Sony s'intéresse à l'utilisation de la blockchain dans les DRM
Et annonce le développement d'une plateforme de gestion des droits numériques

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. C’est une base de données sécurisée et distribuée : elle est partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire, ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne. La technologie fait de plus en plus parler d'elle, et son usage ne se limite plus seulement aux crypto-monnaies. De grandes entreprises y font, en effet, appel pour résoudre certaines de leurs problématiques en matière de traçabilité. L’un des cas les plus récents se trouve chez Sony.

Sony a annoncé le développement d'une plateforme de gestion des droits numériques (DRM) basée sur la blockchain. La société basée à Tokyo, Minato, a déclaré lundi que la solution DRM serait axée sur la protection du contenu numérique, y compris les manuels électroniques, la musique, les films, le contenu de réalité virtuelle et les livres électroniques.

Alors que la solution basée sur la blockchain est conçue pour l'industrie de l'éducation (sous l'égide de Sony, Sony Music Entertainment Japan et Sony Global Education), le japonais affirme que le système pourrait avoir "des utilisations possibles dans de nombreux domaines des champs."

Dans un communiqué de presse, Sony a avancé que :

« Les blockchains créent des réseaux où les programmes et les informations sont difficiles à détruire ou à falsifier et sont bien adaptés au transfert libre de données et de droits. Ces caractéristiques offrent aux blockchains de nombreuses utilisations potentielles dans toute une gamme de services, notamment la finance, la gestion de la distribution des marchandises et l’économie de partage. Les blockchains devraient offrir des services encore plus innovants à l’avenir. À l'heure actuelle, ils sont également utilisés dans les transactions de réseaux P2P publics, impliquant principalement des crypto-monnaies telles que Bitcoin.

« Aujourd'hui, les avancées technologiques en matière de création de contenu numérique permettent à quiconque de diffuser et de partager du contenu, mais la gestion des droits sur ce contenu est toujours effectuée de manière conventionnelle par les organisations du secteur ou par les créateurs eux-mêmes, ce qui nécessite un moyen plus efficace de gérer et de démontrer la propriété du droit d'auteur. informations connexes pour les travaux écrits. Ce système récemment développé est spécialisé dans la gestion des informations relatives aux droits des œuvres écrites, avec des fonctions permettant de démontrer la date et l'heure de création des données électroniques, exploitant les propriétés des blockchain pour enregistrer des informations vérifiables de manière difficile à falsifier, et identifier précédemment œuvres enregistrées, permettant aux participants de partager et de vérifier quand et par qui une donnée électronique a été créée. En plus de la création de données électroniques, le démarrage de ce système vérifiera automatiquement la génération de droits d'une œuvre écrite, qui s'est révélée traditionnellement difficile. En outre, le système se prête à la gestion des droits de divers types de contenus numériques, notamment les manuels électroniques et autres contenus éducatifs, la musique, les films, les contenus de réalité virtuelle et les livres électroniques. En tant que tel, Sony envisage des utilisations possibles dans un large éventail de domaines.


« Sony Global Education poursuit continuellement le développement technologique et le prototypage en vue de l’utilisation de la technologie de la blockchain dans le domaine de l’éducation. Ce système récemment mis au point peut être utilisé pour gérer du matériel pédagogique et d’autres formes de contenu utilisés dans le domaine de l’éducation. Sony Global Education envisage actuellement la possibilité de le commercialiser en tant que service ».

En somme, Sony espère appliquer la blockchain aux solutions DRM existantes de l'entreprise développées pour gérer l'authentification, le partage et les droits des données éducatives. Le nouveau système, basé sur la blockchain, mettra l'accent sur les éléments de gestion de la propriété intellectuelle, de la protection de la propriété intellectuelle et du matériel protégé par le droit d'auteur. Étant donné que les informations qui circulent dans une blockchain sont horodatées, cela permet de déterminer le moment où les données ont été créées et de vérifier leur authenticité - ainsi que le nom du propriétaire final de ces informations.

Le système en est actuellement au stade du prototype, mais en cas de succès, Sony a l'intention de commercialiser la plateforme et de permettre son utilisation par d'autres détenteurs de droits de propriété intellectuelle.

La blockchain gagne en popularité

L’application de la blockchain semble gagner peu à peu diverses industries. Nous pouvons rappeler par exemple que le mois dernier, A-Cubed d’Airbus a lancé un projet de blockchain public à code source ouvert destiné aux organisations caritatives et aux organisations à but non lucratif qui souhaitent exploiter les crypto-monnaies et les contrats intelligents.

Cependant, au-delà de ses grandes potentialités, la blockchain s’annonce, pour l’instant comme une promesse, c’est, du moins, ce qu’a laissé penser un rapport d’enquête de Gartner à ce propos en mai 2018. En effet, sur l’échantillon ciblé par l’enquête, 1 % seulement des directions des systèmes d’information (DSI) dans le monde ont adopté la blockchain dans leur organisation, 8 % sont en étude et expérimentation de la nouvelle technologie et pensent à l’adoption à court terme. Par contre, 77 % de l’échantillon affirment ne pas s’intéresser à la technologie et qu’il n’y a aucune perspective de son adoption.


Adoption de la blockchain dans le monde

Par ailleurs, selon le vice-président de Gartner, David Furlonger, il est très important pour les entreprises de prendre du temps pour appréhender complètement ce qu’est la technologie blockchain, connaître ses possibilités et son impact sur leur organisation avant de procéder à son déploiement. En effet, l’adoption de la technologie implique l’acceptation du changement structurel dans l’organisation avec l’abandon de certains systèmes de fonctionnement centralisés, la blockchain étant un système à fonctionnement horizontal.

En outre, parmi les DSI qui comptent déployer la blockchain à court terme, les avis divergent :
  • 23 % des DSI trouvent que c’est une technologie qui exige de nouvelles compétences sur toute la chaîne de déploiement ;
  • 18 % disent que les compétences, dans le domaine, ne sont pas encore accessibles ;
  • 14 % soutiennent que la technologie introduit nécessairement le plus grand changement culturel du département informatique ;
  • 13 % estiment, plutôt, que c’est la structure du département informatique qui devait changer afin de mettre en œuvre la blockchain.

Source : Sony

Voir aussi :

IBM met à la disposition des développeurs des modèles de codes open source, pour les aider à développer des systèmes d'IA, blockchain et microservices
La technologie blockchain est-elle adaptée pour voter pendant des élections ? Non, selon des experts qui ont présenté un rapport au Congrès US
84 % des entreprises ont déclaré avoir des initiatives en cours en rapport avec la blockchain, selon une étude : les prémices d'une adoption massive ?
Le Comité JPEG explore l'utilisation de la blockchain pour introduire des DRM dans JPEG, une mauvaise idée selon un observateur
Les dépenses mondiales autour de la blockchain pourraient atteindre les 11,7 milliards de dollars en 2022, d'après des projections d'IDC


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de marsupial marsupial - Membre émérite https://www.developpez.com
le 15/10/2018 à 17:08
Tellement il y a de couches de protection que je n'arrive plus à trouver un lecteur valable de DVD avec linux...
Avatar de CaptainDangeax CaptainDangeax - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 16/10/2018 à 13:35
Avec sa nouvelle technologie, Sony va encore attraper les millions des ayants-droits qui n'ont toujours pas compris que :
-1: si c'est lisible, c'est copiable
-2: si l'offre légale est plus compliquée à mettre en oeuvre que l'offre piratée, il y aura toujours des clients pour l'offre piratée.
Si à chaque fois que je mets un DVD ou un BLURAY dans mon lecteur je dois me taper 5 minutes d'écrans d'avertissement contre le piratage alors que je veux juste regarder un film, je dis non! Si je dois me taper un écran noir parce que mon ampli home cinéma 7.1 qui est intercalé en HDMI entre mon bluray et mon écran ne comprend pas le chiffrement ou même perd le fil, je préfère un 1080p DRM-free qui ne posera aucun soucis à la lecture.

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil