La technologie blockchain est-elle adaptée pour voter pendant des élections ? Non
Selon des experts qui ont présenté un rapport au Congrès US

Le , par Stéphane le calme

344PARTAGES

15  0 
La National Academies Press a publié un rapport de 156 pages intitulé « Sécuriser le vote : Protéger la démocratie américaine », qui a conclu que la technologie blockchain n’est pas suffisamment sûre pour être utilisé par le système électoral américain. « Bien que l'idée d'utiliser une blockchain comme une urne immuable puisse sembler prometteuse, la technologie de la blockchain ne résout guère les problèmes de sécurité fondamentaux des élections et les blockchains introduisent des vulnérabilités de sécurité supplémentaires », indique le rapport.

« En particulier, si un logiciel malveillant sur l’appareil d’un électeur modifie un vote avant qu’il atteigne une blockchain, l’immutabilité de la blockchain ne permet pas d’obtenir l’intégrité souhaitée, et l’électeur peut ne jamais être au courant de cette modification ».

Ils rappellent que la blockchain est décentralisée alors que les élections sont par nature centralisées. Bien que la blockchain puisse être efficace pour des applications décentralisées, les élections publiques sont centralisées (elles requièrent que les administrateurs définissent le contenu des bulletins de vote, identifient la liste des voteurs éligibles et établissent la durée de l’exercice de vote). Ce sont ces administrateurs qui sont responsables de gérer les problèmes relatifs aux bulletins de vote, gérer la tabulation des votes et proclamer les résultats. « Le vote sécurisé nécessite que ces opérations soient effectuées de manière vérifiable et non qu’elles soient effectuées de manière décentralisées ».

Les experts voient également un autre point d’attaque. Par exemple les « mineurs » ou « stakeholder » blockchain (ceux qui ajoutent des éléments à la blockchain) ont un contrôle discrétionnaire sur les éléments qui sont ajoutés. Les mineurs / stakeholder pourraient comploter pour supprimer les votes de certaines populations ou régions. De plus, les protocoles blockchain apportent des résultats issus du consensus des mineurs/stakeholder. Ce consensus pourrait ne pas représenter le consensus du public votant.

Les experts poursuivent en assurant que « la blockchain ne fournit pas l'anonymat qui lui est souvent attribuée. Dans le contexte particulier des élections, les électeurs doivent être autorisés à voter et ne pas avoir voté plus d'un scrutin lors d'une élection particulière. La blockchain n'offre pas les moyens de fournir les autorisations nécessaires. La blockchain ne fournit pas le secret du bulletin de vote. Si une blockchain est utilisée, les bulletins doivent être chiffrés ou rendus anonymes pour empêcher la coercition et la vente de votes ».

« Il pourrait être possible d’utiliser la blockchain dans un système électoral en colmatant les failles de sécurités associées à la blockchain en ajoutant des mécanismes supplémentaires (par exemple, ceux fournis par les systèmes de vérifiabilité de bout en bout) mais le crédit pour corriger de tels problèmes sera attribué aux mécanismes supplémentaires et non à l’utilisation de la blockchain ».

Un système électoral qui a besoin de refonte

Le rapport déplore un système obsolète compromis par des équipements et des logiciels de vote non sécurisés dont les vulnérabilités ont été exposées il y a plus de dix ans et trop souvent gérées par des fonctionnaires peu formés à la cybersécurité.


Les principales recommandations de l'étude, commandées en 2016 alors que l'intrusion étrangère aux élections américaines faisait la une des médias, reflètent un consensus parmi les experts de la sécurité électorale qui ont rencontré la résistance d'un certain nombre d'États et de dirigeants républicains au Congrès.

En particulier, le panel a souligné qu’il n’appelait pas une solution ponctuelle, mais un effort soutenu au fil des ans, qui inclurait un financement régulier du Congrès et une plus grande transparence concernant les attaques contre les systèmes de vote et d’autres irrégularités.

Parmi ses recommandations spécifiques figurait l’un des piliers des réformateurs électoraux : toutes les élections devraient utiliser des bulletins de vote lisibles par les humains d’ici 2020. De tels systèmes visent à assurer aux électeurs que leur vote a été bien enregistré.

Environ un électeur américain sur cinq a voté sur de tels appareils électroniques en 2016. Alors que certains États se sont empressés de les remplacer avant les élections de mi-mandat de novembre, 13 continuent de les utiliser entièrement ou partiellement.

Le panel demande également à tous les États d’adopter un type d’audit postélectoral utilisant une analyse statistique des bulletins de vote avant la certification des résultats. Ces audits « limitant les risques » ont pour but de découvrir les erreurs et la falsification des votes. Actuellement, seuls trois États les mandatent.

« L'extraordinaire menace des acteurs étrangers a de profondes implications pour l'avenir du vote et nous oblige à examiner, réexaminer sérieusement, à la fois la conduite des élections aux Etats-Unis et le rôle des gouvernements fédéral et étatiques dans la sécurisation de nos élections », a déclaré Lee Bollinger, président de l’Université Columbia et coprésident du panel, lors de la présentation du rapport.

Sources : Rapport (au format PDF), NYT

Et vous ?

Que pensez-vous des arguments avancés par les experts ?

Voir aussi :

84 % des entreprises ont déclaré avoir des initiatives en cours en rapport avec la blockchain, selon une étude : les prémices d'une adoption massive ?
Le Comité JPEG explore l'utilisation de la blockchain pour introduire des DRM dans JPEG, une mauvaise idée selon un observateur
Les dépenses mondiales autour de la blockchain pourraient atteindre les 11,7 milliards de dollars en 2022, d'après des projections d'IDC
Comment la blockchain pourrait-elle révolutionner les services publics ? Et si tout notre vécu était archivé dans la blockchain ?
Microsoft et EY annoncent une nouvelle solution blockchain pour gérer les paiements des redevances, pourra-t-elle révolutionner le secteur ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !


 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web