Consultation sur la neutralité du Net aux USA : le système de collecte des avis victime d'attaques DDoS
Annonce la FCC

Le , par Patrick Ruiz, Chroniqueur Actualités
David Bray, le directeur des systèmes d’information de la commission fédérale des communications (FCC) des États-Unis vient de rendre public un communiqué. Celui-ci fait état de ce que le système de collecte des avis, mis en place dans le cadre d’une consultation publique sur la neutralité du Net, a été victime d’attaques par déni de service distribué (DDoS). « Notre analyse révèle que la FCC a été victime de multiples attaques par déni de service distribué dans la nuit de dimanche à lundi, ce, dès minuit », peut-on lire dans le communiqué.

C’est donc dans la nuit de dimanche que s’est produit ce que la commission elle-même, par le biais de son communiqué, qualifie de «  tentative délibérée par des acteurs externes de bombarder le système de collecte des avis avec une énorme quantité de trafic ». Même si à un moment le communiqué parle de tentative, il y est clairement précisé que « même si le système est resté fonctionnel pendant tout ce temps, les rafales de déni de service distribué ont paralysé les serveurs, les empêchant de répondre aux requêtes de dépôt des avis par les internautes ».

Ceci suppose deux choses : soit le système a été totalement paralysé rendant impossible le dépôt d’un avis, soit il a été partiellement paralysé, permettant à quelques-uns de déposer leurs avis. Il n’y a pas de précisions de la FCC à ce propos. Une chose est cependant sûre, c’est que la collecte d’avis a été perturbée par des acteurs qui voulaient rendre la tâche difficile à des personnes voulant donner leur avis à propos du sujet sur la table, à savoir : le futur de la neutralité du Net aux USA. Il faudrait rappeler que cette consultation annoncée courant avril par Ajit Pai, l’actuel directeur de la FCC, se tient dans une atmosphère tendue entre républicains et démocrates.

Les démocrates pour la « neutralité du Net » veulent une continuité sur les bases tracées par l’administration Obama en 2015. Les républicains avec, en tête de file, Ajit Pai sont pour la « liberté d’Internet », un concept qui s’oppose à la « neutralité du Net ». Les propos d’Ajit Pai courant avril laissent penser qu’il veut s’assurer de recevoir l’assentiment de la majorité des Américains lorsqu’il a dit qu’il ne s’engagerait pas à supprimer la neutralité du Net sans soumettre cette question à une consultation publique. Seulement, le site de la FCC censé recueillir ces avis a été bombardé par des attaques par déni de service distribué, et l’on ne sait dire quelles en sont les motivations profondes. À qui ont-elles profité en réalité ? Aux démocrates ou aux républicains ?

D’après ce qui ressort du communiqué du directeur des systèmes d’information de la commission fédérale des communications (FCC), le système de collecte des avis est à nouveau pleinement fonctionnel. Attendons de voir quel sera le résultat de la consultation publique, et surtout la réaction d’Ajit Pai si d’aventure les résultats de la consultation lui suggéraient de continuer sous les règles édictées par l’administration Obama.

Source : Communiqué

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

La consultation pourrait-elle déboucher sur l’expression d’un choix de la « liberté d’Internet » prônée par les républicains ?

Voir aussi :

USA : Trump choisit un fervent opposant à la neutralité du Net pour diriger la FCC, il s'agit du républicain Ajit Pai


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de pierre-y pierre-y - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 09/05/2017 à 21:25
Au pif, c'est les russes?
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 19/05/2017 à 14:10
USA : la FCC vote pour entamer le processus de suppression de la neutralité du Net
la période des commentaires publics désormais ouverte

Plus d’un mois déjà que la question de la neutralité du Net est débattue aux États-Unis, avec un nouveau projet visant à la supprimer. Ce mouvement pour la suppression de la neutralité du Net était pressenti après que Trump a nommé le républicain Ajit Pai, un fervent opposant à ce principe, à la tête de la Federal Communications Commission (FCC). Le mois dernier, Ajit Pai est finalement passé à l’action en annonçant son intention de supprimer l’Open Internet Order, adopté par l’administration Obama pour garantir la neutralité du Net.

Lors d’une rencontre en privé avec un groupe d'entreprises de télécommunications, le président de la FCC a fait savoir qu’il comptait annuler les règles de neutralité du Net actuelles et les remplacer par des engagements volontaires des fournisseurs d'accès Internet. Autrement dit, les FAI ne seront plus contraints par la FCC de respecter la neutralité du Net, mais ils devraient eux-mêmes s'engager volontairement envers leurs clients à respecter ces règles dans leurs accords de services. Ajit Pai a également décidé de céder la responsabilité du traitement équitable du trafic Web à la Federal Trade Commission (FTC), qui est dotée d’un pouvoir beaucoup plus faible pour veiller au respect de la neutralité du Net.

La neutralité du Net est le seul moyen de garantir un traitement équitable du trafic Internet par les FAI, qui deviennent alors de simples transmetteurs d’information. Elle permet notamment à tous les utilisateurs, quelles que soient leurs ressources, d'accéder au même réseau dans son intégralité. C’est donc un principe fondamental à garantir pour les internautes. Cela peut cependant ne pas être avantageux pour les FAI qui peuvent faire plus de profits en faisant payer les entreprises de l’Internet pour un traitement spécial du trafic vers leurs applications ou services Internet, par exemple, en chargeant plus vite le contenu d’un site par rapport au contenu de ses concurrents.

Dans son plan controversé, Ajit Pai a toutefois reçu le soutien de neuf sénateurs américains pour qui il est nécessaire d’annuler les restrictions imposées aux FAI pour garantir une certaine « liberté de l’Internet ». Ces sénateurs, tous républicains, ont proposé un projet de loi pour supprimer la neutralité du Net, mais également interdire toute initiative visant à la restaurer à l'avenir.

Ce jeudi, le projet d’Ajit Pai de supprimer la neutralité du Net a officiellement été lancé après un vote favorable au sein de la FCC. Les commissaires de la Federal Communications Commission ont adopté par 2 voix contre 1 le plan d’Ajit Pai, grâce à la majorité républicaine au sein de la Commission (deux républicains et un démocrate). Il faut encore noter que ce vote qui montre qu’il n’y a pas consensus au sujet de ce projet a été fait par une FCC incomplète. La loi américaine prévoit en effet que la FCC soit dirigée par cinq membres nommés par le président des États-Unis et approuvés par le Sénat. Et actuellement, deux places sont encore vacantes.

Ce vote signifie que le processus visant à réviser la façon dont Internet est réglementé est maintenant officiellement en cours. Il ne s’agit que de la première étape d’un long processus qui pourrait traîner jusqu’à la fin de l’année. La proposition d’Ajit Pai passe maintenant par une période officielle de commentaires publics avant que le vote final ne soit envisagé. « C'est le début du processus, pas la fin », a déclaré Ajit Pai, après le vote. Pour le président de la FCC, cela va lancer des discussions sur la façon de « maintenir un Internet libre et ouvert » tout en s’assurant que les fournisseurs d'Internet « aient de fortes incitations » à garantir une bonne qualité de réseau et des services innovants « à tous les Américains ».

La phase de commentaires publics risque toutefois de ne pas être à l’avantage de Pai et ses partisans. Quelques jours avant le vote, le système de commentaires de la FCC a été assailli par les internautes, dont la majorité s'insurge contre le plan du président de la Commission. La FCC a affirmé plus tard qu’il s’agissait d’une attaque DDoS. Les commentaires du public pourraient également être décisifs pour la suite.

D’après Gigi Sohn, une conseillère de l'ancien président de la FCC, Tom Wheeler, ces commentaires pourraient en effet être pris en compte dans toute bataille judiciaire qui pourrait venir plus tard sur le changement des règles de la FCC. « Si vous avez un dossier accablant en faveur de la conservation de ces règles, c'est quelque chose que la FCC doit considérer et une chose sur laquelle un tribunal va se pencher, si cela arrive finalement devant les tribunaux », a déclaré Sohn. Elle pense également que l'indignation du public pourrait faire pression sur les républicains, qui ont déjà été fustigés après la suppression des protections de la vie privée sur Internet. Ainsi, s’il y va de l’image politique des républicains, ils pourraient demander à Ajit Pai d’abandonner ses plans.

Source : CNN

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

USA : la Silicon Valley exhorte le président de la FCC à préserver la neutralité du Net qui se trouve à nouveau menacée avec une initiative en cours
USA : Donald Trump autorise les FAI à vendre l'historique Web des internautes sans leur consentement, quelles solutions pour les Américains ?
Avatar de yoyo3d yoyo3d - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 19/05/2017 à 15:17
supprimer la neutralité du Net, mais également interdire toute initiative visant à la restaurer à l'avenir.
Déjà supprimer la neutralité du net ça me fait bondir.... mais organiser la loi pour qu'elle ne puisse pas être rétablie.... là, ils font très fort.

m'étonnerait pas que Trump propose une loi interdisant sa destitution....
Avatar de Zirak Zirak - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 19/05/2017 à 15:26
Citation Envoyé par yoyo3d Voir le message
Déjà supprimer la neutralité du net ça me fait bondir.... mais organiser la loi pour qu'elle ne puisse pas être rétablie.... là, ils font très fort.
Déjà, et sans même parler du fait que la procédure a été votée alors que la commission n'est même pas complète (et ce n'est pas comme à notre assemblée où les députés ne viennent pas voter pour une raison X ou Y, là ils ne sont même pas encore nommés...).

Ca fait pas du tout le truc fait en vitesse pour le faire passer au plus vite tant qu'on a le plus de chances possibles de son côté.

Car au final, même si c'est Trump qui nomme les 5 membres de la commission, et qu'il pourrait choisir que des personnes contre la neutralité du net pour faire passer son truc, comme le Sénat doit valider les nominations, il n'est pas sûr de pouvoir agir ainsi, et donc il fait voter ça maintenant tant qu'ils sont à 2 vs 1.

Enfin je ne sais pas si c'est vraiment le cas, mais c'est l'arrière goût que cela me laisse en tous cas.
Avatar de Florian_PB Florian_PB - Membre averti https://www.developpez.com
le 19/05/2017 à 16:16
Citation Envoyé par yoyo3d Voir le message
m'étonnerait pas que Trump propose une loi interdisant sa destitution....
On a bien Gilbert Collard qui a tenté de faire voter une loi empêchant toute poursuite judiciaire à SON encontre.

http://www.lexpress.fr/actualite/pol...i_1883985.html
Avatar de grunk grunk - Modérateur https://www.developpez.com
le 19/05/2017 à 17:24
Elle pense également que l'indignation du public pourrait faire pression sur les républicains,
Le grand public se réveillera quand il devra payer une option pour accéder à youtube ou facebook. Ça sera malheureusement trop tard.
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 23/05/2017 à 10:19
Citation Envoyé par grunk Voir le message
Le grand public se réveillera quand il devra payer une option pour accéder à youtube ou facebook. Ça sera malheureusement trop tard.
Je ne suis pas certaine que ce soient ces services qui seront concernés (malheureusement j'ai envie de dire). Google et Facebook mettront la main à la poche pour que leurs contenus soient disponibles dans tous les services minimaux. La quantité d'utilisateurs, c'est leur gagne-pain.
Avatar de Grogro Grogro - Membre expert https://www.developpez.com
le 23/05/2017 à 11:25
Potentiellement si. Un des impact de la non neutralité du web, c'est de permettre aux FAI de favoriser tel ou tel service. Soit en bloquant carrément l'accès, soit en dégradant violemment la bande passante.

Pour l'exemple d'Orange : bloquer Youteub au profit de Dailymoncul, ou ne l'activer qu'avec un abonnement mensuel, ou flinguer les débits de Netflix pour mieux vendre OCS. Avec la mentalité franco-française, c'est un coup à transformer le web en minitel 2.0.

La problématique était peu prioritaire il y a 10 ans, mais depuis les FAI sont devenu fournisseurs de contenus. Et ça, ça change tout.
Avatar de domi65 domi65 - Membre actif https://www.developpez.com
le 29/05/2017 à 10:19
@Grogro
Pour l'exemple d'Orange : bloquer Youteub au profit de Dailymoncul
À l'heure actuelle, lorsqu'un quidam fait une recherche de vidéo sur le moteur de recherche qui squatte 90% du marché, il n'a droit qu'aux vidéos de Youtube. La neutralité n'est qu'une illusion.
Avatar de survivals survivals - Membre régulier https://www.developpez.com
le 03/06/2017 à 2:57
Quand est-ce que l'on remet en marche l'esprit Internet et que l'on vire (par l'arrêt de l'utilisation) toutes les merdes qui se sont rajoutées ces dernières années, bye bye tout ceux qui veulent justement se réserver de la bande passante.

Avec les technos peer to peer, compression et matériels d'aujourd'hui sachant que beaucoup plus de monde est connecté et en permanence, je pense que ces modèles serveur centralisé pour les données vont être dépassé, et on pourra au passage gagner notre indépendance (vis à vis de la censure) et préserver nos cerveaux de la Pub.

Faisons une bonne utilisation des botnet , c'est des systèmes multi-agents distribués non ? un genre de CETI ?

Mais c'est sur qu'ils ne se laisseront pas faire et trouverons d'autres prétextes pour essayé de contrôler ce média (Internet) aussi.
Avatar de Patrick Ruiz Patrick Ruiz - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 08/06/2017 à 12:41
USA : républicains et démocrates sont dans leurs grandes majorités favorables à la neutralité du Net
D’après un sondage mené par Mozilla

Voilà bientôt deux mois que, faisant suite à l’annonce du président de la FCC de supprimer la neutralité du Net aux États-Unis, les débats autour de cette question battent leur plein. Le président de la FCC ne s’est pas limité à l’annonce, mais a poursuivi dans son projet en initiant un vote interne à la FCC. La majorité républicaine au sein de la FCC a alors exprimé sa faveur à ce projet à deux voix contre une, ce qui lançait alors officiellement le processus de suppression de la neutralité du Net aux États-Unis.

Le vote en interne laisse place à une période de commentaires publics qui se poursuivra jusqu’au 18 août prochain. La FCC entend ainsi recueillir les avis des Américains sur la façon dont ils pensent que ce processus doit être mené, des avis qui pourraient avoir un impact sur le vote final. Nous sommes donc à minimum deux mois de la fin de ce processus. En attendant que le système de collecte des avis mis en place par la FCC ne dévoile ses secrets, Mozilla s’est fait la courtoisie de publier les résultats d’un sondage en ligne mené entre les 24 et 25 mai dernier.

Le sondage a porté sur un échantillon de 1008 personnes âgées de plus de 18 ans, lesquelles sont situées en Alaska, à Hawaï et sur la partie continentale des États-Unis. L’échantillon était constitué de 354 démocrates, 344 républicains et 224 individus sans affiliation politique. Il en ressort que :

  • 78 % des répondants issus du champ politique estiment que l’accès égal à Internet est un droit. 67 % sont des républicains, 88 % des démocrates et 71 %, des individus sans affiliation politique ;
  • les Américains voient en la neutralité du Net une bonne chose pour leur société en général. Plus précisément, cet avis a été exprimé en faveur des petites entreprises, des individus, des innovateurs et des fournisseurs d’accès Internet à 70, 69, 65 et 55 % respectivement. 46 % des répondants pensent que la neutralité du Net sera bénéfique aux grandes entreprises ;
  • les répondants ont très peu confiance en la volonté de leur gouvernement de protéger la neutralité du Net. L’administration Trump, le congrès et la FCC enregistrent respectivement des taux de méfiance respectifs de 70, 78 et 58 % ;
  • 54 % des répondants sont méfiants quant à la volonté véritable des fournisseurs d’accès Internet à protéger la neutralité du Net.

Ce sondage donne un aperçu de ce qui pourrait être le résultat de la consultation publique initiée par la FCC au sortir du récent vote qui s’est tenu en son sein. Il est désormais clair que, la suppression de la neutralité d’Internet, qui semblait être la volonté de « tous les républicains », n’est qu’en réalité celle du plus petit nombre du parti républicain. C’est à se demander quelles sont les motivations véritables d’Ajit Pai et de la clique de neuf sénateurs américains qui le soutiennent dans ce projet de mise en place de ce qu’ils appellent « Internet libre ».

Il semblerait cependant qu’au vu de ce qui se profile – les résultats de la consultation publique – qu’Ajit Pai et ses compères soient amenés à revoir leurs ambitions. Quel que soit le nom qu’ils décideront de donner à l’Internet vers lequel ils comptent mener les Américains, il faudra probablement trouver un compromis entre l’ « Internet neutre » apparemment voulu par la majorité des Américains et ce « Internet libre » qu’ils conçoivent au sein de leur « majorité » de la FCC.

Source : Mozilla

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Le changement à la tête des États-Unis pourrait entériner l'abandon de la neutralité du Net qui fut votée pour limiter le pouvoir des FAI
USA : Trump choisit un fervent opposant à la neutralité du Net pour diriger la FCC, il s'agit du républicain Ajit Pai
USA : un projet de loi pour supprimer la neutralité du Net et interdire des initiatives visant à la restaurer à l'avenir
Avatar de Christian Olivier Christian Olivier - Rédacteur https://www.developpez.com
le 24/06/2017 à 10:10
USA : Twitter et d'autres entreprises de l'Internet se mobilisent pour la neutralité du Net
menacée par la Federal Communications Commission

L’organisation Fight for the Future a annoncé qu'à l'instar d'autres entreprises d'Internet défendant la neutralité du Net, Twitter, SoundCloud, Medium, Twilio, Plays.tv et Adblock ont décidé de se joindre à son mouvement de protestation, Battle for the Net, qui prévoit une manifestation numérique le 12 juillet 2017.

La neutralité du réseau est le principe de base qui protège la liberté d’expression sur Internet et qui empêche les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) d’avoir la main mise sur tout le système. Et, c’est aussi précisément à cause de cette neutralité du Net qu’Internet peut se targuer d’être : un lieu de créativité, d’expression libre et d’échange d’idées. Sans la protection de la neutralité du Net, Internet deviendrait comme la télévision par câble et son contenu.

« Cette vague de protestation rassemble autant de supporters parce que personne ne souhaite voir sa compagnie de câblodistribution lui facturer des frais supplémentaires ou avoir le pouvoir de contrôler ce qu’il peut regarder et faire sur Internet », a déclaré Evan Greer, le responsable de la campagne de Fight for the Future. « Le Congrès et la FCC ne doivent pas seulement se soucier des intérêts des lobbyistes, mais ils doivent aussi écouter le public. Le but de cette journée d’action est de les obliger à écouter et à prêter attention à notre voix », a-t-il ajouté.

Qu’arrivera-t-il le 12 juillet ?

Le 12 juillet, les sites Web, les internautes et les communautés en ligne vont démarrer une campagne de protestation en ligne pour dénoncer les attaques de la FCC (Federal Communications Commission) aux États-Unis contre la neutralité du réseau et faire entendre la voix du public. Ils vont, une fois de plus, essayer de démontrer que lorsqu’Internet se rassemble et parle d’une seule voix, il est possible d’arrêter la censure et la corruption.

Des milliers de sites ont prévu de prendre part à cette campagne de protestation massive en ligne. Parmi les participants, on compte des entreprises majeures comme Amazon, Reddit, Netflix, OKCupid, Mozilla, Bittorrent, World Wide Web Foundation, Etsy, Kickstarter, Imgur, Vimeo, Internet Creators Guild, Greenpeace, PornHub et autres qui sont indéniablement des références dans leurs « domaines » respectifs.


Les entreprises participant à ce mouvement connecté afficheront des messages de soutien à la neutralité du réseau sur leurs pages d’accueil. Des outils en ligne facilitant l’envoi de notifications et de mails seront également mis à la disposition des personnes connectées pour qu’elles puissent faire entendre leur voix au Congrès et à la FCC.

Cette journée d’action pour la neutralité du Net s’annonce d'ores et déjà comme l’une des plus grandes manifestations numériques en ligne jamais orchestrées, devançant même la campagne précédente de protestation contre SOPA et PIPA. Plus de 40 000 personnes, sites et organisations se sont déjà inscrits pour témoigner leur soutien à la cause et pour confirmer leur participation.

Source : BattleForTheNet, FightForTheFuture

Et vous ?

Quel est votre avis ?

Voir aussi

USA : le président de la FCC propose de supprimer la neutralité du Net, un principe auquel s'opposent farouchement les FAI américains
USA : un projet de loi pour supprimer la neutralité du Net et interdire des initiatives visant à la restaurer à l'avenir
USA : républicains et démocrates sont dans leurs grandes majorités favorables à la neutralité du Net, d'après un sondage mené par Mozilla
Avatar de earhater earhater - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 25/06/2017 à 23:36
très bonne initiative ! J'avoue quand même que porn hub m'a bien fait sourire dans la liste des entreprises quand même
Avatar de Mimoza Mimoza - Membre actif https://www.developpez.com
le 26/06/2017 à 10:04
Un moyen de protestation efficace serait de ne pas laisser accéder (ou un gros bandeau bien chiant) aux services toutes les IP de la maison blanche … surtout twitter mèche blonde comprendrait peut être un peu mieux le pb
Avatar de Coriolan Coriolan - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 12/07/2017 à 22:34
USA : Facebook, Google et d'autres géants du Net se mobilisent pour supporter la neutralité du Net
à l'occasion de l’International Day of Action

Les géants d’Internet ainsi que des milliers de sites web principalement américains se sont mobilisés aujourd’hui à l’occasion de l’International Day of Action, le but étant de supporter la neutralité du Net. Parmi les entreprises qui se sont jointes à ce mouvement de protestation, on trouve entre autres Amazon, Facebook, Google et Twitter ainsi que des startups et des activistes.

Le principe de la neutralité du Net est l’un des principes fondateurs d’Internet et du web, il permet à tout internaute de bénéficier d’un accès à Internet sans entraves et empêche les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) d’avoir la main mise sur tout le système. Avec ce principe, tous les sites peuvent être consultés à pied d’égalité sans que l’un d’eux soit privilégié par son FAI. De ce fait, les petits sites et les startups sont au même rang que les géants du Net qui ne peuvent pas payer pour bénéficier d’une connexion plus rapide.

Durant le mois de mai, la FCC a voté pour entamer le processus de suppression de la neutralité du Net, le président Trump a nommé le républicain Ajit Pai, un fervent opposant à la neutralité du Net. Il cherche désormais à supprimer les règles introduites par l’administration Obama qui empêchent les FAI comme AT&T, Charter, Comcast et Verizon de bloquer ou ralentir l’accès à certains contenus sur le web.

Pour cette raison, cette campagne de protestation en ligne vise à afficher leur soutien à la neutralité du réseau sur leurs pages d’accueil. Des outils en ligne facilitant l’envoi de notifications et de mails seront également mis à la disposition des personnes connectées pour qu’elles puissent faire entendre leur voix au Congrès et à la FCC. L’objectif de faire pression sur l’administration du président Donald Trump.

Twitter a publié un billet de blog à minuit pour informer qu’il n’aurait pas été possible pour l’entreprise d’exister aujourd’hui sans des règles strictes qui garantissent un Internet ouvert. « La FCC doit abandonner son effort malavisé pour rendre inutile tout le travail accompli pour le compte de tous les utilisateurs d’Internet », a dit l’entreprise. Twitter a également lancé une promotion du hashtag #netneutrality dans sa barre de tendances, une première pour l’entreprise qui n’a jamais promu un tweet de ses prises de position publiques, a confirmé le site Recode.

Google a pour sa part informé qu’il va envoyer un email aux utilisateurs qui se sont abonnés pour recevoir les alertes des actions politiques de l’entreprise. Son message a pris le soin d’encourager les supporters à informer « tout le monde qu’il faut garder Internet ouvert et gratuit. »

Facebook et Amazon ont également entrepris des actions pour supporter l’initiative. Mozilla a publié des bulletins sur son navigateur encourageant les internautes à s’indigner contre la décision de la FCC. Le propriétaire de Wordpress a cherché à offrir aux utilisateurs un plug-in permettant de mobiliser les lecteurs contre la FCC.

L’Internet Association, un groupe de lobbying basé à Washington et qui compte dans ses rangs des géants comme Facebook, Google et d’autres a créé une nouvelle page web destinée à aider les internautes préoccupés à s’exprimer et partager leurs avis sur la neutralité du net avec la FCC.

Toutefois, malgré tous les efforts entrepris par ces acteurs pour pousser la FCC à changer d’avis, Pai et la FCC apparaissent déjà comme étant victorieux puisqu’ils ont les votes nécessaires pour éliminer les règles existantes qui garantissent la neutralité du Net. Pour l’administration Trump, cette neutralité est contrainte et ne permet pas d’investir suffisamment dans le réseau. Un avis partagé par Ajit Pai qui avait en 2015 voté contre le plan adopté par les démocrates pour garantir la neutralité du Net. Durant ce temps, il avait informé qu’il trouvait ces règles onéreuses.

Il apparait que la FCC sous l’impulsion de son nouveau patron cherche à se débarrasser des protections d’Internet dans le cadre d’un effort plus large de dérégulation des télécoms dans le pays. Cet effort est conduit avec une conviction solide qui stipule qu’Internet doit rester libre de toute ingérence. Seulement, Pai n’a pas encore spécifié les règles à éradiquer et les règles à laisser en place. Pour le moment, la FCC ne cherche qu’à rassembler les avis du public jusqu’au 17 juillet.

Ses opposants les plus ardents au sein des démocrates et les compagnies du web continuent leurs efforts pour rallier le public à cette campagne qui commence aujourd’hui. Les organisateurs espèrent générer assez de réactions, en plus des 6,1 millions de commentaires déjà partagés avec la FCC. Ces réactions devront les aider plus tard à mettre la pression sur l’agence gouvernementale pour qu’elle mette un terme à ses efforts devant la Cour fédérale. Ils cherchent aussi à mettre de la pression sur le Congrès américain pour qu’il adopte une nouvelle loi de neutralité du Net plus durable. Une idée qui a le support de certaines compagnies de télécommunications.

Source : The Washington Post - blog de Twitter

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

USA : Twitter et d'autres entreprises de l'Internet se mobilisent pour la neutralité du Net qui est menacée par la Federal Communications Commission
USA : républicains et démocrates sont dans leurs grandes majorités favorables à la neutralité du Net, d'après un sondage mené par Mozilla
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 14/07/2017 à 16:00
USA : Trois FAI et un opérateur de câble ont déboursé plus d'un demi-milliard de dollars
pour combattre la neutralité du net depuis 2008

La neutralité du Net est un principe de non-discrimination qui régit Internet depuis sa création. Ce principe met en scène l’égalité d’accès. Aussi, sous la neutralité du Net, un fournisseur d’accès ne peut pas faire payer davantage ses consommateurs pour un meilleur débit sur YouTube ou Netflix, par exemple. Avec ce principe, tous les sites peuvent être consultés à pied d’égalité sans que l’un d’eux soit privilégié par son FAI. De ce fait, les petits sites et les startups sont au même rang que les géants du Net qui ne peuvent pas payer pour bénéficier d’une connexion plus rapide.

À l’occasion de l’International Day of Action, Facebook, Google, Amazon, et d’autres poids lourds du Net ont manifesté leur soutien pour ce principe. Sur son blog, Google l’a formulé de manière très simple : « Internet est un terrain de jeu ouvert à tous, sur lequel les nouveaux entrants et les joueurs les plus établis peuvent atteindre de la même façon des utilisateurs. »

Twitter a publié un billet de blog où l’entreprise a tenté de rappeler que son existence n’aurait pas été possible sans des règles strictes qui garantissent un Internet ouvert. « La FCC doit abandonner son effort malavisé pour rendre inutile tout le travail accompli pour le compte de tous les utilisateurs d’Internet », a déclaré l’entreprise. Twitter a également lancé une promotion du hashtag #netneutrality dans sa barre de tendances, une première pour l’entreprise qui n’a jamais promu un tweet de ses prises de position publiques, d’après le site Recode.

Le site Battle for The Net estime de son côté que la neutralité du Net « protège notre liberté d’expression sur Internet » en empêchant les grands opérateurs de « ralentir et bloquer des sites, ou faire payer les applis et les sites pour atteindre leur audience. »

Parmi les opposants à cette philosophie, trois FAI ainsi que l'association commerciale principale de l'industrie de la télévision par câble se sont distinguées aux États-Unis par leur implication financière : à elles seules, Comcast, AT & T, Verizon et l'Association nationale des télécommunications et des télécommunications (NCTA) ont dépensé 572 millions de dollars pour tenter de discréditer la neutralité du net auprès de la FCC et d'autres organismes gouvernementaux depuis 2008. C’est en tout cas ce que révèle une analyse de MapLight.

Pour quelles raisons sont-ils contre la neutralité du net ? Ils évoquent les coûts considérables que représente pour eux la modernisation du réseau, indispensable au vu de l’augmentation du trafic, mais aussi la vidéo en direct. Ils ont fait valoir que faire payer les utilisateurs pour des services de plus grande qualité pourrait leur permettre d’investir et d’innover davantage.

Des investissements qui finissent par porter leurs fruits puisque c’est de leur côté de la balance que semble se pencher l’administration Trump.

En 2015, à l’issue de longs débats, la FCC avait décidé que l’Internet américain était un « bien public » au même titre que le réseau téléphonique, et que les fournisseurs d’accès à Internet devaient être soumis aux mêmes règles, incluant la neutralité du réseau. Ceux-ci se sont alors retrouvés placés sous l’autorité de la FCC, qui a depuis pour responsabilité de veiller au respect de la neutralité du Net.

Pourtant, peu de temps après l’arrivée au pouvoir du président Trump, ce mouvement pour la suppression de la neutralité du Net a été pressenti, notamment après que Trump a nommé le républicain Ajit Pai, un fervent opposant à ce principe, à la tête de la Federal Communications Commission (FCC). En avril dernier, Ajit Pai est finalement passé à l’action en annonçant son intention de supprimer l’Open Internet Order, adopté par l’administration Obama pour garantir la neutralité du Net. À l’issue d’une rencontre en privé avec un groupe d'entreprises de télécommunications, il en est ressorti que le président de la FCC comptait annuler les règles de neutralité du Net actuelles et les remplacer par des engagements volontaires des fournisseurs d'accès Internet. Autrement dit, les FAI ne seront plus contraints par la FCC de respecter la neutralité du Net, mais ils devraient eux-mêmes s'engager volontairement envers leurs clients à respecter ces règles dans leurs accords de services.

C’est en soutien au président de la FCC que neuf sénateurs américains, tous républicains, ont déposé un projet de loi en début mai, qui vise non seulement à annuler l’Open Internet Order, mais également à interdire à la FCC d’essayer de restaurer la neutralité du Net à l’avenir, une fois qu'elle sera supprimée. Le projet baptisé Restoring Internet Freedom Act a été déposé par le sénateur Mike Lee, et est coparrainé par les sénateurs John Cornyn, Tom Cotton, Ted Cruz, Ron Johnson, Rand Paul, Thom Tillis, Ben Sasse et James Inhofe.

Source : MapLight

Et vous ?

Êtes-vous en faveur de la neutralité du Net ou contre ce principe ? Pourquoi ?
Avatar de MikeRowSoft MikeRowSoft - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 14/07/2017 à 16:11
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Et vous ?

Êtes-vous en faveur de la neutralité du Net ou contre ce principe ? Pourquoi ?
Chaque pays cherche à avoir son Internet pour le "non" à la neutralité. D'où l'existence de l'itinérance pour les data, appels téléphoniques et j'en passe.

La neutralité, c'est comme le diplôme du baccalauréat en France, la mondialisation ("neutralité") va le faire disparaitre au profit du "commerce international" (partenariat d'itinérance commerciale).

Franchement, j'ai appris qu'il existe un type de réseau appelé Extranet ayant surement un rapport avec la jonction de deux Intranet via des ponts/passerelles (pas une prolongation physique). Alors savoir l'existence d'un Externet en rapport avec Internet ne serait plus une surprise et confirmerait une neutralité sur l'Externet mais pas l'Internet...
Avatar de TiranusKBX TiranusKBX - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 17/07/2017 à 13:55
Les opérateurs télécoms sont assis sur une formidable rente mais ils demandent que l'on paye plus uniquement car ils n'on pas envie de faire baisser leur niveau de bénéfice pendant la période de rénovation du réseau.
De ce fait la neutralité ne les arrange pas, ils ne peuvent ajuster les prix à leur convenance
Avatar de MikeRowSoft MikeRowSoft - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 17/07/2017 à 14:05
https://www.developpez.com/actu/1489...-au-plus-tard/

Pourtant réussir cela n'est pas de la neutralité. Juridiquement je ne sais même pas si cela fait parti d'un tronc commun sachant que les verrous des censures peuvent-être beaucoup plus précises... Les serveurs proxy vont faire un grand retour au nom des libertés, je le crois bien...

A moins que cela soit déjà bloqué.
Avatar de domi65 domi65 - Membre actif https://www.developpez.com
le 20/07/2017 à 13:14
des opérateurs qui dépensent plus d'un demi milliard de dollars pour faire du lobbying sur le thème : « ça va nous coûter trop cher ». Rigolo, non ?
Avatar de tartenpion32 tartenpion32 - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 20/07/2017 à 17:44
la neutralité du net me semble un règle de bon sens, du point de vue de la notion d'intérêt général.
la remettre en cause pour favoriser l'intérêt particuliers de quelque acteurs en position de force technologique?
posez la question ainsi que c'est fait, c'est comme mettre en balance deux choses qui ne sont pas de même nature.

et depuis la maternelle on sait que l'on ne mélange pas les salades et les carottes.

bonne remarque du message précédent :
dépenser autant d'argent en lobbying ?
la motivation, ou l'intention de ces gens là, qui veulent remettre en cause la neutralité du net, va probablement au-delà du simple intérêt financiers!
portez vous bien
Avatar de Dwalin_7 Dwalin_7 - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 21/07/2017 à 11:19
Ce Trump est décidément du mauvais côté sur TOUS les sujets, c'est hallucinant.

Je compare aux piscines chinoises où tu peux payer plus cher pour être dans la partie de la piscine où tu es tout seul pendant que les autres sont comme des sardines. C'est évident que si on a les moyens, on est prêts à payer plus pour être mieux servi que les autres. Mais la théorie de la justice implique d'essayer de se mettre à la place du moins bien loti. Quand on coupe un gâteau, celui qui a coupé se sert en dernier, comme ça il ne peut s'en prendre qu'à lui-même s'il a une part plus petite que les autres.
Avatar de gadj0dil0 gadj0dil0 - Membre régulier https://www.developpez.com
le 14/08/2017 à 13:50
Je pense que les acteurs majeurs du net disposent d'assez de moyens pour offrir une bande passante suffisante à leurs clients ou futures clients via leurs hébergeurs, data-center. Ce qui n'est pas le cas des moins grands. Il y a déjà à ce niveau une différence, alors si en plus, on crade l'accès à ton site plus petit parce que tu n'a pas payé au FAI, mais où va-t-on?
Avatar de Patrick Ruiz Patrick Ruiz - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 01/09/2017 à 9:17
Neutralité du Net aux USA : Apple sort de sa réserve
Et appelle à son tour au maintien des règles en vigueur

Apple sort enfin de son silence au dernier jour réservé par la Commission fédérale des communications (FCC) pour la période des commentaires publics réservés à la neutralité du Net aux USA. Le géant de la marque à la pomme demande à l’administration Trump de maintenir les règles de la neutralité du Net telles qu’édictées par l’administration Obama.

Dans ce commentaire du géant de la marque à la pomme adressé à la FCC, on retiendra particulièrement l’emphase mise sur la nécessité de maintenir une règle qui empêche les fournisseurs d’accès de créer un Internet à « deux voies ». Sans cette règle, des entreprises offrant des services en ligne comme le streaming se verraient alors obligées par les fournisseurs d’accès à Internet d’accéder à des offres d’un débit particulier, ce sans quoi, leur service ne pourrait être accessible.

Un point pour Apple qui, avec ce rappel, s’aligne avec les interventions précédentes d’autres acteurs de l’Internet. Un rappel qui, semble-t-il, s’étend au problème plus général qui se pose dans le cadre de ces débats à savoir : l’importance de traiter les géants des télécommunications comme de simples voies de passage de l’information.

Apple se veut explicite sur la question : « les fournisseurs d’accès à Internet ne doivent pas bloquer ou discriminer les contenus accessibles via des sites Web légaux. Loin d’être une nouveauté, il s’agit d’un principe fondateur de l’approche adoptée par la FCC au sujet de la neutralité du Net, ce, depuis une dizaine d’années. Les fournisseurs de biens et services en ligne ont besoin de savoir qu’ils pourront accéder à leur clientèle sans interférence de la part d’un fournisseur d’accès à Internet. »

Pas question donc pour le géant de la marque à la pomme de lever l’interdit sur des dispositions qui empêchent les fournisseurs d’accès à Internet de gérer leur réseau de façon à favoriser un contenu plutôt qu’un autre, ce qui serait de nature à « tuer Internet tel que nous le connaissons aujourd’hui, ce, au détriment des consommateurs, de la compétition et de l’innovation », a ajouté le porte-parole de la firme.

Neutralité n’est cependant pas synonyme d’anarchie

Apple en a profité pour glisser un semblant de faveur pour une forme de régulation d’Internet. Dans son commentaire, la firme déclare en effet qu’« elle reste ouverte à des autorités légales alternatives si et seulement si elles maintiennent des règles similaires à celles en place. » Et de conclure : « pour faire simple, Internet est tellement important pour les consommateurs et essentiel pour l’innovation pour être laissé sans protection et dans l’incertitude. »

Source : Copie du commentaire d’Apple (PDF)

Et vous ?

Êtes-vous en faveur de la neutralité du Net ou contre ce principe ? Pourquoi ?

Voir aussi :

France : L'Arcep annonce des mesures visant à renforcer la neutralité du Net, à contrario, les USA vont vers sa suppression
Avatar de MagnusMoi MagnusMoi - Membre averti https://www.developpez.com
le 01/09/2017 à 11:55
Appel s'inquiète du bien être général
On ne les entendra plus râler quand la neutralité du web sera morte et qu'ils auront racheté un FAI pour ne plus avoir d'emmerde !!!

Maintenant je croise les doigts pour que cela n'arrive pas
Avatar de Lokken Lokken - Membre habitué https://www.developpez.com
le 01/09/2017 à 12:02
Ceux qui contrôlent les tuyaux sont contre la neutralité parce que sans elle ils pourraient gagner plus
Ceux qui contrôlent les contenus sont pour la neutralité, parce qu'ils n'ont pas envie de payer.

Le reste est littérature....
Avatar de Madmac Madmac - Membre averti https://www.developpez.com
le 04/09/2017 à 0:14
La neutralité sur le net est déjà morte. Essayer d'avoir une opinion dérangeante sur votre vlog sur YouTube. YouTube vous coupera vos revenus en moins de temps qu'il faut pour crier ciseau.Et mème PayPal vous coupera, si vous tentez de contourner le problème en en demandant de l'aide de votre auditoire.

Et sur Facebook et Twitter, la censure est encore plus féroces.
Avatar de ManusDei ManusDei - Membre expert https://www.developpez.com
le 04/09/2017 à 10:01
Moué. Sur twitter les appels au meurtre et au viol ne sont pas censurés donc pour la censure tu repasseras.
Avatar de Madmac Madmac - Membre averti https://www.developpez.com
le 04/09/2017 à 14:53
Citation Envoyé par ManusDei Voir le message
Moué. Sur twitter les appels au meurtre et au viol ne sont pas censurés donc pour la censure tu repasseras.
Essait d'y critiquer les politiques d'immigration ou de dire la vérité sur l'Islam. Et on en reparlera ...
Avatar de ManusDei ManusDei - Membre expert https://www.developpez.com
le 04/09/2017 à 15:51
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Essait d'y critiquer les politiques d'immigration ou de dire la vérité sur l'Islam. Et on en reparlera ...
En même temps si tu râles parce que les tweets confondant burqa et siège de bus ont été supprimés...
Avatar de Marco46 Marco46 - Expert éminent https://www.developpez.com
le 04/09/2017 à 16:05
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
La neutralité sur le net est déjà morte. Essayer d'avoir une opinion dérangeante sur votre vlog sur YouTube. YouTube vous coupera vos revenus en moins de temps qu'il faut pour crier ciseau.Et mème PayPal vous coupera, si vous tentez de contourner le problème en en demandant de l'aide de votre auditoire.

Et sur Facebook et Twitter, la censure est encore plus féroces.
Ce n'est pas ça la neutralité du net. Les GAFA ne t'empêchent pas de monter ton site web islamophobe si le cœur t'en dit.
Offres d'emploi IT
Ingénieur Etudes Expérimenté Java J2EE (H/F)
accenture - Ile de France - Paris (75000)
Développeur PHP (H/F)
SMILE - Aquitaine - Bordeaux (33000)
Tech Lead PHP H/F
Smile - Rhône Alpes - Lyon (69000)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil