Le piratage de films sur les sites Torrent ferait de la promotion et boosterait les ventes
S'il est fait après la sortie en salle, selon une étude

Le , par Stéphane le calme

219PARTAGES

14  0 
En juin 2017, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a estimé que le site The Pirate Bay enfreint les droits d’auteur en Europe. Un avis qui est venu mettre un terme à une bataille juridique vieille de sept ans entre deux fournisseurs d’accès Internet (FAI) et un groupe de défense des droits d’auteur aux Pays-Bas.

Le groupe en question, Stichting BREIN, a intenté une action en justice devant les tribunaux néerlandais pour leur demander de contraindre deux FAI locaux à bloquer les noms de domaine et les adresses IP de The Pirate Bay. Ces fournisseurs ont en effet un nombre important de leurs abonnés qui utilisent la plateforme de partage de fichiers en pair-à-pair via le protocole de communication BitTorrent. Le problème, c’est que la plupart des fichiers torrent pointent vers des copies d’œuvres protégées par des droits d’auteur, dont les titulaires de droits n'ont pas autorisé le partage.

Le cas des Pays-Bas est loin d’être isolé. En effet, The Pirate Bay a fait l’objet de poursuite dans plusieurs pays pour violation du droit d’auteur. Par exemple, fin 2014, The Pirate Bay a été mis hors service après l'attaque de la police suédoise dans un centre de données situé près de Stockholm. Ce temps d'arrêt a duré plus d'un mois et de nombreux utilisateurs ont craint que cela ne signe la mort du site. Cela n’a pas été le cas.

Ce phénomène général du combat mené entre les plateformes de téléchargement et les détenteurs de droit a tellement intéressé des professeurs de marketing issus d'écoles de commerce de l'Université de Houston et de l'Université Western qu’ils ont décidé, pendant leur temps libre, d’étudier ses effets sur le box-office du cinéma (terme emprunté à l'anglais dans son acception de chiffre d'affaires d'une production artistique ou d'une vedette. Il se mesure en nombre de spectateurs, de billets écoulés ou en valeur monétaire fondée sur l'un des deux items précédents).


La logique générale d’Hollywood est que le piratage nuit aux revenus du cinéma. Toutefois, certains internautes ont parlé de la chose avec une autre perspective, affirmant qu’il y aurait des effets positifs d’une promotion qui pourrait être faite par la suite de bouche à oreille. Se tournant vers l’expérience du temps d'arrêt de Pirate Bay comme une expérience naturelle, les chercheurs ont tenté de déterminer si c'était effectivement le cas.

Les découvertes des chercheurs

« Il est naturel de se concentrer sur les inconvénients du piratage pour les cinéastes - et ceux-ci peuvent être importants - mais beaucoup seront intéressés par le fait que le piratage peut avoir un avantage », assure le professeur Shijie Lu.

Grâce à leurs recherches, Lu et ses coauteurs, Xin Wang et Neil Bendle, ont étudié en détail l’effet de ce « bourdonnement ». Ils ont publié leurs conclusions dans un article intitulé « La piraterie crée-t-elle un bouche-à-oreille en ligne? Une analyse empirique dans l'industrie du cinéma ».

Les films partagés sur The Pirate Bay sont l'objectif principal. Les chercheurs se sont servi du temps d'arrêt de Pirate Bay à la suite du raid de 2014 pour mesurer son impact sur la promotion du bouche-à-oreille et les recettes au cinéma.

Sur la base d'un échantillon de centaines de torrents et de données provenant des sites de critiques de films les plus populaires, Lu et ses collègues ont estimé cet effet. Leurs résultats sont plutôt intrigants.

Tout d’abord, les résultats montrent clairement un effet négatif du piratage avant publication au box-office. Ce résultat est cohérent avec les études précédentes et une augmentation du « buzz » ne suffit pas à compenser l’effet négatif.

« L'impact du piratage avant la publication est jugé négatif, quel que soit le type de piratage. Les recettes totales au box-office sont réduites de 11% en raison de l'existence du piratage apparu avant la sortie du film », écrivent les chercheurs.

Cela change lorsque les chercheurs se penchent sur le piratage après la publication. C’est-à-dire le piratage qui survient après la première du film au box-office. Dans ce cas, les recettes au guichet ont eu un effet positif grâce à une augmentation de la promotion de bouche à oreille (WOM : Word-of-Mouth).

« Nous constatons que le volume de WOM en ligne atténue l’impact du piratage sur le box-office. Sur la base de simulations contre-factuelles, l’effet WOM du piratage post-release sur les guichets augmente les revenus d’environ 3,0% », indiquent-ils.

En d’autres termes, lorsque The Pirate Bay s’est effondré, les recettes au guichet ont également chuté. Cet effet est significatif et n'est pas lié aux changements saisonniers, car il n'a pas été noté les années précédentes.


Conclusions

L’effet positif est le plus fort au début de la sortie d’un film et varie selon le genre. Les films d'action, les comédies et les thrillers bénéficient davantage d'un « buzz » de piratage positif que les films dramatiques, par exemple.

Bien que les conclusions suggèrent que The Pirate Bay contribue effectivement à générer du buzz et à générer plus de revenus, l’effet global n’est pas positif. L’impact négatif du piratage avant la sortie est plus important que l’effet positif après la sortie, après tout.

« Le piratage préalable à la publication peut avoir un effet négatif important. Dans nos données, cela dépasse l’effet positif que nous examinons. En d’autres termes, l’effet global du piratage est toujours négatif », affirme Lu.

Cela dit, il y a une leçon intéressante à apprendre. Sur la base de cette étude, l'application du droit d'auteur devrait être principalement ciblée sur les fuites précoces. Si ces problèmes sont résolus, le problème principal "disparaît".

« Nos résultats suggèrent des approches visant à cibler des ressources rares contre le piratage, telles que la lutte contre le piratage prérelease qui est préjudiciable », avancent les chercheurs.

Ces résultats offrent une autre pièce du puzzle de la piraterie. Il convient de noter que le nombre de torrents a été utilisé comme indicateur de piratage dans cette étude, qui n’est pas parfaite. Des études de suivi avec des données plus granulaires et des estimations de téléchargements réels peuvent fournir des informations supplémentaires.

Source : résultat de la recherche

Et vous ?

Que pensez-vous des conclusions de cette étude qui veut que le piratage soit négatif s'il est fait avant la sortie en salle et positif s'il est fait après ? Dans quelle mesure ?
Pensez-vous que les détenteurs de droit gagneraient à se concentrer sur le piratage fait avant la sortie en salle ?
Regarder un film piraté vous a-t-il déjà conduit, vous ou quelqu'un de votre entourage, à aller voir le même au cinéma, à le recommander sur une plateforme légale ou à acheter le film ?

Voir aussi :

Le piratage, la seule option viable pour conserver des copies d'anciens jeux ? Nintendo décide de supprimer la Wii Store Channel et relance le débat
Un niveau modéré de piratage des contenus protégés peut avoir un effet positif sur les ventes légales de ces œuvres, d'après des chercheurs
La Hadopi commande une analyse de l'écosystème des sites pirates, au terme de laquelle elle s'avoue désarmée « face à ces nouveaux services »
Comme la Hadopi, la CJUE rend responsable le titulaire d'une connexion Internet utilisée pour violer le copyright au moyen d'un partage de fichiers
Torrent Paradise lance une alternative à The Pirate Bay encore plus décentralisée, une nouvelle menace pour les ayants droit ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/02/2019 à 2:45
c'est clair. je me suis tellement fait avoir par des pochettes bien faites qui cachait des films de merde. maintenant je regarde le film avant d'acheter. dont je dirais que ça boost les ventes de bon films.. qui ne sont pas forcement ceux qu'on croit
3  0 
Avatar de a028762
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/02/2019 à 11:46
j'ai utilisé des sites de streaming pirates (il y a prescription),
je vais au cinéma 2 à 3 fois par mois,
et surtout je regrette de ne pas avoir de site payant qui permettrais de regarder parmi les 300 films français (sortis chaque année) que j'aide à financer (par mes impôts).
Ils restent environ deux semaines à l'affiche et hop ! à la trappe. Quelle gabegie ! Et quasiment impossible de les revoir à la TV.
Tous ne sont pas à regarder sans doute, mais quel dommage.
NETFLIX ou autre MOLOTOV (auquel je suis abonné), ne suffisent pas
Olivier
1  0 
Avatar de spyserver
Membre averti https://www.developpez.com
Le 15/02/2019 à 13:18
J'aime cet article
1  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/02/2019 à 2:48
Citation Envoyé par a028762 Voir le message
j'ai utilisé des sites de streaming pirates (il y a prescription),
je vais au cinéma 2 à 3 fois par mois,
et surtout je regrette de ne pas avoir de site payant qui permettrais de regarder parmi les 300 films français (sortis chaque année) que j'aide à financer (par mes impôts).
Ils restent environ deux semaines à l'affiche et hop ! à la trappe. Quelle gabegie ! Et quasiment impossible de les revoir à la TV.
Tous ne sont pas à regarder sans doute, mais quel dommage.
NETFLIX ou autre MOLOTOV (auquel je suis abonné), ne suffisent pas
Olivier
a bon tu considére que tes impôts ont un rapport avec la production des films ??? tes impôts payent juste les films de propagande, pas les film de disney, fox, hbo et autres MGM
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/02/2019 à 14:10
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
a bon tu considére que tes impôts ont un rapport avec la production des films ???
Quand tu paies ta place de cinéma pour aller voir un film étasuniens une partie de cet argent est utilisé pour produire des films français.
Le ticket de cinéma : à qui va l’argent ?
6,7,9 voir 11 euros… Félicitations ! Vous venez de participer au financement de l’industrie cinématographique ! Grâce à vous, on va pouvoir continuer à faire des films et les cinémas continueront à exister pour les projeter ! Vous l’aurez compris : l’argent que vous donnez va être répartit entre plusieurs acteurs de cette industrie. En 2017, les recettes au guichet ont rapporté 1380,6 millions d’Euros selon le bilan annuel du CNC 2016 (Centre National du Cinéma et de l’image animée).

Vous avez d’abord les taxes. Celle qui prend le plus d’argent est la T.S.A. (“Taxe sur le prix des entrées aux séances organisées par les exploitants d’établissements de spectacles cinématographiques” – Wikipédia). Elle permet de financer le fonctionnement du CNC, c’est par exemple grâce à l’argent récolté par cette taxe que l’organisme pourra aider financièrement des réalisateurs à monter leurs projets. Elle correspond à 10,72% du prix du ticket et a rapporté 148,01 millions d’€ en 2017.
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Cela change lorsque les chercheurs se penchent sur le piratage après la publication. C’est-à-dire le piratage qui survient après la première du film au box-office. Dans ce cas, les recettes au guichet ont eu un effet positif grâce à une augmentation de la promotion de bouche à oreille (WOM : Word-of-Mouth).

« Nous constatons que le volume de WOM en ligne atténue l’impact du piratage sur le box-office. Sur la base de simulations contre-factuelles, l’effet WOM du piratage post-release sur les guichets augmente les revenus d’environ 3,0% », indiquent-ils.

En d’autres termes, lorsque The Pirate Bay s’est effondré, les recettes au guichet ont également chuté. Cet effet est significatif et n'est pas lié aux changements saisonniers, car il n'a pas été noté les années précédentes.
Une étude de plus qui prouve qu'Hadopi ne sert à rien ! ^^
On perd des millions à cause de cette connerie...
0  0 
Avatar de Bubu017
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 19/02/2019 à 14:26
De plus, si tu lis avec le doigt tu verras qu'il parlait des films français, qui peuvent avoir un coup de pouce du CNC
0  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web