États-Unis : des procureurs fédéraux cherchent à savoir si Boeing a fourni des informations incomplètes
Ou trompeuses sur son 737 Max

Le , par Christian Olivier

131PARTAGES

5  0 
Selon un récent article du Wall Street Journal (WSJ), les procureurs fédéraux US cherchent à savoir si Boeing a fourni « des informations incomplètes ou trompeuses » sur le 737 Max, son meilleur avion en termes de ventes, aux autorités de réglementation de la sécurité aérienne et à leurs clients. Cette procédure ferait partie d'une enquête plus vaste sur la façon dont l'avion phare de Boeing a été conçu et certifié par les régulateurs et leurs partenaires, selon le WSJ.

Pour rappel, la FAA (Federal Aviation Administration) - l’organisme chargé de donner son feu vert à tout ce qui vole aux États-Unis, celui-là même qui servait, jusque-là, de référence dans une bonne partie du monde - avait délégué une partie du travail de certification du 737 MAX de Boeing. Même si Boeing assure que la procédure qu’il suit avec les régulateurs pour la conception et la certification de ses avions « a toujours conduit à des appareils plus sûrs », l’avionneur américain fait face à des pressions croissantes depuis le crash de deux 737 Max en l’espace de cinq mois.


L'enquête criminelle a débuté l'année dernière, après le crash du premier 737 MAX de la compagnie Lion Air qui avait coûté la vie à 189 personnes. Cinq mois plus tard, un second 737 MAX exploité cette fois par la compagnie Ethiopian Airlines s’est écrasé (157 morts) et les premiers éléments d’enquête suggéraient l’existence de fortes similitudes entre ces deux tragédies. Des agents du Federal Bureau of Investigation (FBI) et du Département des Transports aux États-Unis travaillent ensemble sous la direction des procureurs fédéraux, selon le WSJ. Mais Boeing n'a pour le moment pas été accusé d'aucun acte répréhensible.

Le fabricant d’avions basé à Chicago a récemment lancé une grande offensive pour reconquérir la confiance du grand public et obtenir des régulateurs l’autorisation de faire voler à nouveau ses 737 MAX qui restent depuis la mi-mars interdits de vol. Boeing a réuni dans son fief de Renton à Seattle des journalistes, pilotes et dirigeants de compagnies aériennes pour leur présenter les modifications tant attendues qu’il a apportées au système de vol de son 737 MAX. Il assure que l’implémentation de ces changements rendra le système de vol de son 737 MAX « plus solide », sans que cela sous-entende un éventuel défaut de conception initial de cet avion.

Grâce à cette mise à jour logicielle, l’avionneur américain promet que le fonctionnement du MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) sera plus transparent pour l’équipage et assure que les pilotes pourront plus facilement le contourner en cas de problème. Par ailleurs, la nouvelle mouture du logiciel devrait permettre au pilote d’établir rapidement un dysfonctionnement du MCAS grâce à un système d’alerte lumineux, baptisé « AOA disagree », indiquant que les deux capteurs d’angle d’attaque embarqués fournissent des données contradictoires. Ce système d’alerte lumineux sera dorénavant partie prenante du modèle de base de l’appareil et non plus facturé en option.

Source : WSJ

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Boeing étudie la possibilité de remplacer ses pilotes par l'intelligence artificielle dans ses vols commerciaux
Un bogue informatique avait contraint le Boeing 787 à être redémarré tous les 248 jours pour éviter une interruption totale du système électrique
Elles n'avaient pas acheté les DLC : les dispositifs de sécurité vendus en option par Boeing qui auraient permis d'éviter le crash des Boeing 737 MAX
Les régulateurs ont « provisoirement approuvé » un correctif logiciel pour le Boeing 737 Max qui améliorera le système de prévention des décrochages

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Christian Olivier
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 03/04/2019 à 7:38
Boeing retarde la livraison du correctif logiciel ciblant le système de vol de son 737 MAX
Après qu'un audit de la FAA ait révélé d'autres problèmes

La livraison du correctif logiciel promis par l’avionneur américain Boeing pour améliorer le système de vol de son 737 MAX a été retardée de plusieurs semaines après qu’un audit réalisé par des experts indépendants sous la supervision de la FAA (Federal Aviation Administration) ait soulevé des questions de sécurité supplémentaires, a récemment rapporté le New York Times. Les détails concernant les résultats de cet audit n’ont pas été dévoilés, mais la FAA - l’agence gouvernementale chargée de la réglementation et des contrôles concernant l’aviation civile aux États-Unis - a confirmé le 1er avril dernier que le logiciel de Boeing nécessitait des travaux supplémentaires, assurant qu’elle « n’approuvera pas l’installation du logiciel » tant qu’elle ne sera pas « satisfaite ».


Cette annonce contraste fortement avec l’optimisme affiché par l’avionneur lors de la présentation en grande pompe de la nouvelle mise à jour logicielle ciblant le système de vol de ses 737 MAX, une cérémonie pendant laquelle Boeing a affirmé que l’implémentation de ces changements rendra le système de vol de son 737 MAX « plus solide ». Avec cette mise à jour logicielle, Boeing avait promis que le fonctionnement du MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) — le dispositif de stabilisation de vol du 737 MAX qui est censé prévenir tout décrochage catastrophique de l’avion — sera plus transparent pour l’équipage et assure que les pilotes pourront plus facilement le contourner en cas de problème.

Il faut rappeler que le système de vol du 737 MAX de Boeing est vraisemblablement impliqué dans les deux catastrophes aériennes qui ont frappé la compagnie indonésienne Lion Air le 29 octobre 2018 et Ethipian Airlines le 10 mars 2019, les enquêtes préliminaires ayant relevé un dysfonctionnement du MCAS. Signalons au passage que la FAA avait délégué une partie du travail de certification du 737 MAX au constructeur Boeing. Il serait donc logique de dire que la FAA et l’avionneur américain sont responsables de la validation du MCAS de première génération équipant le jet 737 MAX. Par ailleurs, des soupçons de collusion entre Boeing et la FAA ont commencé à faire surface vu le temps qu’il a fallu à la FAA pour prendre les mesures de sécurité d’urgence qui s’imposaient : la réaction tardive de la FAA contrastait fortement avec celle des autorités chinoises et européennes compétentes qui ont rapidement décidé de clouer au sol tous les Boeing 737 MAX en raison des similitudes existant entre les deux crashs qui impliquaient des jets 737 MAX de Lion Air et Ethiopan Airlines.

La position ferme de l’organisme chargé de donner son feu vert à tout ce qui vole aux États-Unis dans ce dossier sensible peut apparaître comme une tentative de la FAA de reprendre la main alors qu’un audit du ministère des Transports sur ses procédures de certification est en cours et qu’une enquête a été ouverte par le Département américain de la Justice afin de déterminer si Boeing a fourni « des informations incomplètes ou trompeuses » sur le 737 Max.

« Il faut du temps pour effectuer des travaux supplémentaires », pour « s’assurer que Boeing a bien cerné tous les problèmes pertinents et y a donné suite de façon appropriée », a déclaré la FAA qui promet un examen rigoureux du nouveau système de vol que proposera Boeing pour attester du respect draconien des critères de sécurité et de la fiabilité de ce dernier. Cela suggère qu’il pourrait s’écouler plusieurs mois avant que les 737 MAX du géant Boeing actuellement cloués au sol ne soient de nouveau jugés aptes à voler.


Commentant cette annonce, le fabricant de jets 737 MAX a confié : « Boeing continue de collaborer avec la US Federal Aviation Administration et d’autres organismes de réglementation du monde entier au développement et à la certification de la mise à jour logicielle du MCAS et du programme de formation ». Rappelant que la sécurité demeure sa priorité absolue, l’entreprise a précisé : « nous adopterons une approche méthodique et approfondie du développement et des tests de la mise à jour afin de prendre le temps de bien faire les choses ».

« Nous travaillons pour démontrer que nous avons identifié et traité de manière appropriée toutes les exigences de certification que nous allons soumettre à la FAA pour examen une fois terminé dans les prochaines semaines », a ajouté Boeing.

Source : The New York Times

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Boeing lève le voile sur les mises à jour logicielles qui cible le système de vol de ses 737 MAX, à quoi faut-il s'attendre ?
Boeing étudie la possibilité de remplacer ses pilotes par l'intelligence artificielle dans ses vols commerciaux
Un bogue informatique avait contraint le Boeing 787 à être redémarré tous les 248 jours pour éviter une interruption totale du système électrique
Elles n'avaient pas acheté les DLC : les dispositifs de sécurité vendus en option par Boeing qui auraient permis d'éviter le crash des Boeing 737 MAX
Avatar de Christian Olivier
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 04/04/2019 à 23:28
Le rapport préliminaire sur le crash du 737 MAX d'Ethiopian Airlines pointe du doigt le logiciel de Boeing
Le MCAS à nouveau remis en cause

Dagmawit Moges, la ministre éthiopienne des Transports, a révélé à l’occasion de la présentation du rapport préliminaire traitant du crash du Boeing 737 MAX d’Ethiopian Airlines que les pilotes du jet ont « exécuté à maintes reprises toutes les procédures recommandées par l’avionneur, mais ils n’ont pas été en mesure de maîtriser l’appareil ». Ces déclarations viennent appuyer la version d’Ethiopian Airlines qui assurait que son équipage possédait toutes les qualifications requises pour effectuer le vol et qu’il a exécuté correctement toutes les procédures prévues pour faire face à une situation d’urgence difficile.


Ce premier rapport ne désigne aucun responsable et ne donne pas non plus d’analyse détaillée du vol. Toutefois, il établit assez clairement que les pilotes n’ont pas effectué de procédures incorrectes et émet au moins deux avis, l’une à l’intention de Boeing et l’autre à destination des régulateurs. Il préconise au constructeur américain de revoir le système de contrôle de vol de son avion et exhorte les autorités de réglementation compétentes à prendre toutes les dispositions afin de s’assurer que le problème a bien été résolu avant d’autoriser à nouveau ce type d’appareil à voler.

Ce premier compte rendu ne mentionne pas explicitement le MCAS (Manoeuvring Characteristics Augmentation System) prétendument en cause dans cet accident. Cependant, il détaille les minutes qui ont suivi le décollage de l’aéronef et indique que les pilotes ont dû faire face à des problèmes liés au contrôle de l’angle de vol de l’avion. À un moment donné, le commandant de bord a crié trois fois « remontez » quelques secondes seulement après avoir demandé au copilote de dire au contrôle de la circulation aérienne qu’il avait un problème avec les commandes de vol.

En hommage aux pilotes disparus, le directeur général d’Ethiopian Airlines, Tewolde GebreMariam, s’est dit « très fier » du « haut niveau de performance professionnelle » de ses hommes.

Suite à ces révélations, l’avionneur américain a déclaré par la voix de Kevin McAllister, le responsable de la division aviation commerciale de Boeing, qu’il étudiera le rapport en détail et prendra « toutes les mesures supplémentaires nécessaires pour renforcer la sécurité » de son 737 MAX. D’après lui, « il est indispensable de comprendre les circonstances qui ont contribué à cet accident pour assurer la sécurité aérienne ».

En attendant, un audit du Département américain des Transports sur les procédures de certification de Boeing est en cours et une enquête a été ouverte par le Département américain de la Justice afin de déterminer si Boeing a fourni « des informations incomplètes ou trompeuses » sur le 737 Max. La livraison du correctif logiciel promis par Boeing pour améliorer le système de vol de son 737 MAX a, par ailleurs, été retardée de plusieurs semaines suite à un audit opéré par des experts indépendants sous la supervision de la FAA (la Federal Aviation Administration) qui a soulevé des questions de sécurité supplémentaires.

Source : Rapport (PDF)

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Boeing retarde la livraison du correctif logiciel ciblant le système de vol de son 737 MAX, après qu'un audit de la FAA ait révélé d'autres problèmes
Boeing lève le voile sur les mises à jour logicielles qui cible le système de vol de ses 737 MAX, à quoi faut-il s'attendre ?
Boeing étudie la possibilité de remplacer ses pilotes par l'intelligence artificielle dans ses vols commerciaux
Elles n'avaient pas acheté les DLC : les dispositifs de sécurité vendus en option par Boeing qui auraient permis d'éviter le crash des Boeing 737 MAX
Avatar de archqt
Membre averti https://www.developpez.com
Le 05/04/2019 à 9:07
Ce que j'en pense ? c'est que cela a du être flippant pour les pilotes de voir que l'avion ne répondait pas comme il le devait, et ils devaient se rendre compte que la fin était proche en voyant que rien ne permettait de faire remonter l'avion. L'horreur quoi...
Paix à leurs âmes.
Avatar de melka one
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/04/2019 à 9:43
vive l'intelligence artificiel
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/04/2019 à 9:50
Citation Envoyé par melka one Voir le message
vive l'intelligence artificiel
Une IA qui conçoit des avions dans ce cas, parce que là le problème venait de la conception.
Boeing a ajouté une fonctionnalité logiciel pour faire rustine...

Le Boeing 737 Max est un avion mal conçu, on peut former les pilotes et faire des logiciels, mais ça ne change pas le fait que de base l'avion n'est pas top.
Avatar de hotcryx
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/04/2019 à 19:28
On retombe dans la période noire de Boeing où il y avait des crash en série.
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/04/2019 à 2:20
Crash des Boeing737MAX : que s’est-il passé dans le cockpit ? MCAS et correctif Boeing

Avatar de Stan Adkens
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 29/04/2019 à 14:41
Crashs aériens : Boeing avait désactivé le signal d’alerte des 737 MAX pour le rendre payant,
Une partie des avions a failli être immobilisée dès 2018

La flotte des Boeing 737 Max reste clouée au sol à travers le monde entier après deux accidents mortels, le premier ayant impliqué le vol 610 de la compagnie indonésienne Lion Air avait occasionné la mort de 189 personnes et le second qui s’est produit le 10 mars dernier concernait le vol 302 d'Ethiopian Airlines. Les enquêtes préliminaires avaient retenu que, l'accident du vol 302 d'Ethiopian Airlines présentait des similitudes avec le premier accident survenu en octobre 2018, et selon les enquêteurs, les deux accidents étaient liés à une défaillance d’un système automatisé conçu pour prévenir le décrochage de l'avion. Pour rappel, Boeing a dû ajouter le système MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) à son avion 737 révisé afin de corriger un problème de conception sur le nouveau modèle 737 Max qui a été lancé pour apporter une riposte à l’A320neo de l’Airbus.

De nouvelles informations ont fait surface le dimanche dans l’affaire crashs aériens impliquant Boeing. Selon le journal le Monde, les failles du 737 MAX de Boeing étaient connues dès 2018. En effet, le quotidien rapporte que des inspecteurs américains de l’agence fédérale de l’aviation (FAA) qui étaient en charge en 2018 de superviser et de contrôler la compagnie aérienne Southwest Airlines, la plus grosse cliente du 737 MAX, avec une flotte de 34 appareils en service à l’époque, ont envisagé de clouer au sol une partie des Boeing 737 MAX, après avoir appris que l’avionneur avait désactivé le signal d’alerte censé avertir des dysfonctionnements du système anti-décrochage MCAS. Selon Le Monde, ces nouvelles informations proviennent d’une source proche du dossier qui s’est adressée à l’AFP le dimanche 28 avril.


En 2018, les inspecteurs avaient découvert que Boeing avait choisi de rendre optionnel et payant le signal d’alerte lumineux, après que Southwest a demandé au constructeur américain de le réactiver à la suite de l’accident d’un 737 MAX de Lion Air en octobre dernier. En effet, Boeing avait désactivé automatiquement ce signal dans les 737 MAX livrés à Southwest Airlines sans en informer la compagnie aérienne. Selon une porte-parole de la compagnie aérienne, ni Southwest, ni ses pilotes n’étaient au courant des modifications lorsqu’ils ont commencé à faire voler l’avion en 2017.

Selon le monde, les employés de la FAA avaient émis l’hypothèse d’une immobilisation des avions pour se donner le temps de déterminer si les pilotes avaient besoin ou pas d’une formation supplémentaire, a déclaré cette source sous couvert d’anonymat. Toutefois, après des discussions, les inspecteurs avaient finalement abandonné cette option, mais l’information n’était pas remontée jusqu’aux hauts responsables de l’agence fédérale, d’après les déclarations de la source d’information qui venait confirmér des informations publiées hier par le Wall Street Journal. En effet, le Wall Street Journal a écrit : « Boeing Co. n'a pas dit à Southwest Airlines Co. et à d'autres transporteurs lorsqu'ils ont commencé à piloter ses jets 737 MAX qu'une caractéristique de sécurité trouvée sur des modèles antérieurs qui avertissait les pilotes du mauvais fonctionnement des capteurs avait été désactivée ».

Pour rappel, après des ajouts apportés au B 737 pour obtenir un appareil radicalement différent avec des caractéristiques de maniabilité différentes et un nouveau logiciel opérationnel, Boeing avait présenté le 737 MAX comme un appareil semblable au B 737, afin d’éviter le long processus d'une nouvelle certification, selon certaines critiques.

Les clients de l’avionneur américain, y compris Southwest Airlines, n’ont été mis au courant de la désactivation de la caractéristique de sécurité qu’après le drame de Lion Air. La porte-parole de Southwest a déclaré par courriel :

« Avant l’accident de Lion Air, les signaux (…) étaient présentés par Boeing comme opérationnels, peu importe que vous ayez ou non sélectionné la fonctionnalité ». Mais « après l’accident de Lion Air, Boeing a informé Southwest que les signaux étaient inopérables si on n’avait pas pris l’option », a-t-elle ajouté. C’est à ce moment-là que Southwest a choisi de prendre cette option pour tous ses appareils, a conclu la porte-parole.


Boeing a déclaré à son tour, lorsqu’il a été contacté par l’AFP, que le signal d’alerte deviendra désormais une fonctionnalité de base et gratuite pour tous les clients : « Ce changement sera effectué sur tous les MAX qu’ils soient en production ou en phase de modification pour ceux qui étaient en service ».

En début mois d’avril, Ethiopian Airlines a rendu public son rapport préliminaire d’enquête qui pointait du doigt le logiciel de Boeing. Le rapport de la compagnie aérienne a établi que les pilotes n’avaient pas effectué de procédures incorrectes et a émis au moins deux avis, l’une à l’intention de Boeing et l’autre à destination des régulateurs. Le rapport a préconisé au constructeur américain de revoir le système de contrôle de vol de son avion et a exhorté les autorités de réglementation compétentes à prendre toutes les dispositions afin de s’assurer que le problème a bien été résolu avant d’autoriser à nouveau ce type d’appareil à voler.

D’après les premiers éléments de l’enquête concernant Lion Air, une des deux sondes d’incidence AOA était tombée en panne. Bien que défaillante, la sonde a continué à transmettre des informations aux calculateurs, notamment au MCAS. Or cet instrument prend la main sur les commandes de vol et met l’avion en piqué, même si le pilote tente de faire le contraire, tant que le système n’est pas désactivé. Avec l’AOA hors service, il aurait fallu désactiver le MCAS. Ce que ne savait pas l’équipage de Lion Air.

Boeing est en train de travailler à des modifications du MCAS pour obtenir la levée de l’interdiction de vol, qui aurait déjà coûté un milliard de dollars, d’après la compagnie. Selon le Monde la facture de l’avionneur sera davantage salée vu qu’il devra indemniser les compagnies aériennes qui ont dû annuler des milliers de vols jusqu’à cet été et qui ont dû étoffer leurs équipes des services clients et réservations.

Ces dernières révélations ont relancé les discussions sur des sites Web d'agrégation d'actualités sociales à propos des caractéristiques de sécurités des avions qui viennent en option. Selon certains utilisateurs, beaucoup d'innovations de sécurité sont en option au départ, puis au fur et à mesure qu’elles se démocratisent elles deviennent des séries. Toutefois, ils ont qualifié le cas de Boeing de « vicieux » et extrêmement « capitaliste ». Le fonctionnement de la FAA est également mis en cause dans les discussions. Envisager d’interdire de vol les 737 Max afin de mener des enquêtes et revenir sur sa décision ensuite, la FAA pourrait être soupçonnée d'approuver trop rapidement les technologies de Boeing.

Source : Le Monde

Et vous ?

Que pensez-vous des nouvelles révélations concernant les défaillances de Boeing 737 Max qui ont occasionné accidents ?
Que pensez-vous du fait que certaines caractéristiques de sécurité sur des avions tels que le Boeing 737 Max soient en option ?
Quel est votre commentaire sur la décision des enquêteurs de la FAA de renoncer à leur décision de clouer les 737 Max au sol pour plus d’enquêtes ?

Lire aussi

États-Unis : des procureurs fédéraux cherchent à savoir si Boeing a fourni des informations incomplètes, ou trompeuses sur son 737 Max
Le rapport préliminaire sur le crash du 737 MAX d'Ethiopian Airlines pointe du doigt le logiciel de Boeing, le MCAS à nouveau remis en cause
Elles n'avaient pas acheté les DLC : les dispositifs de sécurité vendus en option par Boeing, qui auraient permis d'éviter le crash des Boeing 737 MAX
Un bogue informatique avait contraint le Boeing 787 à être redémarré tous les 248 jours, pour éviter une interruption totale du système électrique
USA : le programme de visa H-1B favorisera désormais les titulaires de doctorat et de master, pour attirer plus de personnes qualifiées
Avatar de Cpt Anderson
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 29/04/2019 à 15:23
Le système capitaliste, ca a du bon quand même !
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 29/04/2019 à 15:47
L'appât du gain vite fait mal fait...
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web