Le Parlement Britannique diffuse des centaines de pages de documents internes de Facebook
Mettant en exergue un abus de position dominante

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Après avoir lu le contenu directement devant le représentant de Facebook, lors de l'audition à Londres, le 27 novembre, le Parlement britannique a été publié le mercredi 5 décembre, 250 pages de documents internes de Facebook. Ce sont des actes judiciaires, initiés aux États-Unis contre Facebook par une entreprise nommée Six4Three.

Ces 250 pages dévoilent les textes et les graphiques datant de 2012 à 2015, Facebook, dont Mark Zuckerberg, ou échangés avec d'autres partenaires du réseau social.

Ils ont confirmé ou donné des détails sur les pratiques de Facebook à cette époque, ainsi que sur les axes de développement du réseau social.

Le député Damian Collins, président de la commission parlementaire concernée, a mis en exergue plusieurs « problèmes clés » dans une note introductive.

Il a écrit ceci:
  • Facebook a autorisé certaines entreprises à conserver un « accès complet » aux données relatives aux amis des utilisateurs, même après avoir annoncé des modifications à sa plateforme en 2014/2015, afin de limiter ce que les développeurs pouvaient voir. « Il n’est pas clair qu’il y ait eu consentement de l’utilisateur, ni comment Facebook a décidé quelles entreprises devaient figurer sur la liste blanche », a déclaré Collins.
  • Facebook savait qu'une mise à jour de son application Android lui permettant de collecter des enregistrements d'appels et de textes d'utilisateurs serait controversée. « Pour atténuer les mauvaises relations publiques, Facebook avait prévu de faire en sorte que les utilisateurs sachent qu'il s'agissait là d'une des caractéristiques sous-jacentes », a déclaré Collins.
  • Facebook a utilisé les données fournies par la société d'analyse israélienne Onavo pour déterminer quelles autres applications mobiles étaient téléchargées et utilisées par le public. Il a ensuite utilisé ces connaissances pour choisir les applications à acquérir ou à traiter comme une menace.
  • il y avait des preuves que le refus de Facebook de partager des données avec certaines applications a eu des conséquences négatives sur l'évolution de ces applications.
  • il y avait eu beaucoup de discussions sur la valeur financière de fournir un accès aux données d'amis



Des révélations et des confirmations sur les rapports de force entre Facebook et le marché

Les documents apportent des éclaircissements nouveaux sur le pouvoir de Facebook sur le marché, et certains experts et législateurs accusent déjà la société d’avoir enfreint la loi antitrust en exerçant un contrôle agressif sur sa plateforme.

Dans les documents, nous pouvons voir des sociétés implorant des cadres supérieurs de Facebook après que la société eut modifié sa politique d'accès aux données. « Nous avons été obligés de vous écrire pour vous expliquer l'effet extrêmement préjudiciable de retirer les autorisations d'amis à nos applications très populaires (et rentables) Badoo et Hot or Not », a écrit un représentant de Badoo à un responsable de Facebook. « Les données relatives aux amis que nous recevons des utilisateurs font partie intégrante de notre produit (et constituent en fait une raison clé pour intégrer la vérification Facebook dans nos applications) ».

Facebook a ensuite écrit dans un courrier électronique que la société avait été « inscrite sur une liste blanche » pour l’accès, mais que d’autres n’avaient pas eu la même chance. Lorsque l'application vidéo Vine, appartenant à Twitter, a tenté d'utiliser Facebook pour permettre aux utilisateurs de trouver des amis sur la plateforme, Mark Zuckerberg a personnellement envoyé une réponse concise lorsqu'un responsable a déclaré que Facebook envisageait de désactiver la fonctionnalité Vine. « Oui, allez-y », a-t-il écrit, selon les courriels publiés.

Le cofondateur de Vine, Rus Yusupov, a fait écho aux sentiments de nombreux critiques sur Facebook dans un tweet qu'il a envoyé après la publication des documents. « La concurrence est nulle, pas vrai ? » A-t-il écrit. « Non. Elle permet aux produits de s’améliorer, de devenir disponibles pour plus de gens, à moindre coût. Efforcez-vous de créer de nouvelles choses que les gens veulent et d'influencer d'autres créateurs pour que le cycle se poursuive ».


Selon les critiques de Facebook, ces changements dans les accès à son API pourraient constituer des violations de la loi fédérale anti-monopole. Freedom From Facebook, un groupe qui fait pression pour une action antitrust contre le numéro un des réseaux sociaux, a déclaré que la société était « apparemment en violation des lois antitrust, allant de la vente liée à des accords de données, à la marginalisation et à l'exclusion des concurrents de la plateforme dominante de Facebook, à des conditions illégales l’acquisition de WhatsApp par Facebook ».

La réponse de Facebook

En réponse, Facebook a déclaré que les documents avaient été présentés de «manière très trompeuse » et nécessitaient d’être contextualisées.

« Nous nous tenons aux modifications apportées à la plateforme que nous avons apportées en 2015 pour empêcher une personne de partager les données de ses amis avec les développeurs. Comme toute entreprise, nous avons eu de nombreuses conversations internes sur les différentes manières de construire un modèle commercial durable pour notre plateforme. Mais les faits sont clairs : nous n'avons jamais vendu les données des personnes », a déclaré une porte-parole.

Mark Zuckerberg a également publié une réponse personnelle sur sa page Facebook.

Citation Envoyé par Mark Zuckerberg
Comme toute organisation, nous avons eu beaucoup de discussions internes et les gens ont soulevé des idées différentes. En fin de compte, nous avons opté pour un modèle dans lequel nous avons continué à fournir gratuitement la plateforme pour développeurs et les développeurs pouvaient choisir d’acheter des annonces s’ils le souhaitaient. Ce modèle a bien fonctionné. D'autres idées que nous avons envisagées, mais que nous avons rejetées incluent la facturation aux développeurs de l'utilisation de notre plateforme, similaire à la façon dont les développeurs paient pour utiliser Amazon AWS ou Google Cloud. Pour être clair, cela diffère de la vente de données de personnes. Nous n'avons jamais vendu les données de quiconque.

Bien sûr, nous ne laissons pas tout le monde se développer sur notre plateforme. J'ai mentionné ci-dessus que nous avons bloqué beaucoup d'applications fragmentaires. Nous n'avons également pas autorisé les développeurs à utiliser notre plateforme pour reproduire nos fonctionnalités ou développer leurs services de manière virale de manière à créer peu de valeur pour les utilisateurs de Facebook. Nous avons restreint un certain nombre de ces applications et, pour d'autres, nous avons demandé aux développeurs de fournir aux utilisateurs un moyen simple de partager leur contenu en dehors de leurs applications et sur Facebook s'ils le souhaitaient.

Nous nous concentrons sur la prévention des applications abusives depuis des années. C’était le principal objectif de ce changement majeur de plateforme à partir de 2014. En fait, c’était le changement nécessaire pour éviter la situation avec Cambridge Analytica. Bien que nous ayons apporté ce changement il y a plusieurs années, si nous l'avions fait seulement un an plus tôt, nous aurions pu éviter complètement cette situation.

Je comprends qu'il y a beaucoup de contrôle sur la façon dont nous gérons nos systèmes. Cela est sain compte tenu du grand nombre de personnes qui utilisent nos services dans le monde entier, et il est normal qu'on nous demande constamment d'expliquer ce que nous faisons. Mais il est également important que la couverture de ce que nous faisons - y compris l'explication de ces documents internes - ne déforme pas nos actions ou nos motivations. C’était un changement important pour protéger notre communauté, et ce changement a accompli son objectif.
Facebook pourrait risquer une action antitrust au même titre que Google

« Les révélations sur les considérations internes de Facebook sur Vine vont probablement déclencher un examen antitrust », a déclaré Dipayan Ghosh, ancien conseiller américain en matière de protection de la vie privée et de politiques publiques de Facebook. « Les actions de la société semblent correspondre à celles d'Android, qui a bloqué les applications concurrentes par des comportements anticoncurrentiels vigoureux - la même chose s'applique ici ».

La Commission européenne a déjà pris des mesures antitrust contre une autre grande entreprise de technologie cet été, en condamnant Google à une amende de plusieurs milliards d’euros pour comportement anticoncurrentiel entourant son produit Android. La Commission a constaté qu'en combinant des fonctionnalités telles que le moteur de recherche de Google, les applications Chrome et le système d'exploitation, la société exploitait illégalement sa part de marché. La Commission pourrait engager une action similaire au nom des allégations relatives à Facebook, mais aucune déclaration ni annonce n’a été faite.

Sources : Facebook, documents du Parlement Britannique (au format PDF), BBC

Voir aussi :

Les meilleurs employeurs de 2019 : Facebook et Google perdent du terrain aux USA, tandis qu'Ubisoft monte en flèche en France, selon Glassdoor
Pour certains, Facebook aurait contribué à renforcer le mouvement des gilets jaunes en France, doit-on craindre une telle influence du réseau ?
Des employés de Facebook se renseignent sur des emplois extérieurs à l'entreprise, et veulent savoir la meilleure façon de partir de la société
Facebook utiliserait les données personnelles des utilisateurs comme monnaie d'échange pour accorder des privilèges spéciaux à certaines entreprises


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de marsupial marsupial - Membre émérite https://www.developpez.com
le 06/12/2018 à 8:37
Les données utilisateurs sont traitées comme des kilos de patate sans autre considération.

Page 6 du PDF, Mark Zuckerberg
Reading anything, including friends, costs a lot of money. Perhaps on the order of
$0.10/user each year.
Cela remet en cause l'assertion affirmant la non revente des données utilisateurs.
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 06/12/2018 à 9:34
Facebook s'est servi d'un VPN qu'il proposait pour évaluer l'utilisation des apps de la concurrence,
et définir sa ligne de rachat d'entreprises

Le Parlement britannique a publié hier un document de 250 pages de courriels internes entre Facebook et d'autres sociétés de haute technologie concernant l'accès aux données des utilisateurs via le système du réseau social. Les documents ont été saisis par les législateurs britanniques le mois dernier dans le cadre de l'enquête du Parlement britannique sur les infox et placé en accès libre par Damian Collins, président du comité du parlement britannique chargé d’enquêter sur le sujet.

Ces documents dessinent un Facebook paranoïaque face à la concurrence potentielle et donne également un éclairage sur certaines des acquisitions les plus importantes de l’entreprise. Ils montrent à quel point le réseau social surveillait de près les concurrents comme WhatsApp et Snapchat, qui sont devenus des cibles d'acquisition.

Des documents, étiquetés « hautement confidentiels », présentent des diapositives d'une présentation interne de 2013 comparant la portée de Facebook à celle des applications concurrentes, notamment WhatsApp et Snapchat, sur iOS aux Etats-Unis. affichant un Facebook et un Instagram qui dominent en parts de marché (les applications étaient respectivement utilisés par 72,6% et 34,0% des mobinautes américains sur iOS).

Il est possible que Facebook ait considéré Snapchat et WhatsApp comme des menaces potentielles. À l'époque, Snapchat atteignait 13,2% du public américain sur iOS et son application pour iPhone, qui connaissait une croissance rapide, se classait au 16e rang. Messenger, l’application de messagerie de Facebook, enregistrait 13,7% et se classait au 15e rang.

Cette année-là, Facebook tentait d’acquérir Snapchat pour 3 milliards de dollars - une offre rejetée par le PDG de Snap, Evan Spiegel. Facebook a ensuite passé des années à tenter de copier Snapchat comme l’illustre par exemple le clonage de la fonctionnalité Stories.


