Rapport : La Chine devant les Etats-Unis dans la course pour la domination de l'IA
L'UE préoccupée par les conséquences non réglementées de l'IA

Le , par Stan Adkens

85PARTAGES

13  0 
L’intelligence artificielle ne manque presque plus les grands rendez-vous. Elle a encore fait parler d’elle à la réunion annuelle du forum économique mondial qui s'est terminée vendredi dernier à Davos en Suisse. Étaient présents au rendez-vous des centaines de dirigeants d'entreprises du monde entier qui ont pu se concentrer sur le sujet. Le président américain Donald Trump, le Chinois Xi Jinping, l'Indien Narendra Modi, le Français Emmanuel Macron et la Britannique Theresa May n'étaient pas présents à ce rassemblement de personnalités influentes du monde entier, occupées par des questions plus urgentes au pays.

Au cours des séances de travail qui se sont succédées, les participants ont partagé leurs expériences dans la mise en œuvre de la technologie IA. Ceux qui n’avaient pas encore une connaissance parfaitement du terme ont appris comment l'IA allait transformer leurs industries, leurs sociétés et leurs relations internationales, peut-être comme aucune autre technologie avant elle, a rapporté un article de CNBC publié le samedi dernier.

Une chose a retenu l’attention à cette réunion du forum économique mondial. C’est que les différentes interventions ont fait comprendre aux participants du monde entier et aux chefs d’entreprises américains en particulier que la chine est en train de prendre une bonne longueur d’avance sur les Etats-Unis en matière du déploiement de l’intelligence artificielle. Bien qu'il s'agisse d'une course technologique dont la plupart des dirigeants occidentaux pensent qu'elle n'en est qu'à ses premiers tours, la Chine qui a appris de l’histoire que ce sont les pays les plus innovants et les plus avancés sur le plan technologique qui ont tendance à dominer les relations internationales, s’est lancée dans une sorte de course pour la dominance de l’IA, qui donne déjà des résultats mesurables, a rapporté CNBC.


L’un des signes annonciateurs de l’avancée de la Chine en matière de l’IA lors de la réunion est l’annonce des résultats du PwC (PricewaterhouseCoopers). Le cabinet d’audit PwC publie chaque année les résultats de son enquête annuelle lors de la réunion annuelle du forum économique mondial à Davos. Cette année, le cabinet a sondé 1 400 chefs d’entreprises du monde entier pour savoir s'ils pensaient que l'intelligence artificielle ou l'Internet aurait un impact à long terme plus important. Les résultats du sondage présentés à Davos montrent qu’environ 84 % des cadres chinois ont parié sur l'IA, alors que seulement 38 % de leurs collègues américains étaient d'accord.

Le taux de déploiement de l’IA par les chefs d’entreprises de l’échantillon révélé par les résultats du PwC confirme également l’avance qu'aurait prise les entreprises chinoises sur leurs paires américaines. En effet, 25 % des cadres chinois interrogés ont déclaré avoir utilisé l'IA de façon générale, contre seulement 5 % des cadres américains.

« Il est rare qu'il y ait une telle différence entre deux superpuissances », a déclaré Tim Ryan, président de PwC aux États-Unis. « Ceci nous dit que nous (les Américains) devons probablement nous assurer que nous y réfléchissons de la bonne façon. », a-t-il ajouté.

Même si la plupart des entreprises américaines ont maintenant des projets pilotes utilisant l'intelligence artificielle, leurs camarades chinoises sont déjà en train d'étendre leurs initiatives, a déclaré Tim Ryan. Il a dit également que « Dans ma propre présentation de Davos, « La géopolitique de la quatrième révolution industrielle », j'ai déclaré sans ambages que la Chine était sur la bonne voie pour atteindre les sommets de l'IA et que les conséquences pourraient être de nature historique. »

Selon CNBC, les pays les plus innovants et les plus avancés sur le plan technologique ont tendance à dominer les relations internationales et la Chine a retenu la leçon. En effet, au cours de la première révolution industrielle des XVIIIe et XIXe siècles, la machine à vapeur a alimenté l'empire britannique et l’abandon des économies agraires. Au cours de la deuxième révolution industrielle, dans les décennies qui ont précédé la première guerre mondiale, les États-Unis se sont relevés grâce à l'électricité, à la production de masse et au moteur à combustion interne. La troisième révolution industrielle, pilotée numériquement par les États-Unis, a été celle des ordinateurs, de l'Internet et des technologies de l'information.

D’après le président Xi Jinping, dans une récente déclaration à des visiteurs de haut niveau, la Chine qui a subi les conséquences de ces trois premières révolution ne compte plus se laisser faire. Son pays est déterminé à dominer la quatrième révolution industrielle, marquée par des percées dans des technologies telles que l'intelligence artificielle, la fabrication avancée, la robotique, la nanotechnologie, la bio-ingénierie et l'informatique quantique. Et le président chinois ne lésine pas sur les moyens pour parvenir aux objectifs de la Chine.

CNBC rapporte qu’il a consacré toute l'énergie de son pays à la recherche et au développement en matière d'IA, en mettant à contribution des entrepreneurs et des startups engagés et très compétitifs du pays. Selon CNBC, en fin 2017, les investisseurs chinois de capital-risque avaient suffisamment investi dans les startups d'intelligence artificielle représentant 48 % de l'ensemble du financement mondial, dépassant pour la première fois les États-Unis.

« Quand je vais en Chine, dit Steve Schwarzman, PDG de Blackstone lors d'un panel, il y a presque un flot infini de gens qui se présentent pour développer de nouvelles entreprises. L'activité de capital-risque dans les entreprises orientées vers l'intelligence artificielle explose là-bas avec la croissance. »

Conséquences et surveillance de l’IA

Dans leurs interventions, certains dirigeants nationaux présents à la réunion de Davos, en l’occurrence le Premier ministre japonais Shinzo Abe et la chancelière allemande Angela Merkel, ont exprimé leurs préoccupations concernant les conséquences non réglementées de l'IA fondée sur des données, selon le rapport de CNBC. Mme Merkel est pour la création d'un « marché numérique commun » à l'échelle de l'UE et à un contrôle international qui éviterait l'opposition croissante du public aux avancées technologiques. M. Abe, quant à lui, a déclaré qu'il mettrait à profit sa présidence du G20 pour faire progresser la « gouvernance mondiale des données » lors du sommet du groupe à Osaka en juin.

Certainement que les autres participants attendaient la Chine sur la question préoccupante du potentiel de surveillance autoritaire d'AI. Mais le vice-président chinois Wang Qishan, dans son exposé, n'a rien dit au sujet de la vie privée et a déclaré que chaque pays devrait être libre d'établir ses propres politiques. « Nous devons respecter les choix indépendants du modèle de gestion de la technologie et des politiques publiques faits par les pays », a déclaré M. Wang.

En effet, la Chine s’est lancée dans de grands projets de surveillance des citoyens chinois à l’image de son système de crédit social destiné à récompenser ou punir les personnes et les organisations pour leur « fiabilité » à travers un éventail de mesures. Les personnes tout comme les organisations seront jugées sur la base des informations dont dispose le gouvernement chinois sur elles. Pour atteindre son objectif, le système tirera profit du plein potentiel de l’infrastructure technologique chinoise, soit quelque 200 millions de caméras croisées à des systèmes de reconnaissance faciale et à des dossiers financiers, médicaux et juridiques.

Selon CNBC, le président Donald Trump qui a annulé la participation de sa délégation à la dernière minute, laisse l’opportunité à la Chine de continuer librement son ascension au sommet de l’IA. Pour CNBC, ce qui profite encore à la Chine, c'est l'absence de l'administration Trump dans les discussions sur les normes internationales de gouvernance des données à l'approche du G20. Des dommages encore plus durables seraient causés si les Etats-Unis n'allaient pas au-delà des actions punitives contre leurs concurrents chinois dans le domaine de la technologie, pour lancer une campagne nationale visant à maîtriser les technologies de la Quatrième Révolution industrielle.

CNBC a conclu que l'absence de réaction nuirait aux intérêts des États-Unis pendant des décennies et accélérerait le déclin de son leadership mondial.

Source : CNBC, Rapport PwC

Et vous ?

Que pensez-vous de cet article ?
Les Etats-Unis seraient-ils vraiment à la traîne par rapport à la Chine dans la course pour la domination de l'IA comme le dit l’auteur ?

Lire aussi

Les États-Unis veulent des drones autonomes alimentés par l'IA qui pourront décider seul de tuer, en recourant à des algorithmes d'auto-apprentissage
États-Unis : Walmart va déployer des robots IA pour le nettoyage des sols de ses magasins, bientôt les agents de nettoyage mis à la porte ?
IA : l'Europe en tête en termes de publication de documents de recherche devant les États-Unis et la Chine, selon un récent rapport
La Chine serait en train de développer un système pour identifier les citoyens par leurs forme et démarche, même si le visage ne peut pas être vu
Chine : le système de crédit social a empêché des millions de personnes de réserver des vols ou des trains depuis qu'il est en test

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Matthieu76
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 28/01/2019 à 16:22
Pour moi les meilleurs Entreprises en IA sont américaines : DeepMind, OpenAI, Waymo, facebook, etc..
Avatar de AoCannaille
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 28/01/2019 à 18:05
Citation Envoyé par Matthieu76 Voir le message
Pour moi les meilleurs Entreprises en IA sont américaines : DeepMind, OpenAI, Waymo, facebook, etc..
C'est eux qui font le plus de pub et qui sont le plus visible en Europe, mais ne sous estime pas la chine. Pour rappel ils ont un système complet de surveillance et de reconnaissance des citoyens sur leur territoire...
Avatar de CoderInTheDark
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 02/02/2019 à 10:33
Le risque est que tous les autres se soient équipé, et on se retrouvera fort dépourvus quand la guerre viendra, et elle viendra

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web