Le « Cobot », un robot qui assiste l'homme dans son travail, est de plus en plus adopté par les industriels,
Les emplois ne sont-ils pas menacés ?

Le , par Bill Fassinou, Chroniqueur Actualités
Le mot « Cobot » est une contraction de l'expression « collaborative robot » utilisée pour désigner les robots qui assistent les travailleurs dans les tâches pour la plupart répétitives et bien souvent pénibles. Conçus pour augmenter le rendement des travailleurs, ils facilitent l'interaction avec les gens, sont faciles à programmer, peu coûteux à installer, et susceptibles de rendre plus compétitives les petites et moyennes entreprises industrielles. Bien que ce soit de nos jours que le marché des cobots connaît une expansion, on retrace leur existence à plus de 20 ans en arrière.

Ils ont vu le jour dans un laboratoire d'ingénierie de la NORTHWESTERN University à Evanston dans l'Illinois. Ses concepteurs, les professeurs Michael Peshkin et Ed Colgate en génie mécanique ont collaboré avec General Motors pour concevoir des robots destinés à aider les employés du constructeur automobile dans l'assemblage et ont fondé en 1996 Cobotics. Cobotics après sa vente à Stanley Assembly Technologies a été reconfiguré par ses nouveaux propriétaires qui désiraient se lancer dans les machines autonomes.


Selon les dires du docteur Peshkin, les nouveaux cobots sont loin de l'idée de base qui était de juste combiner les capacités supérieures des robots dans certains domaines et l'habileté humaine à s'adapter aux changements imprévus. Ils sont désormais conçus de plus en plus dans un design suggérant une collaboration amicale plutôt que dans un design de simple collaboration Homme-Robot. Les avis restent encore partagés sur ce qui importe le plus chez un cobot. Il faut quand même préciser qu'une définition officielle du terme n'existe pas encore et que la Fédération Internationale de Robotique travaille toujours dessus.

Les cobots qui représentent aujourd'hui 3 % des ventes mondiales dans le domaine de la robotique connaissent une rapide expansion.C'est de plus en plus populaire auprès des entreprises industrielles souhaitant booster leur productivité. Brian Pelke, le président de KAY Manufacturing déclare que les robots ont permis à sa société de 72 ans de grandir, de passer de 40 employés à 180 employés dans deux entreprises industrielles différentes. Il espère que ses nouveaux cobots vont le rendre encore plus compétitif et ajoute : « si nous n'avions pas les robots il n'y aurait pas d'emplois ; ils nous aident vraiment dans un environnement qui est très agressif ».

Il n'est pas le seul qui ne tarit pas d'éloge sur les cobots. Les représentants des travailleurs des entreprises industrielles sont également très enthousiastes à ce sujet. Brad Markel, le directeur exécutif d'Industrial Union Council for AFL-CIO déclare que « c'est une opportunité de pointe d'avoir les humains et les robots qui travaillent au même endroit ». Pour les travailleurs de ces entreprises industrielles c'est un soulagement que d'avoir des machines qui les aident à rendre leur « travail plus facile » comme le déclare Young, un employé de KAY.


Pour Jurgen von Hollen, le président d'Universal Robots basé au Danemark, cette technologie est ce qui va rendre les petites entreprises industrielles plus compétitives et les aider à satisfaire une demande grandissante. Ces cobots vont même favoriser les recrutements car ils vont créer un besoin en personnel de maintenance et autre personnel super qualifié. Néanmoins, toutes ces possibilités n'empêchent pas la question sensible de l'emploi d'être soulevée. Bien que les industriels disent que ces machines ne sont là que pour assister et non pour remplacer, un risque se profile sur le long terme.

C'est ce que souligne Darrell West, le fondateur du Centre d'Innovation Technologique de l'Institution Brookings lorsqu'il dit « je ne pense pas qu'ils représentent une menace pour les humains. Mais les prix baissent et ces cobots deviennent de plus en plus sophistiqués, donc sur le long terme cela pourrait arriver ». Les cobots risquent de s'approprier tous les travaux manuels. Si pour les concepteurs des cobots, c'est une bonne chose une difficulté risque d'en résulter. En effet les cobots vont permettre aux travailleurs de plus se consacrer à des tâches de conception que d'exécution, d'utiliser plus leur cerveau que leurs mains, ce qui devrait avantager les entreprises.

Le revers de la médaille c'est que ces travailleurs, pour conserver leurs emplois seront dans l'obligation de se former constamment afin d'acquérir des compétences de plus en plus élevées. Le défi sera selon Darrell West de trouver un équilibre entre les postes disponibles et ce que les employés peuvent ou veulent faire. Il faudra donc recourir à des programmes de formations continues qui seront sans cesse mise à jour. Le but est de réussir une transition vers de nouveaux emplois de façon à éviter le chômage de masse ou des emplois mal payés ou dégradants. Comme le dit Markell de l'AFL-CIO « la clé est de faire en sorte que tous les emplois soient décents ».


Les internautes quant à eux pensent que c'est bien rassurant pour les travailleurs de dire que les robots ne prendront pas leurs emplois, cependant ils pensent que la formation continue ne règle en aucun cas le problème de perte d'emploi potentielle à long terme. Pour eux, une fois qu'une entreprise sait ce dont elle a besoin pour automatiser les processus, tout ce dont elle a besoin en plus, c'est l'IA et « à dieu » les emplois.

Pourtant, dans un rapport publié le 17 septembre de cette année, le World Economic Forum (WEF), une fondation suisse à but non lucratif, a établi une estimation selon laquelle la robotique et l’intelligence artificielle généreraient 58 millions d’emplois de plus qu’elles n’en coûteront au cours des cinq prochaines années. Ainsi, selon le rapport « The Future of Jobs 2018 », d’ici 2022, les technologies d’automatisation et d’intelligence artificielle pourraient entraîner la suppression de 75 millions d’emplois.

Pendant ce temps, elles pourraient potentiellement en créer 133 millions. Le rapport précise cependant que la qualité, l’emplacement et le format de ces nouveaux emplois pourraient subir de grosses modifications, suggérant ainsi que l’offre d’emploi permanent à temps plein pourrait éventuellement diminuer. Certaines entreprises pourraient opter pour les travailleurs temporaires, les travailleurs indépendants ou encore les entrepreneurs spécialisés, tandis que d’autres pourraient opter pour l’automatisation tous azimuts des tâches.

Source : Phys.org

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
La robotique et l'IA seront-elles en fin de compte une menace pour les emplois dans les entreprises ? Quelles en sont vos raisons ?

Voir aussi

L'IA et la robotique vont générer près de 60 millions d'emplois de plus qu'elles en détruiront d'ici 2022, selon un rapport du World Economic Forum

Les robots ne représenteraient pas une si grande menace pour l'emploi et c'est surtout le cas en Afrique selon un journaliste

Une banque suédoise ayant opté pour l'automatisation poussée réalise des bénéfices record, le secteur bancaire prochain eldorado de l'automatisation ?

McKinsey rapporte que l'automatisation supprimera 400 à 800 millions d'emplois d'ici 2030 et 375 millions de travailleurs devront se reconvertir

Une étude révèle que l'automatisation pourrait détruire plus de 2 millions d'emplois en France mais va-t-elle en créer beaucoup plus ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de ShigruM ShigruM - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 20/10/2018 à 8:54
On a 2 news par mois la dessus sur l'avenir des emploies et de la révolution robotique.
Mais au final je ne vois que des "experts"/institues sondages déballé leurs boule de crystal mais en réalité ils n'en savent rien.
c'est le genre de sujet qui tourne en rond et n'avance pas ou l'on a a chaque fois les mêmes arguments pour et contre sans évolution.

Pour moi c'est simple, qui vivra verra...voila
(même si a titre personnel je ne pense pas que les robots sont une menace pour l'emploie, étant donné que je travaille déjà avec des robots j'ai une expérience très positive la dessus)

le seul chose dont je suis sur et que je peut affirmer, c'est que tous le monde se trompe, personne ne peut prédire a quoi le monde vas ressembler dans 20ans.
Dans les années 80 on prédisait bien la voiture volante pour l'an 2000 mais a la place on a des ordinateurs dans nos poche, des cœurs artificiels et la découverte de Toumaï.

Que se soit l'invention de la roue qui a conduit à l'mepoire Riomain ou la machine a vapeur à la colonisation anglaise de la planete, ou aujourd'hui du combo internet + IA + Robot ?
je l'ignore mais cela vas conduire manifestement vers une grosse évolution de l’espèce qui nous ammenra à un nouvel age d'or ou des ténèbres, mais nous n'en savons rien.
Avatar de gilles_22 gilles_22 - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 20/10/2018 à 9:47
La question de la société que l'on veut, c'est une vraie question.
En regardant un peu plus loin(qques ans) il est clair qu'une partie de la population sera obligé de monter en compétence tandis qu'une autre partie de la population verra le monde du travail se rétrécir ou être sans emplois
un exemple simple: celui de chauffeur routier alors que les véhicules dans quelques années se conduiront tout seul oui il faudra les emplois en plus pour maintenir les nouveaux véhicules /camions mais faudra t-il autant d'emploi pour maintenir les camions que de chauffeur ?
Intuitivement on sent bien le problème, merci à cet article de ne pas tomber dans la technophilie aveugle
Avatar de ShigruM ShigruM - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 20/10/2018 à 12:56
Citation Envoyé par gilles_22 Voir le message
La question de la société que l'on veut, c'est une vraie question.
En regardant un peu plus loin(qques ans) il est clair qu'une partie de la population sera obligé de monter en compétence tandis qu'une autre partie de la population verra le monde du travail se rétrécir ou être sans emplois
un exemple simple: celui de chauffeur routier alors que les véhicules dans quelques années se conduiront tout seul oui il faudra les emplois en plus pour maintenir les nouveaux véhicules /camions mais faudra t-il autant d'emploi pour maintenir les camions que de chauffeur ?
Intuitivement on sent bien le problème, merci à cet article de ne pas tomber dans la technophilie aveugle
sauf si l'autonomisation des moyens de transports permet de réduire les coûts et permet d'augmenter les échanges, donc plus de camion, donc besoin de plus de type pour les réparer/maintenir et les construire.
et l'autonomisation peut en plus créer de nouveaux services, donc de nouvelles entreprises...donc des emploies.
Avatar de Galet Galet - Membre régulier https://www.developpez.com
le 20/10/2018 à 15:03
L'évolution des technologies n'est pas suffisante s'adapter à notre société. D'autres questions, primordiales, doivent trouver une réponse :
- Quelle sera la place de l'Homme dans notre société ? Le danger est que l'Homme soit, un jour, au service d'une technologie qu'il ne maîtrise plus...
- A qui profitera cette évolution ? Si quelques Hommes s'enrichissent pour que des milliers soient au chômage...
- Après l'assistance "musculaire", l'AI souhaite seconder (remplacer, dépasser ?) celle de l'Homme . Où sont les limites, et qui les fixent ?
- Alors que nous devons reconnaître notre surconsommation d'énergie, pourquoi perdurer dans la recherche de l'optimisation de la production de biens ?

Toutes ces questions devront trouver réponse. Espérons que la société civile saura imposer ses souhaits face aux quelques industriels qui, de plus en plus, nous impose leurs choix (pour leur profit) et prétendent que c'est pour notre bien...

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil