IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le président de la FCC admet que la Russie est mêlée au débat sur la neutralité du Net,
Environ 500 000 commentaires liés à des adresses mail russes

Le , par Stan Adkens

721PARTAGES

13  0 
Le principe de la neutralité du Net adopté sous l’ère Obama a été abrogé le 14 décembre 2017 au profit de « la Liberté de l’Internet », principe cher à l’actuel président de la FCC (Federal Communication Commission) qui s’oppose à la neutralité du Net. La neutralité du Net vise à garantir un traitement équitable du trafic de l'Internet par les opérateurs télécom de sorte que tous les utilisateurs, quelles que soient leurs ressources, accèdent au même réseau dans son intégralité, tandis que « la Liberté de l’Internet » accorde la liberté aux fournisseurs d’accès à Internet (FAI) de traiter le trafic de l'Internet comme ils le souhaitent, selon la source, la destination ou le contenu de l'information transmise sur le réseau.

L’abrogation de la loi sur la neutralité du Net est entrée en vigueur officiellement en juin dernier après avoir passé par un long processus qui a commencé avec la nomination de l’actuel président Ajit Pai par Donald Trump après son accession au pouvoir en 2016. Environ trois mois après sa nomination, Ajit Pai a proposé un projet de loi pour supprimer la neutralité du Net et interdire toutes initiatives visant à la restaurer à l'avenir. En mai 2017, le projet a été soumis à la consultation publique et au cours du même mois, il a été soumis au vote de la FCC afin d’entamer effectivement le processus de suppression de la loi défendue par les démocrates.

La consultation publique donnait l’occasion aux partisans de cette loi pour se faire entendre par le biais de leurs commentaires soumis au système de collecte des avis, avant la date de l’abrogation qui était prévue pour le 14 décembre 2017.

C’est dans ce cadre que le comédien John Oliver, animateur de Last Week Tonight de HBO, a dirigé son auditoire pour inonder le système de commentaires soutenant la neutralité du net. Le système de la FCC a été submergé dans la nuit du 7 mai 2017. Immédiatement après, David Bray, le directeur des systèmes d’information de la FCC a annoncé dans un communiqué que le système de commentaire avait été délibérément altéré en raison d'une série d'attaques distribuées par déni de service (DDoS). « Notre analyse révèle que la FCC a été victime de multiples attaques par déni de service distribué dans la nuit de dimanche à lundi, ce, dès minuit ». Cependant, le système a pu être rendu opérationnel ensuite. Pour rappel, une attaque DDoS est une attaque informatique ayant pour but de rendre indisponible un service, d'empêcher les utilisateurs légitimes d'un service de l'utiliser.


Cependant, les partisans de la neutralité du Net ne partageaient pas l’avis selon lequel le système de collecte de commentaires avait été victime des attaques DDoS. Ils ont accusé l'agence d’inventer une attaque afin de retirer le système en ligne de sorte à éviter les commentaires. En juin 2018, Gizmodo a publié son rapport d’enquête sur cette affaire. En effet, la FCC a été incapable de fournir les preuves d’une telle attaque ni aux journalistes ni aux législateurs américains qui ont demandé à les voir. Au lieu de cela, l'agence se contentait de mener une campagne discrète de mailing afin de rependre l’information d’une prétendue attaque de déni de service (DDoS), selon Gizmodo.

Les courriers passés au peigne fin par Gizmodo, ont montré qu’il en était rien. Les responsables de l’agence ont produit un compte rendu fallacieux de la supposée attaque et ont fait comprendre aux journalistes que le système avait déjà fait l’objet de pareille attaque. Une autre enquête menée par le bureau du procureur général de New York a fait mention que près de 9,5 millions de commentaires sembleraient avoir été faits en utilisant les noms et adresses de tierces personnes.

The New York Times et BuzzFeed News ont soumis des demandes de FOIA (Freedom of Information Act) dans le but d'en savoir plus sur les résultats de la consultation populaire sur le projet de loi contre la neutralité de Net mais la FCC a refusé les demandes d’enregistrement, invoquant des préoccupations de confidentialité et de sécurité. En septembre, The New York Times a intenté une action en justice contre la FCC qui est encore en cours et a renouvelé ensuite sa demande de divulgation des informations sur les commentaires.

En réponse aux demandes insistante de FOIA soumises par le New York Times et BuzzFeed, le président de la FCC a finalement déposé une déclaration, le 3 décembre, dans laquelle Ajit Pai a admis qu'environ 500 000 commentaires soumis lors de la consultation publique en mai 2017, pour l'abrogation impopulaire des règles de neutralité du Net, étaient liés aux adresses électroniques russes : un « demi-million de commentaires ont été envoyés par les adresses électroniques russes », selon Fortune.

La presse n’est pas la seule à demander la divulgation des informations sur les résultats de la consultation publique organisée par la FCC.

Jessica Rosenworcel, la seule démocrate de la FCC, s’est insurgée contre la décision de la majorité de ne pas divulguer les documents et a critiqué l'agence dirigée par le républicain dans une déclaration. « Que cache la Commission fédérale de la communication? » a-t-elle demandé dans sa déclaration, avant d’ajouter que « Quelque chose ici est pourrie - et il est temps pour la FCC de faire preuve de clarté. »

Ont également demandé à l’agence de revenir sur sa décision de ne pas vouloir divulguer les informations relatives aux commentaires, Jeff Merkley, un démocrate de l'Oregon, et Pat Toomey, un républicain de Pennsylvanie.

Ce n’est pas la première fois que la Russie se mêle du processus démocratique au Etats-Unis. En effet, selon plusieurs médias, dont le Wall Street Journal, les agents basés en Russie aurait diffusé environ 80 000 messages sur le réseau social Facebook à environ 126 millions d'Américains sur une période de deux ans qui couvre la période élections présidentielles de 2016. Les acteurs russes auraient utilisé les mêmes méthodes pour envoyer des mails au système de commentaires de la FCC.

Parmi les 22 millions de commentaires envoyés au système et soumis à une enquête dirigée par La procureure générale Barbara Underwood, « jusqu'à 9,53 millions de ces commentaires avaient volé l'identité de vraies personnes. », selon Fortune. Environ un demi-million ont été envoyés à partir d'adresses électroniques russes. Et parmi les e-mails provenant d'adresses e-mail légitimes, la grande majorité était des lettres types provenant des mêmes groupes pro et anti-neutralité du réseau, selon Fortune.

L’abrogation de la neutralité du Net a été controversée. En effet, durant toute le processus d’annulation de la loi sur la neutralité du Net, de nombreuses voix se levées contre. La loi a même été restaurée dans certains Etats comme la Californie même si elle a ensuite été suspendue temporairement.

Source : Fortune, Gizmodo

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Lire aussi

Un homme lance des attaques DDoS contre des journaux en ligne, pour les contraindre à retirer des articles
USA : le président de la FCC propose de supprimer la neutralité du Net, un principe auquel s'opposent farouchement les FAI américains
Un étudiant britannique inculpé pour avoir vendu des logiciels malveillants, qui ont servi à lancer des attaques DDoS sur des millions de sites Web
USA : 9,5 millions de commentaires sur la neutralité du Net auraient été faits avec des identités volées, selon le procureur général de New York
Le volume d'attaques DDoS a plus que doublé en Europe au troisième trimestre, d'après un rapport

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de NBoulfroy
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 11/04/2019 à 12:47
En même temps, vu que la 5G va probablement apporter un nouveau système qui permet de définir des abonnements différents, garantir la neutralité est un enjeu car si on perd cela, on devrai payer des forfaits différents sur mobile (et cela donnera une porte d'entrée pour Internet chez nous) via un contrôle des paquets envoyés sur le réseau (par exemple, si on veut regarder Netflix, si on prend pas l'abonnement Internet adéquate sur mobile, alors on aura pas le même accès réseau que si on prenait l'abonnement approprié, ainsi de suite. Cela s'appliquerai évidemment à YouTube, les jeux vidéo, etc. ...).

Au passage, ça doit bien agacer les FAI aux USA et à coup sur, nos FAI regardent ça d'un œil car on sait tous que cela les arrangerai de pouvoir limiter les accès selon le forfait. C'est clair qu'au lieu de payer pour l'amélioration de l'infrastructure, il vaut mieux pour eux casser les pieds aux clients et trouver des explications plus farfelues à chaque fois pour justifier le retard que la France a à ce propos ("oui mais ça coûte de l'argent", "oui mais c'est aux GAFAM de payer", bla bla bla).
4  0 
Avatar de byrautor
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 15/12/2018 à 10:28
Citation Envoyé par singman Voir le message
C'est un peu le talon d’Achille de la consultation publique. On passe de la démocratie à l'ochlocratie.

Pour vous éviter de chercher : "Ochlocratie n'est pas un synonyme de démocratie au sens de gouvernement par le peuple. Le terme foule, non le terme peuple, est employé ː il suggère dans un sens péjoratif la foule en tant que masse manipulable ou passionnelle. On parle alors de phénomènes de foule, souvent provoqués par la démagogie ou le populisme".
Je réfute l'aspect péjoratif du terme "populisme" utilisé par les instruits pour dévaluer ce qui touche au peuple, ou ce qui est en rapport avec le peuple. Le pire est que ce sont ceux qui prétendent représenter le "peuple" qui l'utilisent le plus souvent.

Bon je reconnais (mes fautes), je m'éloigne du sujet : mea culpa.
3  0 
Avatar de Fagus
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 29/07/2022 à 17:07
Êtes-vous pour ou contre la neutralité du net ? Dans quelle mesure ?
ça dépend
-S'il y a assez de bande passante pour tout le monde, oui bien évidemment.
-Si le trafic demandé excède les capacités du réseau, soit on dégrade tout le monde, y compris les gens qui font des choses utiles avec, soit ça me choquerait pas trop de dégrader la vidéo de divertissement (qui représente l'écrasante majorité de la bande passante). Parce que, c'est mignon les chatons en 8k, mais que en 4k ça passe aussi ...

(Déjà que par écologie je regarde les MOOC en 480p max tant que j'arrive à lire le code, et les conférences en 144p si on voit que la tête des gens...).
3  0 
Avatar de Mimoza
Membre averti https://www.developpez.com
Le 29/07/2022 à 18:35
@Fagus : La gestion de la qualité de service (QOS) des flux n'est pas le cœur du sujet de la neutralité et est déjà mis en place.
Les sujets principaux sont 1/"autorise t-on les FAI a faire payer une surtaxe a certain services (AWS, Netflix, ...) et pas d'autres", un autre est 2/"sur les forfait avec volume de données (ex/mobile), peux t-on ne pas compter le trafique de certains services partenaire ?".

1/ C'est un non sens de faire ça. Le client du FAI c'est l'utilisateur final qui a payer pour accéder a TOUT les services, pas juste une portion. Coté technique réseau le fait d'envoyer du traffique sur un réseau externe est déjà gérer commercialement, ça s'appel le "peering". En gros on fait la balance du volume de données que tu m'envoie VS ce que je t'envoie et suivant la ou ça penche on se verse des €€€, le prix /To est une histoire commercial, pas politique. Les FAI disent que "les gros services qui font plein de profit doivent participer au développement du réseau", mais comme je l'explique juste avant ils le font déjà ! Coté Netflix pour faire baisser la facture ils installent des CDN directement au sein du réseau du FAI. Un député a pris la métaphore du péage d'autoroute ou les camions ne payent pas la même chose que les voitures. Mais son explication joue contre lui car le camion (gros service) paye déjà (peering) pour l'utilisation de l'autoroute (peering). Donc clairement il n'a rien compris a la problématique. Une image plus juste serais un facteur qui fait payer l'expéditeur ET le destinataire pour certains transporteurs et pas d'autres.

2/ Favoriser un service partenaire fausse la concurrence car un jeune service similaire mais non partenaire ne pourra jamais se développer comme il aurait dû, voir mourir ou être racheter a bas prix.

La neutralité du net est de considérer tous les acteurs de manière similaire et les faire payer suivant leur consommation avec la même règle de calcul. Ni plus ni moins.
2  0 
Avatar de singman
Membre averti https://www.developpez.com
Le 14/12/2018 à 23:47
C'est un peu le talon d’Achille de la consultation publique. On passe de la démocratie à l'ochlocratie.

Pour vous éviter de chercher : "Ochlocratie n'est pas un synonyme de démocratie au sens de gouvernement par le peuple. Le terme foule, non le terme peuple, est employé ː il suggère dans un sens péjoratif la foule en tant que masse manipulable ou passionnelle. On parle alors de phénomènes de foule, souvent provoqués par la démagogie ou le populisme".
1  0 
Avatar de Escapetiger
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 31/07/2022 à 19:29
Êtes-vous pour ou contre la neutralité du net ? Dans quelle mesure ?

Ecoutons un de nos éminents collègues sur la question :


Benjamin Bayart - Neutralité du net - Thinkerview
(2014 - durée 33 min 47 )

Benjamin Bayart - Wikipedia

[Edit]
(.../...)

Que signifie le principe de neutralité du net à laquelle vous êtes très attaché ?

Elle peut se comprendre comme une règle de droit. C’est un principe de liberté.

Votre accès Internet est découplé des usages que vous en faîtes et ne concerne pas votre opérateur. On peut également définir la neutralité du Net comme un principe d’ingénierie qui est la non spécialisation du réseau.

Si le réseau n’était pas neutre, votre opérateur identifierait les usages les plus lucratifs pour vous vendre l’accès. Par exemple, il vous vendra une offre incluant Netflix. À l’heure actuelle, vous vous moquez de savoir si l’offre est portée par Orange, SFR ou autre. Ce qui vous intéresse n’est pas le réseau, mais l’usage.

“Si le monde s’effondre, être encore capable de faire tourner un réseau de télécom aura de la valeur.“

(.../...)
Source : Entretien avec Benjamin Bayart : Entre Big Data et surveillance, en route vers une société paranoïaque ! | Carnets d'Alerte
JUIN 20, 2021 LES ENTRETIENS FONDAMENTAUX
1  0 
Avatar de Escapetiger
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 31/07/2022 à 21:24
Citation Envoyé par singman Voir le message
C'est un peu le talon d’Achille de la consultation publique. On passe de la démocratie à l'ochlocratie.

Pour vous éviter de chercher : "Ochlocratie n'est pas un synonyme de démocratie au sens de gouvernement par le peuple. Le terme foule, non le terme peuple, est employé ː il suggère dans un sens péjoratif la foule en tant que masse manipulable ou passionnelle. On parle alors de phénomènes de foule, souvent provoqués par la démagogie ou le populisme".


Ochlocratie (wikipedia)

L’ochlocratie (du grec ancien ὀχλοκρατία / okhlokratía, via le latin : ochlocratia) est un régime politique dans lequel la foule (okhlos) a le pouvoir d'imposer sa volonté. Le terme est tombé en désuétude, mais il a été débattu dans les ouvrages de philosophie politique. Le Robert en donne la définition :

« Ochlocratie : 1568. Emprunté au grec okhlocratia, de okhlos, « foule » et –kratos, « pouvoir ». « Gouvernement par la foule, la multitude, la populace » .

Ochlocratie n'est pas un synonyme de démocratie au sens de gouvernement par le peuple. Le terme foule, non le terme peuple, est employé : il suggère dans un sens péjoratif la foule en tant que masse manipulable ou passionnelle. On parle alors de phénomènes de foule, souvent provoqués par la démagogie ou le populisme. Ceci en l'opposant à des formes de gouvernement politique supposées plus rationnelles ou du moins raisonnables, qu'elles soient démocratiques ou non, et pour cela considérées plus souhaitables par principe.

Longtemps présent dans les dictionnaires français, le mot avait disparu du vocabulaire politique depuis la fin du XIXe siècle : le dictionnaire de l'Académie française ne comporte ainsi plus ce terme depuis sa huitième édition de 1932-35. Toutefois, depuis la fin de l'année 2018, à la suite du mouvement des Gilets jaunes, le mot et son concept ont refait surface dans les médias. L'entrée « ochlocratie » a ainsi réintégré certains dictionnaires majeurs, comme le Petit Robert, en 2019 (.../...)
0  0