Google menace de fermer Google Actualités si l'Europe persiste à taxer les clics sur les liens hypertextes
En validant la directive sur le copyright

Le , par Christian Olivier

348PARTAGES

17  0 
Les initiatives de réglementation accompagnant la révision du cadre européen pour le droit d’auteur dans leur forme actuelle ne semblent décidément pas plaire aux entreprises d’Internet et certaines, à l’instar de Google et de sa filiale YouTube, ne ménagent aucun effort pour le faire savoir et mettre la pression sur les législateurs européens.


En septembre dernier par exemple, Robert Kyncl, Chief Business Officer chez YouTube, a qualifié l’un des articles controversés du projet de réglementation sur le copyright examiné par les instances de l’Union européenne de grossière erreur, précisant qu’il ne faudrait probablement pas laisser un tel projet aboutir. Un mois plus tard, Susan Wojcicki, la CEO de YouTube, est montée au créneau à son tour pour appeler les créateurs de vidéos à protester contre le même article qui, selon elle, menace des milliers d’emplois.

Plus récemment, Richard Gingras, vice-président de Google rattaché aux médias, a déclaré dans un entretien accordé au média The Guardian, que la firme de Mountain View envisage très sérieusement de fermer Google Actualités, son service d’agrégation d’actualité référence les articles derrière paywall, si l’UE s’entête à vouloir taxer les liens sortants.

Pour rappel, dans un effort visant à créer et à encadrer un marché unique du numérique permettant de fondre en un seul les 28 marchés nationaux des pays membres de son organisation, l’UE a élaboré une stratégie axée sur plusieurs initiatives : cybersécurité, droits d’auteur, connexion à haut débit, intelligence artificielle…

Dans le cadre de ce programme, elle a entrepris d’importantes réformes dans le domaine spécifique de la protection des droits d’auteur (copyright), incluant la mise en place d’un règlement relatif au blocage géographique et d’un nouveau cadre légal régissant le droit d’auteur. Cependant, le projet de loi sur le copyright dans le marché unique numérique défendu par la Commission européenne contient deux articles controversés (11 et 13).


L’article 13 propose de rendre obligatoire l’utilisation de technologies de filtrage basées sur les algorithmes afin d’identifier si les contenus téléchargés (textes, images ou vidéos) sont protégés par le droit d’auteur. Les contenus susceptibles d’enfreindre la législation devraient être bloqués de façon automatique afin d’empêcher leur diffusion.

L’article 11, quant à lui, prône l’instauration d’un droit voisin, un droit de créance en cas de republication d’un article soutenu par les éditeurs de presse de l’UE. Il traite du droit de reproduction des publications de presse et de leur accessibilité au public. Il ne s’applique pas aux créateurs d’une œuvre, mais aux personnes et entités participant à sa création. La validation de cet article permettrait de créer une sorte de taxe pour les clics sur les liens hypertextes qui imposera aux services d’agrégation de rémunérer les éditeurs dont ils reprennent le contenu, alors que certains de ses services d’agrégation, Google Actualités en l’occurrence, agissent simplement comme un relai ou une sorte de kiosque gratuit qui se contente de rediriger l’audience.

La filiale d’Alphabet brandit cette menace en connaissance de cause. Elle sait pertinemment que la clôture de Google Actualités aura un impact immédiat sur tous les organes de presse en ligne européens. Richard Gingras a rappelé à ce propos que l’Espagne avait voté une loi similaire, ce qui avait conduit à la fermeture de Google Actualités dans ce pays et entrainé une chute dans les audiences des médias.

La firme de Mountain View a précisé « attendre la formulation définitive » pour prendre une décision concernant l’avenir de son Google Actualités en Europe. Le Parlement européen, de son côté, doit se prononcer une nouvelle fois en janvier à propos de ces dispositions que certains considèrent déjà comme des « taxes aux hyperliens ».

Source : The Guardian

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Les réformes sur le copyright de l’UE pourraient forcer les artistes à se tourner vers YouTube et renforcer la position du groupe sur le marché
Directive copyright : la mise en oeuvre de l'article 13 est financièrement impossible, selon la CEO de YouTube
Directive Copyright : l'EFF appelle les internautes européens à suivre l'exemple italien et faire entendre leurs voix à propos des articles 11 et 13
Google signe un accord favorable aux ayants droit avec des représentants de l'audiovisuel français pour combattre le piratage de vidéos sur YouTube

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/11/2018 à 15:06
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
Plus récemment, Richard Gingras, vice-président de Google rattaché aux médias, a déclaré dans un entretien accordé au média The Guardian, que la firme de Mountain View envisage très sérieusement de fermer Google Actualités, son service d’agrégation d’actualité référence les articles derrière paywall, si l’UE s’entête à vouloir taxer les liens sortants.
C'est la meilleure réponse que Google pouvait donner.
Les éditeurs de presse s'estiment pillés de leur contenu par Google News et bien Google News va fermer comme ça il n'y aura plus de problème de droit d'auteur, il n'y aura plus rien du tout !
Les journaux ont plus besoin de Google News que l'inverse.

Combattre les liens ça n'a pas de sens !
Les liens c'est bien, ça permet d'aller voir l'info à la source, tout le monde ne se contente pas du titre.

L'UE pète un câble avec ses projets de protection des droits d'auteurs.
Avec l'article 11 l'UE attaque les liens, avec l'article 13 elle interdit tous les extraits et tue YouTube.

Personnellement je pense que c'est important d'avoir le droit de citer et de faire des parodies.
Avatar de tanaka59
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 20/11/2018 à 23:00
L'intégralité de presse écrite européenne va se casser la gueule ... Je pense au groupe Rossel en Belgique et dans le nord de la France ... Modèle économique basé sur le trafic grâce a Google news ... Et bien fini d'ici quelques temps ^^
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/11/2018 à 7:56
Non mais au final c'est juste de la provocation, Google parle de fermer Google News et de bloquer plein de vidéos YouTube, pour que l'UE fasse marche arrière.
Au final l'UE devrait se dire "Notre directive sur le droit d'auteur c'est n'importe, on arrête tout".

Ils ne vont quand même pas faire passer les articles 11 et 13, ça n'aurait pas de sens...
Cela dit ceux qui votent n'y connaissent strictement rien et veulent faire plaisir aux ayants droits, donc on sait jamais.
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/11/2018 à 10:18
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Au final l'UE devrait se dire "Notre directive sur le droit d'auteur c'est n'importe, on arrête tout".
Faut-il encore qu'il y ait assez de députés européens à avoir les bollocks de changer leur vote (je dis députés, mais je ne sais plus à quelle étape du processus de validation on en est rendus, là... l'admin de l'UE c'est une vraie usine à gaz, on dirait la France). Et ça, c'est mal barré.
Avatar de Bubu017
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/11/2018 à 10:38
ça va finir comme ça :
- loi votée
- Google ferme Google News
- les journaux pleurent car moins de monde -> vous pouvez revenir Google ? on enlève la loi -> Google : non, allez vous faire .....
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/11/2018 à 10:47
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
avoir les bollocks de changer leur vote
Je ne vois pas le problème.
Ils peuvent dire qu'après avoir entendu l'opinion du peuple et des spécialistes ils ont compris que le projet était mauvais.
Normalement ça devrait augmenter leur popularité.

Tout le monde sera content "Youpie l'UE a dit non à l'article 11 et 13 !".

Pour l'instant ça craint, tout le monde est contre ce projet, il n'est voulu que par les ayants droits (alors que ça aura peut-être un impact négatif pour eux).
Quelque part il faut plus de "bollocks" pour dire «Je m'entête dans ma ligne critiqué par tous les spécialistes» que de dire «J'ai mieux compris le sujet et finalement je pense que le peuple a raison».
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/11/2018 à 10:55
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je ne vois pas le problème.
Ils peuvent dire qu'après avoir entendu l'opinion du peuple et des spécialistes ils ont compris que le projet était mauvais.
Normalement ça devrait augmenter leur popularité.
On parle d'hommes et de femmes politiques, c'est pas comme s'ils faisaient souvent preuve de bon sens et de réflexion. Il n'y a qu'à voir ce qu'on a chez nous...
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/11/2018 à 11:27
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
On parle d'hommes et de femmes politiques, c'est pas comme s'ils faisaient souvent preuve de bon sens et de réflexion.
Sans même parler de bon sens et de réflexion, les 2 ou 3 malheureux de chez LREM qui ont essayé de voter autre chose que ce qui était décidé par Macron ont été virés, donc au final, qu'ils soient eux même pour ou contre cette loi, ou d'accord ou pas avec les spécialistes, cela ne change rien. Ils veulent garder leur place, donc ils voteront ce que le grand chef dira de voter.

Maintenant, ne pas oublier que comme tu le rappelais, pour l'instant ce ne sont que des directives au niveau européen, qu'il n'y a rien de figé, il y a des amendements ajoutés ou modifié très régulièrement (ils ont encore minimum jusqu'en janvier pour se mettre d'accord, voir peut-être plus si ils n'y arrivent pas), et ensuite seulement, cela sera "adapté" par le droit français, qui devra suivre la directive, mais qui sera libre de faire quelques adaptations (surement en pire, comme on a l'habitude de le faire chez nous ;D), ce qui fait que la loi française, serait probablement différente de la loi allemande, ou espagnole, ou autre..., et sa mise en application n'arrivera pas avant encore facilement 1 an ou 2.

Youtube alerte de partout et fait du lobbying au près des Youtubers, mais il ne faut pas oublier non plus, que pour l'instant, leur robot++ ContentId qui tourne depuis 6/7 mois et qui bloque tout, n'est pas encore nécessaire / obligatoire, c'est "en prévision de" cette fameuse directive qui finalement ne sera peut-être pas exactement celle-là une fois votée, et surtout le fait que maintenant, si ta vidéo se fait bloquer par le robot rien qu'au moment de l'upload, c'est surtout parce que Youtube ne veut pas se faire chier à payer les ayants-droits (d'un côté je les comprend car cela va être une usine à gaz à gérer), mais au final, ni l'article 11 ni l'article 13, ne dit qu'il faut supprimer les vidéos il me semble, c'est juste que si tu utilise du contenu copyrighté, même 5s, tu perdras tout l'argent, mais rien n'empêche de laisser la vidéo en ligne (comme les vidéos démonétisées actuelles).
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/11/2018 à 12:31
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
On parle d'hommes et de femmes politiques, c'est pas comme s'ils faisaient souvent preuve de bon sens et de réflexion.
Quoi ?! La majorité des politiciens préfèrent s'acharner sur un truc même si ils savent que c'est mauvais plutôt que de prendre une bonne décision ?
Mais ça n'a pas de sens.

Citation Envoyé par Ecthelion2 Voir le message
Sans même parler de bon sens et de réflexion, les 2 ou 3 malheureux de chez LREM qui ont essayé de voter autre chose que ce qui était décidé par Macron ont été virés, donc au final, qu'ils soient eux même pour ou contre cette loi, ou d'accord ou pas avec les spécialistes, cela ne change rien. Ils veulent garder leur place, donc ils voteront ce que le grand chef dira de voter.
C'est vrai qu'LREM c'est bien pourri.
Ils ont des règles vraiment très connes :
Les députés LREM... interdits de collaborer avec leurs alliés à l'Assemblée
L'intransigeance règne au groupe LREM à l'Assemblée : selon le règlement intérieur, les députés macronistes n'ont pas le droit de signer des amendements ou des propositions de loi d'autres groupes. Même des alliés...
(...)
Selon un député LREM médusé par cette disposition, "c'est un copier-coller des règles du groupe PS". "Ce genre de pratiques claniques, c'est la culture socialiste, pas la culture En Marche", raille notre député, qui note malicieusement que le président du groupe, Richard Ferrand, est issu du PS et que le nouveau secrétaire général du groupe LREM, Jérôme Taillé-Rousseau, était auparavant secrétaire général-adjoint du groupe PS à l'Assemblée. De fait, cette interdiction de signer des amendements d'un autre groupe parlementaire avait été mise en place par Bruno Le Roux au sein du groupe PS, en 2012. "La discipline de vote et d'expression est une règle impérative", expliquait celui qui était alors le patron des députés socialistes.
Si un parti politique propose un amendement qu'LREM allait proposé, alors les députés d'LREM vont voter contre...
La démocratie française est vraiment tip-top.

===
Mais il y a 28 nations dans l'UE, n'y a-t-il pas des politiciens moins pourris que les français quelque part ?
Au moins la moitié des eurodéputés de l'UE serait aussi nuls que les députés français ?
Avatar de CinePhil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 21/11/2018 à 13:14
vous pouvez revenir Google ? on enlève la loi
Le processus de retrait d'une directive n'est-il pas aussi long et compliqué que celui de son adoption ?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web