Facebook et Google s'associent aux médias français et lancent leurs propres outils
Pour lutter contre les "fake news" en France

Le , par Coriolan, Chroniqueur Actualités
À l’approche de l’élection présidentielle en France, Facebook et Google ont annoncé de nouvelles mesures pour faire face aux “fake news”. Les deux géants du web vont collaborer avec des médias français pour lutter contre la désinformation, causée par la prolifération de faux articles et les informations non vérifiées. Elle est considérée par beaucoup comme un élément marquant de la dernière campagne électorale aux États-Unis.


Sous la pression, Facebook et Google font le choix de la coopération. Le géant de la recherche à travers Google News Lab (sa division pour les médias) et First Draft (un réseau de médias) va lancer CrossCheck, un outil de vérification collaboratif pour limiter la diffusion d'informations trompeuses ou fallacieuses. Il s'agit d'une plateforme collaborative pour aider les internautes à vérifier la véracité d'un article, d'une photo, d'une vidéo ou d'un commentaire en ligne. CrossCheck permettra au public de soumettre des questions et rassemblera les informations fournies par les seize médias français partenaires, dont l’AFP, Le Monde, Libération, France Télévisions et France Médias Monde. Les internautes sont invités à faire remonter les informations (news, photos, vidéos, mèmes et commentaires) dont ils doutent afin qu’elles soient contrôlées. La plateforme sera lancée le 27 février et sera soutenue par Facebook, en effet, les membres du réseau social auront accès à un outil dédié au suivi en temps réel des contenus à forte viralité, CrowdTangle.

Facebook fait appel aux médias français

Accusé de ne pas avoir fourni d’efforts pour empêcher la prolifération de fausses informations, Facebook a annoncé son propre outil de vérification et de fact-checking. Lancé auparavant aux États-Unis et en Allemagne, les utilisateurs français pourront signaler à leur tour les informations dont ils doutent la véracité. Les liens signalés seront ensuite rassemblés dans un portail afin que des médias partenaires puissent les analyser. Si au moins deux d’entre eux estiment que l’information signalée est contestable et fournissent un lien qui en approuve, alors le contenu sera marqué comme étant problématique avec un pictogramme. Les utilisateurs seront ensuite invités à se rendre sur un site partenaire pour plus d’informations et seront alertés que le contenu est peu fiable s’ils décident de partager le lien contesté.

Facebbok a affirmé qu’il veut non seulement lutter contre la désinformation, mais aussi la manne financière qui en découle. « Leurs auteurs gagnent de l'argent en se faisant passer pour des médias et en redirigeant les internautes vers leur site via la promotion de fausses informations », estime Facebook dans un communiqué. « C'est pourquoi une information labellisée contestée ne pourra pas être convertie en publicité ni faire l'objet d'un post sponsorisé.» Quant à l’algorithme qui programme la distribution des contenus aux utilisateurs, il « pourra » réduire la circulation de l’information contestée sur le fil d’actualités. Tout comme pour Google, le projet de Facebook sera déployé avec le concours de médias français qui sont Le Monde, l’Agence France-Presse (AFP), BFM-TV, France Télévisions, France Médias Monde, L’Express, Libération et 20 Minutes. Le réseau social compte lancer le dispositif dans d’autres pays.

À l’occasion du News Impact à Paris ce lundi, des intervenants ont exprimé leur incertitude sur le fait que les internautes apprécieront cette initiative de fact-checking du contenu en ligne. Et pour cause, il existe plusieurs définitions de ce qu’est une “fake news”. Il est difficile de se mettre d’accord sur des faits basiques, même s’ils sont constitués de données seulement, a expliqué Amy Mitchell, directrice du journalisme au Pew Research Center.

Cela n’a pas empêché les médias français à faire part de cette expérimentation qui s’étalera sur deux mois et certains pensent déjà à leur rémunération si le dispositif allait perdurer. Les médias ont invoqué la possibilité d'influer sur les algorithmes de Facebook qui dépasse le fait de s'associer à une opération de relations publiques. Il s’agit en effet d'une large opération de communication, concentrée sur le soutien logistique, la formation des médias et l'éducation des internautes. Du côté des géants du web, il s’agit de faciliter la communication dans une période où le filtre des actualités par les services en ligne est une question de plus en plus sensible.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
En tant qu'internautes, appréciez-vous cette initiative de Google et Facebook ?

Voir aussi :

Facebook commence à tester son outil pour bloquer les fake news en Allemagne, où les autorités craignent de la désinformation lors des élections


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de kakoudenis kakoudenis - Membre du Club https://www.developpez.com
le 06/02/2017 à 19:51
Attention a tous, le diable a changer de nom. Info ou Intoxe ?? Facebook et google dite moi la verité svp. Je dois être sur avant de sortir demain.
Avatar de solstyce39 solstyce39 - Membre régulier https://www.developpez.com
le 06/02/2017 à 21:15
Sous couvert de bonnes intentions, ils sont, mine de rien, en train de mettre en place un magnifique outils de censure
Avatar de Thorna Thorna - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 07/02/2017 à 8:27
La censure, c'est interdire une nouvelle. Ici, il s'agit d'apprécier si elle est plutôt vraie ou plutôt fausse. Par exemple, la phrase de Solstyce39 "Sous couvert de bonnes intentions, ils sont, mine de rien, en train de mettre en place un magnifique outils de censure" est "plutôt fausse".
Et puis, personne n'interdit de continuer à lire bêtement et béatement toutes les nouvelles sans chercher à faire fonctionner son esprit critique : les imbéciles resteront imbéciles. S'il s'agit juste de tenter modestement de redonner aux gens l'idée qu'ils ont un cerveau, ça ne peut être que profitable.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre expert https://www.developpez.com
le 07/02/2017 à 8:55
Citation Envoyé par Coriolan Voir le message
À l’approche de l’élection présidentielle en France, Facebook et Google ont annoncé de nouvelles mesures pour faire face aux “fake news”.
Le système doit avoir peur que des articles présentant de solides arguments contre Macron.
De cette manière ils pourront dire que l'article est faux pour le décrédibiliser.

Citation Envoyé par Thorna Voir le message
La censure, c'est interdire une nouvelle. Ici, il s'agit d'apprécier si elle est plutôt vraie ou plutôt fausse.
1. On a pas d'outils pour savoir si un article de : Le Monde, l’AFP, BFM-TV, France Télévisions, France Médias Monde, L’Express, Libération et 20 Minutes est vrai ou faux.
Parce que souvent ça leur arrive de diffuser de fausses informations et généralement ils ne s'excusent pas après.

Officiellement le système veut lutter contre les "fakes news" en réalité il lutte surtout contre les articles qui le dérangent le plus...
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 07/02/2017 à 15:25
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Officiellement le système veut lutter contre les "fakes news" en réalité il lutte surtout contre les articles qui le dérangent le plus...
Mais c'est vrai que "limiter la diffusion" et "censurer" sont deux degrés différents (même si l'objectif est strictement le même). La censure consiste à faire disparaître tout bonnement l'information ou l'oeuvre. N'oublions pas que c'est une pratique encore d'actualité.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre expert https://www.developpez.com
le 07/02/2017 à 15:42
Bon ok on va dire "limiter l'information". (mais c'est l'étape 1, déjà, on ne connait pas la suite).
J'imagine que le projet c'est que si une personne partage sur son mur Facebook une news qui ne va pas (par exemple qui critique légitimement l'UE), l'outil "collaboratif" va dire que cet article est issu d'un site par sûr à 100%.
Et des "amis" de la personne vont lui dire "ton lien c'est de la merde, c'est du complotisme, l'UE c'est tip top, personne ne peut le critiquer c'est institution tellement parfaite qui nous a donné de la croissance, le plein emploi, la paix entre les peuples, la tolérance de tout ce qui est différent, l'amour de la diversité, cette monnaie commune qui est tellement un succès et qui est vraiment adapté à tout le monde".

Faut bien séparer le motif officiel avec le motif réel.
Par exemple l'état d'urgence officiellement ça permet d'aller plus vite dans les enquêtes pour lutter contre le terrorisme.
La première chose qu'ils ont fait c'est de mettre des écologistes en résidences pour les empêcher de foutre le bordel pendant la COP21.
L'état d'urgence ne sert à rien et il est là depuis trop longtemps.
Il y a eu des attaques terroristes pendant l'état d'urgence et on ne peut pas savoir si il y en aurait plus sans.

D'ailleurs normalement d'ici au mois de Mai il devrait y avoir d'autres attaques terroristes, puisque les terroristes attaquent très souvent avant les élections (j’espère que ce ne sera pas le cas).
À chaque attaque terroriste les côtes de popularité d'Hollande et de Valls augmentaient, c'était chiant...
Avatar de dvilink dvilink - Membre régulier https://www.developpez.com
le 08/02/2017 à 13:41
Bien entendu c'est le début, les étapes suivantes sont la censure et surtout la fin de la neutralité du Web. Ils en rêvent depuis si longtemps.
Avatar de AstOz AstOz - Membre actif https://www.developpez.com
le 09/02/2017 à 12:44
Il s'agit de publier que des informations vérifiées et non de censurer des informations.

Par contre, je regrette de ne pas voir des journaux plus "indépendants" comme MédiaPart ou Reporter Sans Frontière.
Avatar de bilcosby bilcosby - Membre régulier https://www.developpez.com
le 09/02/2017 à 19:25
Mediapart indépendant !!? ça ce discute !
http://corto74.blogspot.fr/2013/09/d...iapart-et.html
Avatar de Jarodd Jarodd - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 09/02/2017 à 20:36
Faut pas confondre argent public et subvention publique...

Une mairie qui prend un abonnement pour sa médiathèque, c'est de l'argent public, mais cela ne remet pas en cause l'indépendance de Mediapart. D'autant plus que sur 1 abonnement il y a plein de gens qui lisent les articles (et qui ne prennent pas d'abonnement en nom propre => atant d'argent en moins pour Mediapart). Cet abonnement peut être résilié, comme un abonnement d'un particulier. Cela n'a rien à voir avec les aide de l'Etat à la presse.

La TVA à 2.1%, c'est toute la presse qui en bénéficie, pas juste eux. Et faut-il rappeler que jusqu'à ya pas longtemps, les pure players avaient une TVA de 19.6%, quand la presse papier avait déjà le taux réduit depuis des années ? Cela a failli coûter à Arrêt sur images sa survie. Devoir provisionner des années de TVA pour éviter un contencieux, devoir faire un recours devant le Conseil d'Etat, je n'appelle pas cela une aide...

Et quand bien même ils toucheraient quand même de l'argent public, sous quelque forme que ce soit : font-ils mieux ou pire que les autres media ? Quelle est la proportion de l'argent public dans leurs revenus ? Et si on comparait avec la presse qui fustige toutes ces aides tout en se gavant depuis des années ?
Avatar de domi65 domi65 - Membre actif https://www.developpez.com
le 09/02/2017 à 23:11
La TVA à 2.1%, c'est toute la presse qui en bénéficie, pas juste eux.
Surtout, ce sont les seuls (pratiquement) à avoir payé une TVA à 20%.
Avatar de Daranc Daranc - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 10/02/2017 à 7:44
Dieux du ciel ! ....croire un journaliste croire en dieu croire en Google croire en facebook ..... je suis pas paranoïaque, mais faut pas pousser non plus
Avatar de Malick SECK Malick SECK - Community Manager https://www.developpez.com
le 03/03/2017 à 18:44
France : Facebook vient d'annoncer la mise en production de son outil de vérification,
pour lutter contre les « fake news »

Nous vous annoncions en février dernier que Facebook et Google s'étaient associés aux médias français et avaient procéder au lancement de leurs propres outils de lutte contre les « fake news » (ou la désinformation) en France. En effet, cette décision rentre dans le cadre des mesures de sécurité prises à l'approche des élections présidentielles pour faire face à la prolifération de faux articles et d'informations non vérifiées.

Aujourd'hui, Facebook a officiellement annoncé l'activation et la mise en production de son outil de vérification (fact-checking) sur sa plateforme. Avec l'implémentation de cette nouvelle fonctionnalité, l'ensemble des utilisateurs du célèbre réseau social pourront désormais signaler les messages postés et relatifs à de fausses informations, en d'autres termes il s'agit de toutes les publications présentant un caractère trompeur. Dans son annonce, Facebook affirme que son outil de fact-checking s'articule autour des quatre points ci-après.

  • Faciliter les signalements par les utilisateurs

    Chaque utilisateur est désormais en mesure de contribuer à la lutte contre les fausses informations. Pour cela, il leur suffit d'effectuer un signalement en cliquant sur le coin droit d’une publication pour alerter les organes en charge du contrôle.

  • Travailler avec des organisations tierces compétentes dans la vérification des informations

    Pour une analyse approfondie des messages signalés par les utilisateurs, Facebook va s'appuyer sur des médias qui sont réputés comme ayant une bonne expertise en matière de vérification d'informations. Les contrôleurs qui travailleront avec Facebook en France sont l’AFP, BFMTV, L’Express, France Médias Monde, France Télévisions, Libération, Le Monde et 20 Minutes. Il est précisé que seules ces structures auront un accès à l'outil de fact-checking.

  • Indiquer au grand public les informations contestées

    Facebook déclare dans son annonce que « lorsqu’une publication sera qualifiée de fausse information par deux des organisations de fact-checking, elle sera identifiée comme étant contestée. Cette publication affichera alors un pictogramme et mentionnera que l’information est contestée. Un message invitera l’utilisateur à se rendre sur le site de l’un des vérificateurs tiers pour en savoir plus. Lorsqu’un utilisateur envisagera de partager une publication identifiée comme non fiable, un avertissement « contesté par des tiers » s’affichera. Par ailleurs, la visibilité de ces publications pourra être réduite dans les fils d’actualité des utilisateurs. »

  • Limiter les gains financiers pour les auteurs de fausses informations

    Avec la nouvelle fonctionnalité, les messages considérés comme « contestés » ne pourront pas être transformés en publicité et ne seront pas sponsorisés. En effet, les auteurs de tels messages arrivaient à gagner de l'argent en se faisant passer pour de vrais médias, cela en redirigeant les utilisateurs vers leurs sites.

En résumé, selon Facebook, l'outil de fact-checking permet :
  • à chaque utilisateur de signaler les fausses informations avec un simple clic sur le coin droit d’une publication ;
  • aux structures de contrôle de vérifier minutieusement les informations signalées par les utilisateurs du réseau social Facebook ;
  • de taguer une publication comme étant contestée lorsqu’elle est reconnue comme étant une information fausse par deux structures de fact-checking distinctes.


Source : Facebook

Et vous ?

Que pensez-vous de cet outil de fact-checking ?

Pensez-vous qu'il sera efficace dans la lutte contre les fakes news ?
Avatar de TallyHo TallyHo - Membre actif https://www.developpez.com
le 04/03/2017 à 10:21
En plus des raisons douteuses de signalement (agacement ), Facebook s'appuie sur les médias pour vérifier, tout est dit... Autant dire que sur des sujets très sensibles, tabous ou même des idées très nouvelles qui sortent des sentiers battus, ça va saquer à mort.

Autre souci, est ce que FB a pensé à pénaliser les faux vérificateurs ? Je vous parie que d'ici quelques mois, on verra apparaître du "negative fact-checking" comme on a du "negative seo" pour le référencement.
Avatar de bigben bigben - Membre du Club https://www.developpez.com
le 04/03/2017 à 10:33
S'appuyer sur les grands médias qui racontent parfois plus de bêtises que certains sites qu'ils contestent. C'est pas forcément la meilleure approche.

Il suffit de voir le Decodex du Monde qui classe le très bon site "Les crises" en orange pour des raisons listées en deux liens vers des articles qui racontent n'importe quoi. Ils ont pourtant été prévenus que leurs articles sont mensongers, mais ils ne changent rien. La vérité n'est-elle pas que "Les crises" dénonce régulièrement les contre-vérités et les non-dits du journal "Le monde".

Il y a un vrai travaille à faire pour décrypter le vrai du faux. Mais quand on voit la manipulation d'opinion que font nos grands médias, on se dit que ce n'est certainement pas à eux de faire ce travail !
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre expert https://www.developpez.com
le 06/03/2017 à 9:17
Citation Envoyé par Malick SECK Voir le message
[*]Travailler avec des organisations tierces compétentes dans la vérification des informations

Pour une analyse approfondie des messages signalés par les utilisateurs, Facebook va s'appuyer sur des médias qui sont réputés comme ayant une bonne expertise en matière de vérification d'informations. Les contrôleurs qui travailleront avec Facebook en France sont l’AFP, BFMTV, L’Express, France Médias Monde, France Télévisions, Libération, Le Monde et 20 Minutes. Il est précisé que seules ces structures auront un accès à l'outil de fact-checking.
L'AFP, BFM, Le Monde, etc ne sont pas très bien placé pour dire si une information est vraie ou fausse...
Ce qui serait intéressant ce serait de faire une plateforme collaborative où chacun pourrait critiquer les articles de ces médias.
Parfois ils diffusent des hoax...

Ces médias ne sont pas neutre, ce n'est pas très intéressant de voir le monde à travers leur filtres...
Avatar de Grogro Grogro - Membre émérite https://www.developpez.com
le 06/03/2017 à 17:46
Je pense que ce petit jeu malsain va très rapidement se retourner contre leurs créateurs. Parce qu'on va se faire un malin plaisir de remonter comme "fake news" un certain nombre de comportements éthiquement douteux des mass médias, et en masse. Ou comme comme "média partisan" (ce qu'ils sont tous). Effet boomerang dans 3...2...1...
Avatar de Kimojasan Kimojasan - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 06/03/2017 à 20:03
Il y'a déjà des entreprises fournissant de faux profils, pour les politiques notamment, maintenant il y aura des entreprises fournissant de fausses vérifications. Les parties politiques, les propagandistes n'en attendaient pas tant !

"Par ailleurs, la visibilité de ces publications pourra être réduite dans les fils d’actualité des utilisateurs"

Qu'on nous permette de juger de la véracité (présumé ou non) d'une info, c'est bien, mais qu'on nous impose un filtrage du contenue basé sur ce jugement, c'est pas cool du tout, c'est même remettre en question notre esprit critique. Facebook aurait beaucoup à y gagner en laissant place à un système de filtrage plus participatif, ou l'utilisateur pourrait déterminer finement quelles types d'informations il voudrait voire sur son fil d'actualité, que ce soit des amis, des médias, des personnalités connues, des bloggeurs, le niveau de véracité présumé d'une actualité, etc.... Aujourd'hui, c'est complètement opaque et ça ne donne aucunement confiance.
Avatar de rtg57 rtg57 - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 11/03/2017 à 9:38
Le prochain qui me souhaite bon anniversaire sur FB, je le balance pour 'information pas vraie'... cela m'aidera à rester jeune !
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 07/04/2017 à 16:46
Google déploie une fonctionnalité pour indiquer le degré de crédibilité d'une information sur Google Search
et toutes les versions de Google News

« Google a été conçu pour aider les gens à trouver des informations utiles en affichant le contenu génial que créent les éditeurs et les sites. Cet accès à une information de haute qualité est ce qui permet aux gens d'utiliser le Web et aux contributeurs de continuer à s'engager et à y investir », a rappelé Google en guise de préambule dans un billet de blog annonçant le déploiement de son outil de vérification de crédibilité sur toutes les versions de son moteur de recherche ainsi que de sa rubrique réservée aux actualités.

« Cependant, avec des milliers de nouveaux articles mis en ligne chaque minute de chaque jour, la quantité de contenus auxquels sont confrontés les gens sur Internet peut être écrasante. Et malheureusement, tous ne sont pas factuels ou vrais, ce qui rend difficile la distinction entre les faits et la fiction », continue la filiale d’Alphabet.

Le numéro un de la recherche précise que c’est la raison pour laquelle en octobre dernier, avec ses partenaires de Jigsaw, il a annoncé que, dans quelques pays, les éditeurs allaient pouvoir afficher une balise "Fact Check" dans Google News pour les actualités. Cette étiquette a pour objectif d’identifier des articles qui incluent des informations vérifiées par les éditeurs d’actualités et les organismes de vérification des faits.

« Après avoir évalué les commentaires des utilisateurs et des éditeurs, nous avons décidé de déployer le label Fact Check de Google News dans toutes ses déclinaisons, et nous avons également décidé de l'étendre sur Google Search dans toutes les langues. Pour la première fois, lorsque vous effectuez une recherche sur Google qui renvoie un résultat autorisé contenant des vérifications de faits pour une ou plusieurs réclamations publiques, vous verrez clairement ces informations sur la page de résultats de recherche. L'extrait affichera les informations sur la réclamation, qui a fait la réclamation, et la vérification de faits de cette revendication particulière ».


Dans la pratique, cela signifie que si vous cherchez des faits sur Google Search (peut-être dans l’objectif de vous assurer de leur véracité), il ne sera pas rare de tomber sur des sites qui font usage du label Fact Check mis en évidence dans les résultats de recherche.

Google précise que ce type d’information ne sera pas disponible pour toutes les recherches. D’ailleurs, il est possible d’avoir des résultats où les éditeurs ont cherché à vérifier le même énoncé, mais sont parvenus à des conclusions différentes : « ces vérifications de faits ne sont pas de Google et sont présentées afin que les gens puissent avoir des jugements plus éclairés. Bien que des conclusions différentes puissent être présentées, nous pensons qu'il est toujours utile pour les gens de comprendre le degré de consensus autour d'une revendication particulière et de disposer d'informations claires sur les sources acceptées. Au fur et à mesure que nous effectuons des vérifications de faits plus visibles dans les résultats de la recherche, nous sommes persuadés que les gens auront plus de temps pour examiner et évaluer ces vérifications de faits et donc se faire leur propre avis éclairé ».

Les sites qui souhaitent faire étiqueter leurs contenus du label Fact Check doivent remplir quelques critères au préalable, notamment utiliser le balisage ClaimReview de schema.org. Ils peuvent également recourir au Share the Facts widget développé par le Duke Reporter’s Lab, spécialisé dans le fact-checking. Par ailleurs, les sites doivent être identifiés comme une source d’information fiable par l’algorithme de Google pour pouvoir bénéficier de cet étiquetage.

Il est probable que la popularité d'un site sera une mesure clé utilisée pour déterminer l'admissibilité, mais les autres critères qui sont utilisés restent encore flous. Ici, Google est confronté à la même problématique qu'avec le classement des résultats de recherche. Aussi, l’Américain veut trouver le bon équilibre entre la transparence et la rétention d’information pour empêcher les sites de manipuler les résultats.

Source : Google

Et vous ?

Que pensez-vous de cette mesure ?

Voir aussi :

Google propose le label "Fact Check" sur Google News pour aisément identifier les articles vérifiant des faits, que pensez-vous de cette initiative ?
Avatar de Vivien46 Vivien46 - Membre averti https://www.developpez.com
le 09/04/2017 à 19:17
Il est triste d'en arriver au point où l'on considère que les gens ne sont plus capable de vérifier la validité d'une information par eux-même..
L'initiative est bonne évidemment, mais j'ai peur de la mise en place et du résultat final (faux-positifs ?). Qu'arriverait-il si deux articles contradictoires étaient labellisé "vrai" ? Au final même si cet outil sera certainement utile (notamment pour le référencement je suppose), rien ne vaut une vérification de la source de l'info et surtout comparer avec d'autres sources
Avatar de arond arond - Membre actif https://www.developpez.com
le 10/04/2017 à 8:51
Citation Envoyé par Vivien46 Voir le message
Il est triste d'en arriver au point où l'on considère que les gens ne sont plus capable de vérifier la validité d'une information par eux-même..
L'initiative est bonne évidemment, mais j'ai peur de la mise en place et du résultat final (faux-positifs ?). Qu'arriverait-il si deux articles contradictoires étaient labellisé "vrai" ? Au final même si cet outil sera certainement utile (notamment pour le référencement je suppose), rien ne vaut une vérification de la source de l'info et surtout comparer avec d'autres sources
Qu'arriverait-il si deux articles contradictoires étaient labellisé "vrai" ?
- Il arrivera surement que le site avec le plus de visite aura la meilleure mis en avant et l'autre soit perdra son label soit apparaitra en dessous.

Il est triste d'en arriver au point où l'on considère que les gens ne sont plus capable de vérifier la validité d'une information par eux-même..
- Et sa ne va faire qu'empirer les gens croient qu'internet sa marche comme sa et que tout le monde il est beau tout le monde il est gentil Et te sorte des phrases du style "Quel interet voyons de faire circuler de fausses informations ?" ou encore "Moi sa ne m'arrive jamais je sais faire la différence"
Avatar de Tartare2240 Tartare2240 - Membre régulier https://www.developpez.com
le 10/04/2017 à 11:29
Allons, allons... Il est bien connu que tout ce qui est sur Internet est vrai !
...
...
Ah bon les allemands sont responsable de notre pic de pollution !?? Mais quelle horreur !!

Avatar de MikeRowSoft MikeRowSoft - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 11/04/2017 à 14:00
Oui, même les animés en flux vidéos et autres sont toutes des histoires vraies.
Tu as cru a quelle poisson d'avril ?
Avatar de Etanne Etanne - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 11/04/2017 à 14:14
Citation Envoyé par Vivien46 Voir le message
Il est triste d'en arriver au point où l'on considère que les gens ne sont plus capable de vérifier la validité d'une information par eux-même..
Sauf pour le 1er avril...
Avatar de Patrick Ruiz Patrick Ruiz - Rédacteur https://www.developpez.com
le 15/04/2017 à 20:36
Facebook améliore ses techniques de détection de faux comptes
qui lui permettent d'en supprimer 30 000 en France

Depuis l’élection américaine, le réseau social a essuyé des critiques constantes pour son incapacité à contrôler la qualité de l’information qui circule en son sein. Des pays comme l’Allemagne ou la France, qui ont des scrutins importants à venir, craignent désormais que des campagnes de désinformation et de propagation de discours haineux sur internet et les réseaux sociaux puissent avoir un impact sur le résultat des élections. En phase avec les nouvelles relatives aux craintes que son réseau social suscite, Facebook a récemment annoncé avoir déployé de nouvelles mesures pour détecter les faux comptes de manière plus efficace afin d’assurer l’intégrité de la plateforme.


« Garantir l’authenticité de l’information au sein de notre plateforme est un challenge constant », peut-on lire sur un billet de blog de Shabnam Shaik, responsable technique chez Facebook.

« Nous étions déjà capables d’empêcher à des bots de créer des comptes fictifs ou de bloquer des activités suspectes grâce à nos systèmes de sécurité qui tournent en arrière-plan. Nous avons fait des progrès supplémentaires et allons vous les expliquer aujourd’hui ».

« Désormais, nous sommes capables de détecter des faux comptes de façon plus efficace. Nous n’évaluons plus le contenu lui-même, mais nous basons sur des modèles comportementaux pour détecter plus facilement ces faux comptes. Par exemple, nos systèmes peuvent détecter le partage répété du même contenu, ou encore une augmentation des messages envoyés ».

« En France par exemple, ces améliorations nous ont permis de supprimer 30 000 faux comptes », a encore ajouté Shabnam Shaik. Facebook espère ainsi réduire la désinformation et la propagation de spams grâce à ces nouvelles techniques. Les comptes mensongers dotés de la plus large audience sont particulièrement dans le viseur.

Cette opération d’assainissement intervient alors que Facebook a déjà lancé son outil de fact-checking sur le marché. Le principe derrière l’outil est de permettre à des utilisateurs de signaler les informations dont ils doutent de la véracité. Les liens signalés sont ensuite rassemblés dans un portail afin que des médias partenaires puissent les analyser.

Si au moins deux d’entre ces médias partenaires estiment que l’information signalée est contestable et fournissent un lien qui en atteste, alors le contenu sera marqué comme étant problématique avec un pictogramme. Les utilisateurs seront ensuite invités à se rendre sur un site partenaire pour plus d’informations et seront alertés que le contenu est peu fiable s’ils décident de partager le lien contesté.

En France par exemple, les médias partenaires retenus pour analyser les informations rassemblées dans l’outil de fact-checking sont le Monde, l’Agence France-Presse (AFP), BFM-TV, France Télévisions, France Médias Monde, L’Express, Libération et 20 Minutes.

Facebook dispose donc désormais de techniques supplémentaires de détection de faux comptes qu’il utilise en tandem avec l'outil de fact-checking pour contrecarrer la propagation de fausses informations. Voilà qui semble être de bon augure à l'approche de l'élection présidentielle française. Elle ne devrait pas être entachée de désinformation, du moins pas autant que ce fut le cas pour la récente élection américaine. Facebook pour sa part devrait, au moins momentanément, faire taire les critiques qui visent sa plateforme.

Sources : Annonce, abcnews

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

France : Facebook annonce la mise en production de son outil de vérification, pour lutter contre les « fake news »

L'Allemagne veut faire payer jusqu'à 500 000 euros à Facebook et aux autres réseaux, si les fausses actualités ne sont pas supprimées après 24 heures
Avatar de Angelsafrania Angelsafrania - Membre averti https://www.developpez.com
le 16/04/2017 à 10:11
Les faux positifs vont bientôt pleuvoir !
Je n'en connais déjà qui sont dans le cas (un consulat). Ça fait plusieurs semaines que leur compte est bloqué, et ils ont énormément de mal à la faire débloquer.
Avatar de Kristoch Kristoch - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 16/04/2017 à 18:17
ces débiles, qui programment comme des pieds, bloquent de véritables comptes qui tiennent des pages et des groupes en partageant sans arrêt donc les contenus!
il faut être nul pour pas comprendre que les gens publient une fois et partagent ensuite: ça prend assez de temps comme ça!!
là où on atteint le comble et l'absurdité les plus complets c'est que donc ce sont les comptes parmi les plus actifs qui sont du coup sanctionnés!!!
Et ces nazes suspendent les publications privant certains groupes de l'essentiel parfois de 99% du contenu le temps de la vérification qui peut prendre 72 heures: ???
on ne peut plus se connecter du tout donc tout simplement lire ni échanger de messages, se connecter pour les amis qui vous savent là, "vivants"...
qu'on ne puisse plus publier, ok pourquoi pas, mais tout enlever et empêcher la personne de se connecter avec là c'est du délire!
on constate l'incompétence et l'illogisme des gens de chez Facebook alors qu'ils veulent copier les autres car ils privent les gens de leurs profils, de leurs images, de leurs messages privés sur messenger, de leurs contacts, de tout ce qu'ils se sont ingéniés à ajouter à Facebook contre la concurrence!
c'est absolument inadmissible, au delà de la censure pure et simple, cette privation incroyable de liberté, de ses moyens de communications avec ses proches, amis, connaissances!
imaginez les dégâts sur un compte professionnel! imaginez l'incompréhension de qui ne peut plus du tout vous contacter soudain sans raison, sans explication!
Avatar de emutramp emutramp - Membre régulier https://www.developpez.com
le 16/04/2017 à 20:44
imaginez les dégâts sur un compte professionnel! imaginez l'incompréhension de qui ne peut plus du tout vous contacter soudain sans raison, sans explication!
Imaginez un monde ou les humains auraient eu la reflexion de ne jamais s'inscrire sur ce genre de plateforme...
Avatar de steel-finger steel-finger - Membre habitué https://www.developpez.com
le 17/04/2017 à 5:40
Citation Envoyé par Kristoch Voir le message
ces débiles, qui programment comme des pieds, ......
Pardon mais je crois que tu sous estimes les compétences nécessaire sur ce genre d'infrastructure, et les faux positif ça arrivent leur algo est tout juste déployé !!!
Avatar de Kristoch Kristoch - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 17/04/2017 à 10:09
je disais:
imaginez les dégâts sur un compte professionnel! imaginez l'incompréhension de qui ne peut plus du tout vous contacter soudain sans raison, sans explication!
on me répond:
Imaginez un monde ou les humains auraient eu la reflexion de ne jamais s'inscrire sur ce genre de plateforme...
je dois donc réagir:
mais beaucoup de gens utilisent par nécessité sinon obligation enfin voyons! par praticité sans doute aussi:
bien de refuser par principe mais on va où sont les autres au lieu de se couper totalement
ça ne remplace pas le reste, ça complète. et on fait ça en service minimum
suffit de voir que la plupart des profils sont bidons en nom avec jeux de mots etc
qui a envie que son patron le voit en petite tenue et maillot de bain? les gens en général ont 2 profils: l'officiel/professionnel et un autre!

je disais:
ces débiles, qui programment comme des pieds, ......
on me répond:
Pardon mais je crois que tu sous estimes les compétences nécessaire sur ce genre d'infrastructure, et les faux positif ça arrivent leur algo est tout juste déployé !!!
ma réaction:
je parle en connaissance de cause en tant qu'utilisateur confronté aux bugs quotidiens et à la lourdeur du truc de façon quotidienne, pestant contre Facebook
je parle en connaissance de cause en tant que programmeur sinon développeur tendance ninja c'est à dire faisant quasiment tout de A à Z dans un site/blog/forum
et ce juqu'au graphisme, aux mailings, aux messages de vente, et presque jusqu'aux contenus audio et vidéo...
donc quand je constate comme c'est mal foutu ce que Facebook ose appeller des "groupes" ou "pages" et censés remplacer forums, blogs et autres:
je me marre puis je peste et pleure car c'est très mal pensé et réalisé, voilà tout.

et pour tout dire, avouer j'étais déjà concepteur de charte graphique et de structures de site du temps du Minitel!!!
je n'ai jamais retrouvé l'imagination et tout ce qui existait du tempos du Minitel pourtant copié par internet... c'est dire!
ils ont cru que le débit, la couleur, les capacités suffisaient à faire quelque chose de valable? Désolé ça n'est pas le cas.
Avatar de SurferIX SurferIX - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 19/04/2017 à 19:16
Citation Envoyé par Kristoch Voir le message
mais beaucoup de gens utilisent par nécessité sinon obligation enfin voyons!
Je ne comprends pas l'intérêt de lire que tel personne est partie faire caca à 13:30 et a vu son papa à 14:30 puis a manqué sa rame de métro et est arrivée à 20:00 au lieu de 19:00.
Et je suis gentil, d'habitude c'est pire.
Citation Envoyé par Kristoch Voir le message
par praticité sans doute aussi: bien de refuser par principe mais on va où sont les autres au lieu de se couper totalement
Se couper de quoi ? Tu n'as pas de voisin ? Tu ne discute jamais avec les personnes que tu as en face dans le métro ? Tu ne discute pas quand tu fais la queue chez le boulanger ? C'est juste que tu es une victime #1 du système.... et tu te fais manipuler gravement. L'Etat devrait marquer ça quand on se connecte sur Facebook - comme les paquets de cigarette : "se faire manipuler nuit gravement à la santé morale"

Citation Envoyé par Kristoch Voir le message
Pardon mais je crois que tu sous estimes les compétences nécessaire sur ce genre d'infrastructure, et les faux positif ça arrivent leur algo est tout juste déployé !!!
ma réaction:
je parle en connaissance de cause en tant qu'utilisateur confronté aux bugs quotidiens et à la lourdeur du truc de façon quotidienne, pestant contre Facebook
Sérieusement, comment peut-on utiliser quotidiennement Facebook. Sérieusement ?

Citation Envoyé par Kristoch Voir le message
je me marre puis je peste et pleure car c'est très mal pensé et réalisé, voilà tout.
Si tu étais vraiment meilleur que Mark Zuckerberg, tu ne serais pas sur ce forum à discutailler, tu serais en train de choisir la prochaine île que tu achèterais pour ta fille... non ?

Citation Envoyé par Kristoch Voir le message
et pour tout dire, avouer j'étais déjà concepteur de charte graphique et de structures de site du temps du Minitel!!!
ils ont cru que le débit, la couleur, les capacités suffisaient à faire quelque chose de valable? Désolé ça n'est pas le cas.
Renseigne toi bien sur l'histoire du Minitel tu verras, qu'au même titre que le Concorde, on avait des années d'avance sur tous les autres pays, mais les amerloques (et je reste poli) on fait en sorte de nous étouffer et de sortir "leur" Internet, moyen de communication 4x plus lent que ce que procurait le Minitel à l'époque (pour le Concorde, ils l'ont simplement interdit de passer au dessus des Etats Unis, coupant court à tous les trajets longue distance, tuant dans l'oeuf quelque chose qu'ils n'arrivent toujours pas à égaler presque 20 ans après).

Bref, utilisateur à fond de facebook + manque de culture effrayant. Ah. L'un se retrouve aussi dans l'autre, quelque part, non ?
Avatar de Grogro Grogro - Membre émérite https://www.developpez.com
le 20/04/2017 à 9:35
Citation Envoyé par SurferIX Voir le message
Se couper de quoi ? Tu n'as pas de voisin ? Tu ne discute jamais avec les personnes que tu as en face dans le métro ? Tu ne discute pas quand tu fais la queue chez le boulanger ?
T'as que ça à foutre que d'interpeler des quidams dans la rue que tu ne connais ni d'Eve ni d'Adam et qui ne veulent qu'une chose : qu'on leur foute la paix pour une fois ? Un hurluberlu de la sorte qui vient me les briser quand j'ai rien demandé soit je l'ignore, soit je l'envoie chier. Et pas aimablement.
Avatar de Francois_C Francois_C - Membre actif https://www.developpez.com
le 21/04/2017 à 14:49
Il me semble clair que si la civilisation doit périr bientôt, ce sera pour n'avoir pas maîtrisé l'évolution de la communication numérique.

L'accélération des transactions boursières par rapport au temps où les cours de la Bourse étaient affichés sur des tableaux et où l'on attendait l'heure d'ouverture a engendré une économie de casino ou plutôt de jeu vidéo fondée sur la rapidité des fluctuations des cours, accélérant les délocalisations et les licenciements.

La propagation instantanée des fausses nouvelles a mis à la tête des États-unis un Ronald McDonald qui radote sur Twitter.
Avatar de SurferIX SurferIX - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 24/04/2017 à 1:07
Citation Envoyé par Grogro Voir le message
T'as que ça à foutre que d'interpeler des quidams dans la rue que tu ne connais ni d'Eve ni d'Adam et qui ne veulent qu'une chose : qu'on leur foute la paix pour une fois ? Un hurluberlu de la sorte qui vient me les briser quand j'ai rien demandé soit je l'ignore, soit je l'envoie chier. Et pas aimablement.
C'est donc grâce à des gens comme toi que Facebook est né. Et venant de moi, c'est pas tu tout un compliment, c'est même une insulte.
Offres d'emploi IT
Architecte systèmes études & scientifiques H/F
Safran - Ile de France - Vélizy-Villacoublay (78140)
Développeur débutant H/F
Capgemini - Aquitaine - Bordeaux (33000)
Ingénieur H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil