Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

France : la Commission de la culture adopte à l'unanimité la proposition de loi
Visant à lutter contre l'exposition précoce des enfants aux écrans

Le , par Bill Fassinou

182PARTAGES

13  0 
Outil éducatif ou outil de divertissement, les écrans sont omniprésents dans les écoles, les familles et les rues. Cependant, cette omniprésence des écrans entraîne l'extrême jeunesse de ses utilisateurs. Les enfants de plus en plus jeunes sont donc de plus en plus exposés aux écrans. Si pour certains, l'accès aux écrans est un avantage pour les enfants, de plus en plus de personnes pensent que cet outil est très nuisible. C'est le cas de Mandy Salagiri, une spécialiste en sevrage et rééducation de la clinique de Harley Street, qui a dit en juin 2017 lors d’une conférence sur l’éducation qui se tenait à Londres, que « donner un smartphone à un enfant, c'est comme lui donner un gramme de cocaïne ». « Je dis toujours aux gens que lorsqu’ils donnent une tablette ou un smartphone à un enfant, en réalité, c’est comme s’ils leur offraient une bouteille de vin rouge ou un gramme de coke. [...] Pourquoi accordons-nous si peu d’importance à ce phénomène alors que ses effets sur le cerveau de nos enfants sont comparables à ceux des drogues et de l’alcool que nous combattons ? », s'interrogeait-elle.


Cette dépendance des enfants aux écrans les empêcheraient de se concentrer et d'être sociable, et entraînerait à long terme des risques de cécité. L'état français déterminé à limiter les dégâts des écrans a enclenché une série d'actions pour réduire l'exposition des enfants aux écrans. Après l'interdiction des smartphones dans les écoles depuis la rentrée 2018, la France est en train de franchir un nouveau pas en matière de limitation des écrans. Il s'agit de la proposition de loi visant à lutter contre l'exposition précoce des enfants aux écrans qui a été adoptée à l'unanimité par la Commission de la culture du Sénat ce mercredi 14 novembre 2018.

Cette proposition introduite par Catherine Morin-Desailly, membre fondatrice de l'Union des démocrates et indépendants, a pour objectif de sensibiliser et de responsabiliser les parents par rapport aux dangers liés à la surexposition aux écrans particulièrement pour les enfants de moins de trois ans. Quel est le contenu de cette proposition de loi ? Cette proposition de loi à trois volets importants. Le premier volet consiste à obliger les fabricants d'outils et de jeux numériques disposant d'un écran à mettre sur les emballages de leurs produits un message d'avertissement sur les dangers des écrans pour les enfants de moins de 3 ans. Le deuxième volet est un volet de sensibilisation qui va toucher les publicités pour smartphones, tablettes, ordinateurs portables, télévisions, jeux numériques quelque soit son support. Les publicités de ces appareils doivent être accompagné d'un message à caractère sanitaire comme ceux qui accompagnent les publicités pour les boissons sucrés et les produits alimentaires manufacturés.

Le troisième volet est un volet de responsabilisation et d'éducation . Le Sénat désire désormais accompagner par des actions institutionnelles, les efforts du Conseil supérieur de l'audiovisuel qui travaille depuis 10 ans à informer et éduquer le grand public. Pour le Sénat, les lois de limitations d’exposition aux écrans sont nécessaires quand on sait, comme le dit Catherine Morin-Desailly, que des alertes ont été lancées par « de nombreux pédiatres, psychiatres, professionnels de santé et de la petite enfance ainsi que l'académie des sciences sur les conséquences de l’exposition des jeunes enfants aux écrans pour leur développement ». Tous le monde devrait donc agir de concert afin de lutter contre ce fléau qui prends de l'ampleur.

La proposition de loi sera votée par le Sénat en séance publique le 20 novembre prochain. En attendant, les sénateurs se plaignent du laconisme du gouvernement face à la question. Leurs plaintes ont été exprimé par Catherine Morin- Desailly qui estime que le gouvernement n'a pas besoin d’attendre « un nouveau rapport qui plus est ne sera remis que dans 16 mois, pour prendre conscience de la dangerosité des écrans pour les enfants de moins de trois ans et agir ». Il faut toutefois remarquer que de nombreuses approches de solutions ont été proposé pour résoudre ce problème de surexposition aux écrans comme l’instauration d'un couvre feu numérique, l'inutilisation des smartphones au début de la journée scolaire des enfants.

Source : Sénat

Et vous ?

Que pensez-vous d'une telle proposition de loi ?
Que proposeriez-vous pour limiter la surexposition des enfants aux écrans ?

Voir aussi

France : les smartphones seront interdits dans les écoles dès la rentrée 2018 une solution contre l'addiction aux écrans chez les enfants ?

La technologie empêcherait les enfants de se concentrer et d'être sociables

Des chercheurs expliquent avec précision comment la lumière bleue des écrans d'ordinateurs cause la cécité dans une publication

Donner un smartphone à un enfant aurait le même effet que lui donner un gramme de cocaïne d'après un expert en addiction

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !