France : Facebook annonce la mise en production de son outil de vérification
Pour lutter contre les « fake news »

Le , par Malick, Community Manager
Nous vous annoncions en février dernier que Facebook et Google s'étaient associés aux médias français et avaient procéder au lancement de leurs propres outils de lutte contre les « fake news » (ou la désinformation) en France. En effet, cette décision rentre dans le cadre des mesures de sécurité prises à l'approche des élections présidentielles pour faire face à la prolifération de faux articles et d'informations non vérifiées.

Aujourd'hui, Facebook a officiellement annoncé l'activation et la mise en production de son outil de vérification (fact-checking) sur sa plateforme. Avec l'implémentation de cette nouvelle fonctionnalité, l'ensemble des utilisateurs du célèbre réseau social pourront désormais signaler les messages postés et relatifs à de fausses informations, en d'autres termes il s'agit de toutes les publications présentant un caractère trompeur. Dans son annonce, Facebook affirme que son outil de fact-checking s'articule autour des quatre points ci-après.

  • Faciliter les signalements par les utilisateurs

    Chaque utilisateur est désormais en mesure de contribuer à la lutte contre les fausses informations. Pour cela, il leur suffit d'effectuer un signalement en cliquant sur le coin droit d’une publication pour alerter les organes en charge du contrôle.

  • Travailler avec des organisations tierces compétentes dans la vérification des informations

    Pour une analyse approfondie des messages signalés par les utilisateurs, Facebook va s'appuyer sur des médias qui sont réputés comme ayant une bonne expertise en matière de vérification d'informations. Les contrôleurs qui travailleront avec Facebook en France sont l’AFP, BFMTV, L’Express, France Médias Monde, France Télévisions, Libération, Le Monde et 20 Minutes. Il est précisé que seules ces structures auront un accès à l'outil de fact-checking.
  • Indiquer au grand public les informations contestées

    Facebook déclare dans son annonce que « lorsqu’une publication sera qualifiée de fausse information par deux des organisations de fact-checking, elle sera identifiée comme étant contestée. Cette publication affichera alors un pictogramme et mentionnera que l’information est contestée. Un message invitera l’utilisateur à se rendre sur le site de l’un des vérificateurs tiers pour en savoir plus. Lorsqu’un utilisateur envisagera de partager une publication identifiée comme non fiable, un avertissement « contesté par des tiers » s’affichera. Par ailleurs, la visibilité de ces publications pourra être réduite dans les fils d’actualité des utilisateurs. »

  • Limiter les gains financiers pour les auteurs de fausses informations

    Avec la nouvelle fonctionnalité, les messages considérés comme « contestés » ne pourront pas être transformés en publicité et ne seront pas sponsorisés. En effet, les auteurs de tels messages arrivaient à gagner de l'argent en se faisant passer pour de vrais médias, cela en redirigeant les utilisateurs vers leurs sites.

En résumé, selon Facebook, l'outil de fact-checking permet :
  • à chaque utilisateur de signaler les fausses informations avec un simple clic sur le coin droit d’une publication ;
  • aux structures de contrôle de vérifier minutieusement les informations signalées par les utilisateurs du réseau social Facebook ;
  • de taguer une publication comme étant contestée lorsqu’elle est reconnue comme étant une information fausse par deux structures de fact-checking distinctes.


Source : Facebook

Et vous ?

Que pensez-vous de cet outil de fact-checking ?

Pensez-vous qu'il sera efficace dans la lutte contre les fakes news ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de TallyHo TallyHo - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 04/03/2017 à 10:21
En plus des raisons douteuses de signalement (agacement ), Facebook s'appuie sur les médias pour vérifier, tout est dit... Autant dire que sur des sujets très sensibles, tabous ou même des idées très nouvelles qui sortent des sentiers battus, ça va saquer à mort.

Autre souci, est ce que FB a pensé à pénaliser les faux vérificateurs ? Je vous parie que d'ici quelques mois, on verra apparaître du "negative fact-checking" comme on a du "negative seo" pour le référencement.
Avatar de bigben bigben - Membre du Club https://www.developpez.com
le 04/03/2017 à 10:33
S'appuyer sur les grands médias qui racontent parfois plus de bêtises que certains sites qu'ils contestent. C'est pas forcément la meilleure approche.

Il suffit de voir le Decodex du Monde qui classe le très bon site "Les crises" en orange pour des raisons listées en deux liens vers des articles qui racontent n'importe quoi. Ils ont pourtant été prévenus que leurs articles sont mensongers, mais ils ne changent rien. La vérité n'est-elle pas que "Les crises" dénonce régulièrement les contre-vérités et les non-dits du journal "Le monde".

Il y a un vrai travaille à faire pour décrypter le vrai du faux. Mais quand on voit la manipulation d'opinion que font nos grands médias, on se dit que ce n'est certainement pas à eux de faire ce travail !
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 06/03/2017 à 9:17
Citation Envoyé par Malick SECK Voir le message
[*]Travailler avec des organisations tierces compétentes dans la vérification des informations

Pour une analyse approfondie des messages signalés par les utilisateurs, Facebook va s'appuyer sur des médias qui sont réputés comme ayant une bonne expertise en matière de vérification d'informations. Les contrôleurs qui travailleront avec Facebook en France sont l’AFP, BFMTV, L’Express, France Médias Monde, France Télévisions, Libération, Le Monde et 20 Minutes. Il est précisé que seules ces structures auront un accès à l'outil de fact-checking.
L'AFP, BFM, Le Monde, etc ne sont pas très bien placé pour dire si une information est vraie ou fausse...
Ce qui serait intéressant ce serait de faire une plateforme collaborative où chacun pourrait critiquer les articles de ces médias.
Parfois ils diffusent des hoax...

Ces médias ne sont pas neutre, ce n'est pas très intéressant de voir le monde à travers leur filtres...
Avatar de Grogro Grogro - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 06/03/2017 à 17:46
Je pense que ce petit jeu malsain va très rapidement se retourner contre leurs créateurs. Parce qu'on va se faire un malin plaisir de remonter comme "fake news" un certain nombre de comportements éthiquement douteux des mass médias, et en masse. Ou comme comme "média partisan" (ce qu'ils sont tous). Effet boomerang dans 3...2...1...
Avatar de Kimojasan Kimojasan - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 06/03/2017 à 20:03
Il y'a déjà des entreprises fournissant de faux profils, pour les politiques notamment, maintenant il y aura des entreprises fournissant de fausses vérifications. Les parties politiques, les propagandistes n'en attendaient pas tant !

"Par ailleurs, la visibilité de ces publications pourra être réduite dans les fils d’actualité des utilisateurs"

Qu'on nous permette de juger de la véracité (présumé ou non) d'une info, c'est bien, mais qu'on nous impose un filtrage du contenue basé sur ce jugement, c'est pas cool du tout, c'est même remettre en question notre esprit critique. Facebook aurait beaucoup à y gagner en laissant place à un système de filtrage plus participatif, ou l'utilisateur pourrait déterminer finement quelles types d'informations il voudrait voire sur son fil d'actualité, que ce soit des amis, des médias, des personnalités connues, des bloggeurs, le niveau de véracité présumé d'une actualité, etc.... Aujourd'hui, c'est complètement opaque et ça ne donne aucunement confiance.
Avatar de rtg57 rtg57 - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 11/03/2017 à 9:38
Le prochain qui me souhaite bon anniversaire sur FB, je le balance pour 'information pas vraie'... cela m'aidera à rester jeune !
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 07/04/2017 à 16:46
Google déploie une fonctionnalité pour indiquer le degré de crédibilité d'une information sur Google Search
et toutes les versions de Google News

« Google a été conçu pour aider les gens à trouver des informations utiles en affichant le contenu génial que créent les éditeurs et les sites. Cet accès à une information de haute qualité est ce qui permet aux gens d'utiliser le Web et aux contributeurs de continuer à s'engager et à y investir », a rappelé Google en guise de préambule dans un billet de blog annonçant le déploiement de son outil de vérification de crédibilité sur toutes les versions de son moteur de recherche ainsi que de sa rubrique réservée aux actualités.

« Cependant, avec des milliers de nouveaux articles mis en ligne chaque minute de chaque jour, la quantité de contenus auxquels sont confrontés les gens sur Internet peut être écrasante. Et malheureusement, tous ne sont pas factuels ou vrais, ce qui rend difficile la distinction entre les faits et la fiction », continue la filiale d’Alphabet.

Le numéro un de la recherche précise que c’est la raison pour laquelle en octobre dernier, avec ses partenaires de Jigsaw, il a annoncé que, dans quelques pays, les éditeurs allaient pouvoir afficher une balise "Fact Check" dans Google News pour les actualités. Cette étiquette a pour objectif d’identifier des articles qui incluent des informations vérifiées par les éditeurs d’actualités et les organismes de vérification des faits.

« Après avoir évalué les commentaires des utilisateurs et des éditeurs, nous avons décidé de déployer le label Fact Check de Google News dans toutes ses déclinaisons, et nous avons également décidé de l'étendre sur Google Search dans toutes les langues. Pour la première fois, lorsque vous effectuez une recherche sur Google qui renvoie un résultat autorisé contenant des vérifications de faits pour une ou plusieurs réclamations publiques, vous verrez clairement ces informations sur la page de résultats de recherche. L'extrait affichera les informations sur la réclamation, qui a fait la réclamation, et la vérification de faits de cette revendication particulière ».


Dans la pratique, cela signifie que si vous cherchez des faits sur Google Search (peut-être dans l’objectif de vous assurer de leur véracité), il ne sera pas rare de tomber sur des sites qui font usage du label Fact Check mis en évidence dans les résultats de recherche.

Google précise que ce type d’information ne sera pas disponible pour toutes les recherches. D’ailleurs, il est possible d’avoir des résultats où les éditeurs ont cherché à vérifier le même énoncé, mais sont parvenus à des conclusions différentes : « ces vérifications de faits ne sont pas de Google et sont présentées afin que les gens puissent avoir des jugements plus éclairés. Bien que des conclusions différentes puissent être présentées, nous pensons qu'il est toujours utile pour les gens de comprendre le degré de consensus autour d'une revendication particulière et de disposer d'informations claires sur les sources acceptées. Au fur et à mesure que nous effectuons des vérifications de faits plus visibles dans les résultats de la recherche, nous sommes persuadés que les gens auront plus de temps pour examiner et évaluer ces vérifications de faits et donc se faire leur propre avis éclairé ».

Les sites qui souhaitent faire étiqueter leurs contenus du label Fact Check doivent remplir quelques critères au préalable, notamment utiliser le balisage ClaimReview de schema.org. Ils peuvent également recourir au Share the Facts widget développé par le Duke Reporter’s Lab, spécialisé dans le fact-checking. Par ailleurs, les sites doivent être identifiés comme une source d’information fiable par l’algorithme de Google pour pouvoir bénéficier de cet étiquetage.

Il est probable que la popularité d'un site sera une mesure clé utilisée pour déterminer l'admissibilité, mais les autres critères qui sont utilisés restent encore flous. Ici, Google est confronté à la même problématique qu'avec le classement des résultats de recherche. Aussi, l’Américain veut trouver le bon équilibre entre la transparence et la rétention d’information pour empêcher les sites de manipuler les résultats.

Source : Google

Et vous ?

Que pensez-vous de cette mesure ?

Voir aussi :

Google propose le label "Fact Check" sur Google News pour aisément identifier les articles vérifiant des faits, que pensez-vous de cette initiative ?
Avatar de Vivien46 Vivien46 - Membre averti https://www.developpez.com
le 09/04/2017 à 19:17
Il est triste d'en arriver au point où l'on considère que les gens ne sont plus capable de vérifier la validité d'une information par eux-même..
L'initiative est bonne évidemment, mais j'ai peur de la mise en place et du résultat final (faux-positifs ?). Qu'arriverait-il si deux articles contradictoires étaient labellisé "vrai" ? Au final même si cet outil sera certainement utile (notamment pour le référencement je suppose), rien ne vaut une vérification de la source de l'info et surtout comparer avec d'autres sources
Avatar de arond arond - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 10/04/2017 à 8:51
Citation Envoyé par Vivien46 Voir le message
Il est triste d'en arriver au point où l'on considère que les gens ne sont plus capable de vérifier la validité d'une information par eux-même..
L'initiative est bonne évidemment, mais j'ai peur de la mise en place et du résultat final (faux-positifs ?). Qu'arriverait-il si deux articles contradictoires étaient labellisé "vrai" ? Au final même si cet outil sera certainement utile (notamment pour le référencement je suppose), rien ne vaut une vérification de la source de l'info et surtout comparer avec d'autres sources
Qu'arriverait-il si deux articles contradictoires étaient labellisé "vrai" ?
- Il arrivera surement que le site avec le plus de visite aura la meilleure mis en avant et l'autre soit perdra son label soit apparaitra en dessous.

Il est triste d'en arriver au point où l'on considère que les gens ne sont plus capable de vérifier la validité d'une information par eux-même..
- Et sa ne va faire qu'empirer les gens croient qu'internet sa marche comme sa et que tout le monde il est beau tout le monde il est gentil Et te sorte des phrases du style "Quel interet voyons de faire circuler de fausses informations ?" ou encore "Moi sa ne m'arrive jamais je sais faire la différence"
Avatar de Tartare2240 Tartare2240 - Membre actif https://www.developpez.com
le 10/04/2017 à 11:29
Allons, allons... Il est bien connu que tout ce qui est sur Internet est vrai !
...
...
Ah bon les allemands sont responsable de notre pic de pollution !?? Mais quelle horreur !!

Contacter le responsable de la rubrique Accueil