Le projet OpenStreetMap accueille de nombreux contributeurs dont Microsoft, Apple et Facebook,
Google Maps doit-il craindre cette collaboration ?

Le , par Olivier Famien, Chroniqueur Actualités
En 2011, Google a annoncé une révision à la hausse du prix d’utilisation de son API Google Maps. Dans un premier temps, l’entreprise a souligné qu’au-delà de 25 ;000 chargements de cartes, les 1000 requêtes supplémentaires pour l’affichage des cartes seront facturées 4 dollars. À la suite de ce changement tarifaire, plusieurs grandes entreprises ont commencé à se tourner vers d’autres alternatives et certaines comme Foursquare, Apple et Wikipedia ont migré vers OpenStreetMap (OSM), le projet open source qui ambitionne de constituer une carte libre du monde.

Pour tenir compte de tous les mécontentements exprimés et garder le maximum de ces clients qui avaient commencé à déposer leurs affaires chez OpenStreetMap, Google a revu ses prix à la baisse dans le courant de l’année 2012 en faisant passer de 4 à 0,5 dollar les 1000 affichages au-delà des 25 ;000 pages affichées avec Google Maps.

Mais comme certains pouvaient le dire, ce n’était qu’une question de temps avant que le géant de la recherche en ligne revienne à la charge. Le mois dernier, Google a donné plus de précision sur les nouveaux tarifs liés à l’utilisation de son service de cartographie. Le quota gratuit de 25 ;000 cartes affichées par jour sur un site web passe maintenant à 28 ;000, mais par mois. Et la tarification au-delà du quota gratuit passe de 0,50 dollar les 1000 cartes affichées à 7 dollars. Un site qui affichait donc en moyenne 10 ;000 cartes par jour passe donc de 0 $ avant la nouvelle politique tarifaire à 1904 $ par mois (30 jours). Ceux qui étaient proches de la limite gratuite de 25 ;000 affichages par jour — disons 24 ;000 par exemple — devront désormais s’acquitter d’une facture de plus de 4800 $ par mois, pour un service qu’ils utilisaient gratuitement juste un mois plus tôt.


C’est donc sans surprise que de nombreuses entreprises se tournent de plus en plus vers d’autres choix et notamment vers OpenStreetMap. Lancé en 2004, un peu moins d’un an avant le lancement de Google Maps, OpenStreetMap commence à convaincre de plus en plus d’utilisateurs avec ses fonctionnalités qui sont au fil des années améliorées. Pour assurer sa pérennité, le projet compte une diversité de contributeurs comme les organisations commerciales, les organisations non gouvernementales, les organisations humanitaires et de grandes entreprises commerciales. Parmi ces dernières, nous avons des entreprises comme Facebook, Microsoft, Apple, DigitalGlobe ou encore Telenav qui n’ont pas hésité à mettre de côté leurs objectifs particuliers afin de collaborer pour l’avancement de ce projet.

En 2016 par exemple, Facebook a commencé à travailler avec l’équipe d’OSM en mettant ses technologies d’intelligence artificielle au service de l’amélioration des cartes issues des données satellitaires et utilisées par OpenStreetMap. À partir de 2017, cela a donné lieu à des travaux expérimentaux de détection de routes sur les images satellitaires de la Thaïlande. Apple pour sa part dispose d’un programme de bénévolat interne d’environ 5 ;000 collaborateurs contribuant aux cartes manquantes. Ils ont publié des données de construction pour la France et le Danemark et sont engagés dans des projets d’amélioration de données à travers le monde. Quant à Microsoft, elle utilise ses réseaux de neurones profonds et le ResNet34 avec des couches de prélèvement d’échantillons pour détecter les empreintes de bâtiments à partir de l’imagerie Bing. À ce jour, la firme de Redmond a réussi à extraire plus de 124 millions d’empreintes de bâtiments aux États-Unis qu’elle a rendus disponibles sur OpenStreetMap.

Pour permettre à OpenStreeMap de croitre encore plus rapidement, DigitalGlobe, une société américaine spécialisée dans l’imagerie spatiale et également connue en tant qu’opérateur de satellites d’observation de la terre, a mis ses images satellites à la disposition de la communauté OpenStreetMap afin de permettre aux contributeurs de les améliorer. Telenav de son côté a lancé OpenStreetCam pour aider à collecter des images de rue sous licence ouverte et a maintenant publié des données ouvertes et du code pour déterminer comment l’apprentissage automatique peut permettre aux images d’améliorer OpenStreetMap avec des panneaux d’arrêt et des directions.

Avec toutes ces entreprises hétérogènes rassemblées autour de ce projet, OpenStreetMap serait pour certaines personnes un bel exemple de collaboration. Google devrait-il craindre une montée en puissance de ce service de cartographie ; open source ? Cette collaboration pourrait-elle contribuer à surclasser Google Maps avec OSM ?

Source : Open Data Institute, Projet OpenStreetMap et Facebook, GitHub (Projet OpenStreetMap avec Apple), Microsoft et OpenStreetMap, DigitalGlobe

Et vous ?

Utilisez-vous OpenStreetMap ;? Comment pouvez-vous décrire votre expérience avec ce service de cartographie ;?

Par rapport à Google Maps, comment jugez-vous OpenStreetMap ;? Meilleur, mauvais, du même niveau ;?

Voir aussi

Google Maps va bientôt appliquer sa nouvelle politique d’utilisation de son service de cartographie Maps, quels sont les changements à venir ;?
Explosion des prix de Google Maps : le département de Maine-et-Loire abandonne Google pour OpenStreetMaps, un service de cartographie open source
La nouvelle grille tarifaire de Google Maps met la communauté des développeurs en ébullition, préparez-vous à faire chauffer la carte bleue
Google Maps, baisse des prix de l’API pour contrer la montée en puissance d’OpenStreetMap ;?
Maps API payante : Google s’explique, environ un site sur 300 sera concerné après 90 jours consécutifs de dépassement de quota


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de youx21 youx21 - Membre du Club https://www.developpez.com
le 28/08/2018 à 9:01
Pour autant OSM n'est pas complétement gratuit, effectivement l'utilisation de ses ressources pour l'obtention des cartes par une application ou un site web est limité. Il reste à la discrétion des administrateurs d'OSM d'interdire des accès qui satureraient (ou occasionnerai trop de charges) les serveurs. Pour une utilisation professionnelle il existe des "revendeurs" (j'ai oublié le nom employé) permettant le plein accès aux cartes d'OSM, en fait une copie des cartes.
Avatar de tanaka59 tanaka59 - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 28/08/2018 à 9:33
Entre BingMaps et GoogleMaps je préfére BingMaps.

Google garde sa part de marché sur mobile. Microsoft sur PC ...

Puis si 3 gros peuvent faire de l'ombre à un autre gros je n'en vois pas le problème.
Avatar de bcag2 bcag2 - Membre régulier https://www.developpez.com
le 28/08/2018 à 9:56
Contributeur OpenStreetMap depuis des années, je l'utilise très régulièrement et j'apprécie le graphisme de la carte. Seule bémol, certaines infos ne sont pas toujours visibles ou pas en fonction du niveau de zoom. Il y a aussi la recherche qui n'est pas tolérante aux fautes d'orthographes! Sinon, c'est du bonheur de consulter une carte sans se faire traquer sur les lieux où l'on va ou auxquels on s'intéresse.

Côté comparaison, comme tout projet faisant essentiellement appel à des contributeurs bénévoles, on va trouver des endroits où faute de contributeur ou de bon contributeur, les infos sont manquantes ou un peu erronées, mais inversement, dès qu'un contributeur veille à ce que la carte soit à jour (ce que j'essaie de faire à mon domicile et mes lieux de travail), on atteint des états de mise à jour inégalés car ses mises à jour peuvent être réalisées dans les heures qui suivent le changement : route barrées ou à sens unique due à des travaux par exemple, alors qu'il faudra des mois ou plutôt des années à GoogleMap ou à l'IGN. La collaboration avec ces derniers peut donner, au moins pour la france, le meilleur des deux mondes… la qualité professionnelle de l'IGN avec la souplesse/réactivité d'OSM.
Les pays du nord de l’Europe sont exemplaires sur la qualité des contributions!

Nota: en ce retour de vacances, un peu "up" pour OpenSeaMap qui a la même vocation pour le monde maritime… et manque de contributeurs… mais c'est plus compliqué, il faut éviter de passer sur les balises et les amers !
Avatar de Zefling Zefling - Membre expert https://www.developpez.com
le 28/08/2018 à 13:09
Pour l'instant, je trouve que Google Map à un gros avantage, c'est sa vue satellite avec rendu en 3D.

Après, je me sers d'applis comme OSMand pour mes randos et pas avoir l'impression de trop se faire tracer (puis ça fonctionne quand il n'y a pas de réseau). Par contre, c'est sur que pour la recherche c'est pas toujours ça. La tolérance aux fautes et aux approximations est un manque, c'est un gros avantage de Google sur ces points.
Avatar de cquest cquest - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 30/08/2018 à 12:58
Les données OpenStreetMap sont sous licence libre et elles sont gratuites.

Il ne faut pas confondre avec les services qui exploitent ces données, et la fondation OSM n'a pas des ressources illimitées qu'elles soient matérielles (serveurs) et humaines (administrateurs).

Les logiciels pour exploiter les données sont eux aussi libres et gratuits, et l'on peut déployer ses propres services sur ses propres machines. Et oui, au final c'est pas gratuit, mais ça ne l'est en fait jamais... Google nous l'a fait croire trop longtemps

Au sujet des recherches, le géocodeur de base proposé sur le site openstreetmap.org (Nominatim) n'est pas parfait, mais il n'est pas le seul.

Voici un exemple (limité à la France) basé sur un autre géocodeur nommé addok (et données OSM): https://demo.addok.xyz

Pour la visibilité des objets sur les cartes, c'est malheureusement nécessaire de devoir faire une sélection en fonction du niveau de zoom, sinon, la carte deviendrait illisible.
C'est d'ailleurs tout l'avantage des cartes dynamiques, on peut zoomer pour rentrer dans un niveau plus détaillé, chose bien entendue impensable avec une carte papier.

OSM permet aussi à une multitude de fonds de carte d'exister avec un "rendu" spécifique. Certains peuvent être thématiques (rendu humanitaire, rendu cycliste, rendu navigation fluviale, rendu rando, etc).

OpenStreetMap France génère ainsi 3 rendus:
- fond "FR", avec un choix de picto et de couleurs qui colle à nous habitudes hexagonales (les pharmacies y ont une croix verte)
- fond humanitaire
- fond fluvial (OpenRiverBoat)

N'hésitez pas à faire un tour sur le forum d'OpenStreetMap France: https://forum.openstreetmap.fr/
Avatar de singman singman - Membre actif https://www.developpez.com
le 31/08/2018 à 9:30
'avantage de GoogleMap c'est surtout les services autour : le guidage, la recherche, les informations. La cartographie est correcte sans être exceptionnelle. OSM manque cruellement de ses services.
Est ce que OSM peut au final devenir la référence ? Tout dépendra de Google, qui va devoir chercher un autre moyen pour financer son service. Parce que si OSM est "gratuit", il a un coût qu'on peut estimer grâce à l'augmentation des tarifs de Google, et on se rend soudainement compte que ce n'est pas donné !
Avatar de pvincent pvincent - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 02/09/2018 à 17:05
Pour la France, ne pas oublier Géoportail (https://www.geoportail.gouv.fr/) qui fourni des données que ne donnent pas les autres (cadastre,...)
Contacter le responsable de la rubrique Accueil