Chrome : quel sera l'impact du bloqueur de publicité intégré sur l'expérience utilisateur ?
Son efficacité remise en cause

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
À partir d'aujourd'hui, Google Chrome va commencer à bloquer les publicités sur les sites qui se trouvent en violation des normes publicitaires définies par la Coalition for Better Ads, un groupe d'acteurs du secteur de la publicité en Europe occidentale et aux États-Unis. La coalition est composée de géants de la publicité comme Google et Facebook, de médias comme le Washington Post et Reuters, mais aussi de grandes organisations de l'industrie de la publicité en Grande-Bretagne, en France, en Allemagne et aux États-Unis.

Avant son lancement, Google a tenu à expliquer comment va fonctionner son bloqueur intégré à Chrome. D'après, le géant de la publicité en ligne, les sites sont évalués en examinant un échantillon de pages. En fonction du nombre de violations des normes détectées, le site sera considéré comme acceptable (statut Passing), recevra un avertissement (statut Warning) ou sera classé comme étant non conforme (statut Failing). Le statut des sites pourra être consulté via l'API Ad Experience Report. Les propriétaires de sites pourront également voir des résultats plus détaillés, tels que les violations spécifiques des Better Ads Standards détectées, via Ad Experience Report dans la Search Console de Google. À partir du rapport, les propriétaires de sites pourront également demander que leur site soit réexaminé après avoir traité les expériences publicitaires non conformes.

Que voulez-vous dire ? Google va-t-il sacrifier une partie de l'une de ses principales sources de revenus pour préserver une bonne expérience utilisateur ? C'est ce que se sont surement demandé bien de personnes. Alors que le bloqueur de publicité intégré de Chrome est désormais opérationnel, on pourra mieux apprécier la manière dont il va affecter l'expérience en ligne.

Mais avant d'aller plus loin, précisons que c'est par abus de langage qu'on parle très souvent de bloqueur de publicités. La vérité est que Google a été bien clair sur ce point : ce n'est pas un bloqueur de publicités, mais plutôt un filtre de publicités, et cette précision n'est pas en vain. Cela en dit beaucoup sur ce qui devrait être son fonctionnement et quel est le positionnement de Google par rapport à l'industrie du blocage de publicités, et même par rapport à Apple avec sa fonctionnalité antitracking dans Safari.

« Bien que le résultat [du filtre] est que les utilisateurs de Chrome ne vont pas voir les annonces sur les sites qui enfreignent systématiquement les Better Ads Standards, notre objectif n'est pas de filtrer les annonces, mais d'améliorer l'expérience de tous les internautes », souligne Google. « À la date du 12 février, 42 % des sites qui ne respectaient pas les Better Ads Standards ont résolu leurs problèmes et sont en train de passer [le filtre]. C'est le résultat que nous espérions », affirme Google, et d'ajouter : son objectif est « que les sites prennent des mesures pour corriger eux-mêmes les expériences publicitaires intrusives et profitent à tous les utilisateurs du Web. Toutefois, si un site continue de gérer des annonces non conformes dans les 30 jours suivant la notification des violations, Chrome commencera à bloquer les annonces sur ce site. »

Cela dit, quel est donc l'impact du filtre de Google sur les annonces ? Pour ceux qui ne rejettent pas catégoriquement la publicité et qui sont donc prêts à l'accepter si elle est moins intrusive, au sens de la Coalition for Better Ads, la solution proposée par Google est tout à fait convenable. C'est également la solution idéale pour l'industrie de publicité en ligne. Mais pour ceux pour qui les annonces sont répulsives, il va falloir envisager une autre solution, parce qu'il semble que le filtre de Google laisse passer beaucoup de pub. C'est ce qu'indiquent en effet plusieurs rapports.

Interrogé par ses utilisateurs sur ce que serait le nouveau filtre d'annonces de Google Chrome avant son lancement, Eyeo, l'éditeur d'Adblock Plus, a décidé de mener ses propres investigations. Et qu'a-t-il donc découvert ? Rien de surprenant : Google ne va bloquer que les publicités qui ne répondent pas aux normes définies par la Coalition for Better Ads (CBA). Découvrons maintenant ce que cela veut dire, pour comprendre l'efficacité du bloqueur de Chrome.

Ce que révèle Eyeo c'est que sur 55 types de publicité en ligne sur desktop, la CBA (et donc Google) ne bannit que 9, là où le comité d'experts indépendants, Acceptable Ads Committee, rejette jusqu'à 51 types d'annonces. Rappelons que ce sont les critères de l'Acceptable Ads Committee qui sont observés par Adblock Plus pour bloquer les annonces. Eyeo souligne que certaines publicités, comme les vidéos qui se lancent automatiquement, sont acceptées par la CBA (tant qu'elles ne jouent pas automatiquement le son), alors qu'elles sont rejetées d'office par l'Acceptable Ads Committee. En ne bannissant que neuf types d'annonces sur desktop, d'après Eyeo, Google se retrouve à ne bloquer que 16 % des annonces, alors qu'Adblock Plus se vante d'en bloquer jusqu'à 93 %.


Partant de ce constat, pour Adblock Plus, l'outil de Google ne mérite même pas le titre de filtre d'annonces. Mais, là encore, il semble qu'Eyeo a été trop optimiste en ce qui concerne son efficacité. Dans une exclusivité accordée au quotidien américain Axios la semaine dernière, Google a révélé que seulement environ 1 % des éditeurs ne respectent pas les normes de publicités définies par la Coaltion for Better Ads ; ce qui signifie que la grande majorité des éditeurs Web ne seront pas affectés par le « bloqueur de publicité » intégré à Chrome. Google aurait en effet examiné plus de 100 000 sites Web en Amérique du Nord et en Europe depuis juin. Et sur les plus de 100 000 sites examinés, seulement 0,5 % ont reçu le statut « Warning ». Il n'y a eu également que 0,9 % parmi ces sites qui ont reçu le statut « Failing » qui indique qu'ils seraient bloqués. Google a également affirmé que 37 % des sites trouvés en violation des Better Ads Standards avaient déjà corrigé leurs problèmes de publicité ; un taux qui est passé à 42 % à la date du 12 février comme l'a dit Google précédemment.

Le géant de la publicité en ligne a en outre donné quelques précisions concernant son filtre. Il explique par exemple que les éditeurs ne seront pas punis juste pour une mauvaise annonce. Mais ils auront un seuil de non-conformité de 7,5 % à ne pas dépasser au risque de voir les annonces bloquées sur leurs sites pour les utilisateurs de Chrome. Ce seuil devrait passer à 2,5 % à mesure que les éditeurs travaillent pour se conformer aux normes. Google précise encore, entre autres, que les autopromotions (annonces faisant la promotion de votre propre application) ne sont pas prises en compte par le filtre de Google. Avec Axios également, Google a été clair sur son positionnement : « Notre objectif est de ne filtrer personne, notre objectif est de nous débarrasser des expériences publicitaires agaçantes pour améliorer Internet. »

Sources : Blog Google, Axios, Adblock Plus

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Avez-vous espéré que le bloqueur d'annonces de Chrome soit plus efficace que la manière dont il est décrit ici ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil