Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook a payé 20 dollars par mois des mobinautes pour suivre leurs activités sur smartphones
Via l'application VPN Facebook Research

Le , par Stéphane le calme

180PARTAGES

13  0 
En août 2018, Apple a supprimé l’application VPN Onavo de l'App Store, car Facebook l'utilisait pour suivre l'activité des utilisateurs et les données de plusieurs applications, ce qui constitue une violation des règles de l'App Store de l'Apple.

En fin de compte, Facebook a trouvé un moyen sournois de contourner les règles d'Apple et d'inciter les gens à continuer d'installer son VPN : les payer.

Selon des sources, depuis 2016, Facebook a versé à des mobinautes âgés de 13 à 35 ans environ 20 dollars par mois, auxquels s’ajoutaient des frais d’aiguillage, pour utiliser une application VPN appelée Facebook Research sur leurs téléphones iOS et Android. L’objectif était de donner à l'entreprise un accès complet à toutes ses activités téléphoniques et ses activités Web.

Pour masquer l'implication directe de Facebook, le programme est censé être administré via les services de test bêta Applause, BetaBound et uTest et est baptisé projet Atlas. En clair, au lieu de télécharger l'application via l'App Store ou via le programme de test bêta d'Apple, TestFlight, les utilisateurs la recevaient via trois services de test bêta différents: BetaBound, uTest et Applause. Ces trois services ont en particulier diffusé des publicités sur Instagram et Snapchat destinées à une population de 13 à 35 ans, affirmant qu'il s'agissait d'une « étude de recherche rémunérée sur les médias sociaux ». Lors de l'inscription à l'application, les mineurs sont invités à demander l'autorisation parentale via un formulaire. Nous pouvons lire ceci sur l'un des formulaires : « Le projet ne présente aucun risque, mais vous reconnaissez que la nature même du projet implique le suivi des informations personnelles via l'utilisation des applications de votre enfant ».


Voici le texte d'un avertissement lorsque les utilisateurs téléchargent l'application Facebook Research dans Applause :

Citation Envoyé par Facebook
En installant le logiciel, vous donnez à notre client la permission de collecter des données sur votre téléphone qui les aideront à comprendre comment vous naviguez sur Internet et comment vous utilisez les fonctionnalités des applications que vous avez installées ... Cela signifie que vous laissez notre client collecter des informations telles que les applications présentes sur votre téléphone, comment et quand vous les utilisez, des données sur vos activités et votre contenu au sein de ces applications, ainsi que sur la manière dont les autres personnes interagissent avec vous ou votre contenu au sein de ces applications. Nous permettons également à notre client de collecter des informations sur votre activité de navigation Internet (y compris les sites Web que vous visitez et les données échangées entre votre appareil et ces sites Web) et votre utilisation d'autres services en ligne. Dans certains cas, notre client collecte ces informations même lorsque l’application utilise le chiffrement ou à partir de sessions de navigateur sécurisées.
Selon Will Strafach, expert en sécurité mandaté par TechCrunch, le niveau d’accès fourni par l’application de recherche Facebook pourrait amener la société à collecter toutes sortes de données, notamment des messages privés, des discussions par messagerie instantanée comprenant des photos et des vidéos, des courriers électroniques, des sites Web. activité et même informations de localisation.

Facebook a reconnu l’existence de ce programme et a déclaré à TechCrunch:

Citation Envoyé par Facebook
Comme de nombreuses entreprises, nous invitons les gens à participer à des recherches qui nous aident à identifier les choses que nous pouvons améliorer. Étant donné que cette recherche vise à aider Facebook à comprendre comment les gens utilisent leurs appareils mobiles, nous avons fourni des informations détaillées sur le type de données que nous collectons et sur la manière dont ils peuvent participer. Nous ne partageons pas ces informations avec d'autres personnes et les utilisateurs peuvent arrêter de participer à tout moment.

Selon le porte-parole de Facebook, la société n'enfreint pas les règles d'Apple, car l'application a été distribuée conformément au programme de certificats d'entreprise d'Apple. Mais comme le programme de certificats est principalement destiné aux développeurs internes et non à une version bêta publique où les utilisateurs seraient payés, il n’est pas clair si cela est vrai.

Source : TC

Voir aussi :

L'Irlande s'interroge sur le bienfondé du projet de fusion des applications Messenger, Instagram et WhatsApp du géant américain Facebook en Europe
L'UE en passe de sous-traiter la censure de l'Internet à Google et Facebook, estime la Quadrature du Net après le rapport d'un eurodéputé
Journée européenne de la protection des données : Facebook vous propose un bilan de confidentialité, ceci n'est pas une blague
Plus de 50 % des utilisateurs de Facebook seraient des faux comptes, d'après un rapport de PlainSite
Marc Zuckerberg envisage d'unifier les infrastructures de messagerie des applications WhatsApp, Instagram et Facebook messenger

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web