Et en ce qui concerne WhatsApp, les données montrent à quel point l’acquisition a été importante pour la société et pourquoi elle a coûté 19 milliards de dollars. À l'époque, WhatsApp avait une portée considérable aux États-Unis, se classant troisième derrière Skype et Facebook Messenger. Mais WhatsApp dépassait clairement Facebook en matière d'engagement, avec plus de deux fois plus de messages envoyés.


Des données obtenus via le VPN Onavo

Onavo est une service de Facebook proposant un VPN gratuit. Pour iOS et Android, l’application est destinée à « protéger vos information personnelles ». Cependant, les documents révèlent que Facebook s’est servi des données des utilisateurs pour en apprendre plus sur les applications potentiellement concurrentes et les tendances à suivre.

En clair, les documents publiés indiquent que l'application VPN de Facebook était beaucoup plus invasive que ce qui a déjà été avancé. « Facebook a utilisé Onavo pour mener des enquêtes mondiales sur l'utilisation des applications mobiles par les clients, et apparemment à leur insu », a regretté Damian Collins. « Ils ont utilisé ces données pour évaluer non seulement le nombre de personnes ayant téléchargé des applications, mais aussi leur fréquence d'utilisation. Ces connaissances les ont aidées à choisir les entreprises à acquérir et celles à traiter comme une menace », a-t-il continué.

Notons que Facebook a été contrainte de retirer Onavo de l'App Store d'Apple plus tôt cette année après qu'Apple ait modifié ses directives pour les développeurs afin d'interdire aux applications de collecter des données sur les autres services installés sur les téléphones de ses utilisateurs. Bien qu'Apple n'ait jamais dit que les nouvelles règles visaient Facebook, le changement de politique est intervenu après les critiques répétées du réseau social par le PDG d'Apple, Tim Cook.

Onavo est toujours disponible sur le Google Play Store et aux milliers de personnes qui ont téléchargé la version iOS avant qu'elle n’en soit bannie.

La réaction de Facebook

Dans une déclaration, Facebook a défendu son utilisation des données d'Onavo en avançant que « des sites Web et des applications utilisent depuis des années des outils comme Onavo pour des services d'études de marché ».

« Nous avons toujours été clairs lorsque les gens téléchargent Onavo sur les informations collectées et sur leur utilisation, y compris par Facebook. Nous les informons avant qu’ils ne procèdent au téléchargement de l'application et sur le premier écran affiché après l'installation ». Facebook a également noté que les utilisateurs peuvent désactiver certains types de collecte de données dans les paramètres de l'application.

Source : documents du Parlement Britannique (au format PDF)

Voir aussi :

Les meilleurs employeurs de 2019 : Facebook et Google perdent du terrain aux USA, tandis qu'Ubisoft monte en flèche en France, selon Glassdoor
Pour certains, Facebook aurait contribué à renforcer le mouvement des gilets jaunes en France, doit-on craindre une telle influence du réseau ?
Des employés de Facebook se renseignent sur des emplois extérieurs à l'entreprise, et veulent savoir la meilleure façon de partir de la société
Facebook utiliserait les données personnelles des utilisateurs comme monnaie d'échange pour accorder des privilèges spéciaux à certaines entreprises
Avatar de MiaowZedong MiaowZedong - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 06/12/2018 à 12:53
Facebook est coupable, bien sûr. Mais quand même, pour installer un VPN Facebook pour "protéger ses données confidentielles", faut être un peu con.
Avatar de toutwd toutwd - Membre régulier https://www.developpez.com
le 06/12/2018 à 14:48
Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
Facebook est coupable, bien sûr. Mais quand même, pour installer un VPN Facebook pour "protéger ses données confidentielles", faut être un peu con.
Je suis entièrement d'accord avec vous, mais il me semble que le simple fait de continuer à utiliser FB est déjà très très con non ? surtout depuis "qu'on sais"....

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil