Facebook admet avoir demandé à Definers Public Affairs de viser George Soros
Et de travailler sur ses concurrents

Le , par Bill Fassinou

161PARTAGES

13  0 
Récemment, un article du New York Times a annoncé que pendant que Sheryl Sandberg, directrice des opérations chez Facebook, aurait supervisé une campagne de lobbying agressive visant à lutter contre les critiques à l'encontre de Facebook, à tourner le regard du grand public vers les entreprises rivales. Facebook aurait fait appel à un cabinet d’études républicain pour discréditer les manifestants activistes, notamment en les reliant au financier libéral George Soros. Elle aurait également mis à profit ses relations commerciales en faisant pression sur un groupe de défense des droits civils juif pour lui faire part de certaines critiques antisémites. Le quotidien new-yorkais avait ajouté qu'en octobre 2017, Facebook aurait également élargi son action avec un cabinet de communication basé à Washington, Definers Public Affairs, qui aurait été initialement embauché pour surveiller la couverture médiatique du réseau social.

Facebook n'a pas tardé à réagir suite à la publication du quotidien new-yorkais. Dans un billet de blog publié le 15 novembre dernier, Facebook a annoncé la fin de sa relation avec Definers Public Affairs. « Le New York Times a publié un article sur les deux dernières années de Facebook. Il y a un certain nombre d'inexactitudes dans l'histoire », pouvait-on lire sur le billet de blog de Facebook. La société a nié avoir demandé à Definers de rédiger des articles. « Le New York Times a tort d’avancer que nous avons demandé à Definers de payer pour des articles ou d’écrire des articles au nom de Facebook, ou de répandre de la désinformation », précise Facebook.Definers Public Affairs a bien « encouragé » des journalistes à se pencher sur le financement de Freedom from Facebook, admet-elle, mais « l’intention était de démontrer qu’il ne s’agissait pas d’un groupe populaire né spontanément, comme il le disait, mais qu’il était soutenu par un critique bien connu de notre compagnie », dit Facebook dans le billet de blog sans indexer Soros. « Suggérer qu’il s’agissait là d’une attaque antisémite est répréhensible et faux », a affirmé le réseau social.


Ce post du quotidien new-yorkais a attiré l'attention des sénateurs Chris Coons (membre du Parti démocrate et sénateur représentant le Delaware) et Bob Corker (membre du Parti républicain et sénateur du Tennessee au Congrès) qui ont averti vendredi dernier que le Congrès imposerait de nouvelles règles à Facebook à moins que la société de médias sociaux ne réponde à leurs préoccupations concernant la confidentialité et la propagation de la désinformation sur sa plateforme. Lors d'un entretien conjoint en marge d'un forum sur le développement à Wilmington, dans le Delaware, les deux sénateurs ont déclaré que Facebook n'aimerait probablement pas ce que le Congrès mijote. Pour eux, le réseau social devrait donc commencer par trouver une solution.

« S'ils ne le font pas, s'ils continuent d'agir comme s'ils étaient incapables des mesures correctives sur le réseau social, ils seront réglementés et seront désagréablement surpris de la rapidité avec laquelle cela se fera. Je pense que Facebook a beaucoup d'explications à donner », a déclaré Coons, membre du Comité judiciaire du Sénat. Les deux sénateurs et d'autres législateurs ont publié une lettre qu'ils ont écrite à Facebook pour demander à Marc Zuckerberg de répondre au New York Times et à d'autres reportages sur ses pratiques. Amy Klobuchar (sénatrice démocrate du Minnesota) et Mark Warner (membre du Parti démocrate et sénateur de la Virginie), ont également demandé à Zuckerberg de préciser dans quelle mesure Facebook aurait pu collecter et diffuser des informations négatives au sujet d'élus et d'autres critiques qui examinaient les politiques de la société.

Dans un nouveau billet de blog publié hier, les responsables de Facebook ont admis avoir connu le milliardaire juif George Soros et ses concurrents moins d'une semaine après que le New York Times eut publié son article. Elliot Schrage, responsable de la communication et des politiques chez Facebook, explique la décision de la société de recruter Definers Public Affairs, une firme de recherche dans l'opposition républicaine, et explique pourquoi elle visait les critiques de la société, dont Soros.

« Nous avons embauché Definers en 2017 dans le cadre de nos efforts pour diversifier nos conseillers après les élections. Comme beaucoup d'entreprises, nous devions élargir notre champ d'action. Nous avons également été confrontés à la pression croissante de nos concurrents dans les secteurs de la technologie, des télécommunications et des médias qui souhaitent que le gouvernement nous réglemente. Cette pression est devenue particulièrement vive en septembre 2017 après la publication des détails de l'interférence de la Russie sur notre service. Nous avons embauché des entreprises associées à la fois aux républicains et aux démocrates - Definers était l'une des entreprises affiliées aux républicains », peut-on lire sur le billet de blog. Au passage, Sheryl Sandberg a expliqué que « personne n'a jamais eu l'intention de faire un récit antisémite à l'encontre de Soros ou de quiconque ».

