Facebook a été critiqué pour avoir permis à une jeune mariée de 16 ans d'être vendue aux enchères au Sud-Soudan,
Au plus offrant sur sa plateforme

Le , par Stan Adkens, Chroniqueur Actualités
Depuis 2016, Facebook fait face aux fake news qui ont inondé sa plateforme au cours de la période des élections présidentielles de 2016. En effet, les plateformes des réseaux sociaux avaient été prises pour cible par des faux comptes ou des comptes automatisés pour diffuser des informations liées à des sources peu crédibles. Depuis lors, les réseaux sociaux fournissent leur meilleurs efforts pour mette fin à cette pratique de désinformation. Facebook a élaboré un outil à cet effet, le fact-checking, l’outil de vérification des faits sur sa plateforme qu’il a officiellement annoncé en France en mars 2017.

Cette nouvelle fonctionnalité permet à l'ensemble des utilisateurs du réseau social de signaler les messages postés et relatifs aux fausses informations. En septembre 2018, le géant des réseaux sociaux à étendu la vérification des faits aux images et vidéos, afin d'améliorer la précision de son modèle d'apprentissage automatique.

Cependant, Facebook mène une autre lutte, mais cette fois-ci contre des contenus traitant de la violence, des discours haineux, du terrorisme, de la pornographie, du racisme, de l’automutilation, du cannibalisme de même de l’esclavage, et bien d’autres comportements illicites sur sa plateforme. Le réseau social dispose pour cela des de modérateurs dont le rôle consiste à épurer la plateforme de toutes publications ayant un lien avec les éléments cités plus haut. Cependant, la réglementation de Facebook en la matière reste floue, ce qui lui vaut de sévères critiques. En effet, l’armée de modérateurs employés par Facebook décide si un contenu a sa place ou non dans le réseau social.

Ainsi, par exemple, les modérateurs ne sont pas obligés de supprimer les vidéos de morts violentes partagées sur le réseau social, bien qu’elles soient dérangeantes. Alors qu’une menace de mort à l’encontre du président des Etats-Unis sera supprimée.


Un article d’ABC a annoncé un autre abus de Facebook au Sud-Soudan. En effet, Facebook a permis à un utilisateur sud-soudanais de vendre aux enchères, sur sa plateforme, une jeune mariée de 16 ans au Sud-Soudan. Selon ABC, le poste qui mettait la mineure en vente aux enchères avait été partagé pour la première fois le 25 octobre, mais n’a été retiré par Facebook que le 9 novembre, six jours après que la jeune fille soit devenue la neuvième épouse du soumissionnaire retenu.

Le père de la mariée a reçu en guise de dot 500 vaches, deux voitures de luxe, deux vélos, un bateau, des téléphones portables et 13 800 dollars en échange de sa fille.

Les soumissionnaires étaient au nombre de cinq dont les hauts responsables du gouvernement sud-soudanais, selon Plan International, une organisation internationale de défense des droits de l'enfant. Le Directeur national de l’organisation, George Otim, a critiqué le géant des réseaux sociaux d’avoir permis, sur sa plateforme, cette vente aux enchères qu’il compare aux marchés d'esclaves. « Cette utilisation barbare de la technologie rappelle les marchés d'esclaves modernes », a déclaré le directeur. « Qu'une fille puisse être vendue pour mariage sur le plus grand site de réseau social au monde de nos jours, cela va au-delà de toute croyance. », a-t-il ajouté.

Cependant, Facebook, comme à son habitude, a défendu ses politiques de confidentialité et ses méthodes. Un porte-parole de Facebook a déclaré à ABC que le post de l’utilisateur avait enfreint les politiques du réseau social et qu’il avait été rapidement supprimé dès lors que la société s’en est rendu compte. « Nous améliorons constamment les méthodes que nous utilisons pour identifier les contenus qui enfreignent nos politiques, notamment en doublant notre équipe de sécurité à plus de 30 000 et en investissant dans la technologie », a indiqué le porte parole.

