Google va bloquer toutes les annonces sur les sites qui persistent avec des expériences abusives
à partir de Chrome 71

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
À partir de Chrome 71, Google va bloquer toutes les annonces sur les sites Web avec des expériences de publicité abusives ; ce qui s'inscrit dans le renforcement des protections existantes dans son navigateur. En effet, Chrome prend déjà des mesures contre certains comportements indésirables sur les sites Web. Il s'agit notamment du blocage des fenêtres contextuelles, la limitation de la lecture automatique de vidéo et le blocage de certains types de redirections. Google estime cependant que ces mesures ont été insuffisantes pour empêcher les publicités abusives et dangereuses. Ce qui pousse la firme à prendre des mesures supplémentaires pour les bannir du Web.

« L'année dernière, après avoir entendu les utilisateurs de Chrome, nous avons lancé un ensemble de protections contre les "expériences abusives" - des expériences conçues pour tromper intentionnellement et inciter les utilisateurs à prendre des mesures sur le Web », rappelle l'entreprise. « Cependant, nous avons appris depuis lors que cette approche n’allait pas assez loin. En fait, plus de la moitié de ces expériences abusives ne sont pas bloquées par notre ensemble actuel de protections », regrette Google.

Précisons que Google appelle expérience abusive toute expérience qui remplit l'une des conditions suivantes :
  • messages falsifiés : annonces déguisées en avertissements, boîtes de dialogue système ou d'autres notifications ;
  • zones de clic inattendues : éléments de page non visibles ou autres zones généralement non cliquables qui renvoient l'internaute vers une annonce ou une page de destination lorsqu'il clique dessus ;
  • comportement trompeur d'un site : éléments de page, tels que des barres de défilement, des boutons de lecture, des flèches "Suivant", des boutons de fermeture ou des liens de navigation qui renvoient l'internaute vers une annonce ou une page de destination lorsqu'il clique dessus ;
  • hameçonnage : annonces ou éléments de page visant à voler les informations personnelles de l'internaute ou à le tromper pour qu'il les communique ;
  • redirection automatique : annonces ou éléments de page qui redirigent automatiquement l'internaute vers une page sans intervention de sa part ;
  • pointeur de souris : annonces ou éléments de page qui ressemblent à un pointeur de souris en mouvement ou prêt à cliquer, et qui visent à tromper l'internaute pour l'inciter à interagir avec celui-ci ;
  • logiciels malveillants ou indésirables : annonces ou éléments de page qui hébergent, référencent ou mettent en avant un logiciel malveillant ou indésirable susceptible d'être installé sur l'ordinateur de l'internaute.


À partir de Chrome 71, dont la sortie est prévue pour le mois de décembre, Google va supprimer toutes les annonces sur les sites présentant des expériences abusives persistantes - il s'agit d'ailleurs d'un petit nombre de sites selon l'entreprise. Google met à la disposition des sites Web un outil qui leur permet de vérifier s'ils offrent des expériences abusives, et les sites qui seront mis en cause auront 30 jours pour se mettre en conformité. Cela dit, les utilisateurs pourront aussi désactiver le blocage de publicités depuis les paramètres Chrome s'ils le désirent.

Rappelons que dans un effort similaire visant à punir les mauvaises publicités, Google a commencé depuis le 15 février à bloquer les publicités sur les sites qui se trouvent en violation des normes publicitaires. Concrètement, si un site n'est pas conforme à ces normes (définies par la Coalition for Better Ads), Google va simplement cesser de diffuser les publicités de son vaste réseau sur le site mis en cause. Ce qui signifierait donc pour ce site une perte plus ou moins importante de revenus, étant donné que Chrome est de très loin le navigateur le plus utilisé au monde.

Le géant de la publicité en ligne a toutefois précisé que les éditeurs ne seront pas punis juste pour une mauvaise annonce. Mais ils auront un seuil de non-conformité de 7,5 % à ne pas dépasser au risque de voir les annonces bloquées sur leurs sites pour les utilisateurs de Chrome. Ce seuil devrait passer à 2,5 % à mesure que les éditeurs travaillent pour se conformer aux normes. Le filtre publicitaire de Google a cependant été critiqué par Eyeo, l'éditeur d'Adblock Plus, qui a montré sur la base de ses propres tests qu'il s'agit d'une véritable passoire. Que devrons-nous donc penser des mesures prises par Google contre les mauvaises publicités ? Sont-elles vraiment efficaces ?

Source : Google Chrome

Et vous ?

Que pensez-vous des mesures prises par Google pour punir les mauvaises expériences publicitaires ?

Voir aussi :

Chrome 70 : petit retour sur les nouveautés apportées aux développeurs, notamment les PWA desktop ou la possibilité de nommer les workers
Google annonce la disponibilité de Chrome 70 qui apporte le support des PWA sur Windows et un décodeur AV1
Chrome va avertir les utilisateurs s'ils accèdent à des sites HTTPS utilisant des certificats SSL douteux, en vertu de la Certificate Transparency
Chrome va bloquer les publicités qui ont été marquées à plusieurs reprises comme étant perturbatrices à compter du 15 février 2018
Chrome : quel sera l'impact du bloqueur de publicité intégré sur l'expérience utilisateur ? Son efficacité remise en cause


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Stérilux Stérilux - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 06/11/2018 à 14:05
Lol... et quid de google qui harcèle pour obtenir le numéro de téléphone, les notifications qui rappellent constamment de se connecter à Gmail alors qu'on a créé le compte uniquement le store ?
Qui casse les burnes quand on utilise son moteur de recherche sans utiliser chrome parce que ça le limite dans le vol de données privées ? Le vol de données dès qu'on allume un smartphone sous android ? le fait qu'il n'y ait possibilité de refuser qu'une fois que google se soit bien servi avant ?

Niveau harcèlement et tromperie il est n°1
Avatar de bergi bergi - Membre régulier https://www.developpez.com
le 06/11/2018 à 17:25
Personne ne t'oblige à utiliser google et perso en l'utilisant j'ai pas l'impression d'être harcelé...

Quand on fait les reproche que tu fait on utilise pas les services des GAFA puicetou..
Avatar de Pyramidev Pyramidev - Membre expert https://www.developpez.com
le 06/11/2018 à 19:20
Citation Envoyé par bergi Voir le message
Personne ne t'oblige à utiliser google
On peut ne pas utiliser directement certains services de Google. Par contre, pour la collecte de données, Google est tellement partout qu'il est compliqué de lui échapper.
Par exemple, si tu affiches le code source de la page présente, tu verras qu'il y a des scripts en Javascript qui utilisent des API de Google dont Google Analytics (cherche le commentaire <!-- Google Analytics -->).

Par exemple, voici ce que me liste NoScript pour la page présente :


Et ce n'est pas réservé à developpez.com. NoScript me montre du Google un peu partout.
Avatar de zellerda zellerda - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 07/11/2018 à 7:14
Lol... et quid de google qui harcèle pour obtenir le numéro de téléphone, les notifications qui rappellent constamment de se connecter à Gmail alors qu'on a créé le compte uniquement le store ?
La différence avec Google c'est que ça te met pas un modal en fullscreen qui t'empêche de voir le reste de la page.
Avatar de CoderInTheDark CoderInTheDark - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 08/11/2018 à 13:23
La close anti éléments cachés me pose problèmes, car je préconise pour l'accessibilité de faire une zone invisible pour y placer des liens d'accessibilités.
Google fait la même chose sur sa page de résultats de recherches.

Donc si j'utilise un code comme celui-ci je peut être bloqué.

Code css : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
blindZone {
    border: 0;
    clip: rect(0 0 0 0);
    height: 1px;
    margin: -1px;
    overflow: hidden;
    padding: 0;
    position: absolute;
    width: 1px;
}

La zone est trop petite, et donc n'est pas affiché à l'écran.
Mais le lecteur d'écrans lui peut y accéder.
C'est le seul moyen.

Car en théorie on pourrait spécifier un "media query" avec les valeurs "oral" ou "brail".
Mais personne n'implémente ces valeurs pour les "médias query".
Contacter le responsable de la rubrique Accueil