Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Pornographie en ligne : Macron donne un délai de six mois aux fournisseurs d'accès à internet pour appliquer le contrôle parental par défaut
Afin d'en limiter l'accès aux mineurs

Le , par Olivier Famien

832PARTAGES

19  0 
Comme chaque année, ce 20 novembre a marqué la journée internationale des droits de l’enfant. À la faveur de cette journée spéciale qui constitue le 30e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant, le président français Emmanuel Macron s’est exprimé à la tribune de l’UNESCO devant 400 jeunes et a déroulé son plan d’action pour la protection des enfants.

Alors que le président s’est étendu sur plusieurs mesures que le gouvernement français compte mettre en place pour protéger les enfants, c’est celui sur la protection des enfants contre la pornographie en ligne qui a retenu notre attention.

Devant les jeunes de différentes catégories d’âges, Macron n’est pas allé par quatre chemins pour dénoncer l’exposition des enfants à des contenus pornographiques en ligne. En France, la moyenne d’âge à partir de laquelle les enfants sont exposés à la pornographie est de 13 ans. Pour Macron, les parents devraient veiller à ce que ces enfants n’aient pas accès à ce type de contenus sur la toile. « On n’emmène pas un enfant dans un sex-shop à 13 ans », a martelé le président Macron. Aussi souhaite-t-il que les parents reprennent davantage la main sur l’utilisation du numérique par leurs enfants. Pour cela, il invite les acteurs du numérique à trouver des solutions robustes pour éviter que les enfants aient accès volontairement ou involontairement aux contenus pornographiques. Si dans 6 mois, aucune solution n’est trouvée, le président appliquera sa propre solution en faisant voter une loi qui imposera aux opérateurs télécoms d’appliquer le contrôle parental automatiquement.


Actuellement, ce contrôle parental est appliqué dans « une démarche volontaire ». Mais pour Macron, dans la plupart des cas ce n’est pas suffisant ». Bien évidemment, « cela peut être contraignant pour les opérateurs numériques », et opposé à la liberté, a rappelé le président. Mais pour le président, la liberté n’existe pas s’il n’y a pas d’ordre public. Le numérique ne doit pas être un espace où tout est permis, où l’Etat devrait détourner son regard, et où la liberté n’aurait plus en quelque sorte d’ordre public, a souligné Macron. C’est pourquoi il a lancé un ultimatum aux fournisseurs d’accès à Internet (FAI) en déclarant ceci : « dès maintenant, nous préparons la loi. Si dans 6 mois nous n’avons pas de solutions, nous passerons une loi pour le contrôle parental automatique ».

Dans son désir de renforcer les mesures de protection des enfants, Macron compte s’attaquer également à la responsabilité des sites web qui proposent des contenus pornographiques. Avec un projet de loi audiovisuel qui sera voté, Macron explique qu’il sera maintenant précisé dans le Code pénal français « que le fait de déclarer son âge en ligne ne constitue pas une protection suffisante contre l’accès à la pornographie des mineurs de moins de 15 ans ». Cette nouvelle loi exigera également de la part des sites web la mise en place de dispositifs de vérification d’âge efficaces sur ces sites pornographiques. Contrairement à la solution envisagée en janvier dernier par le Secrétaire d’État au numérique Cédric O, et qui consistait en la présentation d’une carte pour accéder au contenu pornographique, Macron précise ici que le choix des moyens sera laissé à l’appréciation des sites pourvus qu’ils soient efficaces et réels.

Sur ce sujet, il faut savoir que la France n’est pas le premier pays à vouloir mettre en place des mesures pour limiter l’accès aux contenus pornographiques par les mineurs. Au Royaume-Uni, le gouvernement a dans un premier temps pensé à imposer la vérification de l’âge avec des documents officiels d’identification pour l’accès à ces contenus adultes, mais cette solution a été abandonnée pour les raisons évidentes d’atteinte à la vie privée. En France, au-delà du fait que pour l’instant les moyens sont laissés aux sites pour vérifier l’âge des personnes ayant accès aux contenus pornographiques, il est rapporté dans l’édition 2019 de « l’état de la menace liée au numérique » qui vient de paraître que l’on peut avoir « des protocoles qui permettent, par exemple si vous passez votre carte sur un lecteur, juste pour savoir si vous êtes majeur ou pas, sans dire votre identité ». L’Etat français ne compte donc pas s’en remettre uniquement au bon vouloir des sites web.

Bien que ces pistes de solutions soient louables, des moyens de contournement peuvent être utilisés par les jeunes pour avoir accès aux contenus en ligne. Pour ce qui concerne le parental contrôle par défaut qui est attendu des FAI, les enfants peuvent utiliser des VPN pour passer au travers les filtres. Et si une carte de vérification d’âge venait à voir le jour, les jeunes peuvent toujours utiliser la carte d’un tiers pour accéder à ces contenus adultes.

Enfin, Macron a annoncé dans son plan d’action des sanctions pour les contrevenants aux différentes lois qui seront votées. Pour les plateformes qui ne respecteraient pas ces lois, un blocage pourra être appliqué par les juges. De même, pouvoir sera également donné au CSA (l’autorité de régulation de l’audiovisuel) pour sanctionner les plateformes qui ne respecteront pas ces lois. En ce qui concerne les personnes qui seraient prises en train de consulter des images pédopornographiques, une peine d’emprisonnement de 5 ans est prévue et leurs noms seront désormais inscrits automatiquement dans le fichier judiciaire national.

Source : Twitter

Et vous ?

Quel est votre avis sur les solutions proposées par Macron pour lutter contre l’accès aux contenus pornographiques par les mineurs ?

Selon vous, quelles solutions pourraient véritablement régler ce problème ?

Voir aussi

Le Royaume-Uni voudrait contraindre les sites offrant du contenu pornographique à vérifier l’âge de visiteurs avant de permettre l’accès au contenu
Le Royaume-Uni abandonne le projet de loi visant à contraindre les sites web pornographiques à vérifier l’âge des visiteurs, d’après un communiqué officiel
Grande-Bretagne : Theresa May veut créer un nouvel Internet contrôlé et réglementé par le gouvernement
Les outils de filtrage Internet sont inefficaces et n’empêchent pas les adolescents à continuer de voir du contenu pornographique
L’Australie veut utiliser la reconnaissance faciale pour vérifier l’âge pour la pornographie en ligne, mais qu’est-ce qui pourrait ne pas marcher ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stérilux
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 21/11/2019 à 4:55
Quel est votre avis sur les solutions proposées par Macron pour lutter contre l’accès aux contenus pornographiques par les mineurs ?
Qu'il n'a toujours pas compris que ce sont très souvent les gosses qui aident les parents avec internet.
Que ça a beau faire plus de 20 ans que la majorité est équipé d'informatique, il y a des gens qui sont largué et que ce sont bien souvent leurs gosses qui s'y collent et qu'ils contourneront le blocage sans aucune difficulté tout comme ils font sauter les verrous des smartphones. Ce sont très souvent eux qui configurent les box.
Qu'il est hallucinant de voir l'état se substituer aux parents qui n'élèvent plus leur gosses.

Selon vous, quelles solutions pourraient véritablement régler ce problème ?
On ne laisse pas trainer un gamin tout seul dans la rue sans surveillance, pourquoi le faire sur le net alors que c'est pire ?

Un membre de ma famille passe par une société qui se spécialise dans le contrôle de contenu avec des alarmes et des humains qui contrôlent en permanence ou vont les gosses. Un jour sa fille tente d'aller sur un site "interdit" et se fait bloquer. Un opérateur humain lui signale pourquoi elle n'a pas le droit d'aller sur ce site, que ses parents ne l'y autorise pas. Sa fille lui répond textuellement "- va te faire foutre" qui a été instantanément rapporté à ses parents.
C'est le seul et système réellement fiable qu'il m'ait été donné de voir en dehors de la surveillance physique des parents mais ça reste assez limité en efficacité.
Les enfants ont de plus en plus tôt des smartphone et qu'il est très facile, même sans abonnement data, de connecter à un réseau extérieur qui lui n'aura pas de contrôle parental. Il y a des hotspot wifi gratuit qu'on trouve partout. Il y a le copain qui va partager sa connexion parce que lui n'est pas "verrouillé".

Ca fait 40 ans que beaucoup de parent n'élèvent plus leurs gosses, je ne leur jette pas la pierre, même en travaillant à 2 certains n'arrivent même pas à vivre correctement. L'état encourage, voir force, les familles à bosser encore et toujours plus.

La seule solution viable et de remettre l'humain au centre des sociétés civiles. Vous avez un gosse, un des deux parents arrête de travailler pour les élever correctement.
On aide une mère célibataire sans travail à élever son gosse jusqu'à la majorité mais s'il a 2 parents c'est foutu.
Le jour ou le gouvernement aura compris qu'un enfant ne s'élève pas avec des étranger à la famille et qu'il est incapable et inadmissible qu'il se substitue aux parent (sauf cas extrême), il y aura du chemin de fait.

