Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

USA : les entreprises de la tech désapprouvent le réseau social Gab
Après une fusillade menée par un utilisateur antisémite dans une synagogue

Le , par Michael Guilloux

283PARTAGES

17  0 
Samedi dernier, un homme armé a pris d'assaut une synagogue de Pittsburgh, en Pennsylvanie, a tué 11 fidèles et blessé six autres personnes, dont quatre policiers, avant d'être arrêté par la police. Le suspect, âgé de 46 ans et répondant au nom de Robert Bowers, est entré dans la synagogue en criant que « tous les juifs doivent mourir » ; un sentiment qu'il aurait nourri et exprimé sur les réseaux sociaux sans être interpellé.

Bowers avait en effet publié de nombreux messages antisémites en ligne. Dans l'un de ses posts, il a même critiqué le président américain Donald Trump pour ne rien avoir fait pour empêcher une « infestation » des États-Unis par des Juifs. Dans un message publié samedi matin sur les médias sociaux, Robert Bowers a également déclaré qu'une organisation de réfugiés juifs, la Hebrew Immigrant Aid Society, « aime faire venir des envahisseurs pour tuer [son] peuple. Je ne peux pas rester là et regarder mon peuple se faire massacrer », disait-il en lançant des menaces qui laissaient présager qu'il allait faire quelque chose.

Le message a été publié sur Gab, un service de réseau social basé à Philadelphie, en Pennsylvanie, créé comme alternative à Twitter. Gab a été lancé il y a deux ans par l'entrepreneur technologique Andrew Torba, qui était frustré par ce qu'il percevait comme un parti pris contre les points de vue conservateurs sur les réseaux sociaux californiens tels que Facebook et Twitter. Le site a rapidement attiré des personnalités de droite controversées, notamment Richard Spencer et Alex Jones, qui avaient été suspendus ou bannis d'autres réseaux sociaux. Robert Bowers, à l'origine de la fusillade dans la synagogue Tree of Life à Pittsburgh samedi, faisait partie des centaines de milliers d'utilisateurs de Gab. Et sur le réseau social, son profil présentait des images d'armes à feu et de l'iconographie de la suprématie blanche.

Après la fusillade et les révélations sur le suspect, les entreprises de la tech ont commencé l'une après l'autre à suspendre leurs services pour le réseau social. Il s'agit notamment de l'entreprise de gestion de noms de domaine GoDaddy, des sociétés de paiements en ligne PayPal, et de la société d’hébergement cloud Joyent.

Elles ont déclaré qu’elles empêcheraient Gab d’utiliser leurs services, citant des violations de leurs conditions de service, qui ne permettent pas le discours de haine, alors que le réseau social parle plutôt de liberté d'expression. Cela va donc probablement relancer le débat sur les limites de la liberté d'expression en ligne et sur le potentiel des réseaux sociaux à radicaliser les utilisateurs. Gab est accusé de ne pas avoir fait assez pour empêcher la liberté d'expression de basculer vers les discours de haine sur son site.

Dans une déclaration, Gab a déclaré qu’il avait immédiatement suspendu le compte de M. Bowers et coopéré avec les autorités. Le réseau social réfute toutefois le fait qu'il serait responsable d'avoir créé un environnement attrayant pour la droite alternative américaine, une partie de l'extrême droite américaine qui rejette le conservatisme classique, et qui milite en faveur de la défense des Blancs, aussi bien que du sexisme, de l'antisémitisme, du conspirationnisme, de l'opposition à l'immigration et à l'intégration des immigrés. Dans un tweet annonçant sa suspension par Joyent, Gab réitère son engagement envers ce qu'il considère comme la liberté d'expression : « Nous n'abandonnerons jamais la défense de la liberté d'expression pour tous », affirme le réseau social.


Gab a qualifié ces mouvements de « collusion directe entre les géants de la technologie » et lui. Mais ce n'est pas maintenant que cela se produit. D'autres géants de la tech l'avaient déjà désavoué. Apple a par exemple refusé d'héberger l'application du site sur son App Store. En août 2017, Google l'a également retirée du Google Play store pour violation de la politique de l'entreprise en matière de discours de haine. Après avoir menacé de cesser d'héberger Gab s'il ne supprimait pas des messages antisémites publiés sur le site en juillet, Microsoft a aussi mis fin à son contrat Azure avec le réseau social le mois dernier.

Sources : Reuters, Financial Times (Paywall)

Et vous ?

Que pensez-vous des mesures prises les entreprises de la tech contre Gab ?
Quelles sont selon vous les limites de la liberté d'expression en ligne ?
La liberté d'expression autorise-t-elle les discours de haine ?
Les réseaux sociaux doivent-ils être tenus pour responsables des actes de leurs utilisateurs ?

Voir aussi :

Un gamer vaincu déclenche une fusillade lors d'un tournoi, laisse des personnes sur le carreau et relance le débat sur la dangerosité des jeux vidéo
Donald Trump souhaite rencontrer l'industrie du jeu vidéo à la Maison-Blanche, après la fusillade survenue dans un lycée en Floride
USA : La police a identifié une femme comme étant à l'origine de la fusillade au siège de YouTube, frustrée par les nouvelles règles de la plateforme
Après Apple, Google supprime à son tour l'application Gab de son Play Store, pour avoir violé sa politique relative aux discours haineux
Les algorithmes de Facebook identifient la Déclaration américaine d'indépendance comme un discours haineux et suppriment une publication
L'UE félicite Facebook, Twitter et YouTube pour avoir supprimé 70 % des contenus haineux signalés, mais demande encore plus d'efforts

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de 23JFK
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 31/10/2018 à 22:53
Ils ne veulent pas voir qu'il y a une grosse poussée mondiale en faveur de l'extrême-droite. Interdire, censurer la parole des gens ("qui ne pensent pas comme il faut" ne fait que conforter ces derniers dans la conviction que seuls les actes violent comptent. Ces cons de bien-pensants sont entièrement responsables de la volée de bois vert qu'ils se prennent d'élections en élections, de la violence qui cesse d'être verbale. Non, les gens de bases ne veulent pas se mélanger, le multiculturalisme c'est nul, toutes les civilisations ne se valent pas ; ce n'est ni aux gouvernements, ni aux sociétés privées de l’information, ni aux minorités à grande gueule de décréter ce qui est socialement acceptable. La normalité, c'est la loi du nombre ; la loi du nombre, c'est la démocratie ; user de sa position dans la société pour contraindre les masses à faire ce qu'elles ne veulent pas : c'est être un dictateur.
5  0 
Avatar de Buffet_froid
Inactif https://www.developpez.com
Le 02/11/2018 à 18:08
Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
La normalité, c'est la loi du nombre ; la loi du nombre, c'est la démocratie ; user de sa position dans la société pour contraindre les masses à faire ce qu'elles ne veulent pas : c'est être un dictateur.
Je mettrais un gros bémol à cette affirmation, car selon la loi du nombre, Patrick Bruel est un grand musicien et Hanouna un formidable boute-en-train.
J'ajouterais que la loi du nombre peut conduire à l'élection, qui consiste à faire le jeu de la séduction sur la compétence (démocratie représentative vs aristocratie).
Parenthèse fermée.
3  0 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/11/2018 à 15:09
Bon je vais me prendre une rafale de rouge, mais j'assume :

Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
Ils ne veulent pas voir qu'il y a une grosse poussée mondiale en faveur de l'extrême-droite. Interdire, censurer la parole des gens ("qui ne pensent pas comme il faut" ne fait que conforter ces derniers dans la conviction que seuls les actes violent comptent. Ces cons de bien-pensants sont entièrement responsables de la volée de bois vert qu'ils se prennent d'élections en élections, de la violence qui cesse d'être verbale. Non, les gens de bases ne veulent pas se mélanger, le multiculturalisme c'est nul, toutes les civilisations ne se valent pas ; ce n'est ni aux gouvernements, ni aux sociétés privées de l’information, ni aux minorités à grande gueule de décréter ce qui est socialement acceptable. La normalité, c'est la loi du nombre ; la loi du nombre, c'est la démocratie ; user de sa position dans la société pour contraindre les masses à faire ce qu'elles ne veulent pas : c'est être un dictateur.
Comme d'habitude, vous mélangez un peu tout concernant la liberté d'expression, ce qui est censuré car interdit par la loi, ce sont les appels à la haine, pas tout discours hors doxa. Si vous n'aimez pas les étrangers, c'est votre droit, et vous pouvez le dire, vous ne serez pas "censuré", par contre si vous commencez à dire qu'il faut tuer ou bastonner les étrangers pour les jeter dehors, la y'a des chances que vous le soyez.

Tu peux penser à contre courant, ou à voir un discours différent de la majorité, ce n'est pas ce qui manque sur les réseaux sociaux, sans forcément appeler au meurtre de telle ou telle personne ou communauté hein... Je vous accorde que dans les grands médias nationaux, c'est de plus en plus difficile, mais pas sur les réseaux sociaux.

Au final ces entreprises privées n'imposent rien, elles ne font qu'appliquer la loi, donc le problème ne se situe qu'essentiellement au niveau des gouvernements, pas des entreprises privées.

Et bizarrement, 95% du temps, ceux qui se plaignent du manque de liberté d'expression sont des haineux qui ne propagent que des attaques envers des groupes précis, sans aucun argument concernant le fond... (et accessoirement, vous n'êtes pas majoritaires loin de là.)

Enfin bon, si un jour le "mâle blanc" devient le groupe minoritaire, on verra bien si vous n'êtes pas content que les gouvernements empêchent les "dominants" d'organiser des mises à mort à vôtre encontre sur Facebook ou autre. Je ne suis pas certains que vous auriez le même discours si vous étiez la cible de ces appels à la haine ? Il ne faut pas oublier que cette "censure" fonctionne dans les deux sens.

Et puis buffet_froid n'a pas tord sur un point, la majorité n'a pas toujours raison, surtout quand elle est de moins en moins éduquée / informée correctement, cela devient juste une masse de moutons à qui l'ont fait penser ce que l'on veut, mais ça s'est pareil, suivant si la majorité pensent comme vous ou pas, un coup elle a raison, et un coup elle se trompe, ce qui montre un manque flagrant d'honnêteté. Soit on suit la majorité dans tous les cas (qu'elle soit d'accord avec vous ou pas), soit on ne la suit pas, mais ce n'est pas un coup oui et un coup non, suivant si elle va dans votre sens ou non.

Signé "un con".
4  1 
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 31/10/2018 à 23:15
Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
La normalité, c'est la loi du nombre ; la loi du nombre, c'est la démocratie ; user de sa position dans la société pour contraindre les masses à faire ce qu'elles ne veulent pas : c'est être un dictateur.
Et si tu mélanges les deux, ça donne ça :
La loi du nombre, c'est la dictature de la démocratie,
2  0 
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 31/10/2018 à 23:53
Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
Peut-être, mais une dictature où tout le monde va dans le même sens, n'a pas de raison d'être violente.
Certes, mais là tu nages en pleine utopie.

Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
Delà la démocratie, la moins violente des dictatures qui peut même laisser des minorités faire leurs petits trucs communautaires pourvu que cela n'ait pas vocation à devenir obligatoire pour la majorité qui s'en bat les noix quand elle est amenée à partager son espace avec ces voisins bizarres.
Ben, je m'en bats pas tant que ça, quand on voit comment certains me (nous) crachent à la gueule



c0ns et fiers de l'être... Source

Ta théorie ne peut fonctionner qu'entre gens civilisés et respectueux d'autrui. Ceux qui ne pensent qu'à leur gueule ne rentreront jamais dans le schéma.
Quoique, on pourrait les envoyer coloniser Mars, ça nous ferait des vacances ici.
2  0 
Avatar de Buffet_froid
Inactif https://www.developpez.com
Le 31/10/2018 à 16:10
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Que pensez-vous des mesures prises les entreprises de la tech contre Gab ?
Qui bono ?
Une fusillade sur une synagogue, c'est victimiser les juifs, diaboliser "l'extrême-droite", c'est-à-dire tout ce qui est politiquement incorrect, et on le voit, contribuer à la répression des opinions.
L'auteur de cette fusillade est donc soit un sombre crétin, soit un paumé manipulé par d'autres qui ont intérêt à ce que se produisent les conséquences précitées.

Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Quelles sont selon vous les limites de la liberté d'expression en ligne ?
Les limites fixées par la loi (diffamation, insultes, menaces, pornographie...).
Ensuite les gens doivent se comporter en grandes personnes et être conscients de l'impact de leur expression sur leur public.

Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
La liberté d'expression autorise-t-elle les discours de haine ?
Oui.

Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Les réseaux sociaux doivent-ils être tenus pour responsables des actes de leurs utilisateurs ?
Non.
4  3 
Avatar de 23JFK
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 31/10/2018 à 23:33
Citation Envoyé par Jipété Voir le message
Et si tu mélanges les deux, ça donne ça :
La loi du nombre, c'est la dictature de la démocratie,
Peut-être, mais une dictature où tout le monde va dans le même sens, n'a pas de raison d'être violente. Delà la démocratie, la moins violente des dictatures qui peut même laisser des minorités faire leurs petits trucs communautaires pourvu que cela n'ait pas vocation à devenir obligatoire pour la majorité qui s'en bat les noix quand elle est amenée à partager son espace avec ces voisins bizarres.
1  0 
Avatar de Buffet_froid
Inactif https://www.developpez.com
Le 05/11/2018 à 22:04
Citation Envoyé par Grogro Voir le message
Donc tout événement arrive nécessairement parce qu'un grand ordonnateur l'a décidé ?
Vous n'avez retenu qu'une moitié de ma phrase, il s'agit d'un biais semi-sélectif de votre part.
1  0 
Avatar de Cassoulatine
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 31/10/2018 à 16:55
A chaque fois qu'on a un attentat islamiste ou gauchiste (ie 99% des attentats), il n'y a aucune remise en cause des réseaux qui les héberge, et de leur fréquentations ...

Dingue ça c'est comme si ça marchait que dans un sens.

Au fait le criminel était anti-Trump et supportait un candidat Démocrate. Dommage bien essayé de remettre ça sur la droite, mais encore raté.
4  4 
Avatar de jvallois
Membre actif https://www.developpez.com
Le 31/10/2018 à 20:29
Citation Envoyé par Cassoulatine Voir le message
Au fait le criminel était anti-Trump et supportait un candidat Démocrate. Dommage bien essayé de remettre ça sur la droite, mais encore raté.
C'est tout de même curieux un anti-trump qui recouvre son véhicule de posters de Trump, non ?
0  0