, mais ne peuvent rien faire contre lui, en voici les raisons
Google, Facebook et Twitter privilégient l'utilisation de l'IA pour les activités de modération et préviennent que des erreurs peuvent survenir, leurs employés étant priés de rester chez eux

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sevyc64
Modérateur https://www.developpez.com
Le 07/05/2020 à 8:49
Un organisme de contrôle, indépendant, mais nommé par l'organisme qui va être contrôlé, ça me laisse toujours un peu dubitatif.
2  0 
Avatar de Sikarii
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 07/05/2020 à 8:00
L'église aussi, en son temps, s'est créée son "Conseil de surveillance" les gens ont beaucoup apprécié...

Ils s'arrogent beaucoup de droit Facebook quand même, et bientôt ils battront monnaie aussi... Un vrai petit empire
0  0