Facebook admet avoir demandé à Definers Public Affairs de travailler sur George Soros. « En janvier 2018, l'investisseur et philanthrope George Soros a attaqué Facebook lors d'un discours à Davos, nous qualifiant de "menace pour la société". Nous n'avions jamais entendu de telles critiques de sa part et nous voulions savoir s'il avait une quelconque motivation financière. Definers a donc investiqué à ce propos en utilisant des informations publiques. Plus tard, lorsque la campagne "Freedom from Facebook" est devenue une coalition dite de base, l’équipe a demandé à Definers de l’aider à comprendre les groupes qui se trouvaient derrière eux. Ils ont appris que George Soros finançait plusieurs membres de la coalition. Ils ont préparé des documents et les ont distribués à la presse pour montrer qu’il ne s’agissait pas simplement d’un mouvement populaire spontané », explique Facebook dans le billet de blog.

Facebook a aussi reconnu avoir demandé à Definers Public Affairs de travailler sur ses concurrents. « Definers nous a aidé à répondre aux critiques injustes à propos de Facebook. Ils nous ont également aidés à nous distinguer de la concurrence », précise Elliot Schrage. Toutefois, Facebook nie avoir demandé à Definers Public Affairs de créer et de distribuer de fausses informations.

Source : Billet de blog

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Facebook aurait embauché une entreprise de relation publique pour écrire des articles critiques sur ses rivaux dont Apple et Google

USA : des sénateurs menacent d'imposer des règles de confidentialité à Facebook s'il ne prend pas des mesures adéquates contre la désinformation

Facebook : les investisseurs appellent Mark Zuckerberg à démissionner de son poste de président, à la suite d'un nouveau rapport

Brian Acton, co-fondateur WhatsApp, explique pourquoi il est parti de Facebook et a abandonné 850 millions de $

Facebook souhaite enregistrer les sons autour des téléphones en s'appuyant sur des signaux cachés émis par des pubs à la télé, pour ou contre cela ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Cassoulatine
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 22/11/2018 à 19:55
Pauvre George Soros qui ne peut pas financer son activisme politique sans être nommé ...

Quel vil anti-sémite ce Mark Zuckerberg.
4  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/11/2018 à 10:30
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Facebook admet avoir demandé à Definers Public Affairs de travailler sur George Soros. « En janvier 2018, l'investisseur et philanthrope George Soros a attaqué Facebook lors d'un discours à Davos, nous qualifiant de "menace pour la société". Nous n'avions jamais entendu de telles critiques de sa part et nous voulions savoir s'il avait une quelconque motivation financière. Definers a donc investiqué à ce propos en utilisant des informations publiques. Plus tard, lorsque la campagne "Freedom from Facebook" est devenue une coalition dite de base, l’équipe a demandé à Definers de l’aider à comprendre les groupes qui se trouvaient derrière eux. Ils ont appris que George Soros finançait plusieurs membres de la coalition. Ils ont préparé des documents et les ont distribués à la presse pour montrer qu’il ne s’agissait pas simplement d’un mouvement populaire spontané », explique Facebook dans le billet de blog.
Si on m'avait dit qu'un jour Facebook serait la cible d'attaque de la part de George Soros je ne l'aurais probablement pas cru.
Mais depuis il y a eu l’élection de Trump, d'après Gerge Soros, Facebook n'a pas assez filtré les messages pro Trump pendant la campagne électorale...

Soros n'arrête pas de financer des mouvements qui se font passer pour "populaire et spontané"...

Tout le monde est fâché après Facebook.
Mark Zuckerberg répond à Donald Trump qui affirme que Facebook est "contre lui"
"Trump dit que Facebook est contre lui. La gauche affirme que nous avons aidé Trump. Les deux camps sont mécontents des idées et des contenus qu'ils n'aiment pas", a répondu Mark Zuckerberg sur Facebook, qu'il présente comme une "plateforme pour toutes les idées".
Les gens qui bossent pour Facebook, étaient majoritairement pro Hillary :
Clinton is largest beneficiary of Facebook donations
The Hill’s tally comes as Facebook battles accusations from some former contractors that the company suppressed conservative news on its “trending” feature that has prime placement on its many platforms. The company said it takes the charges seriously but “found no evidence that the anonymous allegations are true.”

The Hill’s review found that about 78 employees who work on engineering, communications, public policy, strategy, marketing, human resources and other areas have donated to Clinton.
0  0 
Avatar de Madmac
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/11/2018 à 22:14
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Si on m'avait dit qu'un jour Facebook serait la cible d'attaque de la part de George Soros je ne l'aurais probablement pas cru.
Mais depuis il y a eu l’élection de Trump, d'après Gerge Soros, Facebook n'a pas assez filtré les messages pro Trump pendant la campagne électorale...

Soros n'arrête pas de financer des mouvements qui se font passer pour "populaire et spontané"...

Tout le monde est fâché après Facebook.
Mark Zuckerberg répond à Donald Trump qui affirme que Facebook est "contre lui"

]
Ils se sont fait pincer avec une vidéo qui démontre qu'ils donnaient des directives à leur employé de censurer les commentaires favorables à Trump en pratiquant la censure invisible. Pour les gens qui ne sont pas au courant du truc. La différence de ce type de censure que vos messages ne disparaissent pas, mais il n'y a que vous qui peuvent les voir !
0  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web