Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La police de New York demande à Google de retirer les points de contrôle de police de son application Waze
Mais il ne les retirera probablement pas

Le , par Stan Adkens

212PARTAGES

14  0 
Le 2 février dernier, la police de New York a adressé une lettre à Google pour lui demander d’arrêter de révéler l'emplacement des points de contrôle pour conduite en état d'ivresse aux conducteurs sur son application Waze. Dans sa demande, la police de New York a écrit que « Cette lettre vous informe que la police de New York a appris que l'application Waze Mobile, une application de navigation GPS communautaire appartenant à Google LLC, permet actuellement au public de signaler les points de contrôle pour conduite en état d'ébriété dans toute la ville de New York et de cartographier ces emplacements sur l'application ».

La police croit que Google nuit à sa capacité d'assurer la sécurité des rues de la ville avec son application Internet qui signale aux conducteurs les points de contrôle de police. Cette lettre intervient à la suite du lancement, le mois dernier, par Google d'une nouvelle fonctionnalité sur son application Google Maps, qui avertit les conducteurs sur les limites de vitesse et l'emplacement des radars de police. Selon CBS New York, les conducteurs ont commencé à recevoir la nouvelle alerte des radars sur Google Maps la semaine dernière. L’application Waze de Google contenait déjà des informations sur les limitations de vitesse et l’emplacement des points de contrôle de la police.

Waze est un GPS communautaire qui regroupe plusieurs millions d'utilisateurs dans le monde, il permet d'éviter les accidents, les travaux, les embouteillages, il dispose d'une mémoire des trajets lui permettant de fournir aux autres usagers les trajets les plus souvent utilisés par des groupes d’utilisateurs. Les événements sont signalés sur Waze en temps réels par la communauté d’utilisateurs. Bien évidement, Waze permet également aux usagers de signaler l’emplacement des radars fixes, mobiles, de feu rouge, les contrôles de police. Google a acquis l'application Waze en 2013.



Ce n’est pas la première fois que les forces de l’ordre s’érigent contre cette application mobile de Google, surtout contre sa capacité à révéler l’emplacement des points de contrôle de police. Déjà en 2015, un groupe de la National Sheriff's Association a demandé son retrait. Certains policiers sont même allés jusqu'à poster de faux pièges à vitesse sur Waze afin de tromper les utilisateurs.

Selon la lettre de la police de New York, « Les personnes qui affichent les emplacements des points de contrôle pour conduite en état d'ivresse peuvent se livrer à des activités criminelles puisque de telles actions pourraient être des tentatives intentionnelles visant à entraver l'application des lois sur la conduite en état d'ébriété et d'autres lois pénales et routières pertinentes ». Selon la lettre, « L'affichage de ces renseignements à l'intention du public est irresponsable puisqu'ils ne servent qu'à aider les conducteurs en état d'ébriété à éviter les points de contrôle et à encourager la conduite imprudente. Révéler l'emplacement des points de contrôle met en danger ces conducteurs, leurs passagers et le public en général. »

Toutefois, dans un courrier électronique qui a suivi la demande de la police de New York, un porte-parole de Google a montré que la société n’est pas du même avis que la police. « La sécurité est une priorité absolue lors du développement des fonctions de navigation chez Google. Nous croyons que le fait d'informer les conducteurs des pièges à vitesse à venir leur permet d'être plus prudents et de prendre des décisions plus sûres lorsqu'ils sont sur la route. », a écrit le porte-parole de Google.

Par le passé, une demande similaire avait été adressée aux plateformes numériques par le biais d’une lettre ouverte en 2011 et lors d’une audience au Sénat au cours de la même année. Apple avait interdit, par la suite, certaines applications de localisation des points de contrôle de police de sa boutique en ligne, en particulier celles qui affichaient l’emplacement des points de contrôle pour conduite en état d'ivresse autres que ceux qui sont déjà publiés par les forces de l'ordre. L’application mobile Waze de Google, quant à elle, continue depuis son acquisition de permettre aux usagers de signaler les positions des radars et autres dangers sur la route, aux Etats-Unis et ailleurs.

Waze et Coyote, une autre application GPS communautaire, ont subi des pressions similaires en France, d’après un article du Parisien. Dans l’article 24 d’un projet de loi du gouvernement, on pouvait lire ceci : « Il peut être interdit par l’autorité administrative à tout exploitant d’un service électronique d’aide à la conduite ou à la navigation par géolocalisation, de rediffuser au moyen de ce service tout message ou toute indication émis par les utilisateurs de ce service dès lors que cette rediffusion est susceptible de permettre aux autres utilisateurs de se soustraire au contrôle ».

Les fournisseurs de GPS communautaire Waze et Coyote avaient même commencé un travail commun avec le gouvernement, en juin 2018, pour suspendre temporairement une partie de leurs alertes, afin de rendre les points de contrôle de police temporairement invisibles des utilisateurs dans certaines situations. Mais cette mesure avait finalement été abandonnée après la présentation du projet de loi au Conseil d’État. La disposition qui allait emmener Google à suspendre certaines fonctionnalités de son GPS communautaire ne figurait plus dans le texte final du projet de loi, accordant ainsi une victoire à l’association 40 millions d’automobilistes qui n’était pour cette mesure.

Pour rappel, en 2011 en France, une loi faisait obligation aux constructeurs et éditeurs historiques de boîtiers ou d'applications mobiles de remplacer les avertisseurs par « des outils d’aide à la conduite ». En effet, le gouvernement imposait aux opérateurs du domaine de remplacer les alertes de radars par des simples zones de danger sur leur carte. Waze avait par le passé transformé certains radars fixes en zone de danger, même si les radars mobiles étaient toujours visibles. Toutefois, Waze étant une application communautaire, ce sont les utilisateurs, eux-mêmes, qui se cahrgent de faire des signalements précis des emplacements sur les routes.

Source : CBS New York, Street Blog, Le Parisien

Et vous ?

Quelle est votre avis sur le signalement de l’emplacement des points de contrôle de la police par l’application Waze de Google ?
Pensez-vous que signaler aux conducteurs les points de contrôle pour conduite en état d'ébriété leur permet d'être beaucoup plus prudents ?

Lire aussi

Google Maps va désormais afficher les limites de vitesse et la position des radars de vitesse routiers, lors des trajets, sur Android et iOS
France : Google Maps aurait permis au fisc de localiser 300 piscines non déclarées, près de 100 000 euros de recettes fiscales seraient recouvrés
Google rachète le GPS communautaire Waze, de nombreuses améliorations à venir pour le trafic routier dans Google Maps ?
La police de Raleigh a demandé des données de localisation Google pour identifier les suspects, dans des affaires criminelles
La nouvelle grille tarifaire de Google Maps met la communauté des développeurs en ébullition, préparez-vous à faire chauffer la carte bleue

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Bubu017
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/02/2019 à 13:40
Super nouvelle pour l'affichage de la vitesse. Qui n'a jamais eu un doute sur certaines routes car il a loupé la panneau.
Par contre pour l'affichage des radars c'est bizarre qu'ils aient le droit. A suivre.
0  0 
Avatar de sebastiano
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/02/2019 à 14:16
Citation Envoyé par transgohan Voir le message
Il faut vraiment légiférer là dessus selon moi...
Dans mon environnement proche j'en connais la moitié qui ne se cachent même pas que ça fait plusieurs années qu'ils ne se sont pas pris de prunes grâce à ce genre d'application...
Tous les matins et tous les soirs sur des nationales limitées à 110km/h en roulant à 130-140km/h.
On va dire que la chance là dedans est qu'ils n'ont jamais causé d'accident...
Idem en bas de chez moi, où des voitures bombardent parfois pour passer à l'orange mûr, voire au rouge qui vient de s'allumer, au moment de tourner à un carrefour, alors que le feu piéton est encore vert dans la rue perpendiculaire. Et il y a 2 écoles de part et d'autre de la rue, dans un quartier familial, ce qui occasionne beaucoup de passage d'enfants en semaine et en week-end.

Une fois, une patrouille de police s'installe à un endroit où ils ne peuvent pas être vus depuis ce carrefour, ils ont fait une vraie moisson... pendant 15 minutes. Je jette un oeil à l'application : leur présence était déjà signalée ! Bizarrement, beaucoup moins de prises de risques inconsidérées de la part des automobilistes par la suite.

Il y a déjà eu des accidents graves à ce carrefour, mais apparemment, ça ne gêne pas Google qui préfère que ses clients ayant une attitude criminelle ne se fassent pas chopper.
1  2 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 07/02/2019 à 18:17
J'ai la vague impression que l'EU se fait souiller régulièrement par Google & Co.

Et eux tranquille ils se font du biff.
Ils doit y avoir des politiques de meche corrompu jusque dans leurs cervellet, c'est impensable autrement.

La population est entièrement vendu à google et certain ose dire que c'est un choix de cette population...
Il a eu lieu quand le choix ? Perso je voit pas de référendum, on nous spolie quotidiennement.
Ils ont des méthodes hyper agressive mais on ose vanté leurs mérite ... Mort aux usurpateurs et politiciens de pacotille.
0  1 
Avatar de sebastiano
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/02/2019 à 10:34
Ca a l'air de plaire aux gens de jouer avec le code de la route. Il n'y a peut-être pas assez d'accidents mortels, faut qu'une application en rajoute une couche en signalant des contrôles inopinés. Et ça, c'est sans parler de l'utilisation que pourraient en faire des personnes recherchées pour enlèvement, viol, terrorisme...

Il y a des choses qui me dépassent. L'utilisation de la voiture faite par des gens "honnêtes" est déjà plus que borderline...
0  2 
Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 07/02/2019 à 13:30
Il faut vraiment légiférer là dessus selon moi...
Dans mon environnement proche j'en connais la moitié qui ne se cachent même pas que ça fait plusieurs années qu'ils ne se sont pas pris de prunes grâce à ce genre d'application...
Tous les matins et tous les soirs sur des nationales limitées à 110km/h en roulant à 130-140km/h.
On va dire que la chance là dedans est qu'ils n'ont jamais causé d'accident...
0  2 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web