De nos jours manger de la "vrai" nourriture est devenu un luxe, élever correctement ses enfants l'est aussi devenu. L'état a tout sacrifié sur l'autel de son dieu argent, y compris les générations futur. Les gens en sont conscient mais très peu se mobilisent contre ça ou n'en ont pas les moyens.

Et dire que ces types sont persuadé des génies... Mais bon, y'aura bien un bill gate pour faire la promotion d'un IA capable d'élever des enfants, comme ça la rentabilité des citoyens sera optimisé
Allez voter braves gens, l'état veille sur votre petite famille et vos enfants n'auront plus aucun scrupule à vous coller dans un epad comme vous l'aurez confié à une machine

Vous êtes au courant que c'est un ex banquier qui dirige ce pays au moins qu'il n'a pas d'enfant, qu'il n'en a jamais élevé mais n'hésitera pas à vous dire comment élever les vôtres
25  5 
Avatar de eldran64
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/11/2019 à 10:55
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
Parfaitement d'accord avec lui. c'est une bonne nouvelle. a voir si et comment ce la va être appliquée.

a quoi ça sert de râler sur ça ? vous râler s'il propose et si il fait rien.

vous lui laissez aucune chance en faite, je suis pas un grand fan de Macron, mais je trouve que c'est une bonne mesure.
De tout temps la pornographie a existé (bien avant l'ère du numérique en fait). La question de la sexualité est toujours une espèce de tabou alors que nous sommes en... 2019!!!
Le problème c'est que l'état s'empare d'une question qui relève de l'autorité parentale. L'état n'a pas à nous dire ce qui est bien ou non. Uniquement ce qui est légal ou non. Il n'a pas à se poser en tant que moralisateur.
Ici, le souci, c'est que l'accès à la pornographie veut être maitrisé par l'état. Macron a raison de dire qu'on ne laisse pas un gamin de 13 ans rentré dans un sex-shop et qu'on ne le laisse pas non plus accéder à la pornographie. Mais il faut se demander pourquoi on le fait (pour protéger l'enfant)? Et se demander à qu'il incombe de protéger l'enfant en question (ses parents)?
Bref, tout comme on avait obligé (avec plus ou moins de succès) les gens à protéger les connexions internet lors de l'ère de l'hadopi, nous pourrions également rappeler que ce sont les parents qui sont responsables des actes de leurs chérubins.
En passant par la voie législative, Macron décide unilatéralement de moraliser étatiquement une question qui finalement ne regarde pas l'état. Voilà le nœud du problème.
12  0 
Avatar de eldran64
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/11/2019 à 9:26
"Macron précise ici que le choix des moyens sera laissé à l’appréciation des sites pourvus qu’ils soient efficaces et réels"

C'est un véritable problème cela aussi. En faisant ainsi, Macron astreint les entreprises à une obligation de résultat. Cependant il leur laisse la responsabilité des conséquences de cette demande. Ainsi, si les sites web se mettent à demander des cartes d'identité, le gouvernement pourra toujours dire que ce sont des initiatives individuelles et qu'ils n'y sont pour rien.

Bref, c'est: je vous dis ce que je veux que vous atteignez mais pour l'atteindre vous serez contraint d'utiliser des moyens liberticides. Mais comme je vous n'aurai pas dis quoi faire, ça sera de votre responsabilité et de non de la mienne. Voilà la ligne du gouvernement. Ça pue à plein nez ces discours.
9  0 
Avatar de MRSizok
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 21/11/2019 à 8:08
Je penses que comme pour tout le reste Mr Macron sais très bien ce qu'il demande. Qu'il sais très bien que ça n'aboutira pas. Car, il sais très bien qu'il a autre chose proposer (imposer). On reviendra sûrement très prochainement sur l'empreinte digital.
8  0 
Avatar de Stérilux
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 21/11/2019 à 14:07
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Il parait qu'en tapant n'importe quoi dans un moteur de recherche tu peux tomber sur du porno.
Quand j'ai travaillé dans une école j'assistait des élèves pas encore très doué avec les ordi, il fallait se renseigner sur des métiers. Y'a une fille qui voulait être hôtesse de l'air donc elle avait tapé hôtesse sur le moteur de recherche...

Et pour reprendre la chanson d'un grand philosophe, Michaeël Youn : c'est une p*te, tout ce qui est mis au féminin finit mal

- Un coureur c'est un mec qui cour, une coureuse c'est...
- Un entraineur c'est un coach sportif, une entraineuse c'est...
- Un chauffeur ça conduit le bus, une chauffeuse c'est...
- Un hôte ça reçoit, une hôtesse c'est...
etc.

C'est que ça réveille des instincts féministe tout ça, voir plus.
7  0 
Avatar de nirgal76
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 21/11/2019 à 16:50
Citation Envoyé par eldran64 Voir le message
L'état n'a pas à nous dire ce qui est bien ou non. Uniquement ce qui est légal ou non. Il n'a pas à se poser en tant que moralisateur.
C'est pourtant de plus en plus le cas, et aussi dans les lois qu'il fait voter, et les tribunaux du coup aussi deviennent moralisateurs. C'est une dérive excessivement grave.
(bon, je ne parle pas des réseaux sociaux, qui sont, au final, la pire des dictatures moralisatrices que l'on ait à affronter, car elle vient du peuple contre lui même).
6  0 
Avatar de pmithrandir
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 25/11/2019 à 11:52
Ryu, des système il y en a déjà. Aux parents de les mettre en place.

On peut autoriser des plages horaires de connexions.
On peut interdire certains device.

On peut, comble de l'initiative, fournir un téléphone et non un smartphone a un enfant. (ne pas leur fournir de téléphone se révèle compliqué, puisqu'il n'y a plus de moyen de téléphoner sans eux(les cabines disparaissent)

J'ai aussi vu des parents qui n'autorisaient pas les smartphone dans les chambres. En général, on ne vient pas se regarder un porno entre papa et maman dans le salon.

Et c'est pareil pour le forfait données, on peut le limiter, ne pas en prendre, ...

Et oputre cela, on peut vraiment encourager des formations pour prendre le recul nécessaire sur ces contenus. Regarder du porno ce n'est pas grave en soit, croire que c'est la vraie vie ou que c'est un cour d'education sexuelle, c'est la que ca ne va pas.
6  0 
Avatar de eldran64
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/11/2019 à 8:45
A force de mettre des contrôles à la con dans tous les sens, on tue la responsabilité des citoyens et on tue la liberté au passage.

A quand un nouvel internet uniquement en technologie peer to peer sans passer par la moindre box internet? A hong kong il me semble qu'on se sert déjà d'une appli qui ne communique qu'en Bluetooth directement à d'autres tel.
4  0 
Avatar de Lightning88
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 21/11/2019 à 10:46
Je ne pense pas que cela changera grand chose. Ils auront beau mettre les restrictions les plus poussées, il y aura toujours moyen de contourner le système mis en place. Surtout que les jeunes ne sont pas idiots et qu'ils trouvent toujours des moyens détournés. La pornographie à toujours existé et existera toujours.

Je pense qu'il faut plutôt mettre en place un enseignement sur la sexualité et ses préventions plus poussé que celle qu'on voit au collège. Les dangers et mensonges de la pornographie, et avoir le bon comportement à avoir envers l'autre concernant la sexualité. Après ça, même si un jeune tombe sur un de ces sites, il connaitra mieux ce qu'il est en train de regarder.

De plus, ça tue la liberté. Internet était libre, maintenant il est contrôlé de toute part. Ça deviens pénible. Pas seulement pour les particuliers, mais aussi pour les professionnels. On OBLIGE des sociétés, des FAIs, etc à mettre en place tel ou tel protection ou suivi sous peine de se faire amender. Non mais faut arrêter. Bientôt, plus personne ne voudra travailler dans le web sous peur d'avoir oublier un truc. Je vois dans ce cas les jeunes sociétés de développement ou de web master, qui ne voudront pas se lancer car il y tellement de chose à mettre en place (Des moyens plus ou moins coûteux). On tue le web, on tue l'emploi et on tue la liberté. Seul les gros du web pourrons rester en place car ils auront les moyens financier de tenir tête aux amendes qu'ils recevrons.
4  0 
Avatar de eldran64
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/11/2019 à 10:59
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je pense qu'une solution réaliste serait de gérer une liste blanche dans les box, quand un appareil se connecte à la box il est par défaut dans la liste noire
Ça s'appelle un filtre parental. Et même si ce n'est pas parfait la solution me semble adapté et proportionné. On laisse ainsi à chacun le choix et le droit de protéger ses enfants comme il l'entend. Et si on estime qu'à 17 ans son gamin à le droit d'accéder à des sites pour adultes eh bien ça ne regardera que ses parents. Responsabilisons les citoyens. Ça me semble la meilleure des solutions (ou la moins pire, c'est selon).
3  0