Il a fallut 16 jours pour que Facebook aperçoive et supprime « rapidement » une violation de ses politiques. Ceci conforte les suggestions de l’étude publiée le mardi dernier, selon lesquelles mes méthodes de vérification manuelles actuelles ne seraient pas efficaces et qu’il fallait investir dans de meilleurs algorithmes de détection des abus et des contre-mesures.

« Toute forme de traite des êtres humains, qu'il s'agisse de publications, de pages, d'annonces ou de groupes, n'est pas autorisée sur Facebook. », a jouté le porte parole sans expliqué pourquoi Facebook a attendu plus de deux semaines avant de supprimer le message original de sa plateforme.

Selon ABC, M. Otim a lancé un appel au gouvernement sud-soudanais a ouvrir une enquête et à suspendre les fonctionnaires soumissionnaires et a encouragé les filles à signaler à la police tout cas de mariage forcé. Cependant, le gouvernement a déclaré qu’il lui est impossible de réglementer les pratiques culturelles des communautés, en particulier dans les zones reculées, bien qu’il condamne la pratique du mariage d’enfants. « Vous ne pouvez pas appeler cela des enchères comme s'il s'agissait d'une vente aux enchères. Ce n'est pas une offre. Si vous le voyez avec des yeux européens, vous appellerez cela une vente aux enchères », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Ateny Wek Ateny.

Pratique de mariage d’enfants au Sud-Soudan

En effet, au Sud-Soudan, le mariage d’enfants est favorisé par les conditions de vie précaire dans le pays. La pauvreté, les conflits, l’instabilité, les faibles niveaux d'alphabétisation et l’inégalité entre les sexes dans l'éducation entretiennent ce type de mariage, a rapporté ABC.

Le mariage d’enfants est aussi alimenté par des facteurs culturels. Certaines communautés le pratiquent comme moyen d’éviter les relations sexuelles avant le mariage ainsi que des grossesses non désirées. Ce type de mariage est également un échange contre d’importante dot comme le bétail, par exemple.

Selon l'UNICEF, plus de la moitié des filles du Sud-Soudan sont forcées à se marier avant leur 18e anniversaire, alors que c'est l'âge légal pour se marier.

L'organisation de défense des droits des femmes, Equality Now, s'est félicitée de la suppression du post sur Facebook et à interpellé sur le fait que cette pratique pourrait être utilisée par d’autres familles. « Facebook a la responsabilité de garantir et de protéger les droits des femmes et des filles », a déclaré Judy Gitau, avocate chez Equality Now. « Ils doivent consacrer des ressources suffisantes à la surveillance de leur plateforme. », a-t-elle ajouté

Source : ABC

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Il a fallut plus de deux semaines a Facebook pour détecter et supprimer un post qui était en violation de ses politiques. Que pensez-vous des méthodes utilisées par Facebook pour l’épuration de sa plateforme ?

Voir aussi

France : Facebook annonce la mise en production de son outil de vérification, pour lutter contre les « fake news »
Facebook montre des contradictions lorsqu'il est questionné sur la présence d'un média conspirationniste, le réseau évoque la liberté d'expression
Des documents internes secrets révèlent comment Facebook censure les contenus, traitant de sujets sensibles comme la violence et la nudité
Facebook étend désormais la vérification des faits aux images et vidéos, afin d'améliorer la précision de son modèle d'apprentissage automatique
Etude : il n'a fallut que « relativement peu de » bots pour propager la désinformation, et submerger les vérificateurs de faits


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de denisys denisys - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 23/11/2018 à 12:24
Et bientôt, en France également !!!
Surtout, si on veut être a la mode US, comme le Black Friday !!!
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 23/11/2018 à 12:35
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Qu’en pensez-vous ?
Facebook a supprimé la publication !
Ok ça a peut-être mis 16 jours pour la repérer, mais une fois qu'elle a été trouvé elle a été supprimé...

L'algorithme est plus rapide pour trouver les seins sur les photos (mais ça arrive peut-être plus souvent que les ventes de filles de 16 ans).
Cancer du sein : Facebook censure (encore) des publications sur la mastectomie

Facebook et trop gros, il y a trop de publications, modérer ça correctement est une mission impossible.

De toute façon c'est une pratique culturelle au Sud-Soudan.
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Selon l'UNICEF, plus de la moitié des filles du Sud-Soudan sont forcées à se marier avant leur 18e anniversaire, alors que c'est l'âge légal pour se marier.
Facebook ou pas ça ne change rien...
Maintenant Facebook est au courant et va améliorer le système de modération pour qu'il soit plus efficace pour trouver ce genre d'annonce.

===
Là ça ce voit qu'on cherche à critiquer Facebook pour tout et n'importe quoi...
En ce moment il y a régulièrement des news anti facebook.
Avatar de clauded07 clauded07 - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 24/11/2018 à 20:09
J'ai essayé de vendre ma belle mère, mais personne en veut. Comme quoi ca marche pas top!
Avatar de Madmac Madmac - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 24/11/2018 à 21:39
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Facebook et trop gros, il y a trop de publications, modérer ça correctement est une mission impossible.

De toute façon c'est une pratique culturelle au Sud-Soudan.
.
Ce qui est le plus étonnant est que ce soit un fille de 16 ans. Habituellement c'est autour de 6 ans.
Avatar de Ecthelion2 Ecthelion2 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 26/11/2018 à 8:34
Citation Envoyé par denisys Voir le message
Surtout, si on veut être a la mode US, comme le Black Friday !!!
Quel rapport ?

Si c'est par rapport à la publication qui circule sur les réseaux sociaux disant que le "black friday" viendrait de remise de prix sur les ventes d'esclaves à l'époque, c'est faux hein, suffit de chercher 5mn sur le net...

http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/...y-et-esclavage

Comme quoi, les fake news ont encore de beaux jours devant elles...
Avatar de MiaowZedong MiaowZedong - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 26/11/2018 à 11:09
Facebook est une fantastique aubaine pour tous les trafics, il n'y a que le terrorisme et la pédopornographie qui sont trop sensible pour être organisés depuis FB (et encore...). C'est une zone de non-droit sur internet, on y trouve des drogues, des violences, de la contrebande, de la prostitution, des réseaux d'immigration clandestine/trafic d'esclaves (la différence n'est pas toujours évidente)...peu étonnant que des mariages forcés y soient organisés.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 26/11/2018 à 11:46
Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
C'est une zone de non-droit sur internet, on y trouve des drogues, des violences, de la contrebande, de la prostitution, des réseaux d'immigration clandestine/trafic d'esclaves
Quoi ?!
Il faudrait être fou pour faire des choses illégales sur Facebook, toutes les données sont récupérées, analysées, vendues, etc.
Peut-être qu'un jour les lois vont changer et que Facebook va collaborer avec le gouvernement.

Il y a des trucs que le gouvernement Français n'aime pas, alors il le fait censurer :
La France, championne de la censure de contenus sur Facebook en 2015

Facebook. Terrorisme, violence, nudité... Le réseau clarifie ses règles
Apologie du terrorisme bannie
Selon les nouvelles directives mises en ligne, Facebook a notamment indiqué qu'il n'autorisait plus la présence de groupes qui font l'apologie « d'activités terroristes, d'organisations criminelles ou qui promeuvent la haine ».
Toujours sur le terrorisme, le groupe a ajouté qu'il ne tolèrerait pas « de soutenir ou faire l'apologie des responsables de ces organisations, ou même d'excuser leurs actes violents », en relayant leurs propos ou leurs vidéos.
Les vidéos d'exécutions d'otages ont souvent été partagées sur la toile par les soutiens de l'EI.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil