Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Chine veut obliger les fournisseurs de services d'information basés sur la blockchain
à identifier leurs utilisateurs et à soutenir la censure

Le , par Christian Olivier

240PARTAGES

13  0 
Dans un monde qui parait de plus en plus dépendant des médias sociaux, un monde où le suivi des activités des internautes et la collecte des données sur Internet semblent être devenus la norme, la technologie de la blockchain semble s’afficher comme l’un des derniers remparts pour la protection de la vie privée, de la liberté d’expression et la sécurisation des échanges.

La technologie de la blockchain est surtout connue à cause du fait qu’elle régit le fonctionnement des monnaies cryptographiques. Elle permet non seulement de valider en toute sécurité et de manière transparente des transactions financières et dans certains cas, tous les types de documents qui ont besoin d’être authentifiés et protégés de toute altération tout en préservant l’anonymat des acteurs.


Les plateformes en ligne de type réseau social dont le fonctionnement est basé sur des technologies liées à la blockchain permettent généralement à leurs utilisateurs de publier des messages tout en préservant leur anonymat, sans qu’une entité centralisée ne contrôle leurs données. Signalons au passage qu’une version de Reddit en chinois basée sur la blockchain est en cours d’expérimentation, mais sur invitation uniquement.

Le CAC (Cyberspace Administration of China), une organisation de régulation d’Internet chinoise, a récemment publié un projet de loi visant à mieux encadrer l’exploitation locale des technologies liées à la blockchain (ou chaine de blocs en français) qui est censée favoriser l’anonymat. Ce projet de loi fait actuellement l’objet d’une consultation publique jusqu’au 2 novembre.

En vertu des nouvelles règles proposées, les entreprises et entités opérant en Chine qui fournissent des services d’information basés sur la blockchain pourraient bientôt être amenées à demander aux utilisateurs d’enregistrer obligatoirement leurs vrais noms et numéros de carte d’identité nationale, à censurer les contenus susceptibles de constituer une menace pour la sécurité nationale et stocker les données des utilisateurs.

Cette initiative de Pékin intervient alors que des internautes chinois sont de plus en plus nombreux à tenter de contourner la censure locale sur Internet en diffusant et dissimulant leurs messages dans des transactions financières exploitant des technologies liées à la blockchain.

En chine, la première tentative visant à contourner la censure numérique en utilisant la blockchain a débuté il y a quelques mois. Des étudiants chinois qui voyaient leurs publications systématiquement censurées par le gouvernement sur les réseaux sociaux, alors qu’ils essayaient d’alerter l’opinion sur l’ampleur des harcèlements sexuels supposés qui étaient perpétrés au sein de leur université, ont eu l’idée d’intégrer ces messages dans une transaction financière basée sur la crytomonnaie Ethereum. Une autre tentative de grande ampleur avait permis aux internautes de dénoncer le scandale des vaccins de mauvaise qualité destinés aux enfants en bas âge vendus par l'entreprise Changsheng Biotechnology.


Grâce à ce camouflage, ils ont réussi à contourner la censure locale et à faire entendre leur voix, car il suffit de connaitre l’adresse de l’émetteur ou du destinataire d’une transaction opérée sur Ethereum ou simplement le numéro de cette transaction pour lire sur le moteur de recherche etherscan.io les détails de celle-ci, y compris le message qui peut y être joint ou volontairement dissimulé.

Le problème avec cette nouvelle proposition de loi, c’est qu’elle ne tient pas compte du fait que la blockchain est une technologie dans laquelle les données ne sont ni modifiables ni effaçables, au grand dam de Pékin.

En septembre dernier, la banque centrale chinoise a publié un document interdisant le commerce de monnaie cryptographique et les activités de collecte de fonds à grande échelle impliquant des jetons numériques. Un nouveau règlement publié au début du mois donne aux autorités de régulation chinoise le pouvoir de pénétrer dans les locaux de toutes les entreprises qui fournissent des services Internet et d’inspecter et de copier les données relatives à la cybersécurité.

Source : SCMP

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

La blockchain : une révolution technologique selon le Président chinois Xi Jinping, Pékin veut utiliser la technologie comme moteur de développement
L'ordre de fermeture des plateformes d'échange de bitcoins confirmée en Chine : début de l'éclatement de la bulle ou opportunité d'achat ?
La Chine veut se débarrasser des activités liées au minage des cryptomonnaies trop énergivores et dangereuses pour son économie à son goût
Monnaie électronique : la Chine rend les levées de fonds de type ICO illégales et invite ceux qui en ont profité à procéder à des remboursements

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !