Facebook s'est servi d'un VPN qu'il proposait pour évaluer l'utilisation des apps de la concurrence
Et définir sa ligne de rachat d'entreprises

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Le Parlement britannique a publié hier un document de 250 pages de courriels internes entre Facebook et d'autres sociétés de haute technologie concernant l'accès aux données des utilisateurs via le système du réseau social. Les documents ont été saisis par les législateurs britanniques le mois dernier dans le cadre de l'enquête du Parlement britannique sur les infox et placé en accès libre par Damian Collins, président du comité du parlement britannique chargé d’enquêter sur le sujet.

Ces documents dessinent un Facebook paranoïaque face à la concurrence potentielle et donne également un éclairage sur certaines des acquisitions les plus importantes de l’entreprise. Ils montrent à quel point le réseau social surveillait de près les concurrents comme WhatsApp et Snapchat, qui sont devenus des cibles d'acquisition.

Des documents, étiquetés « hautement confidentiels », présentent des diapositives d'une présentation interne de 2013 comparant la portée de Facebook à celle des applications concurrentes, notamment WhatsApp et Snapchat, sur iOS aux Etats-Unis. affichant un Facebook et un Instagram qui dominent en parts de marché (les applications étaient respectivement utilisés par 72,6% et 34,0% des mobinautes américains sur iOS).

Il est possible que Facebook ait considéré Snapchat et WhatsApp comme des menaces potentielles. À l'époque, Snapchat atteignait 13,2% du public américain sur iOS et son application pour iPhone, qui connaissait une croissance rapide, se classait au 16e rang. Messenger, l’application de messagerie de Facebook, enregistrait 13,7% et se classait au 15e rang.

Cette année-là, Facebook tentait d’acquérir Snapchat pour 3 milliards de dollars - une offre rejetée par le PDG de Snap, Evan Spiegel. Facebook a ensuite passé des années à tenter de copier Snapchat comme l’illustre par exemple le clonage de la fonctionnalité Stories.


Et en ce qui concerne WhatsApp, les données montrent à quel point l’acquisition a été importante pour la société et pourquoi elle a coûté 19 milliards de dollars. À l'époque, WhatsApp avait une portée considérable aux États-Unis, se classant troisième derrière Skype et Facebook Messenger. Mais WhatsApp dépassait clairement Facebook en matière d'engagement, avec plus de deux fois plus de messages envoyés.


Des données obtenus via le VPN Onavo

Onavo est une service de Facebook proposant un VPN gratuit. Pour iOS et Android, l’application est destinée à « protéger vos information personnelles ». Cependant, les documents révèlent que Facebook s’est servi des données des utilisateurs pour en apprendre plus sur les applications potentiellement concurrentes et les tendances à suivre.

En clair, les documents publiés indiquent que l'application VPN de Facebook était beaucoup plus invasive que ce qui a déjà été avancé. « Facebook a utilisé Onavo pour mener des enquêtes mondiales sur l'utilisation des applications mobiles par les clients, et apparemment à leur insu », a regretté Damian Collins. « Ils ont utilisé ces données pour évaluer non seulement le nombre de personnes ayant téléchargé des applications, mais aussi leur fréquence d'utilisation. Ces connaissances les ont aidées à choisir les entreprises à acquérir et celles à traiter comme une menace », a-t-il continué.

Notons que Facebook a été contrainte de retirer Onavo de l'App Store d'Apple plus tôt cette année après qu'Apple ait modifié ses directives pour les développeurs afin d'interdire aux applications de collecter des données sur les autres services installés sur les téléphones de ses utilisateurs. Bien qu'Apple n'ait jamais dit que les nouvelles règles visaient Facebook, le changement de politique est intervenu après les critiques répétées du réseau social par le PDG d'Apple, Tim Cook.

Onavo est toujours disponible sur le Google Play Store et aux milliers de personnes qui ont téléchargé la version iOS avant qu'elle n’en soit bannie.

La réaction de Facebook

Dans une déclaration, Facebook a défendu son utilisation des données d'Onavo en avançant que « des sites Web et des applications utilisent depuis des années des outils comme Onavo pour des services d'études de marché ».

« Nous avons toujours été clairs lorsque les gens téléchargent Onavo sur les informations collectées et sur leur utilisation, y compris par Facebook. Nous les informons avant qu’ils ne procèdent au téléchargement de l'application et sur le premier écran affiché après l'installation ». Facebook a également noté que les utilisateurs peuvent désactiver certains types de collecte de données dans les paramètres de l'application.

Source : documents du Parlement Britannique (au format PDF)

Voir aussi :

Les meilleurs employeurs de 2019 : Facebook et Google perdent du terrain aux USA, tandis qu'Ubisoft monte en flèche en France, selon Glassdoor
Pour certains, Facebook aurait contribué à renforcer le mouvement des gilets jaunes en France, doit-on craindre une telle influence du réseau ?
Des employés de Facebook se renseignent sur des emplois extérieurs à l'entreprise, et veulent savoir la meilleure façon de partir de la société
Facebook utiliserait les données personnelles des utilisateurs comme monnaie d'échange pour accorder des privilèges spéciaux à certaines entreprises


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de MiaowZedong MiaowZedong - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 06/12/2018 à 12:53
Facebook est coupable, bien sûr. Mais quand même, pour installer un VPN Facebook pour "protéger ses données confidentielles", faut être un peu con.
Avatar de toutwd toutwd - Membre régulier https://www.developpez.com
le 06/12/2018 à 14:48
Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
Facebook est coupable, bien sûr. Mais quand même, pour installer un VPN Facebook pour "protéger ses données confidentielles", faut être un peu con.
Je suis entièrement d'accord avec vous, mais il me semble que le simple fait de continuer à utiliser FB est déjà très très con non ? surtout depuis "qu'on sais"....

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil